En direct
Best of
Best Of
En direct
© Flickr
Outre-Mer
Grève générale en Guyane : pourquoi le gouvernement ne comprend pas la nature réelle du problème
Publié le 28 mars 2017
En pleine campagne présidentielle, la Guyane est traversée par une vague de mouvements sociaux depuis ce weekend et se heurte à l'incompréhension des services de l'Etat et du gouvernement.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En pleine campagne présidentielle, la Guyane est traversée par une vague de mouvements sociaux depuis ce weekend et se heurte à l'incompréhension des services de l'Etat et du gouvernement.

Atlantico : Alors que la campagne présidentielle bat son plein, plusieurs mouvements sociaux ont éclaté en Guyane depuis ce weekend. Parmi les revendications figure notamment une meilleure protection contre la délinquance, et des solutions pour lutter contre le chômage. Selon l'Insee (voir ici), le territoire présente plusieurs spécificités démographiques avec un taux de croissance annuel de la population de +2,4% par an, soit le plus élevé de France. Quelle est la part d'immigration dans ces arrivées ?

Laurent Chalard : La Guyane est le département qui a connu la plus forte croissance démographique de France, avec Mayotte, depuis 1946. Sa population a quasiment été multipliée par dix selon les données officielles, passant de 25 500 habitants en 1946 à 252 338 habitants au 1° janvier 2014 selon les enquêtes de recensement de l’Insee, auxquels doivent s’ajouter quelques milliers de clandestins non recensés. Cela rappelle plus les taux de croissances des pays du Tiers-Monde que de la France métropolitaine, qui a connu une augmentation de sa population de seulement 58 % entre 1946 et 2014.

Cette explosion démographique est le produit de la combinaison de deux facteurs, un très fort excédent naturel et un solde migratoire largement positif sur la majorité de la période.

En effet, l’excédent naturel est constamment positif depuis 1949. Le taux de mortalité a sensiblement baissé grâce à l’apport des innovations médicales de France métropolitaine alors que la natalité a fortement augmenté, du fait d’une fécondité traditionnelle élevée, qui s’est maintenue sur l’ensemble de la période. Cependant, la forte natalité est loin d’être uniquement endogène. Elle a été accentuée par l’immigration de jeunes en âge d’avoir des enfants des pays voisins, d’où peu de personnes âgées et un taux de mortalité considérablement abaissé. Les personnes en âge de décéder sont peu nombreuses car héritées des générations nées dans les années 1950.

Concernant le solde migratoire, il est devenu excédentaire depuis la mise en place du centre spatial de Kourou dans les années 1960, qui a conduit à une forte augmentation du niveau de vie, qui, s’il demeure inférieur à celui de la France Métropolitaine, est très supérieur à celui des pays voisins. Outre les migrants européens originaires de France métropolitaines venus travailler, en règle générale temporairement, au complexe spatial de Kourou, ainsi que des fonctionnaires, la Guyane a accueilli à partir des années 1970 des haïtiens, puis, dans les décennies suivantes, des surinamiens et des brésiliens. Entre 1990 et 2009, l’excédent migratoire a contribué à hauteur d’environ 30 % à la croissance démographique totale de la Guyane française, soit + 30 000 habitants. Cette immigration internationale conduit à la constitution d’une population de nationalité étrangère d’à peu près du même ordre (près de 35 % de la population totale en 2014), soit un pourcentage très supérieur au niveau national (6,4 % en 2014), ce qui laisse penser que la population d’origine étrangère est peut-être en passe de devenir majoritaire sur l’ensemble du territoire guyanais. Il est à noter que cet excédent migratoire aurait officiellement pris fin ces dernières années, mais il est difficile de savoir si cette rupture apparente est liée à une réalité statistique ou à une détérioration des données du recensement rénové, comme en France métropolitaine, la réalité du terrain laissant penser que l’immigration se poursuit à un niveau élevé.

En quoi ces arrivées -qui ne répondent pas à un besoin économique mais sont motivées par une meilleure qualité de vie- a-t-il pu participer à l'état de tension sociale des guyanais, tant en termes de pression sur le travail que d'insécurité ?

En règle générale, les territoires les plus attractifs pour les immigrés sont des territoires riches fortement créateurs d’emploi, avec des besoins en main d’oeuvre peu qualifiée importants. Or, concernant la Guyane, ce n’est pas vraiment le cas, dans le sens qu’en-dehors du complexe spatial de Kourou, il n’y a pas eu réellement de développement économique, le niveau de vie relativement élevé étant maintenu artificiellement comme dans la plupart des pays d’outre-mer par les processus de redistribution d’argent depuis la France Métropolitaine. En conséquence, il se créé une concurrence sur le marché de l’emploi entre les « autochtones » et les nouveaux arrivants. Le chômage est massif, les équipements sont sous-dimensionnés et l’insécurité se développe. Par ailleurs, la seule autre activité économique notable de ce département est l’orpaillage, milieu, qui se caractérise par une certaine anarchie, source d’une criminalité très importante. 

 

 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 29/03/2017 - 12:42
Et la ministre n’a rien vu venir…
Combien avons-nous payé tous ces ministres depuis 2012, alors qu’ils n’ont rien fait? Voilà un véritablement exemple d’emplois fictifs. Voilà ce que peut nous apporter une bande de gestionnaires incompétents. Ils ne savent absolument pas diriger des humains. Qui plus est, si on leur donne le Sahara, dix ans plus tard, ils importent du sable, dixit Coluche. Lorsqu’en plus, dans la bande, il y a des pervers, qui magouillent pour autre chose que ce pourquoi ils sont payés, l’histoire ne peut que se terminer en merdier généralisé. Combien vont coûter aux Français les manigances de ce panier de crabes ? Vendeurs de vent aux français, et vendus (en particulier, pour les affaires étrangères, mais c’est une autre histoire…) Et la cerise sur le gâteau, c’est la retraite dorée qu’ils vont percevoir, à nos frais bien sûr. C’est enrageant !
Olivier62
- 29/03/2017 - 10:36
Le pourrissement comme principe politique
Il en va de la Guyane comme du reste de la France : la clique de corrompus irresponsables qui nous gouvernent sabotent délibérément tout ce qui fait fonctionner le pays, avec le résultat qu'on voit. Quant à la Guyane, je ne vois pas trop quelle solution adopter. Le mieux serait sans doute qu'elle devienne indépendante avec un désengagement progressif de la France, afin qu'elle assume son destin et sorte de cette dépendance des subventions qui l'entretient dans l'assistanat. Même constant d'ailleurs pour la majorité des autres DOM-TOM.
Texas
- 28/03/2017 - 19:46
@ Vangog
Les " 500 Frères " sous leurs cagoules ne sont pas des syndicalistes , mais une milice composée de pères de familles ou de proches de victimes des gangs . nuance . Pour le reste , même si les manifestations sont légitimes , elles sont aussi la conséquence de politiques Socialistes dans un département acquis à la cause pour 62,5 % .