En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

04.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 22 min 25 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 4 heures 23 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 18 heures 20 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 4 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 4 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 4 heures 42 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 6 heures 42 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 15 heures 7 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 22 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Débat

Clause Molière : et si l’on parlait plutôt de préférence locale ?

Publié le 20 mars 2017
Alors que l'Union européenne elle-même préconise une révision de la directive sur les travailleurs détachés, le débat s'intensifie en France au sujet de la "clause Molière".
Ancien conseiller général des Hauts-de-Seine, Francis Choisel est historien, auteur de Comprendre le gaullisme (L’Harmattan, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Choisel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien conseiller général des Hauts-de-Seine, Francis Choisel est historien, auteur de Comprendre le gaullisme (L’Harmattan, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'Union européenne elle-même préconise une révision de la directive sur les travailleurs détachés, le débat s'intensifie en France au sujet de la "clause Molière".

La préférence nationale reste un gros mot. Mais le patriotisme économique d’Arnaud Montebourg fait de plus en plus d’adeptes, un patriotisme économique qui prend aujourd’hui la forme de la "clause Molière" mise en place par Laurent Wauquiez dans les appels d’offre de sa région. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : l’obligation faite au personnel des chantiers publics de parler français a pour évident objet de donner un coup de pouce à l’emploi local.

Et pourtant, assez bizarrement, elle provoque une levée de boucliers parmi les syndicats. Il est en effet surprenant que ceux qui se disent les défenseurs des ouvriers n’applaudissent pas à une mesure qui vise à protéger les salariés français contre la concurrence déloyale d’une main d’œuvre à bas coût, autrement dit à empêcher les employeurs de se livrer à une sous-enchère qui tire l’ensemble des salaires à la baisse, à lutter aussi, au moins par ricochet, contre l’exploitation des travailleurs étrangers sur les chantiers français. Qu’elle ait un petit côté protectionniste n’enlève rien à ses vertus sociales.

Ces indignations qui se multiplient sont d’autant plus malvenues que l’Union européenne elle-même admet que la directive sur les travailleurs détachés doit être revue, et que sa réforme est en cours de négociation.

Les vertus du principe de proximité

Mieux vaudrait s’interroger sur la pertinence de l’objectif recherché et se demander s’il est anormal qu’un président de conseil régional cherche à développer l’emploi sur son territoire. N’est-ce pas justement dans les compétences de la collectivité territoriale qu’il dirige ? N’est-il donc pas de son devoir de le faire ? N’en est-il pas de même à l’échelle départementale, communale ou intercommunale ? Et, question subsidiaire, est-il admissible qu’il faille, pour y parvenir, utiliser des moyens détournés ?

L’emploi, d’ailleurs, n’est pas seul en cause en cette affaire. Qu’on me permette de citer un exemple personnel pour le faire comprendre. L’an passé, dans la petite commune d’un millier d’habitants où je passe mes loisirs d’été, il a fallu complètement reprendre le réseau d’adduction d’eau. Le chantier a été confié à une entreprise du canton. Eh bien, je n’en ai jamais vu d’aussi bien conduit au profit des habitants. Le conducteur des travaux, demeurant sur place, connaissait parfaitement les lieux, était disponible instantanément pour programmer ses interventions avec chaque propriétaire, avait à cœur d’obtenir le meilleur résultat avec le minimum de dégâts, était d’autant plus prévenant qu’il s’adressait à ses proches concitoyens.

J’en conclus que dans l’appréciation du "mieux disant" d’un appel d’offre, le critère de proximité doit être pris en compte. Il doit, au demeurant l’être avec une complète liberté d’appréciation, c’est-à-dire avec discernement, car quelles entreprises un maire connaît-il mieux que celle de sa commune ? Il sait bien, comme tout le conseil municipal, qui sont les bons et les mauvais entrepreneurs des environs. Alors qu’il serait bien en peine de départager une entreprise polonaise d’un prestataire slovène sur un critère de qualité.

Ajoutons que, pour ce qui est du "moins disant", les retombées fiscales et financières pour la collectivité passant commande devraient être calculées. Lorsqu’une région investit, par exemple, il n’est pas indifférent qu’une partie de l’argent versé au nom du contribuable revienne dans l’économie locale voire dans les caisses de la région, au lieu de s’en aller bien loin, dans une autre région ou à l’autre bout du continent. Dans le cas d’une commande de l’État, l’effet induit sur le coût d’indemnisation du chômage et sur les impôts et taxes versés par les entreprises soumissionnaires mérite aussi d’être évalué.

Ce raisonnement, on le voit, n’aboutit ni à la clause "Molière", ni à la préférence nationale, ni même à un brutal patriotisme économique, mais à une "préférence locale". Qu’on nous comprenne bien : il ne s’agit pas seulement de jouer sur les mots. Nous proposons très concrètement d’autoriser les communes à privilégier les entreprises de la commune, et seulement elles, les départements celles du département, les régions celles de la région. Et bien sûr, pour les marchés de l’État, et seulement eux, les entreprises françaises.

L’Union européenne retrouverait à coup sûr un peu de la popularité qui lui fait aujourd’hui tant défaut si elle adoptait une directive allant dans ce sens, valant pour tous les États membres bien sûr et pas seulement pour la France, et que ceux-ci n’appliqueraient que s’ils le souhaitent. Libre à chacun de préférer les entreprises lointaines.

Ajoutons que ce serait "bon pour la planète" comme on dit, car le principe de proximité que nous préconisons a aussi comme intérêt de limiter les transports et les déplacements, donc la pollution. Agir et produire localement n’est-il pas un des principes de base d’une pensée authentiquement écologiste ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

04.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 20/03/2017 - 15:17
Vomir sur ceux qui impose la clause Molière …
où ils le peuvent pour faire face aux dangers que représentent à terme cette directive européenne est aussi absurde que de défendre les ingénieurs employés en Finlande pour Areva ou ceux de Total employés au Nigéria au détriment d'autres salariés et leurs employeurs, ceux du bâtiment.
Anguerrand
- 20/03/2017 - 14:50
L'apprentissage du francais peut être vital
sur les chantiers en particulier, ou un ordre non compris peut compromettre la sécurité des ouvriers. De plus le chef de chantier et l'entreprise, peuvent être rendu responsables. Problème la majorité des chômeurs français ne veut pas faire ce type de travail trop fatigant !
lasenorita
- 20/03/2017 - 14:30
Les immigrés..
Au siècle passé, les immigrés européens(qui venaient travailler en France) cherchaient à apprendre la ''langue de Molière'' le plus rapidement possible! A l'école: tous les élèves s'efforçaient de bien apprendre ''le français'' mais, actuellement, ce sont les ''vrais'' Français qui doivent apprendre la langue des nouveaux arrivants et s'adapter à leurs coutumes!.. Les enfants d'immigrés européens aiment la France et les Français.. et ils sont fiers d'être ''Français''!