En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 5 min 21 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 56 min 13 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 29 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 39 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 53 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 25 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 32 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 25 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 29 min 17 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 15 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 11 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 43 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 55 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 43 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 3 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

L’indésirable "Français de souche", prié de laisser la place aux minorités militantes, car forcément coupable (mais de quoi ?)

Publié le 19 mars 2017
Tout doit être fait pour éviter, en France, la guerre civile que l’islam radical aimerait semer pour imposer le califat, ce nouveau communisme. L’erreur serait néanmoins de se soustraire à l’épreuve en s’accommodant de ce nouveau totalitarisme. Le danger n’est pas le FN, qui n’est que l’expression de la colère d’un peuple abandonné. C’est le déchaînement d’une idéologie apocalyptique qu’il s’agit de stopper pendant qu’il est encore temps. Extrait de "La guerre civile qui vient" d'Ivan Rioufol, aux Editions Pierre-Guillaume de Roux (2/2).
Ivan Rioufol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ivan Rioufol est essayiste et éditorialiste au Figaro. Il tient quotidiennement le blog Liberté d'expression. Il vient de publier un nouvel ouvrage, La guerre civile qui vient (Editions Pierre-Guillaume De Roux).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout doit être fait pour éviter, en France, la guerre civile que l’islam radical aimerait semer pour imposer le califat, ce nouveau communisme. L’erreur serait néanmoins de se soustraire à l’épreuve en s’accommodant de ce nouveau totalitarisme. Le danger n’est pas le FN, qui n’est que l’expression de la colère d’un peuple abandonné. C’est le déchaînement d’une idéologie apocalyptique qu’il s’agit de stopper pendant qu’il est encore temps. Extrait de "La guerre civile qui vient" d'Ivan Rioufol, aux Editions Pierre-Guillaume de Roux (2/2).

L’infamie raciste et xénophobe accolée à l’expression « Français de souche », tandis que le « Français issu de la diversité » et plus encore l’immigré extraeuropéen sont valorisés, dévoile s’il en était besoin l’indifférence officielle portée aux indigènes. Quand François Hollande emploie pour la première fois cette expression de « Français de souche », en février 2015, au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), c’est pour qualifier l’« inconscience », l’« ignorance », l’« intolérance » de jeunes lycéens responsables de la profanation d’un cimetière juif à Sarre-Union (Bas-Rhin), en oubliant de préciser que le leader est un « antifa » d’extrême gauche. Bien qu’encore majoritaires dans le pays de nos pères, nous autres Français d’origine française, forcément coupables (mais de quoi ?) plus qu’aucun autre peuple d’Europe, sommes priés de disparaître et laisser place aux minorités militantes, qui se disent humiliées par la colonisation d’hier, l’hégémonie occidentale, l’injonction à s’assimiler. Bref, humiliées par l’homme blanc, l’indésirable, contre qui le racisme n’est pas reconnu. C’est ce qu’annonce Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévision, quand elle explique en septembre 2015 au micro d’Europe 1 : « On a une télévision d’hommes blancs de plus de cinquante ans, et ça, il va falloir que ça change. » C’est avec un semblable volontarisme que Nicolas Sarkozy avait annoncé, en 2008, rêver d’une France « où l’expression Français de souche aura disparu », quitte à « contraindre » à l’impératif du métissage.

Ces minorités-là ne se font d’ailleurs pas prier pour prendre la place. Pour m’être déjà inquiété de l’avenir de mon pays dans un recueil de mes blocnotes intitulé Où va la France ?, j’ai été distingué en 2009 (en compagnie de Pascal Sevran, Alain Finkielkraut, Luc Ferry) par le prix parodique du « Y’a bon Awards », section « Académie bien française », décerné par l’association « antiraciste » des Indivisibles, créée notamment par la décidément incontournable Rokhaya Diallo. J’eus droit les années suivantes à la nomination dans les catégories : « Touche pas à mon pote raciste » (2010) puis « La France aux Français, les vrais » (2011). Après les attentats de janvier 2015, cette sympathique jeune femme présentera les tueurs en victimes de la société française, en écrivant : « Ce n’est pas le Coran qui a produit ces monstres. Ils sont nés en France, ils ont grandi ici. Ces tueurs sont le fruit de réalités sociales bien françaises. Cette rage folle et meurtrière qui les anime n’est pas le fruit d’un enseignement religieux transmis par leur famille mais la production d’un contexte sociopolitique français. » Et peu importe si les plus pauvres des Corréziens ou des Creusois oubliés n’ont jamais mis le feu à une voiture, ce rituel des « sensibles » à l’injustice française. Tariq Ramadan avait tenu le même registre antifrançais en 2012, en présentant Mohamed Merah, assassin de militaires et d’enfants juifs, comme un « grand adolescent, un enfant, désœuvré, perdu, dont le cœur est, de l’avis de tous, affectueux [...]. Un pauvre garçon coupable et à condamner, sans l’ombre d’un doute, même s’il fut lui-même la victime d’un ordre social qui l’avait déjà condamné [...]. » Merah, victime de la France raciste.

En décembre 2011, j’avais débattu une première fois avec l’intellectuel islamiste de nationalité suisse, sur le plateau de la chaîne publique France O, pour l’émission Toutes les France, animée par Ahmed El Keiy. Y  participait également le maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), Xavier Lemoine. En voici un court extrait.

Moi : « La France n’est pas un pays multiculturel, comme vous avez décidé qu’elle serait : elle est un pays d’assimilation. »

Ramadan : « Vous avez une certaine idée de la France qui est inquiétante ; non pas pour vous, mais pour la France. Cette reconstruction de l’histoire de la France ne répond qu’à votre fantasme. Tous ceux qui sont venus, on est aussi allé les chercher. Ils ne sont plus chez vous, ils sont chez eux. Cette France est multiculturelle par la mémoire de ceux qui la font. Ils viennent avec une mémoire que vous ne pouvez pas leur nier. Elle fait partie de la France et leur religion, l’islam, fait partie de la France. Vos processus d’assimilation sont dangereux parce que vous avez envie d’effacer toute visibilité. Ce que je propose comme projet pour la France, ce n’est pas du tout le vôtre, ce n’est pas cette idée que l’intégration serait une étape vers l’assimilation. C’est : un citoyen doit respecter les règles de la république, qui s’imposent à tous et à chacun. »

Extrait de La guerre civile qui vient d'Ivan Rioufol, aux Editions Pierre-Guillaume de Roux

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 21/03/2017 - 09:33
De quel Droit sommes-nous colonisé ?
Notre DDHC de 1789 et notre Code civil de 1804 reconnaissent la Liberté, protègent la Propriété. Ce Droit fondé sur des droits-libertés, a convenu à la Société française de Napoléon à De Gaulle. Par une compromission avec le matérialisme socialiste, nos Législateurs d'après Guerre ont promulgué (DUDH de 1948 et CEDH de 1951) des droits-créances : droits sociaux, l'Egalité en droits sociaux pour les étrangers, le droit d'asile, la protection juridique des clandestins. Le Droit progressiste implique une créance, payée par le contribuable. Le débat d'hier soir fut un concours de nouveaux droits-créances : « droit à l'emploi » de Méluche, après le « droit au logement opposable » de Sarko, « Egalité des chances » pour la banlieue, donc plus d'enseignants pour moins d'élèves, rompant ainsi avec l'Egalité des français devant l'Administration. Le Constructivisme réduit votre Liberté pour imposer son « Projet de Société » : universalisme de la citoyenneté française et des droits sociaux, ceux-ci imposés par l'Union européenne. C'est cette indifférenciation qui permet des transferts sociaux inter-ethniques massifs. N'est-ce pas là un tribut (une djizia ?), indicateur d'une colonisation ?
lafronde
- 21/03/2017 - 07:23
Qui nous oblige à être colonisé ?
S'il est évident que nous sommes colonisés par l'Afrique et l'Islam, nos politiciens progressistes le nient : hier soir Hamon a répété qu'il n'y avait pas plus d'étranger en France qu'en 1930 ! Fast checking avec des photos des transports parisiens en 1970 et de nos jours.Nos politiciens nous répètent aussi que nous sommes aussi dans un Etat de Droit. Ceux qui croiraient que celui-ci nous protège de l'immigration de masse, se trompent, il la favorise. La République change le Peuple, sans son avis, en distribuant à tous les vents la citoyenneté française. Le Peuple est sommé par la République de faire communauté, de partager son système social, ses logements, ses emplois. Si le Peuple critique l'immigration ou même certains de ses comportements, il est taxé de raciste. Les valeurs de la République d'aujourd'hui, c'est : sois colonisé, paye pour l'être, subis les méfaits possibles, et tais-toi ! Sinon tu es raciste ! et le Tribunal t'infligera 45000€ d'amende. Ces valeurs républicaines là seront défendues à la présidentielle et aux législatives. Si vous y souscrivez, votez front républicain ! Sinon vous avez intérêt à organiser une résistance patriote la plus large possible.
Nap4
- 20/03/2017 - 18:13
A front renversés
La colonisation est un crime contre l'humanité. En effet, l'observation objective des flux migratoires est sans appel. Et le crime contre "notre" humanité c'est ce silence, voire cette bienveillance, qu'alimente une intelligentsia déconnectée qui se sent bien à l'abri dans son cénacle germanopratin.