En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 14 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 39 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 52 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 29 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 28 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 43 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 7 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 42 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 4 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 4 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 29 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 43 min
Paradis artificiel

Ce que signifie vraiment l’engouement grandissant pour le naturel

Publié le 17 mars 2017
Paradoxe ! Dans une société marquée par la technologie et les avancées scientifiques, le "naturel" envahit toujours plus notre univers consumériste et comporte-mental.
Gérard Kafadaroff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Kafadaroff est ingénieur agronome, auteur de plusieurs livres sur les OGM dont OGM : la peur française de l'innovation (préface du professeur M.Tubiana ; éditions Baudelaire). Il est également le fondateur de l’Association française des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paradoxe ! Dans une société marquée par la technologie et les avancées scientifiques, le "naturel" envahit toujours plus notre univers consumériste et comporte-mental.

Des produits alimentaires aux cosmétiques, des médicaments aux insecticides, l’offre de produits dits naturels s’élargit, bien soutenue par un marketing dynamique et opportuniste. Naturopathie, homéopathie, aromathérapie et produits bio ont le vent en poupe et bénéficient largement de cette nouvelle passion.

Le « naturel » est tendance. Ses apôtres zélés très présents dans les médias ne prouvent pas pour autant leur connaissance de la réalité de la nature.Cet attrait du naturel devient pour certains un mode de vie marginal se voulant proche d’une nature sacralisée. Ce choix du « naturel » est  naïf et souvent peu raisonné.

Les pesticides, malgré les contrôles rigoureux imposés avant leur mise en marché et les progrès des fabricants et des agriculteurs,  suscitent un rejet sans nuances.

Ainsi le glyphosate, matière active du désherbant Roundup®, fait l’objet de nom-breuses campagnes de dénigrement en vue de son interdiction dans un réel déni des services rendus à l’agriculture et de son bon profil toxicologique reconnu depuis 40 ans. Pourquoi ? Parce qu’une étude* parmi des centaines d’autres prouvant l’innocuité de cet herbicide, l’a imprudemment classé «cancérogène probable»… comme la viande rouge !

Beaucoup de pesticides naturels (substances synthétisées par les plantes pour se défendre contre leurs agresseurs) sont souvent toxiques pour l’homme et couram-ment consommées. Qui en parle ? Pourquoi échappent-ils aux contrôles réglemen-taires ?

Le gouvernement encourage des méthodes de protection des cultures alternatives aux pesticides comme l’agriculture biologique (AB) autorisant l’emploi de pesticides jugés plus naturels. Le sont-ils ? S’agissant du sulfate de cuivre, composé chimique qui s’accumule dans les sols ? Ou des extraits végétaux comme le pyrèthre, neuro-toxique ? Ou l’huile de neem dont le composant majeur, l’azadirachtine, est un per-turbateur endocrinien ?

S'il est admis que les aliments bio contiennent moins de résidus chimiques, ils sont en revanche plus exposés aux contaminants biologiques «naturels» dangereux comme les mycotoxines, les salmonelles ou les bactéries dont une souche mutante et pathogène d’Escherichia coli est à l’origine de nombreux malades et près de 50 décès en 2011 en Allemagne. 

Pourtant l’AB bénéficie d’une étonnante dérogation : elle est soumise à une obliga-tion de moyens mais non de résultats !

Le biocontrôle faisant appel à la lutte biologique au moyen d’organismes vivants an-tagonistes (insectes, virus, …)  ou à des médiateurs chimiques (phéromones) est une autre alternative à la protection chimique des plantes. Méthode séduisante mais limitée dans ses applications, elle présente de nouveaux risques biologiques comme l’invasion de coccinelles asiatiques introduites en France pour lutter contre les puce-rons.

Les OGM restent interdits en France bien qu'adoptés massivement dans le monde et l’absence de problème sanitaire et environnemental depuis 20 ans.

Cependant, chacun consomme en toute quiétude des plantes naturellement trans-géniques comme la patate douce ayant  incorporé des gènes bactériens, ou des plantes ayant subi des modifications génétiques naturelles et aléatoires bien plus importantes que les OGM obtenus par transgénèse.

Ainsi la variété de blé Renan, très utilisée en agriculture biologique, a été créée par l’INRA en faisant appel à des manipulations génétiques plus lourdes et moins pré-cises que celles nécessaires pour obtenir des OGM, … tout en étant exonérée des contrôles draconiens imposés à ces derniers.

Les perturbateurs endocriniens (PE) suscitent de nouvelles inquiétudes sanitaires. Diverses substances chimiques sont incriminées dont  le bisphénol A alors que les PE naturellement présents dans notre alimentation comme l’isoflavone du soja ou le resvératrol du raisin ou du vin attirent peu l’attention.

La radioactivité reste source de peur depuis les accidents de Tchernobyl et Fukus-hima, alors que des médicaments radioactifs  sont utilisés en médecine nucléaire et qu'il existe une radioactivité naturelle du sol (uranium, thorium), des eaux et de l’air (radon) qui inquiète peu la population.

Les nanotechnologies font face à un rejet d’une partie de la population. Plus de 800 produits de consommation courante renferment des nanoparticules. Combien de personnes savent que la première source de nanoparticules présentes dans l’atmosphère est naturelle et provient de l’érosion éolienne et des poussières volca-niques ?

Les innovations techniques ont rythmé l’évolution de l’homme. 

Ce retour nostalgique à la nature est la traduction humaine de la peur face à la puis-sance grandissante de technologies innovantes, complexes, sans cesse renouve-lées et planétaires. Le réflexe est alors de trouver un refuge même illusoire. Cette «nature-attitude» s’accompagne généralement de méfiance ou de rejet, allant jus-qu'à la  condamnation morale de l'artificiel, du synthétique, du technique au détri-ment du recours utile à la science dans le contexte actuel d'explosion démogra-phique. 

Chimie, biologie, physique, ces sciences de la nature sont devenues suspectes dès qu’elles permettent le développement de technologies mises au service de l'homme.

Les médias ont une grande responsabilité dans cette approche des technologies en dramatisant et exagérant leurs risques sans aucune hiérarchisation ou analyse du rapport bénéfice/risque pour les populations. 

Cette pression médiatique exacerbée par des groupes militants contribue à accrédi-ter, durcir et empiler les réglementations renforçant ainsi la peur dans l’opinion pu-blique.

L’intelligence humaine, le génie inventif, les chercheurs sont relégués au second plan. Les experts scientifiques des instances d’évaluation ne sont-ils pas régulière-ment désavoués ou fustigés pendant que de faux lanceurs d’alerte auto-proclamés et d’habiles gourous profitent de la faveur des médias voire des décideurs politiques.

Le réflexe conservateur du «c’était mieux avant» gagne du terrain et engendre le déni de réalité, des choix politiques de  repli sur soi et d’hostilité aux forces d’ouverture sur le monde. 

Non, le meilleur n’est pas derrière nous ! L’évolution de l’espérance de vie et le recul de l’extrême pauvreté dans le monde en sont une preuve irréfutable! L’activisme militant des écologistes et le rôle de médias plus enclins à la communi-cation émotionnelle qu’à la véritable information factuelle contribuent largement  à ce tropisme pour le «naturel» jugé sécurisant.

La nature offre des beautés insoupçonnées, ses paysages, sa flore, sa faune,  elle doit être absolument préservée car fragilisée par la pression d’une population hu-maine qui a quadruplé en un siècle et reste en constante augmentation. 

La nature est aussi la présence de nombreux ennemis vivants pour l’homme, de bactéries responsables de graves maladies infectieuses (tuberculose, choléra, …), des virus mutants (sida, grippe, …), de moustiques vecteurs de virus (paludisme, Zika  …), de protozoaires (toxoplasmose), de chauves-souris vecteurs du virus (ebola),  d’acariens porteurs de bactéries (tiques), de plantes toxiques, envahis-santes, allergènes, de champignons, de l’amanite phalloïde mortelle aux moisissures capables de produire des mycotoxines cancérigènes sur les céréales et les fruits.

La nature est aussi indomptable, capable de décimer des populations lors de grandes catastrophes naturelles (séismes, éruptions volcaniques, inondations, tsu-namis, cyclones, avalanches).

Goûter à la beauté de la nature est louable. Chercher à la protéger est souhaitable.  Mais cette nature est souvent l’ennemi de l’homme. Elle ne peut être adorée sans esprit critique. Elle contraint au développement de moyens de protection faisant ap-pel aux technologies et au génie de l’homme. Le retour au «naturel» qui fleurit aujourd’hui, s’il s’accompagne de peur du progrès scientifique, ne doit pas devenir synonyme de régression, de déclin et amener un regain de croyances.

Dans ses excès, ce retour au "naturel" devient anti-humaniste en condamnant  l’activité humaine au profit de la sanctification de la nature. « …le monde de synthèse dans lequel nous vivons nous garantit une espérance de vie supérieure à 80 ans et cette espérance de vie croît de deux mois chaque année » écrivait en 2006 Yves Cauvin, prix Nobel de chimie.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arvensis
- 18/03/2017 - 10:34
Les bons conseils de l' "agrofourniture"
Les propos de Mr Kafadaroff doivent être lus en conservant à l'esprit ce qu' Atlantico précise dans sa biographie : " il a longtemps travaillé pour le secteur de l'agrofourniture". Agrofourniture : mot à connotation plutôt sympa ou apparemment neutre, mais en réalité qui désigne les industries des engrais, semences et biocides ( ces derniers pudiquement appelés "phytosanitaires" ) C'est le monde efficace, puissant et influent de Bayer, Syngenta, Vilmorin, Nufarm, Cargill, etc.
Merci pour votre vigilance. Arvensis agriculteur retraité.
Michèle Plahiers
- 17/03/2017 - 11:27
Les toxines naturelles
Un corps et un psychisme en bonne santé sont capable d'éliminer "naturellement" la salmonelose. exmple: si vous êtes obligés de fréquenter des personnes toxiques pour vous (manipulateurs pervers). Si vous émettez des ondes inverses, la personne s'éloignera de vous. Idem pour notre corps.
Michèle Plahiers
- 17/03/2017 - 11:24
Suite
Cela ne répond pas à la question. Pourquoi cette obsession pour le naturel? Peut-être une manière "magique" de nettoyer ce qui est toxique dans le mental. Donc, si on ne travaille pas à la source, c'est inutile. Exemple: ne pas manger de viande. Si dans votre mental vous avez la haine, rien ne sert de manger Hallal.