En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 4 heures 2 sec
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 6 heures 45 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 7 heures 8 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 9 heures 24 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 10 heures 33 sec
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 3 heures 21 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 4 heures 43 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 6 heures 49 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 7 heures 24 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 10 heures 9 min
© REUTERS/Michael Kooren
© REUTERS/Michael Kooren
Défaite de Geert Wilders

Pays-Bas : derrière le soulagement démocratique, a-t-on bien vu les recettes employées par le Premier ministre libéral pour stopper le populisme d’extrême droite ?

Publié le 17 mars 2017
Le parti de Geert Wilders a finalement été battu lors des élections législatives, notamment grâce au repositionnement politique de son adversaire.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti de Geert Wilders a finalement été battu lors des élections législatives, notamment grâce au repositionnement politique de son adversaire.

La victoire du VVD du libéral Mark Rutte aux législatives des Pays-Bas sont principalement présentées comme une victoire contre le Parti de la Liberté de Geert Wilders. Mais pour l'emporter, Mark Rutte a choisi de faire une politique plus à droite qu'à l'accoutumée. Peut-on dès lors parler véritablement de défaite du populisme ou de mutation de la droite hollandaise ?

Florent Parmentier : Le résultat des élections législatives hollandaises a effectivement donné un score moins important qu'attendu à l'extrême-droite, au profit du candidat libéral de centre-droit Mark Rutte, qui a été durant cette campagne sur des positions plus droitière que traditionnellement. Cela s'est traduit notamment au moment d'adresser une réponse de fermeté à la Turquie, quand le gouvernement de cette dernière a voulu organiser  un meeting à destination de la diaspora. Mark Rutte a également eu des mots durs à l’égard de son concurrent, en écrivant une lettre dans laquelle il lui conseillait de « quitter le pays, s’il le rejette aussi fondamentalement ». Dans le même temps, l'extrême-droite de Geert Wilders a  tout de même gagné 5 sièges de députés, dans un contexte de très forte participation (81%). 
 
C'est ce résultat, après le Brexit ou l’élection de Trump, qui a conduit au constat d'une « droitisation » du système politique hollandais. Historiquement terre de tolérance, ayant accueilli par exemple de nombreux Français protestants, le pays avait été durablement marqué par le meurtre de Théo Van Gogh en 2006, ayant conduit à une montée de l'extrême-droite, d'abord sous la direction de Pim Fortuyn, puis sous celle de Geert Wilders. 
 
On peut toutefois discuter du contenu de cette “droitisation”, dans la mesure où les concepts de droite et de gauche ne renvoient pas à des idées intangibles et universelles, mais à des coalitions politiques et à des jeux d'acteurs. Dès lors, on pourrait également faire le constat que cette droitisation constatée s'accompagne en réalité d’une gauchisation, pour un certain nombre de partis d'extrême-droite, du programme économique. Le programme du FN, très libéral au milieu des années 1980 n’est aujourd'hui plus du tout de mise. Ce type de partis tend de répondre à la fois à une insécurité culturelle liée à une évolution des modes de vie, ainsi qu’à une insécurité économique liée aux effets de la mondialisation. 
 
Dans le même temps, il ne faut pas perdre de  vue que les écologistes hollandais ont réalisé une progression de 10 sièges,  ce qui est en fait une percée plus importante que celle de l'extrême-droite. 
 

La droitisation des partis de centre-droit touche-t-elle tous les partis de centre-droit traditionnels en Europe ? Qu'est-ce que cela dit de leur évolution ?

Avec le recul des partis sociaux-démocrates, pourtant dominant en Europe dans les années 1990, on a insisté dans plusieurs pays à de nouveaux clivages entre des conservateurs et des libéraux. C'est particulièrement le cas en ce qui concerne le système politique polonais, où à la suite du président Kwasniewski, se font face des conservateurs (PiS) et des libéraux (PO). 
 
Le premier Ministre hongrois Viktor Orban est probablement l'un des exemples les plus parlants de ces évolutions : le diplômé d'Oxford acquis au libéralisme s’est mu est en tête de pont d’une pensée nationaliste et conservatrice au sein de l'Europe centrale. Dans d'autres pays centre-européens toutefois,  les partis de centre-droit ont laissé place à des partis de gauche  qui partagent eux-mêmes une forme d'hostilité au libéralisme, économique comme culturel. 
 
Cette évolution constatée montre qu'on est passé d'un antilibéralisme venu de la gauche dans les années 1990 et 2000, à une pensée de droite  résolument post-libérale. Cette vision plus conservatrice de monde est incontestablement liée au fait que l'âge moyen des Européens est l'un des plus élevé au monde, ce qui produit des effets électoralement. 
 

Sur quels thèmes se fonde généralement cette droitisation en Europe? La question des migrants, l'opposition à l'Islam, le conservatisme, l'ultra-libéralisme ?

La droitisation relève effectivement de plusieurs logiques, qui se renforcent : l'opposition aux migrants (sauf éventuellement aux chrétiens d'Orient), la peur des changements de mode de vie lier à l'émergence d'un islamisme militant, et les valeurs liées au conservatisme social (à l’heure pourtant où un certain nombre de ces pays ont adopté le mariage pour deux personnes de même sexe) en constituent le ciment. L'ultralibéralisme  ne va quant à lui pas nécessairement de pair avec le populisme : dans les États à forte tradition marchande comme les Pays-Bas, cela peut-être le cas, mais pas forcément dans les pays à plus forte tradition étatiste comme la France. 
 
On trouve également au cœur de l'idée de droitisation une remise en cause des fondements de l'État de droit, fondement d’un ordre libéral politiquement. Comme j'avais pu le montrer dans mon précédent ouvrage (Les chemins de l'État de droit,  Presses de Sciences-Po,  2014), se revendiquer du peuple pour contourner l’Etat de droit devient un mouvement politiquement accepté par une partie des citoyens. Or, l’Etat de droit est apparu historiquement comme un moyen d’échapper à l’arbitraire, par le biais de corps intermédiaires permettant de garantir un haut niveau de liberté et de justice. La modération propre au centre-droit faisait au contraire de la valorisation de l’Etat de droit l’une des vertus cardinales du système politique libéral.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 18/03/2017 - 04:30
hmr
Et si c'était nous qui allions demander refuge dans les pays musulmans et une fois sur place demandions des lieux de culte, des tribunaux spéciaux, le droit de déambuler en short, les femmes en mini jupe, cheveux au vent,, des droits pour nos gais, etc... L'accueil serait-il aussi chaud que celui que nous réservons aux Musulmans et à leurs demandes? On peut sérieusement en douter!
Oui, mais eux, ne veulent pas, comme nous, passer pour des modèles de vertus!
Jardinier
- 17/03/2017 - 18:57
Je me demande si la faible (c'est relatif) performance
De Geert Wilders, n'est pas du au fait que justement, l'identitaire ne suffit pas. Il y avait une dimension économique chez Trump ou le Brexit, guère chez le hollandais. C'est le mélange des deux qui fait probablement la force actuelle de Marine Le Pen.
Vipas
- 17/03/2017 - 16:34
Pragmatisme et communication
Les Hollandais sont des marchands comme le fait remarquer cet article, et aussi des pragmatiques, ni idéologues ni sectaires. "les concepts de droite et de gauche ne renvoient pas à des idées intangibles et universelles, mais à des coalitions politiques et à des jeux d'acteurs. Dès lors, on pourrait également faire le constat que cette droitisation constatée s'accompagne en réalité d’une gauchisation, pour un certain nombre de partis d'extrême-droite, du programme économique. Le programme du FN, très libéral au milieu des années 1980 n’est aujourd'hui plus du tout de mise." De plus les "élites" hollandaise (le centre gauche et droit) n'étant pas aveuglées par les idéologies semble mieux entendre les messages de l'opinion et infléchir leur politique en conséquence - quite à prendre des couleurs extrêmes aux yeux des moralistes. Après tout la démocratie n'est elle pas comme le volant d'une voiture qui doit pouvoir tourner à gauche comme à droite en fonction du paysage de manière à ne pas entrer dans le décors ...