En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 10 heures 24 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 11 heures 56 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 13 heures 50 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 15 heures 33 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 19 heures 8 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 12 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 11 heures 26 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 13 heures 24 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 14 heures 14 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 16 heures 9 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 18 heures 54 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 19 heures 21 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
© Reuters
Feel good

Comment réussir à tourner la situation à votre avantage si vous n'avez pas pu vous empêcher de pleurer au travail

Publié le 13 mars 2017
Une étude réalisée par l'Ecole de Commerce de Harvard montre que pleurer sur son lieu de travail peut être bénéfique dans une seule condition, que ces larmes démontrent votre passion pour votre travail. Dans d'autres circonstances, exprimer ses émotions peut être utile pour sa carrière.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude réalisée par l'Ecole de Commerce de Harvard montre que pleurer sur son lieu de travail peut être bénéfique dans une seule condition, que ces larmes démontrent votre passion pour votre travail. Dans d'autres circonstances, exprimer ses émotions peut être utile pour sa carrière.

Atlantico : Une étude réalisée par des chercheurs de l'Ecole de Commerce de Harvard montre qu'il n'y a aucune fatalité à pleurer sur son lieu de travail. Cela permettrait même de démontrer à ses employeurs sa passion pour son travail. Quels sont les différents contextes qui peuvent être amenés à pleurer et dans quels cas cela pourrait-il être effectivement bien vu ? 

Xavier Camby : Je redoute que ces études essaient de nous faire prendre l'ombre pour la proie et confondent symptômes et causes réelles : le fait de pleurer – sauf de joie – sur le lieu de son travail révèle un état psychique extrêmement fragilisé et dégradé ! L'embarras observable de celui ou celle qui pleure au travail, pour des causes liées à celui-ci, est révélateur. Remettons un peu d'ordre dans ces déclarations et dans les postulats que certains s'autorisent à prononcer. L'anthropologie la plus sérieuse et la plus avancée, se fondant chaque jour davantage dans les travaux des neuro-sciences, attestent que nos émotions nous sont essentielles, vitales au point qu'on ne peut bien vivre sans. Positives, elles constitueraient un des moteurs de notre motivation, la racine de notre santé psychique et la source de notre énergie créatrice. Négatives, elles détruiraient toutes nos interactions avec les autres, brûleraient nos enthousiasmes et finiraient même pas détériorer notre santé biologique. Un film d'animation encore assez récent (Vice versa), très bien documenté, démontre les mécanismes émotionnels au gré d'une belle histoire d'une enfant moderne. Pleurer de joie (émotion positive) est une chose que tous acceptent aisément, même au travail. Pleurer de peur, de haine, de colère ou de rage, ou encore de tristesse est donner libre cours à ses émotions négatives, ce qui ne peut qu'être néfaste.

Sur un plan plus juridique, qu'est-ce qui est permis aux salariés en terme d'exposition de leurs émotions au sein de l'entreprise qui les emploient ? Quelles sont les émotions qui peuvent être acceptées ? 

A ma connaissance, je ne pense pas que, dans les inextricables, pléthoriques et absurdes méandres de la législation française du labeur, le législateur se soit déjà saisi des émotions au travail. Il ne cesse cependant de réglementer la vie professionnelle, toute en les ignorant... Allons un peu plus loin. Depuis des décades, on nous apprend à ne pas trimbaler nos émotions au travail, ce dernier n'étant à l'évidence que stricte rationalité et perfection déductive. C'est un leitmotiv idiot, car comment crée-t-on ? Comment innove-t-on ? Par pure abstraction, solitaire et sans interaction avec les autres ? Deux visions du monde s'affrontent. La première considère que seule la mathématique (et ses sous-produits) constitue l'achèvement ultime de notre dignité humaine, que l'algorithme est la réponse à tous les chaos et que bientôt nous aurons une heureuse liberté humaine, à base d'antagonismes de 0 à 1. Robotisés, sans plus jamais aucune erreur possible, nous serons alors au nirvana de la consommation/production intergalactique, devenus rationnel pour toujours. Je force à peine le trait. Une autre vision de notre monde, celle de ceux qui créent réellement de la richesse à partager, celle de ceux qui inventent sans cesse de nouvelles formes et essaient de nouveaux modèles, s'impose doucement, plus libre et plus réaliste. Ces "visionnaires" connaissent très bien, même si intuitivement le plus souvent, le rôle des émotions positives dans l'adhésion, la motivation, l'engagement, le changement, l'invention...

L'expression des émotions peut-elle avoir une utilité à des fins carriéristes ? Faut-il se méfier de ceux qui montrent un peu trop leurs émotions au travail ?  

Le cerveau humain, dont on découvre chaque jour davantage la merveilleuse et très sophistiquée organisation, semble être très mal équipé pour fonctionner lorsque qu'il est envahi d'émotions négatives. A l'inverse, les émotions positives stimulent la créativité et donc l'innovation, permettent les interactions humaines sereines, accompagnent les changements avec simplicité, non-conflictuels. Nombreux sont ceux qui pensent avec moi que seule l'expression des émotions positives peut être tolérée au travail.

En d'autres mots, nul jamais n'est payé pour, au sein de son équipe, créer de la terreur (née de la peur ou l'angoisse), de la haine (engendrée par la colère ou l'injustice) de la tristesse, de l'écœurement ou du dégout : il vole son salaire car il détruit de la valeur ajoutée au lieu d'en créer. Ce triste sire, lui-même victime de ses émotions négatives, contagieux de ses humeurs chagrines et toxiques, n'est éventuellement carriériste que par frustration ou avidité de pouvoir. Les émotionnels négatifs auraient intérêt à rester chez eux le temps de se soigner. Réfréner les expressions intoxiquées de leurs émotions nocives est de santé publique. Les émotionnels positifs mènent leurs équipes à la vraie performance individuelle et collective. Il importe que leurs émotions redeviennent licites et puissent trouver à s'exprimer.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires