En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 3 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 4 heures 50 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 5 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 7 heures 56 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 13 heures 7 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 13 heures 48 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 4 heures 22 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 5 heures 16 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 7 heures 48 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 9 heures 48 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 14 heures 3 min
Asymétrie

Malédiction sur les salaires : mais comment expliquer que les rémunérations n'augmentent quasiment plus même dans les pays au plein emploi ?

Publié le 24 mars 2017
Tandis que les économies les plus dynamiques sont confrontées à une trop faible progression des salaires, les Européens restent enfermés dans une logique inverse, dont l'objectif n'est rien d'autre qu'une baisse du coût du travail.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis que les économies les plus dynamiques sont confrontées à une trop faible progression des salaires, les Européens restent enfermés dans une logique inverse, dont l'objectif n'est rien d'autre qu'une baisse du coût du travail.

Atlantico : États-Unis, Japon, Royaume-Uni ou Canada : si ces pays sont parvenus à sortir de la crise en affichant un taux de chômage proche du niveau de plein emploi (inférieur à 5%), le taux de progression des salaires n'est pas encore revenu à son niveau d'avant crise. Assisterait-on à un nouveau phénomène de stagnation des salaires, échappant totalement au pouvoir des différentes autorités politiques et économiques ? Quelles en sont les causes ?

Nicolas Goetzmann : Le phénomène en question est parfaitement visible au sein de l'économie américaine. Bien que le pays ait pu créer 15 millions d'emplois depuis l'année 2010, ce qui a permis un reflux du taux de chômage à 4.7% pour le mois de février 2017, la progression des salaires est restée modérée par rapport à son niveau d'avant crise. En effet, alors que les salaires du pays progressaient à un rythme annuel de 3.3% au début de l'année 2008, le seuil atteint au dernier trimestre 2016 n'est que de 2.2%.

Taux de croissance annuel des salaires. En %. Source BLS.

Le graphique ci-dessus permet d'y voir plus clair. L'année 2008 a vu se matérialiser un effondrement du taux de croissance des salaires et ce, jusqu'à la fin de l'année 2009, puis, le taux a recommencé à progresser sur un rythme plus faible pour en arriver au taux actuel. La bonne nouvelle est que la mécanique de crise a pu être enrayée, avant de repartir vers le haut. La tendance est donc favorable, mais la progression des salaires est bien à la traîne par rapport au contexte économique apparent des États-Unis. Mais cette situation était en réalité parfaitement prévisible, et la stagnation salariale n'est pas une fatalité.

Le premier point est de savoir quels sont les moteurs de la progression des salaires. D'une part, les salaires progressent lorsque les entreprises y sont contraintes, c’est-à-dire lorsque le taux de chômage est suffisamment faible pour que les entreprises se voient obligées de "débaucher" des candidats dans d'autres entreprises plutôt que de recruter des personnes sans emploi. La négociation laisse alors plus de place à la question du salaire, puisqu'un salarié va généralement quitter un emploi pour en trouver un autre, mieux rémunéré. D'autant plus que la question du mouvement inter-entreprises est le premier facteur des hausses des salaires ; c'est à l'occasion d'un changement d'emploi que les véritables progressions ont lieu, bien plus qu'en attendant les augmentations de salaires des personnes qui restent en poste. Il faut donc un état de "tension" suffisant dans le marché du travail pour que les employeurs soient contraints d'en passer par les hausses de salaires. Et derrière la baisse du chômage américain, une autre statistique permet d'appréhender la situation : il s'agit du nombre d'offres disponibles par personne sans emploi :

Ce n'est que depuis un an environ que le seuil de tension dans le marché du travail a rejoint son niveau d'avant crise. C'est donc maintenant que la progression des salaires pourrait se mettre en place, progressivement. Si la FED fait correctement son travail au cours des prochains mois et des prochaines années, ce qui devient une vraie question.

Le second point concerne la productivité. Une entreprise peut mieux payer un employé si celui-ci a une productivité horaire qui augmente. Or, les gains de productivité se réalisent par l'investissement ; soit via le capital humain (le niveau de formation du salarié), soit par la productivité issue de l'investissement des entreprises. Or, les années de crise ont vu les niveaux d'investissement s'effondrer, ce qui a conduit l'économie américaine à subir une période de sous-investissement qui se traduit aujourd'hui par de faibles gains de productivité.

Ainsi, et au final, on peut constater que ce constat froid de salaires qui progressent trop faiblement a encore tout à voir avec la crise. Ce sont des stigmates d'une crise mal gérée, ou, du moins gérée bien trop timidement.

Quelles sont les conséquences de cette situation pour l'Europe, et notamment pour la France ? Les salaires sont-ils voués à une progression faible ?

L'Europe est dans une logique totalement différente de celle des pays évoqués plus haut. Le continent européen produit une politique économique dont l'objectif est la baisse des coûts salariaux, qui peut être aussi appelée "dévaluation interne". Même si la désignation de cet objectif peut faire polémique, il n'est en rien caché par les institutions européennes. On peut notamment prendre l'exemple d'un rapport publié par la Banque centrale européenne, en ce début d'année 2017, qui pointe le problème des accords collectifs dans certains pays d'Europe. Ces accords empêchent les ajustements salariaux souhaités, en gros parce que les syndicats font leur travail, et ce, malgré des taux de chômage élevés. C’est-à-dire que la pression à la baisse qui devrait normalement s'exercer sur les salaires, justement en raison de taux de chômage élevés, est bloquée par ces accords collectifs. D’où la nécessité d'affaiblir ces dispositifs, pour faire baisser les salaires. C'est d'ailleurs une proposition qui a été reprise par certains candidats à la présidentielle française. Dès lors, on peut comprendre que la problématique de la trop faible progression des salaires aux États Unis n'est vraiment pas le problème qui occupe aujourd'hui les institutions européennes, qui, par choix, préfèrent voir les salaires baisser pour que ceux-ci s'ajustent à une trop faible croissance en Europe, plutôt que de faire comme aux États Unis, c’est-à-dire de relancer la demande pour que celle-ci puisse absorber de nouveaux salariés ou des hausses de salaires. Ainsi, avant que l'Europe ne se pose la question de la trop faible hausse des salaires, il faudra déjà que la stratégie économique européenne soit totalement transformée. Si tel était le cas, il faudrait encore des années pour voir les fondamentaux que sont le plein emploi et la reprise de l'investissement jouer leur rôle de moteur dans la progression des salaires.

Quels sont les remèdes à mettre en place ? Quelles sont les forces économiques à déployer permettant de remettre le taux de croissance des salaires à un niveau "satisfaisant" ?

Il s'agit d'un système d'entraînement. Une économie, comme la France, dispose d'un potentiel, des usines, des salariés, des infrastructures etc…ce potentiel, c'est l'offre. Pour que ce potentiel tourne à plein régime, il faut que la demande soit au même niveau. Donc, seule une politique de la demande peut permettre à un pays d'exploiter tout son potentiel. En l'occurrence, l'économie française est en sous régime permanent depuis bientôt 10 ans. Il n'y a donc aucun risque de voir le total de la masse des salaires progresser de manière "satisfaisante". La question est donc de savoir quels sont les leviers pour accélérer la demande. Le premier est la politique budgétaire, mais celle-ci produit des déficits et de la dette, ce qui n'est pas forcément la meilleure solution au regard des fondamentaux actuels du pays. Reste le deuxième outil, le plus efficace, qui est celui de la politique monétaire. Et puisque la question ici posée concerne les salaires, il suffit de faire le lien entre la croissance des salaires et celle de l'inflation. Lorsque l'on parle de l'inflation, on pense le plus souvent aux prix du pétrole ou du panier de la ménagère, mais ce que regardent les Banques centrales, ce sont surtout les salaires. Parce que ce sont les hausses des salaires qui aliment la hausse des prix. Sans entrer dans le détail des mécanismes, il y a donc un lien entre la faible inflation enregistrée en Europe au cours de ces dernières années, et l'anémie du marché du travail.

Dans ce cadre, la BCE pourrait très bien décider de pousser la demande européenne à un niveau beaucoup plus important pour permettre un rattrapage, ce qui pousserait le niveau d'activité, et ferait baisser le niveau de chômage. Parce que ce qui caractérise la crise que nous vivons depuis 10 ans, c'est son extraordinaire violence. De simples mesurettes ne suffiront donc pas à refaire tourner une courroie d'entraînement dont le premier engrenage est très lourd. Pour que cela soit possible, et comme l'indiquait un récent rapport de recherche consacré aux fondamentaux de l'inflation : "Puisque la tendance de l'inflation est d'abord déterminée par son propre historique, l'implication est que les dirigeants vont devoir surpasser leur objectif afin de ramener l'inflation à son niveau cible". L'implication pratique de cette affirmation est que la BCE va devoir "surpasser" son objectif d'inflation (proche mais inférieur à 2%) pour arriver à normaliser la situation. Il faut déborder du cadre habituel. En d'autres termes, le trou creusé par la crise ne peut être rebouché en suivant une politique conventionnelle, il va falloir combler ce trou en usant d'outils exceptionnels, et en acceptant de sortir du cadre. Ce que les Français ne savent sans doute pas, c'est que l'économie française pourrait supporter une croissance très forte (que l'on peut envisager entre 3% et 4%) avant de revenir à son plein potentiel, et retrouver sa croissance de croisière mais qu'une telle solution nécessite une forte action de la BCE. La question n'est pas de savoir si cela est techniquement possible, mais de savoir si cette solution est celle qui pourrait être choisie, politiquement.

Et ce "vice" est désormais présent aux États-Unis. Parce que la FED est entrée dans une voie de normalisation de sa politique depuis ces derniers mois, ce qui a été illustré une nouvelle fois par son relèvement des taux la semaine dernière. Or, il y a bien une asymétrie qui est en cours. La FED a accepté une longue période de crise et une inflation inférieure à 2% pendant un moment long. Pour équilibrer la situation, il serait donc opportun de laisser l'inflation progresser à un rythme supérieur à ce chiffre de 2%, pour en arriver à une moyenne, sur l'ensemble de la période de 2%. Or ce n'est pas ce qui est fait, comme a pu l'indiquer le président de la Fed de Minneapolis, Neel Kashkari ce 17 mars :  "En se concentrant sur nos actions plutôt que sur nos paroles, en réalité, nous traitons les 2% comme un plafond et non comme une cible. Je ne suis pas nécessairement opposé à un plafond d'inflation. La Banque centrale européenne a un plafond de 2% plutôt qu'une cible symétrique. Cependant, je suis opposé au fait de dire que nous avons une cible alors que nous nous comportons comme s'il s'agissait d'un plafond."

Or, la différence entre une cible et un plafond est fondamentale. Un plafond signifie que "jamais" l'inflation ne devra être supérieure à 2%, ce qui correspond à une protection du capital en béton armé. La seule variable d'ajustement est alors le travail, à travers le taux de chômage et les salaires. A l'inverse, une "cible" correspond à une attitude où l'inflation peut varier autour des 2%, dans les deux sens, pour ce que chiffre corresponde à une moyenne. Ce qui revient à faire payer le travail et le capital de façon égalitaire lorsqu'une crise survient. L'attitude de l'ensemble des Banques centrales des pays occidentaux a consisté à faire du plafond la doctrine centrale (et la BCE ne fait même pas semblant) ;il est donc simplement logique que les égalités progressent. Les chocs sont toujours assumés par les mêmes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 23/03/2017 - 18:28
Lisez le dernier paragraphe, il explique tout.
(il faut y lire inégalité et pas égalité, à la toute fin, je pense). C'est pour cette raison qu'il est important d'aller vers la souveraineté monétaire, parce que cela ne sera jamais possible avec les allemands.