En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 20 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 11 heures 11 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 14 heures 54 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 26 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 22 heures 12 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 10 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 30 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 20 heures 35 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 21 heures 54 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Michel Strogoff-Tchang

Sibérie, mon amour : le conflit latent entre la Russie et la Chine que Moscou aura bien de la peine à éviter

Publié le 09 mars 2017
Depuis les années 1990, les conflits territoriaux qui ont déchiré la Chine et la Russie pendant tout le XIXe et XXe siècles semblaient avoir pris fin. Mais la renaissance de l'irrédentisme chinois devrait donner des sueurs froides à Moscou.
Jean-Pierre Guichard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Jean-Pierre Guichard est professeur d'Université en économie, chaire Jean Monnet ad personam de l'Union européenne à l'Université de Nice Sophia-Antipolis. Il est l'auteur des ouvrages suivants : La visée hégémonique de la Chine. L'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis les années 1990, les conflits territoriaux qui ont déchiré la Chine et la Russie pendant tout le XIXe et XXe siècles semblaient avoir pris fin. Mais la renaissance de l'irrédentisme chinois devrait donner des sueurs froides à Moscou.

L’Empire du milieu a aujourd’hui une "visée hégémonique " [1] ; la stratégie mise en œuvre pour cela est certes économique, commerciale et financière, mais aussi culturelle, politique, militaire. L’expansionnisme territorial de la Chine a donné lieu, ces dernières décennies, à des conflits avec l’Inde (Cachemire) et avec la Russie (Amour, Oussouri) ; aujourd’hui il s’agit de contrôler la mer de Chine du sud.

Au nord, la Chine n’a officiellement aucune prétention territoriale, notamment avec la Russie avec laquelle les relations ont été normalisées en 1989, puis approfondies par le traité de Shanghai de 1996, centré sur les questions de sécurité, et impliquant les pays d’Asie centrale. Le dernier litige a été réglé il y a une dizaine d’années par la cession à la Chine de quelques ilôts du fleuve Amour près de Khabarovsk. Cette coopération entre les deux géants en matière militaire et de sécurité permet à chacun d’eux de pouvoir régler ses problèmes prioritaires ; la Russie en concentrant une grande partie de ses forces militaires à l’ouest pour pouvoir les utiliser d’une manière ou d’une autre dans le Caucase, en Crimée et Ukraine, en Syrie ; la Chine en faisant de même dans ses provinces turcophones de l’ouest et au Tibet (qui sont, par ailleurs, l’objet d’une politique visant à renforcer les Hans au sein des populations) et en concentrant l’essentiel des moyens militaires dans l’est du pays, face aux Etats-Unis, à Taiwan et au Japon ; le programme naval et aéro-naval de la Chine en mer de Chine du sud est considérable : sa finalité n’est pas seulement économique, elle est aussi militaire pour permettre aux nouveaux sous-marins capables d’évoluer en eaux très profondes de quitter leur base de Hainan sans être repérés….

Il y a toutefois des revendications implicites liées à l’Histoire. Déjà, au temps de la rupture entre l’Union soviétique "révisionniste" et la Chine, Pékin réclamait la rétrocession de territoires d’une superficie de 2 millions de km2. Actuellement, il y a dans la province du Heilongkiang des musées destinés à sensibiliser et à "éduquer" la population sur les "traités inégaux" et l’impérialisme des puissances européennes ; dans toutes les écoles et universités de Chine, on peut trouver en bonne place des affiches montrant la carte "historique" d’une grande Chine au XVIIe siècle : cette grande Chine comprend la totalité de la Mongolie, toute la partie sud (la plus utile) des provinces russes d’extrême-orient et de Sibérie (de l’ordre de 5 millions de km2), enfin un tiers du territoire du Kazakhstan et un petit bout du Khirghizstan.

La pénétration chinoise, dans les trois pays du nord (Russie, Mongolie, Kazkhstan), se fait par des moyens économiques et démographiques, légaux ou non.

En Mongolie, en dehors des implantations d’entreprises chinoises et des achats de terres, l’élément qui apparait le plus dangereux à terme pour de nombreux responsables est d’ordre démographique ; résultat du déficit en femmes de la population chinoise, de nombreux hommes s’expatrient, notamment en Mongolie où ils épousent des Mongoles et se sédentarisent en montant souvent de petites affaires ; toutefois, les enfants qui naissent de ces unions en Mongolie, sont d’abord et avant tout "chinois" !

Au Kazakhstan, pays doté de très grandes ressources, le processus de colonisation économique est largement entamé : achats en tout ou partie d’entreprises kazakhes (en particulier dans le secteur de l’énergie), implantations d’entreprises chinoises, notamment avec un grandiose projet de zone franche près de la frontière avec la Chine, énorme projet d’achat d’un million d’hectares de terres agricoles qui seraient mises en valeur par des travailleurs….chinois, projet en stand by car il a suscité une grande émotion dans le pays. La politique d’Union eurasiatique de Poutine et Nazarbaiev constitue un contre-feu à cette pénétration chinoise.

En Russie, la pénétration chinoise est multiforme. De nombreux Chinois s’installent, souvent illégalement (les autorités baissent parfois les yeux) dans les régions situées à proximité de la Chine ; ils montent souvent des commerces et épousent des femmes russes…..On trouve désormais dans les grandes villes des marchés chinois, prélude à la constitution de "villes chinoises". Beaucoup d’entreprises chinoises s’installent dans la région de Vladivostok ; il y a même un projet d’une location à la Chine, par un bail de longue durée, d’une partie de la ville et du port. Alors que la population globale de ces régions stagne, la population russe semble encore en léger déclin mais la population chinoise, qui est encore relativement modeste, est en pleine expansion ; Moscou semble avoir pris conscience du danger à terme que tout cela représente et prend diverses mesures destinées à favoriser le développement d’activités utilisant des ressources humaines russes, notamment dans le domaine de la petite agriculture. Enfin il y a de grands contrats de coopération négociés par les Etats et les très grandes firmes des deux pays dans les domaines de l’énergie, des transports, de l’exploitation des ressources naturelles de la Sibérie ; là encore, il arrive que les négociations achoppent sur ce point : la partie chinoise veut bien apporter, avec ses entreprises, capitaux, savoir-faire et débouchés, mais aussi - là est le problème - la main d’œuvre !

Le Kremlin est conscient du danger à long terme que représente la Chine : l’alliance de fait entre les deux géants de l’Eurasie ne peut être que provisoire.

Il est difficile de prédire ce qui serait la prochaine "proie" territoriale de la Chine au cas - probable mais pas certain - où elle contrôlerait la mer de Chine du sud : mer de Chine de l’est avec Taïwan ou bien la Mongolie ou le Kazakhstan ? Pour ces deux pays, la Russie ne pourra pas laisser la Chine aller dans sa pénétration au-delà d’un certain point, sauf à renoncer de fait à sa souveraineté sur une partie de son propre territoire, ce qui serait alors très grave pour elle.



[1] Voir, de A. Brunet et J.P. Guichard, La visée hégémonique de la Chine, l’impérialisme économique, 2011 et de J.P. Guichard, L’Etat-Parti Chinois et les multinationales, l’inquiétante alliance, 2014.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 27/03/2017 - 14:34
tiens!
je n'avais aucune ide des conflits territoriaux qui dechirerent la Chine et la Russie pendant 200 ans. Par contre j'ai lu au sujet du traffic d'opium par les anglais au 19e et de la colonisation de la mandchourie par les Japonais au 20e. Revision historique cet article?
Pourquoi-pas31
- 07/03/2017 - 19:57
Et on ne parle pas
du Laos et du Cambodge ou la procédure type Tibet est en route. Populations importées, achats de terres et exploitation si ce n'est pillage des ressources naturelles.
padam
- 07/03/2017 - 19:09
La mondialisation heureuse??
Les Russes ont les Chinois, nous on a les Islamistes. A chacun sa m....