En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 33 min 39 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 5 heures 27 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 14 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 16 heures 14 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 17 heures 13 sec
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 5 heures 9 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 14 heures 21 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 16 heures 39 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 17 heures 30 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 20 heures 7 min
2 - 1 = 1

Génération solo : Sommes-nous en train de devenir allergiques à la vie à deux ?

Publié le 23 juin 2012
Depuis les années 1960, le nombre de personnes vivant seules en France a plus que doublé. Occuper seul un logement est dans l'air du temps. Mais vivre en solo est-il un choix délibéré pour s'offrir une jeunesse prolongée ? Ou bien est-ce symptomatique d'une génération qui souffre d'une solitude affective ?
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis les années 1960, le nombre de personnes vivant seules en France a plus que doublé. Occuper seul un logement est dans l'air du temps. Mais vivre en solo est-il un choix délibéré pour s'offrir une jeunesse prolongée ? Ou bien est-ce symptomatique d'une génération qui souffre d'une solitude affective ?

Il n'y a pas si longtemps, vivre seul signifiait soit être veuf, soit être vieille fille. Une situation qui concernait donc principalement les plus de 40 ans. C'est loin d'être le cas aujourd'hui. Les jeunes sont de plus en plus nombreux à vivre seuls.

Cela s'explique notamment par le recul de l'âge auquel les jeunes s'installent en couple. Entre le moment où ils quittent leurs parents, et le moment où ils se mettent en ménage, ils passent un moment de transition en vivant seuls. Le dicton "mieux vaut être seul que mal accompagné" semble être devenu le leitmotiv des nouvelles générations. Un phénomène générationnel qu'illustre parfaitement la mini-série à la mode de Canal +, "Bref".

 

Depuis les années 1960, le nombre de personnes vivant seules en France a plus que doublé : une personne sur sept est concernée (soit plus de 8,7 millions de personnes). En 2007, 14% de la population vivait seule dans son logement, contre 6% il y a 50 ans. À 26 ans, environ 20% des jeunes hommes vivent en solo.

Fait notable : les femmes sont plus nombreuses à vivres seules que les hommes. Un écart qui a toutefois tendance à se réduire. Si en 1962, 8% des femmes françaises vivaient en solitaire (contre 4% des hommes), elles étaient 16% en 2007, (contre 12% pour les hommes).

Aux Etats-Unis, 1 foyer sur 4 est occupé par une personne seule, rapporte le New York Times. A Manhattan - le temple du célibat - le chiffre passe à un foyer sur deux. En 1950, 4 millions d’Américains adultes vivaient seuls, ce qui représentait 9% des foyers. Aujourd’hui, ce nombre atteint 31 millions, soit le chiffre exorbitant de 28% des foyers.

Si les chiffres parlent d'eux-mêmes, on peut en revanche se poser la question du choix : vivre seul est-il un choix délibéré, ou à l'inverse un mode de vie subi ? Nouvelles figures emblématiques, ces nouveaux solitaires font voler en éclats l'image du célibataire malheureux ou dépressif. Mais dans la réalité, dans notre société, peut-on être seul ET heureux ?

Cela dépend d'abord du pays où l'on vit. En Espagne, "l'idée de vivre seul n'est ni appréciée ni valorisée, on l'assimile à la solitude affective", explique la sociologue franco-espagnole Sandra Gavira. "Vivre seul, volontairement, est codé comme «il n'arrive pas à supporter les autres» ou «il est tellement imbuvable que personne ne veut vivre avec lui»", analyse-t-elle.

Certaines personnes argueront qu'elles ne sont tout simplement pas faites pour vivre en communauté. Elles sont bien dans leur petit monde et ne veulent pas voir leur salle de bain envahie par une deuxième brosse un dent, ou voir leur placard à vêtements colonisé par des caleçons à rayures ou autres soutiens-gorge à dentelle. Des personnes qui, aux yeux de certains psychologues "n'acceptent pas de grandir" et souhaitent rester d'éternels ados, sans fil à la patte.

"Le cœur de la vie en solo, c’est comme une jeunesse prolongée, analyse le sociologue Jean-Claude Kaufmann. Et qu’est-ce que la jeunesse, c’est une période de la vie où l’avenir n’est pas encore écrit. C’est une période où l’on peut s’inventer d’avantage même si elle n’est pas toujours facile à vivre. Donc solo cela porte aussi l’idée de moments créatifs."

Toujours est-il que les conditions de vie modernes permettent de mener de front une vie sociale et amoureuse active tout en se repliant dans sa petite bulle. Quand il est facile de sortir de chez soi et qu'on a le choix entre cinq bars en bas de chez soi pour faire de nouvelles rencontres, vivre seul n’équivaut plus à une condamnation à la solitude. Encore moins à une époque où l’on peut, chatter sur Facebook, envoyer des SMS et des emails, ou communiquer sur Skype avec des contacts éloignés.

 

 

Autre changement majeur : la sexualité n’est plus confinée à la sphère du mariage. Dans son dernier livre Going Solo, The Extraordinary Rise and Surprising Appeal of Living Alone (L'Essor extraordinaire et l’attrait surprenant de la vie en solo), Eric Klinenberg soutient que la conjonction de l’urbanisation de masse, des technologies de la communication et de la libération des mœurs a conduit à cette évolution. 

C’est donc parfaitement possible de vivre seul en entretenant toute une variété de relations épanouissantes. Mais, plus particulièrement à des âges avancés de la vie, c’est loin d’être facile ou évident.

En effet, plus une femme est âgée, plus elle risque de vivre seule. Si 8% des femmes de 40 ans vivent seules, elles sont 55% à 80 ans. Plusieurs faits expliquent ce phénomène. Les femmes se retrouvent souvent seules après une rupture. Les divorces ayant considérablement augmenté, le nombre de personnes seules a suivi le même chemin. Le départ des enfants élevés par un parent isolé joue aussi en ce sens. Des chiffres qui s'expliquent aussi par le plus grand nombre de décès de leur conjoint. Les personnes âgées, même seules, restent à leur domicile plus longtemps qu'il y a 50 ans en raison d'une meilleure santé.

D'autre part, les femmes refusent désormais de tout sacrifier pour accueillir un homme dans leur vie, elles font moins de concession : vivre avec quelqu'un oui, à condition de continuer à mener sa carrière de front, de ne pas être la potiche affiliée au ménage, ou de pouvoir continuer à partir en weekends avec les copines.

Il ne faut toutefois pas se voiler la face : ce mode de vie n'est pas la panacée pour tous. La pression sociale fait toujours effet. Et on ne manquera pas de rappeler sa "triste situation" à une Bridget Jones ou au fils "incasable" de la famille, qui cherchent désespérément l'âme sœur.

Parmi les trentenaires, ce sont les femmes qui expriment le plus d’angoisse face à leur célibat, car elles sont plus soumises au harcèlement de leurs pairs qui les poussent sans cesse à trouver un compagnon et à se reproduire. Les formules du type "Ma chérie, quand vas-tu me faire un petit-fils ?" ont toujours un effet inconscient très fort sur les jeunes femmes.

Marie Slavicek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
benjo
- 01/03/2012 - 21:41
Mensonges et statistiques
Contrairement a ce que l'article veut faire croire, le pourcentage d'Américains vivant seuls est *inferieur* a celui de la France. En effet, si 31 millions de personnes aux USA représentent 28% des foyers, elles ne sont que 10% de la population entière - contre 14% en France. Ca serait bien de comprendre les chiffres qu'on utilise avant de dire n'importe quoi.
cWal
- 29/02/2012 - 13:56
Et alors ?
A 54 ans je vis seul, comme j'ai toujours vécu depuis que j'ai l'âge de pouvoir le faire. Je n'ai pas de portable, pas de compte "fesse-bouc", ni "Skype", j'ai internet uniquement pour jouer à des jeux en ligne avec des gens que je ne connais pas et que je ne connaîtrai jamais.
J'ai sans doute entre 12 et 15 ans dans ma tête, mais quand je vois le monde des "adultes" qui m'entoure, j'espère bien ne jamais grandir !
Et quand je vois les gamins d'aujourd'hui, je me félicite également de ne pas en avoir.
Je ne sais pas si je suis heureux on non mais cette vie là me convient. Ce qui ne m'empêche pas de rester réaliste et de trouver tout ceci relativement triste... Mais à qui la faute si on en est là ? Certainement plus à la société qu'à moi-même.
PASCONTENT
- 29/02/2012 - 13:01
la durée de la vie à deux
est la conséquence du respect de l'autre et d'une collaboration permanente. L'affection en est le ressort ,or notre société est basée sur un phénomène de massification ou l'amour est devenu un produit de consommation courante comme le camembert ou un maillot de corps. Alors comme pour le reste il devient par habitude nécessaire de changer