En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Vote à risques
Ce “laxisme” outre-Rhin à l’égard des discours anti-allemands auquel Merkel doit répondre à la veille des élections
Publié le 08 mars 2017
Le référendum pour étendre les pouvoirs du président Turc va avoir lieu le 16 avril prochain. La diaspora turque installée en Allemagne pourrait avoir un rôle capital dans ce scrutin. C'est dans ce contexte qu'est intervenu la série d'annulation des meetings de l'AKP.
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le référendum pour étendre les pouvoirs du président Turc va avoir lieu le 16 avril prochain. La diaspora turque installée en Allemagne pourrait avoir un rôle capital dans ce scrutin. C'est dans ce contexte qu'est intervenu la série d'annulation des meetings de l'AKP.

Atlantico : Alors que la Turquie organise un référendum le 16 avril prochain sur un projet de réforme constitutionnelle visant à renforcer les pouvoirs du président turc, plusieurs meetings de soutien à ce projet, organisés en Allemagne, ont été annulés, ce que le président Erdogan a qualifié de "pratiques nazies". Outre le qualificatif employé, que révèle ce climat du rapport de force actuel entre l’Allemagne et la Turquie ? 

Gérard-François Dumont : Le président turc Recep Tayyip Erdogan n’a pas qualifié par hasard de pratiques "nazies" le fait que plusieurs villes allemandes aient décidé d’annuler des meetings. Leur l’objet était de faire, auprès des électeurs turcs vivant en Allemagne, la promotion du "oui" pour le référendum du 16 avril portant sur le projet de réforme constitutionnelle. En effet, Erdogan considérait et considère que ces meetings sont essentiels pour mobiliser les 1,5 million de Turcs vivant sur place (au total, avec environ quatre millions d'électeurs potentiels, les Turcs de l'étranger représentent 8% du corps électoral turque.) 

La "diatribe d’Erdogan" (Selon la formulation du journal Le Monde, 7 mars 2017 à propos de la phrase d’Erdogan : "Vos pratiques ne sont pas différentes de celles des nazis".) du 5 mars 2017 révèle d’abord les rapports de force électoraux en Turquie. Recep Tayyip Erdogan sait parfaitement que, lors des précédentes élections législatives turques, son parti, l’AKP, a obtenu des résultats très satisfaisants auprès des Turcs vivant en Allemagne. En effet, ces derniers ont voté massivement pour l'AKP, avec un pourcentage supérieur à celui obtenu par le parti du Président en Turquie. Le vote des personnes de la diaspora turque est donc essentiel pour Recep Tayyip Erdogan. D’abord, il doit permettre de contribuer à la victoire du "oui" lors du référendum du 16 avril d’autant que cette victoire n’est pas assurée, certains sondages annonçant que le "non" pourrait l'emporter, certes avec une faible marge, chez les électeurs votants en Turquie. Ensuite, il s’agit que la victoire du "oui" soit la plus élevée possible, pour davantage légitimer la centralisation accentuée du pouvoir que demande ce référendum. 

Ainsi, le climat du rapport de force de ce début mars 2017 entre l’Allemagne et la Turquie tient à des questions de géopolitique interne du côté de la Turquie, mais aussi du côté de l’Allemagne. En effet, les législatives allemandes de septembre 2017 se préparent dans un contexte où, selon le quotidien Bild, 81% des Allemands considèrent que Berlin, sous la direction de la chancelière Merkel, s’est montré trop complaisant avec la Turquie. Il est vrai que, les années précédentes, l’Allemagne a accepté silencieusement des propos fort violents d’Erdogan ou de ses ministres. L’Allemagne est resté sans réagir face à des meetings organisés en Allemagne en faveur de l’AKP où étaient déversés par des responsables turcs des discours fort belliqueux à l’encontre du Parti démocratique des peuples (en turc : Halkların Demokratik Partisi - HDP) et très hostiles aux valeurs de l’Allemagne. 

En ce début 2017, le fait nouveau concerne l’attitude de certaines personnalités allemandes de gauche demandant plus de fermeté à l’égard de la Turquie. En effet, toutes ces dernières décennies, la gauche allemande et tout particulièrement le SPD, premier et par ailleurs toujours défenseur de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, était généralement très silencieuse sur ces questions (À l’exception de Thilo Sarrazin qui a publié en 2010 Deutschland schafft sich ab (L’Allemagne disparaît) ; cf Géopolitique de l’Europe : de l’Atlantique à l’Oural) . Pourquoi ? Tout simplement parce que la majorité des Allemands d'origine turque vote pour le SPD, un vote ayant conduit à influencer, et parfois à déterminer, les résultats des élections législatives allemandes4.

Les violents discours d’Erdogan, et tout particulièrement celui du 5 mars 2017, conduisent à soulever une question essentielle. Faut-il autoriser des ministres d'un gouvernement étranger à venir participer à des campagnes électorales sur son propre territoire ? La réponse générale est positive, mais, dans ce cas, ces ministres ne devraient pas critiquer le pays qui accueille une partie de diaspora ou porter atteinte à sa concorde sociale. Or c’est bien ce qui s’est passé lors de précédentes manifestations politiques de responsables turcs en Allemagne ou en France.

Par exemple, le dimanche 4 octobre 2015, au Zénith de Strasbourg, Recep Tayyip Erdogan a délivré aux Turcs de la diaspora européenne un  message qui peut se résumer par la formule : "un seul drapeau, un seul pays, une seule foi". Dans la grande salle du Zénith, où 12 000 hommes et femmes étaient séparés, Recep Tayyip Erdogan a déclaré aux Turcs qui vivent en Europe qu'il souhaitait leur réussite économique en Europe pour envoyer argent et richesses en Turquie. Mais il leur a déconseillé de faire le moindre effort pour s'intégrer aux pays européens où ils vivent. 

 

Si la Turquie a pu faire levier sur la question des réfugiés pour mettre la pression sur Bruxelles, et plus particulièrement sur Berlin, qu'en est-il de la réalité de cette pressions sur le terrain ? Dans quelle mesure les flux migratoires seraient modifiés par un changement de politique d'Ankara ? 

La Turquie des années 2010 n’a cessé d’utiliser les migrants à ses fins géopolitiques propres. D’une part, la Turquie, en laissant un groupe comme Daech utiliser son territoire, notamment pour le recrutement de djihadistes issus d’autres pays, et en aidant des groupes islamistes à attiser les violences en Syrie, a concouru au conflit civil et, donc, à l’exode de populations syriennes vers son pays, comme vers le Liban ou la Jordanie. D’autre part, surtout à compter de fin 2014, la Turquie a facilité la ré-émigration vers l’Europe, escomptant en tirer des avantages de l’Union européenne. Le gouvernement turc laissait les passeurs agir à leur guise, en plein jour, et amasser des milliards d’euros. En outre, même si le socle de la migration est venu de Mésopotamie, les passeurs ont proposé leurs filières à des migrants issus de nombreux autres pays (Afghanistan, Erythrée, etc.). En 2015 et au début de 2016, la Turquie était devenue une "autoroute à migrants"5. 

Il est incontestable que Recep Tayyip Erdogan a utilisé la question migratoire à des fins géopolitiques. Pendant des mois, Recep Tayyip Erdogan a laissé faire les passeurs pour envoyer des migrants en Europe. Quand il a obtenu ce qu'il voulait de l'UE, soit des milliards d'euros, la réouverture des négociations d’adhésion avec l'UE et la promesse de la suppression des visas pour les turcs qui se rendent en Europe, les flux migratoires de Turquie vers l’Europe se sont quasiment arrêtés. 

Un an après, en mars 2017, la situation sur les terrains syriens a changé, ce qui pourrait permettre à l’Union européenne de desserrer les contraintes géopolitiques que la Turquie fait peser sur elle. En effet, une partie significative des territoires syriens a retrouvé une situation pacifiée où la guerre civile s’est interrompue. En conséquence, d’une part, d’autres Syriens qui seraient partis si la guerre s'était prolongée là où ils habitent choisissent de rester et ne contribuent donc pas à augmenter la masse de migrants utilisée géopolitiquement par la Turquie. D’autre part, nombre de Syriens présents en Turquie veulent retourner chez eux. 

Pour que les migrants syriens qui se trouvent dans les pays voisins retrouvent leur pays, comme ils le souhaitent dans leur grande majorité, et cessent donc d’être utilisés comme marge de manœuvre géopolitique par la Turquie, cela suppose de leur apporter une aide à la réinstallation. 

Quels sont les moyens dont disposent les Européens pour faire face à ce qui a pu être qualifié de "chantage" ? La donne a-t-elle suffisamment changé pour développer une nouvelle stratégie européenne sur cette question ?

L'Union Européenne a les moyens de faire en sorte que les menaces migratoires périodiquement proférées par la Turquie s'arrêtent en concourant à la pacification et à la reconstruction de la Syrie. Comme plus de 96% de habitants de la terre qui vivent là où ils sont nés, les Syriens veulent vivre et travailler au pays. Mais pour cela, il faut favoriser des conditions de pacification.

L'UE devrait enfin prendre en compte les réalités géopolitiques au lieu de se laisser aveugler par des approches idéologiques déconnectées des réalités. Ces dernières années, l'UE s'est trompée. Elle pensait que la Syrie connaissant en 2011 une simple révolution qui amènerait à un rapide changement de régime comme précédemment en Tunisie et en Égypte6. C'est ce mauvais diagnostic géopolitique qui a contraint l’Union européenne à céder aux pressions de la Turquie et à manquer de fermeté à l’égard des dérives anti-démocratiques et liberticides de ce pays. Désormais, l’Union européenne doit abandonner sa stratégie déployée depuis 2011 qui a totalement échoué et avoir la volonté de changer de stratégie et donc de modifier sa politique étrangère vis-à-vis de la Syrie et ses interventions dans ce pays.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
03.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
04.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
07.
Psychologie de la Saint Valentin : attention au danger psychologique d’un abus de romantisme
01.
La future mariée impose ses invités
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
fanfoué
- 08/03/2017 - 21:20
Le retour du Sultan
Erdogan est aussi dangereux que Kim jong-un, il s'est servi d'un pseudo coup d'état pour faire le ménage et virer tous les cadres de l'armée et de l'administration jugés trop laïques, la presse est à sa botte, le Sultan va régner en maître absolu sur le pays. Etrangement, il suscite beaucoup moins de critiques que Poutine. Va t'on tolérer un dictateur islamique au sein de l'Otan ?
horus35
- 08/03/2017 - 11:48
Erdogan.... de toilette!
Et le toilettage ca le connait cet islamiste convaincu ! C'est meme plus que du toilettage, c'est du nettoage ethnique pratiqué en priorité sur les populations Kurdes ! Mais il ne faut pas se leurrer, ce criminel n'en restera pas là , revant de se debarasser de tous ceux qui se mettraient en travers de son reve de nouvel empire othoman ! Et dire que certains en France et en Europe continuent de vouloir nous imposer l'entree de ce pays dans une UE deja suffisement malade ! La merkel vient de voir le veritable visage de ce haineux ! Esperons que la lecon soit comprise !