En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
A toutes les sauces

Agriculture : les dérives du principe de précaution

Publié le 20 mars 2017
Quand on évoque ce fameux "principe de précaution", il convient de commencer par comprendre la diversité des points de vue et des intérêts, et de se demander "qui veut se protéger de quoi"…
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand on évoque ce fameux "principe de précaution", il convient de commencer par comprendre la diversité des points de vue et des intérêts, et de se demander "qui veut se protéger de quoi"…

Nous mettons le fameux "principe de précaution" à toutes les sauces. En matière agricole en particulier, certains l’évoquent pour tenter d’interdire les OGM, et aussi les pesticides. Tentons de mieux comprendre de quoi il s’agit… Pour cela, commençons par nous interroger : qui parle ? Au nom de quels intérêts ? De quoi veut-il se protéger ?

Les "écolos-bios" craignent le cancer, les malformations congénitales, l’infertilité, Alzheimer, Parkinson, des modifications génétiques, une baisse du système immunitaire, etc. Plus la mort de poissons, crustacés, oiseaux et insectes pollinisateurs. Un véritable musée des horreurs ! Et, logiquement, ils demandent, par principe, l’interdiction pure et simple "des" OGM et de nombreux pesticides, à commencer par le glyphosate (Roundup), le principal herbicide, et les néonicotinoïdes, des insecticides très employés. Voir par exemple le rapport de Greenpeace : Santé, les pesticides sèment le trouble ou les travaux de l’association Générations futures.

Lors du "Grenelle de l’environnement", la confrontation des points de vue a conduit à afficher la volonté commune d’une baisse progressive, mais néanmoins rapide : -50 % de pesticides en 10 ans, à échéance de 2018, objectif finalement repoussé à 2025… Du coup, les pressions pour l’interdiction pure et simple de ces produits s’accentuent, par précaution.

Maintenant, mettons-nous dans la tête d’un agriculteur utilisateur régulier de pesticides. Pour lui, la première application du principe de précaution consiste à s’acheter un masque, des lunettes, des gants et une combinaison pour manipuler ces produits, car, bien évidement, s’ils sont dangereux, c’est surtout à forte dose, quand on remplit la cuve de son pulvérisateur. Une fois qu’il a fortement dilué tout ça, il a tendance à estimer que les précautions ont été prises, et que le produit a cessé d’être réellement dangereux ! Ce qui n’est pas vrai naturellement, mais il est incontestablement beaucoup moins dangereux.

Et du coup, pour lui, le principe de précaution consiste surtout à anticiper ses problèmes à lui. Et à donc souvent traiter ses champs régulièrement, par précaution, car les maladies, les insectes prédateurs ou les mauvaises herbes pourraient bien arriver et mettre à mal sa récolte. Et, trop souvent, il force un peu sur les doses, tout autant par précaution ! Les incidents climatiques, de plus en plus nombreux, l’y incitent : songeons que les rendements de blés en France ont reculé de trente ans en 2016 à cause d’un printemps pourri. En conséquence, pour de nombreux agriculteurs, il convient d’abord, et en premier lieu, de se protéger de la faillite en assurant la récolte, coûte que coûte.

C’est dans la même logique que de nombreux agriculteurs militent pour repousser l’échéance de telle ou telle interdiction en disant qu’ils "n’ont pas d’autre solution" dans le cas des espéces qu’ils cultivent. Le principe de précaution consisterait, là, à dire que si on veut continuer à manger des carottes ou des cerises, il faut quand même continuer à traiter quelques années, jusqu’à ce qu’on trouve d’autres pesticides autorisés… ou alors importer des productions d’autres pays où la législation ou le contrôle sont moins exigeants !

C’est ainsi que des chercheurs de l’INRA viennent de publier dans la revue Nature plants du 27 février 2017 une étude statistique intitulée "Réduire l’usage des pesticides sans perte de performance", comparant les pratiques de fermes similaires ; elle montre qu’actuellement, on pourrait diminuer en moyenne de 30 % l’usage des pesticides en France, sans aucun effet sur la production, ni sur la rentabilité des exploitations ! On est typiquement là dans le principe de précaution : ces agriculteurs qui en utilisent davantage que leurs collègues ne sont pas encore prêts aux adaptations conséquentes de leurs systémes de culture qui doivent accompagner ce désengagement du tout chimique : diversification des cultures, introduction de cultures rustiques ou de prairies temporaires, diversification des variétés, ajustement des dates de semis et des modalités de fertilisation, utilisation des techniques de faux-semis et de désherbage mécanique, abandon du labour, semis conjugués de plusieurs espèces et variétés, agroforesterie, etc. Tant qu’on ne se sent pas pour "tout changer", il reste logique de surutiliser les pesticides … par précaution.

Rien n’est simple en la matière : regardons par exemple la campagne des producteurs de banane de Martinique et Guadeloupe au dernier Salon de l’agriculture : ils ont admis qu’ils n’avaient pas encore la label bio européen, bien qu’ils aient réduit de 61 % leur usage de pesticides. Mais ont signalé que leurs bananes ont en fait moins de résidus de pesticides que les bananes dites "bio" importées du Costa Rica, de l’Équateur, du Brésil ou de Saint-Domingue, pays où les normes bio sont moins exigeantes et tolèrent l’utilisation de pesticides carrément interdits en Europe ! Là, le principe de précaution conduirait à préférer le non-bio des Antilles françaises au bio d’autres pays !

Souvenons-nous, le dernier gros scandale sanitaire en Europe fut celui des graines bio germées allemandes, qui ne contenaient pas de pesticides, mais qui ont quand même tué 46 Allemands et blessé plusieurs milliers. Dans ce cas, le principe de précaution consistait-il à se méfier des pesticides, ou bien des maladies bien naturelles de ces graines, causées par des bactéries ECEH, naturelles mais mortelles !

On a vu que pendant l’épidémie de Chikungunya à La Réunion, la population a été nettement moins regardante sur l’utilisation d’insecticides. Là, l’application du "principe de précaution" voulait dire : débrouillez-vous pour éradiquer les moustiques avant qu’ils nous piquent ! Gageons que nous risquons maintenant d’avoir une progression des cancers dans l’île dans quelques décennies… Idem pour l’épidémie de Zika au Brésil, pendant laquelle le mot d’ordre a été : "Venez à bout du moustique avant qu’il provoque des malformations à nos enfants".

Quand on évoque ce fameux "principe de précaution", il convient donc de commencer par comprendre la diversité des points de vue et des intérêts, et de se demander "qui veut se protéger de quoi"…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

07.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ermonty
- 20/03/2017 - 10:59
Oui, mais on reste sur sa faim
Bon article qui montre bien la complexité du problème. Cependant cela reste de l'analytique "superficiel" sans réflexion de fonds sur les solution. C'est vrai qu'en théorie on" pourrait diminuer en moyenne de 30 % l’usage des pesticides" sauf qu'une majorité des agriculteurs français n'a pas la formation, le temps ni l’énergie de complétement se "réinventer" à une époque où ils sont à bout, déboussolés et étranglés par un système qui n'est même plus capable de régler les échéances de la PAC (cf aides bio, Mae non encore payées, ATR en retard de plusieurs mois,etc..) et où les prix sont entièrement contrôlés/manipulés soit par la grande distribution soit par les bourses de denrées agricoles. On voit bien là l'intellectualisme hors-sol,grande spécialité des élites françaises mais on attends toujours le sens du terrain et des actions efficaces et utiles.