En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 10 heures 24 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 15 heures 2 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 15 heures 51 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 16 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 17 heures 6 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 17 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 18 heures 12 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 19 heures 39 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 13 heures 23 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 15 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 16 heures 13 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 16 heures 45 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 19 heures 10 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 19 heures 19 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 19 heures 41 min
Stratégie de puissance

Changer l'Europe, les candidats à la présidentielle le veulent mais que pourrait vraiment obtenir la France en fonction des stratégies retenues ?

Publié le 17 mars 2017
Hamon, Mélenchon, Fillon ou Macron prévoient tous de "changer l'Europe" afin de réduire les effets négatifs que l'instance supranationale a sur la France. Mais dans certains cas, le mal semble être fait. Et la tâche risque d'être ardue.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamon, Mélenchon, Fillon ou Macron prévoient tous de "changer l'Europe" afin de réduire les effets négatifs que l'instance supranationale a sur la France. Mais dans certains cas, le mal semble être fait. Et la tâche risque d'être ardue.

Atlantico : Dans une interview donnée au journal Le Monde, Benoît Hamon indiquait : "Je propose aux Etats membres de la zone euro un traité budgétaire qui prévoit la mise en place d’une Assemblée démocratique représentative, qui serait principalement l’émanation des parlements nationaux". Du point de vue français, une telle disposition conduirait-elle à plus ou moins de pouvoir pour la France ?

Christophe Bouillaud : De fait, tout dépendrait du lien qui serait fait au sein de cette nouvelle Assemblée entre le poids démographique d’un pays et son poids en termes d’élus. Si, par extraordinaire, le nouveau Traité optait pour une proportionnalité stricte nombres d’habitants/nombres d’élus, la France, comme les autres grands pays (l’Allemagne, l’Italie et dans une moindre mesure l’Espagne), gagnerait énormément en matière de poids politique. En effet, actuellement le Parlement européen répartit les sièges entre pays en fonction du principe dit de "la degressivité proportionnelle", autrement dit selon une méthode qui attribue bien plus de sièges aux petits pays et aux micro-Etats qu’ils ne devraient en avoir en respectant une proportionnalité stricte. De fait, le principe "un homme=une voix" n’est pas respecté au niveau de l’élection du Parlement européen, comme l’a rappelé la Cour constitutionnelle allemande lors de son jugement de juin 2009 sur le Traité de Lisbonne, et cela est acceptable car, comme le dit la même Cour, l’Union européenne n’est pas du tout un Etat fédéral. Le "Parlement de la zone Euro", pensé lui comme un élément fédéral à mettre en face du pouvoir monétaire fédéral de la BCE, reviendrait sans doute partiellement sur ce défaut, mais cela voudrait dire que le Luxembourg par exemple devrait n’y avoir qu’un seul député pour que la taille du Parlement reste à peu près raisonnable. En effet, pour présenter les choses de manière simplifiée, si l’on pose que les 300000 Luxembourgeois ont droit à un député, il faut par exemple pour rester dans la règle proportionnelle stricte que les 68 millions de Français aient droit à 227 députés et les 80 millions d’Allemands à 266 députés. En pratique, bien sûr, la proposition d’Hamon, issue des idées de Thomas Piketty, vise tout bonnement à l’annihilation du poids politique des micro-Etats, qui sont par ailleurs des paradis fiscaux. Du coup, j’ai quelque doute que les petits pays de la zone Euro acceptent un tel Traité, qui les verrait perdre toute influence dans la gestion de la zone Euro. Du coup, on risque fort de rejouer le jeu de la "dégressivité proportionnelle". 

Dans cette même interview, Benoît Hamon indique qu'il veut "mettre l'austérité en minorité". Cependant, au regard des institutions européennes actuelles, et si la France voulait effectivement changer le régime économique de la zone, une unanimité des membres ne serait-elle pas nécessaire ? Le poids de la France au sein du Conseil européen est-il suffisant pour un obtenir un tel résultat ? A quelles conditions ?

Bien sûr, c’est une règle de base de l’Union européenne que tous les changements des traités exigent l’unanimité. Certes, comme on l’a vu lors du TSCG en 2011-12, il est possible de contourner les récalcitrants en faisant un traité de droit international à côté des traités européens existants. C’est probablement à ce genre de dispositifs que pense B. Hamon. Cela permettrait en tout cas d’éviter que l’un ou l’autre membre de l’Union européenne qui ne serait pas content de la création de ce noyau dur européen autour de l’Euro de bloquer le processus. En effet, pour intégrer un Parlement de la zone Euro au dispositif institutionnel actuel, il faut l’accord des 27 pays membres (en fait même 28 membres tant que le Royaume-Uni n’est pas sorti officiellement, soit probablement jusqu’en 2019). De même, pour intégrer un objectif de croissance et de plein emploi dans les missions officielles de la BCE, il faut un accord unanime des Etats de l’UE, puisque l’Euro devrait en principe être ou devenir la monnaie de tous les Etats (sauf le Royaume-Uni et le Danemark). Enfin, il faut noter qu’un changement de politique fiscale nécessite l’unanimité : les paradis fiscaux, en particulier l’Irlande, ont obtenu cette garantie de haute lutte (par exemple lors du Traité de Nice en 2001), et ne sont pas prêts à l’abandonner, puisque c’est leur principal gagne-pain. 

Par ailleurs, à traités inchangés, il n’est cependant pas impossible qu’une majorité d’Etats décident que tout le dispositif ordo-libéral en faveur de l’austérité, compris dans les Traités et encore renforcé avec le TSCG de 2011-12 soit mis en sommeil. Il serait aussi possible de changer la composition de la Commission, suite à sa mise en minorité au Parlement européen, pour qu’elle arrête littéralement de s’en préoccuper. Il n’y aurait plus alors que la Cour de justice pour rappeler tout ce beau monde au respect des traités. Il ne faut donc pas sous-estimer les possibilités de modification de politique économique dans le cadre actuel des traités, si tout le monde ou presque est d’accord pour faire autrement. De fait, il y a déjà eu une modification de fait de l’ordo-libéralisme, puisque la BCE a décidé en 2012 de faire exactement le contraire en matière monétaire que ce qu’aurait fait une banque centrale conservatrice luttant contre l’inflation, et elle a aggravé son cas ensuite avec le QE ("quantitative easing"). Ce choix a provoqué un conflit avec la Bundesbank. 

Quant au poids de la France, il a été d’évidence faible tout au long du quinquennat qui s’achève. La coalition anti-austérité qu’Hollande voulait construire n’a jamais fonctionné vraiment. Maintenant, la situation est paradoxale : un Président français anti-austérité élu en 2017 aurait moins d’alliés possibles, puisque, par exemple, Matteo Renzi n’est plus aux affaires en Italie et que la droite espagnole est solidement ancrée au pouvoir. Mais la preuve est encore plus éclatante qu’en 2012 que l’austérité est vraiment un désastre : il suffit de regarder ce qui arrive à la Finlande, à l’Italie, ou encore pire à la Grèce, ou inversement au Portugal, pour comprendre que la zone Euro affronte un énorme problème de gestion macroéconomique. Et encore c’est un euphémisme. Donc un Président français pourrait jouer sur cet échec, mais cela voudrait dire accepter d’ouvrir une vraie crise avec le camp d’en face. La lettre de S. Moscovici à B. Hamon publiée par Libération ces jours-ci montre bien que cette idée est inenvisageable pour certains socialistes. Il faudra pourtant en passer par un rapport de force pour mettre "l’austérité en minorité". 

 

De façon plus pragmatique, quel seraient les leviers "conjoncturels" que pourraient utiliser l’exécutif français pour changer réellement l'Europe, entre jeu de coalitions et le contexte international actuel ?

La carte principale que la France pourrait utiliser dans la négociation n’est autre que celle de la sécurité européenne. La menace est désormais quadruple : les islamismes radicaux ; une Russie plutôt agressive en Ukraine et bien décidée à mettre son grain de sel dans nos affaires ; une Amérique à la Trump qui parait pour la première fois depuis 1947/8 se désintéresser de l’unité occidentale et mépriser l’Union européenne ; et enfin une Turquie en plein virage néo-ottoman et dictatorial. Cela fait beaucoup pour des pays qui se croyaient "sortis de l’histoire". 

Or, face à ces menaces, sans notre pays, il n’existe pas de "défense européenne" un peu crédible. Et, plus encore, il faut admettre que ce ne sont pas les petits pays qui vont défendre l’Union, mais les grands pays (France, Allemagne, Italie) qui ont les traditions militaires et la population active nécessaire. Il ne manque en fait que des moyens économiques à ces grands pays pour relancer leur effort de défense. La persistance des paradis fiscaux européens et l’émergence d’une défense européenne bien financée ne sont pas compatibles.

La seconde carte qu’un futur Président français pourra utiliser sera les conditions de son élection contre Marine Le Pen. Plus le résultat du second tour aura été serré, plus il sera facile à ce Président de jouer le jeu de la menace face à ses partenaires européens en se présentant comme la dernière chance de sauver l’Union européenne d’une victoire de cette dernière ou de son parti en 2022. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 17/03/2017 - 00:01
@Mimine 95 - quand on veut on peut
La France est la 7ème puissance économique mondiale et la seconde en Europe. L'UE et l'euro, c'est l'Allemagne et la France. Si l'un s'en va, l'euro et l'UE actuelle tombent. C'est aussi simple que cela.
On peut alors, si on le veut, revenir au Marché Commun et imaginer une autre construction européenne que celle bâtie sur des piliers plus que branlants et dont les peuples ne veulent plus.
Qui aime l'UE en France, à,part les politiciens qui ont trouvé ce bon moyen pour éviter de gouverner tout en conservant les avantages matériels du pouvoir sans ses inconvénients ?
vangog
- 14/03/2017 - 16:39
Quel sac de noeuds!
La dictature ultra-libeeale-socialiste europeiste 1a mis la charrue avant les bœufs! Les traités post-UE n'ont fait qu'accorder des privilèges de niche pour certains pays, en échange d'autres privilèges, pour d'autres pays. L'un a gagné le statut de paradis fiscal, alors que l'autre a gagné le statut de paradis social, l'Allemagne a gagné celui de paradis monétaire, et alors que la France conserve celui de paradis medical pour les étrangers etc...comme l'UE a été mal conçue par les Mitterrand-Delors-Lamy-Guscard et consorts, il faut la corriger par une multitude de traités plus contradictoires les uns que les autres...Qu'est-ce qu'ils veulent changer, les Hamon-tête-de-chon, Macron-l'Algérien, Fillon-le-corrompu? S'ils modifient un seul traité, en faveur de la France, tous les autres pays vont leur tomber sur le paletot, réclamant une modification des traités à leurs avantages propres...on ne peut plus modifier ce qui a été mal construit. La seule possibilité pour l'Europe eut été une construction de départ solide et dans changement. Seuls ceux qui adhèrent au traité de départ rentrent, et les règles ne changent plus ensuite. Avec l'UE, on assiste à une construction bancale...
MIMINE 95
- 14/03/2017 - 15:58
LA FRANCE AVEC SES P'TITS BRAS MUSCLES
va changer l'Europe a elle toute seule , non mais ! Les autres pays de l'union n'ont qu'à bien se tenir, on va voir ce qu'on va voir. Mais voila, y'en a qui nous avez déjà promis "de changer l'Europe" eh ben ... y ont eu des problèmes ! Qui peux encore croire à de telles balivernes.