En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

03.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

06.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

07.

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
décryptage > Défense
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

il y a 16 min 36 sec
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 2 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 19 heures 52 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 21 heures 7 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 21 heures 45 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 22 heures 44 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 jour 5 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 1 jour 53 min
pépite vidéo > France
Tour eiffel
14 juillet 2020 : revivez l'intégralité du feu d'artifice de Paris
il y a 44 min 15 sec
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 2 heures 27 min
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 19 heures 41 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 20 heures 59 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 21 heures 32 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 22 heures 14 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 23 heures 1 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 1 jour 37 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Qui s'y frotte s'y pique

Posts à retardement : de Mehdi Meklat au malheureux fils de la famille d'Orvault, ce qui se passe quand les réseaux sociaux vous rattrapent

Publié le 09 mars 2017
Dans le cadre de l'affaire des disparus d'Orvault, le fils a pu apparaître, pendant un temps aux yeux des enquêteurs, comme le principal suspect en raison de certains de ses anciennes publications Facebook dans lesquelles il témoignait de son mal-être, mais aussi de la rancœur qu'il a pu éprouver à l'égard de son père.
Eric Delcroix
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delcroix est conférencier et consultant, spécialiste du web 2.0, des réseaux sociaux et de l'identité numérique. Il a notamment participé à l'ouvrage Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?, paru en juin 2012. Il est créateur du site...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre de l'affaire des disparus d'Orvault, le fils a pu apparaître, pendant un temps aux yeux des enquêteurs, comme le principal suspect en raison de certains de ses anciennes publications Facebook dans lesquelles il témoignait de son mal-être, mais aussi de la rancœur qu'il a pu éprouver à l'égard de son père.

Atlantico : Au regard de certains exemples tirés de l'actualité, notamment celui de Mehdi Meklat ou encore du fils de la famille Troadec, peut-on envisager que les réseaux sociaux puissent pousser à des comportements de défi, de provocation, de postures publiques faisant montre d'un nouveau type d'exhibitionnisme ? 

Eric Delcroix : Par certains aspects, les réseaux sociaux poussent à une certaine forme d'exhibition. Pour beaucoup de gens, la question du paraître est fondamentale dans l'usage des réseaux sociaux. Toutefois, il reste à définir si ce sont les réseaux sociaux qui poussent à cette exhibition ou bien le regard des autres.

Par rapport à toutes ces problématiques, le souci réside dans le fait que les individus publient sans savoir ce qu'ils publient réellement, sans se fixer de limites. Ceci est une grosse erreur. C'est à nous de fixer les limites de jusqu'où on peut aller lorsqu'on publie sur les réseaux sociaux. Les gens n'ont aucunement conscience que ce qu'ils écrivent sur les réseaux sociaux pourrait un jour se retourner contre eux.

Je ne pense pas que ce soient les réseaux sociaux à proprement parler qui favorisent ces comportements de défi ou de provocation, mais davantage les groupes auxquels on appartient. Les réseaux sociaux sont une synthèse de ce qui se passe au quotidien, dans la vie réelle. On pourrait tout aussi bien retrouver les mêmes phénomènes au sein d'un groupe d'une cour de récréation par exemple. Sur Internet, l'audience est plus large. Les réseaux sociaux sont simplement un vecteur de cette communication.

Il y a 25/30 ans, les réseaux sociaux n'existaient pas, et pourtant le même genre d'actions pouvait être commis. Mais celles-ci restaient alors au sein du groupe, sans diffusion, ce que permet désormais Internet et les réseaux sociaux. 

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont-ils pris conscience de cette nouvelle donne et des risques inhérents à ce qu'ils publient ? 

Ce risque est apparu bien avant les réseaux sociaux avec les blogs, comme j'ai déjà pu le signaler à plusieurs reprises. On ne peut pas publier n'importe quoi ; nous sommes chacun responsable de ce que nous publions, quel que soit le support. Le problème aujourd'hui, c'est qu'au nom de la liberté individuelle, il est possible de publier tout ce dont on a envie. Or, selon le métier que l'on exerce, le nombre de personnes qui nous suivent, etc., nous avons certaines responsabilités, ce dont n'ont absolument pas conscience les gens. 

Au regard des précédents éléments évoques, peut-on considérer les réseaux sociaux comme un défouloir qui peut finalement se retourner contre ceux qui y écrivent ? En ce sens, les réseaux sociaux n'ont-ils pas pris, d'une certaine manière, la relève des journaux intimes ?

Plus qu'un défouloir, le problème réside dans le fait que les gens ne voient pas qu'il y a des limites à ne pas dépasser. Mais cela va plus loin que les réseaux sociaux : pensons aux photos et vidéos enregistrées sur Internet également, qui restent. Il n'est pas non plus exclu que l'on finisse par retrouver dans les années à venir, simplement par le son, les propos tenus par telle ou telle personne dans une interview ou autre.

Chacun situe sa propre limite quant à ce qu'il publie compte tenu de sa conception de la morale. De même, on remarque une véritable différence entre la génération Y et les générations plus âgées à propos de ce qui relève de la vie privée.

Pour ce qui est du journal intime, effectivement, à une certaine époque on y avait recours pour écrire pour soi. Toutefois, je suis persuadé qu'un certain nombre de personnes n'auraient pas été contre l'idée d'une publication de leur journal intime, mais de façon anonyme. D'ailleurs sur Internet, on trouve de nombreuses publications anonymes. Cela tient au fait que, même dans le cas du journal intime, l'individu peut éprouver le besoin d'avoir un retour sur ce qu'il a écrit. C'est d'ailleurs l'essence même des réseaux sociaux : la relation avec les pairs. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires