En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Edito

La chute des cours du pétrole éloigne le risque d’un retour de l’inflation

Publié le 10 mars 2017
La chute brutale des cours du pétrole en l’espace de quarante-huit heures vient de rappeler combien les prévisions en matière économique se révèlent aléatoires. Le débat se focalise désormais sur l’évolution future de la production pétrolière.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chute brutale des cours du pétrole en l’espace de quarante-huit heures vient de rappeler combien les prévisions en matière économique se révèlent aléatoires. Le débat se focalise désormais sur l’évolution future de la production pétrolière.

La chute brutale des cours du pétrole en l’espace de quarante-huit heures vient de rappeler combien les prévisions en matière économique se révèlent aléatoires. L’or noir, qui s’était installé au-dessus de 55 dollars le baril, est retombé en-dessous de cinquante, à 49 dollars, pour le WTI, tandis que le pétrole de la mer du Nord accusait un repli supérieur à sept pour cent. Ce mouvement spectaculaire a surpris par sa soudaineté et son ampleur, preuve qu’une certaine spéculation s’était installée depuis quelque temps en pariant au contraire sur une hausse du brut. En effet, les risques d’une pénurie s’étaient répandus sur les marchés, à l’annonce que les grandes compagnies réduisaient leurs investissements en matière de recherche, alors que la consommation continuait d’augmenter, ce qui se traduirait à terme par un retour de la pénurie et une inévitable hausse des prix. Certains spécialistes envisageaient à terme leur doublement autour de cent dollars, en raison d’une véritable flambée des prix. A cet égard, l’inflation de deux pour cent enregistrée en février dans la zone euro apparaissait comme un signe prémonitoire, susceptible d’entraîner les maux habituels : augmentation accélérée des taux d’intérêt et effets négatifs sur la croissance.

Mario Draghi a tenu à rassurer jeudi les marchés. Le président de la Banque centrale européenne assure que le risque de déflation redouté précédemment était conjuré grâce aux 1700 milliards qui avaient été déversés sur les marchés avec les rachats d’actifs, auxquels  s’ajouteraient encore 620 milliards d’ici la fin de l’année. Au demeurant, selon lui, les taux d’intérêt, qui aveint commencé à se tendre un peu, pourraient encore connaitre un mouvement de baisse, car hors énergie, l’inflation de février dans la zone euro n’était que de 0,9%  ce qui montre l’importance du rôle joué par le pétrole dans la fabrication  des prix.  La chute soudaine des cours des derniers jours aura donc ses répercussions  sur l’indice de mars, qui pourrait se stabiliser et faire retomber les craintes émises par certains  économistes.

Le débat se focalise désormais sur l’évolution future de la production pétrolière. L’accord de réduction d’un million deux cent mille barils jour de la mise sur le marché des  pays de l’Opep  conclu en novembre semble fonctionner  normalement. Mais les investissements massifs qui ont repris aux Etats-Unis pour l’exploitation du gaz de schiste depuis que les prix sont remontés, apportent un complément d’offre qui compense déjà ce que les producteurs traditionnels ne fournissaient  plus. Et la hausse régulière des stocks américains de semaine  en semaine indique même que l’on se trouve dans une situation nouvelle où l’Amérique risque d’inonder de plus en plus le marché. L’inquiétude est telle parmi les fournisseurs traditionnels qu’une réunion vient de se tenir pour la première fois avec les producteurs de gaz de schiste, pour tenter de tracer des perspectives réalistes sur l’avenir de ce marché si sensible à la conjoncture, en prenant  conscience d’une donnée  fondamentale : le meilleur moyen de contrôler la production est de stabiliser les prix, voire de les orienter à la baisse pour décourager la multitude de petits producteurs d’outre-Atlantique à s’orienter vers une activité qui serait alors de moins  en moins  lucrative, malgré  la baisse des coûts d’exploitation observée ces derniers temps.  Ce serait la meilleure manière de rééquilibrer le fonctionnement d’un marché d’autant plus volatile qu’il est lié aussi aux aléas géopolitiques de plus en plus présents.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
POLITQ
- 11/03/2017 - 15:40
ETATS-UNIS GAZ DE SCHISTE…..
Certes les E-U s'auto-polluent, mais s'ils pouvaient faire manger leur chapeau à ces foutus moyen-orientaux qui nous pourrissent la vie depuis 70 ans….. Ces racailles qui en plus tuent des milliers d'occidentaux grâce au terrorisme qu'ils organisent….. Et que la gauche favorise, encourage, crée d'une manière certaine, depuis tellement longtemps…..
Piwai
- 11/03/2017 - 05:42
bof...
Dans tous les cas une volatilité forte stimule le developpement des outilsde stockage chez les petits producteurs, ce qui a terme stabilise le marche aussi...