En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Débat

Clause Molière : et si l’on parlait plutôt de préférence locale ?

Publié le 20 mars 2017
Alors que l'Union européenne elle-même préconise une révision de la directive sur les travailleurs détachés, le débat s'intensifie en France au sujet de la "clause Molière".
Ancien conseiller général des Hauts-de-Seine, Francis Choisel est historien, auteur de Comprendre le gaullisme (L’Harmattan, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Choisel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien conseiller général des Hauts-de-Seine, Francis Choisel est historien, auteur de Comprendre le gaullisme (L’Harmattan, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'Union européenne elle-même préconise une révision de la directive sur les travailleurs détachés, le débat s'intensifie en France au sujet de la "clause Molière".

La préférence nationale reste un gros mot. Mais le patriotisme économique d’Arnaud Montebourg fait de plus en plus d’adeptes, un patriotisme économique qui prend aujourd’hui la forme de la "clause Molière" mise en place par Laurent Wauquiez dans les appels d’offre de sa région. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : l’obligation faite au personnel des chantiers publics de parler français a pour évident objet de donner un coup de pouce à l’emploi local.

Et pourtant, assez bizarrement, elle provoque une levée de boucliers parmi les syndicats. Il est en effet surprenant que ceux qui se disent les défenseurs des ouvriers n’applaudissent pas à une mesure qui vise à protéger les salariés français contre la concurrence déloyale d’une main d’œuvre à bas coût, autrement dit à empêcher les employeurs de se livrer à une sous-enchère qui tire l’ensemble des salaires à la baisse, à lutter aussi, au moins par ricochet, contre l’exploitation des travailleurs étrangers sur les chantiers français. Qu’elle ait un petit côté protectionniste n’enlève rien à ses vertus sociales.

Ces indignations qui se multiplient sont d’autant plus malvenues que l’Union européenne elle-même admet que la directive sur les travailleurs détachés doit être revue, et que sa réforme est en cours de négociation.

Les vertus du principe de proximité

Mieux vaudrait s’interroger sur la pertinence de l’objectif recherché et se demander s’il est anormal qu’un président de conseil régional cherche à développer l’emploi sur son territoire. N’est-ce pas justement dans les compétences de la collectivité territoriale qu’il dirige ? N’est-il donc pas de son devoir de le faire ? N’en est-il pas de même à l’échelle départementale, communale ou intercommunale ? Et, question subsidiaire, est-il admissible qu’il faille, pour y parvenir, utiliser des moyens détournés ?

L’emploi, d’ailleurs, n’est pas seul en cause en cette affaire. Qu’on me permette de citer un exemple personnel pour le faire comprendre. L’an passé, dans la petite commune d’un millier d’habitants où je passe mes loisirs d’été, il a fallu complètement reprendre le réseau d’adduction d’eau. Le chantier a été confié à une entreprise du canton. Eh bien, je n’en ai jamais vu d’aussi bien conduit au profit des habitants. Le conducteur des travaux, demeurant sur place, connaissait parfaitement les lieux, était disponible instantanément pour programmer ses interventions avec chaque propriétaire, avait à cœur d’obtenir le meilleur résultat avec le minimum de dégâts, était d’autant plus prévenant qu’il s’adressait à ses proches concitoyens.

J’en conclus que dans l’appréciation du "mieux disant" d’un appel d’offre, le critère de proximité doit être pris en compte. Il doit, au demeurant l’être avec une complète liberté d’appréciation, c’est-à-dire avec discernement, car quelles entreprises un maire connaît-il mieux que celle de sa commune ? Il sait bien, comme tout le conseil municipal, qui sont les bons et les mauvais entrepreneurs des environs. Alors qu’il serait bien en peine de départager une entreprise polonaise d’un prestataire slovène sur un critère de qualité.

Ajoutons que, pour ce qui est du "moins disant", les retombées fiscales et financières pour la collectivité passant commande devraient être calculées. Lorsqu’une région investit, par exemple, il n’est pas indifférent qu’une partie de l’argent versé au nom du contribuable revienne dans l’économie locale voire dans les caisses de la région, au lieu de s’en aller bien loin, dans une autre région ou à l’autre bout du continent. Dans le cas d’une commande de l’État, l’effet induit sur le coût d’indemnisation du chômage et sur les impôts et taxes versés par les entreprises soumissionnaires mérite aussi d’être évalué.

Ce raisonnement, on le voit, n’aboutit ni à la clause "Molière", ni à la préférence nationale, ni même à un brutal patriotisme économique, mais à une "préférence locale". Qu’on nous comprenne bien : il ne s’agit pas seulement de jouer sur les mots. Nous proposons très concrètement d’autoriser les communes à privilégier les entreprises de la commune, et seulement elles, les départements celles du département, les régions celles de la région. Et bien sûr, pour les marchés de l’État, et seulement eux, les entreprises françaises.

L’Union européenne retrouverait à coup sûr un peu de la popularité qui lui fait aujourd’hui tant défaut si elle adoptait une directive allant dans ce sens, valant pour tous les États membres bien sûr et pas seulement pour la France, et que ceux-ci n’appliqueraient que s’ils le souhaitent. Libre à chacun de préférer les entreprises lointaines.

Ajoutons que ce serait "bon pour la planète" comme on dit, car le principe de proximité que nous préconisons a aussi comme intérêt de limiter les transports et les déplacements, donc la pollution. Agir et produire localement n’est-il pas un des principes de base d’une pensée authentiquement écologiste ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 20/03/2017 - 15:17
Vomir sur ceux qui impose la clause Molière …
où ils le peuvent pour faire face aux dangers que représentent à terme cette directive européenne est aussi absurde que de défendre les ingénieurs employés en Finlande pour Areva ou ceux de Total employés au Nigéria au détriment d'autres salariés et leurs employeurs, ceux du bâtiment.
Anguerrand
- 20/03/2017 - 14:50
L'apprentissage du francais peut être vital
sur les chantiers en particulier, ou un ordre non compris peut compromettre la sécurité des ouvriers. De plus le chef de chantier et l'entreprise, peuvent être rendu responsables. Problème la majorité des chômeurs français ne veut pas faire ce type de travail trop fatigant !
lasenorita
- 20/03/2017 - 14:30
Les immigrés..
Au siècle passé, les immigrés européens(qui venaient travailler en France) cherchaient à apprendre la ''langue de Molière'' le plus rapidement possible! A l'école: tous les élèves s'efforçaient de bien apprendre ''le français'' mais, actuellement, ce sont les ''vrais'' Français qui doivent apprendre la langue des nouveaux arrivants et s'adapter à leurs coutumes!.. Les enfants d'immigrés européens aiment la France et les Français.. et ils sont fiers d'être ''Français''!