En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Qui s'y frotte s'y pique
Posts à retardement : de Mehdi Meklat au malheureux fils de la famille d'Orvault, ce qui se passe quand les réseaux sociaux vous rattrapent
Publié le 09 mars 2017
Dans le cadre de l'affaire des disparus d'Orvault, le fils a pu apparaître, pendant un temps aux yeux des enquêteurs, comme le principal suspect en raison de certains de ses anciennes publications Facebook dans lesquelles il témoignait de son mal-être, mais aussi de la rancœur qu'il a pu éprouver à l'égard de son père.
Eric Delcroix est conférencier et consultant, spécialiste du web 2.0, des réseaux sociaux et de l'identité numérique. Il a notamment participé à l'ouvrage Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?, paru en juin 2012. Il est créateur du site...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delcroix
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delcroix est conférencier et consultant, spécialiste du web 2.0, des réseaux sociaux et de l'identité numérique. Il a notamment participé à l'ouvrage Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?, paru en juin 2012. Il est créateur du site...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre de l'affaire des disparus d'Orvault, le fils a pu apparaître, pendant un temps aux yeux des enquêteurs, comme le principal suspect en raison de certains de ses anciennes publications Facebook dans lesquelles il témoignait de son mal-être, mais aussi de la rancœur qu'il a pu éprouver à l'égard de son père.

Atlantico : Au regard de certains exemples tirés de l'actualité, notamment celui de Mehdi Meklat ou encore du fils de la famille Troadec, peut-on envisager que les réseaux sociaux puissent pousser à des comportements de défi, de provocation, de postures publiques faisant montre d'un nouveau type d'exhibitionnisme ? 

Eric Delcroix : Par certains aspects, les réseaux sociaux poussent à une certaine forme d'exhibition. Pour beaucoup de gens, la question du paraître est fondamentale dans l'usage des réseaux sociaux. Toutefois, il reste à définir si ce sont les réseaux sociaux qui poussent à cette exhibition ou bien le regard des autres.

Par rapport à toutes ces problématiques, le souci réside dans le fait que les individus publient sans savoir ce qu'ils publient réellement, sans se fixer de limites. Ceci est une grosse erreur. C'est à nous de fixer les limites de jusqu'où on peut aller lorsqu'on publie sur les réseaux sociaux. Les gens n'ont aucunement conscience que ce qu'ils écrivent sur les réseaux sociaux pourrait un jour se retourner contre eux.

Je ne pense pas que ce soient les réseaux sociaux à proprement parler qui favorisent ces comportements de défi ou de provocation, mais davantage les groupes auxquels on appartient. Les réseaux sociaux sont une synthèse de ce qui se passe au quotidien, dans la vie réelle. On pourrait tout aussi bien retrouver les mêmes phénomènes au sein d'un groupe d'une cour de récréation par exemple. Sur Internet, l'audience est plus large. Les réseaux sociaux sont simplement un vecteur de cette communication.

Il y a 25/30 ans, les réseaux sociaux n'existaient pas, et pourtant le même genre d'actions pouvait être commis. Mais celles-ci restaient alors au sein du groupe, sans diffusion, ce que permet désormais Internet et les réseaux sociaux. 

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont-ils pris conscience de cette nouvelle donne et des risques inhérents à ce qu'ils publient ? 

Ce risque est apparu bien avant les réseaux sociaux avec les blogs, comme j'ai déjà pu le signaler à plusieurs reprises. On ne peut pas publier n'importe quoi ; nous sommes chacun responsable de ce que nous publions, quel que soit le support. Le problème aujourd'hui, c'est qu'au nom de la liberté individuelle, il est possible de publier tout ce dont on a envie. Or, selon le métier que l'on exerce, le nombre de personnes qui nous suivent, etc., nous avons certaines responsabilités, ce dont n'ont absolument pas conscience les gens. 

Au regard des précédents éléments évoques, peut-on considérer les réseaux sociaux comme un défouloir qui peut finalement se retourner contre ceux qui y écrivent ? En ce sens, les réseaux sociaux n'ont-ils pas pris, d'une certaine manière, la relève des journaux intimes ?

Plus qu'un défouloir, le problème réside dans le fait que les gens ne voient pas qu'il y a des limites à ne pas dépasser. Mais cela va plus loin que les réseaux sociaux : pensons aux photos et vidéos enregistrées sur Internet également, qui restent. Il n'est pas non plus exclu que l'on finisse par retrouver dans les années à venir, simplement par le son, les propos tenus par telle ou telle personne dans une interview ou autre.

Chacun situe sa propre limite quant à ce qu'il publie compte tenu de sa conception de la morale. De même, on remarque une véritable différence entre la génération Y et les générations plus âgées à propos de ce qui relève de la vie privée.

Pour ce qui est du journal intime, effectivement, à une certaine époque on y avait recours pour écrire pour soi. Toutefois, je suis persuadé qu'un certain nombre de personnes n'auraient pas été contre l'idée d'une publication de leur journal intime, mais de façon anonyme. D'ailleurs sur Internet, on trouve de nombreuses publications anonymes. Cela tient au fait que, même dans le cas du journal intime, l'individu peut éprouver le besoin d'avoir un retour sur ce qu'il a écrit. C'est d'ailleurs l'essence même des réseaux sociaux : la relation avec les pairs. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires