En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

05.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

06.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

07.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 30 min 25 sec
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 3 heures 58 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 18 heures 18 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 1 jour 6 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 15 heures 23 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 18 heures 44 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 20 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 22 heures 53 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 1 jour 46 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 1 jour 2 heures
© AFP
© AFP
A qui la faute ?

Meeting de la dernière chance : Hamon, Hollande, Valls, électeurs de la primaire, qui sont les plus responsables du ratage de la campagne du candidat PS ?

Publié le 24 mars 2017
Ce dimanche, Benoît Hamon organise un meeting à Bercy après une semaine particulièrement rude pour le candidat PS, marquée notamment par des velléités de départs dans son propre camp, notamment de la part de l'aile social-démocrate incarnée par Manuel Valls.
Pierre Bréchon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bréchon est professeur émérite de science politique à l’IEP de Grenoble, chercheur au laboratoire PACTE, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble, et auteur notamment de Comportements et attitudes politiques aux Presses universitaires Grenoble....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce dimanche, Benoît Hamon organise un meeting à Bercy après une semaine particulièrement rude pour le candidat PS, marquée notamment par des velléités de départs dans son propre camp, notamment de la part de l'aile social-démocrate incarnée par Manuel Valls.

Atlantico : En quoi le meeting de ce dimanche à Bercy représent-t-il un enjeu pour Benoît Hamon ? Que peut-il espérer, sur le plan politique, d'un succès de cet évènement ?

Pierre Brechon : Les meetings indiquent le degré de mobilisation militante derrière un candidat. Ce meeting est donc un enjeu, mais quand même relatif. Les militants ne représentent qu’une toute partie des votants. On peut avoir beaucoup de militants enthousiastes derrière soi et ne pas être très suivi par les électeurs. L’enjeu est moins dans le nombre de personnes présentes que dans les messages délivrés par le candidat. Fera-t-il entendre une voix de rassemblement de son camp en étant plus positif que précédemment sur le bilan du dernier quinquennat, ou restera-t-il ferme dans une position d’opposition aux politiques mises en oeuvre ? Un certain nombre d’élus et de militants socialistes sont encore dans l’expectative sur leur choix entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron et sur leur investissement dans la campagne du candidat.

Le débat télévisé du lendemain, le lundi 20 mars au soir, entre les principaux candidats, sera au moins aussi important pour Benoît Hamon. Ce sera une occasion de développer son programme face aux autres candidats et de faire ressortir ses spécificités par rapport à Jean-Luc Mélenchon sur sa gauche et Emmanuel Macron sur sa droite.

Une partie importante de l'électorat du PS, les vallsistes, ne semblent toujours pas s'accorder avec le candidat socialiste. Si ce dernier parvenait à relancer sa campagne, dans quelle mesure les fractures idéologiques au sein du Parti pourraient-elles s'apaiser ?

Pierre Brechon : Les fractures idéologiques au sein du PS sont devenues très profondes et on voit mal comment elles peuvent s’apaiser à court terme. Pour relancer sa campagne, il faudrait que Benoît Hamon bouge sur ses propositions, ce qu’il ne semble pas avoir envie de faire. Les enquêtes montrent pourtant que parmi les personnes ayant l’intention actuelle de voter pour Benoît Hamon ou Emmanuel Macron, la moitié dit que leur vote peut encore changer. Ces deux électorats sont nettement moins stabilisés que les autres. C’est bien sur sa droite que le candidat Hamon peut espérer gagner des voix, l’électorat Mélenchon étant beaucoup plus déterminé que celui d’Emmanuel Macron. 

Et dans l'hypothèse où il n'y arrive pas, que risque-t-il dans les semaines qui restent avant le premier tour de la présidentielle ? Jusqu'où ces fractures socialistes pourraient-elles se creuser ?

Pierre Brechon : Il risque de rester à un niveau bas de soutiens, dans les eaux que lui accordent actuellement les sondages, pris en tenaille entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Le Parti socialiste est maintenant vraiment menacé d’éclatement avec une partie des troupes qui hésitent à soutenir le candidat de leur parti et semblent prêtes à s’engager derrière Emmanuel Macron pour chercher à construire une victoire législative dans l’hypothèse où il serait élu président.

Entre la responsabilité personnelle de Benoit Hamon, le bilan de François Hollande, la théorisation par Manuel Valls des deux gauches irréconciliables ou l’évolution de l’électorat de gauche (qui se divise entre Emmanuel Macron et Benoit Hamon), qui sont les plus responsables des difficultés de la campagne du candidat PS ?

Pierre Brechon : Les responsabilités sont certainement partagées entre l’ensemble des protagonistes et viennent de loin. Le Parti socialiste avait un programme en 2011, François Hollande s’en est inspiré, il a gagné l’élection sur ce programme mais s’en est éloigné sur des points importants, donnant aussi l’impression de manquer de dynamisme pour la mise en œuvre des réformes attendues. Il a très vite beaucoup déçu ses électeurs et les militants socialistes, ce qui a généré les récriminations des "frondeurs". Le sentiment de ne plus partager d’idéal commun s’est progressivement installé, le Parti socialiste affaibli n’arrivant pas à trouver des compromis entre les différentes tendances, et du coup ne jouant plus sa fonction de régulation des conflits entre des positions de plus en plus divergentes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
g16
- 19/03/2017 - 17:21
Pour les électeurs
Mais aussi les journalistes qui ont encensés Hamon comme un grand travailleur ayant approfondis ses sujets, normalement on aurait dû avoir Valls contre Montebourg et il aurait resté Valls
Jardinier
- 19/03/2017 - 10:45
Mon avis complotiste à moi,
C'est que Hamon a bénéficié d'un soutien très fort des médias et sondeurs probablement sur instruction hollandaise lors des primaires pour faire gagner ce candidat médiocre dont on pouvait être sur qu'il ne ferait pas d'ombre à Macron, et que sitôt la primaire achevé, le soutien s’étant retiré, le candidat s'effondre. Plan réussi. Mais je reconnais que j'ai pas l'ombre du début du commencement d'une preuve. :D