En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Michel Strogoff-Tchang

Sibérie, mon amour : le conflit latent entre la Russie et la Chine que Moscou aura bien de la peine à éviter

Publié le 09 mars 2017
Depuis les années 1990, les conflits territoriaux qui ont déchiré la Chine et la Russie pendant tout le XIXe et XXe siècles semblaient avoir pris fin. Mais la renaissance de l'irrédentisme chinois devrait donner des sueurs froides à Moscou.
 Jean-Pierre Guichard est professeur d'Université en économie, chaire Jean Monnet ad personam de l'Union européenne à l'Université de Nice Sophia-Antipolis. Il est l'auteur des ouvrages suivants : La visée hégémonique de la Chine. L'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Guichard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Jean-Pierre Guichard est professeur d'Université en économie, chaire Jean Monnet ad personam de l'Union européenne à l'Université de Nice Sophia-Antipolis. Il est l'auteur des ouvrages suivants : La visée hégémonique de la Chine. L'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis les années 1990, les conflits territoriaux qui ont déchiré la Chine et la Russie pendant tout le XIXe et XXe siècles semblaient avoir pris fin. Mais la renaissance de l'irrédentisme chinois devrait donner des sueurs froides à Moscou.

L’Empire du milieu a aujourd’hui une "visée hégémonique " [1] ; la stratégie mise en œuvre pour cela est certes économique, commerciale et financière, mais aussi culturelle, politique, militaire. L’expansionnisme territorial de la Chine a donné lieu, ces dernières décennies, à des conflits avec l’Inde (Cachemire) et avec la Russie (Amour, Oussouri) ; aujourd’hui il s’agit de contrôler la mer de Chine du sud.

Au nord, la Chine n’a officiellement aucune prétention territoriale, notamment avec la Russie avec laquelle les relations ont été normalisées en 1989, puis approfondies par le traité de Shanghai de 1996, centré sur les questions de sécurité, et impliquant les pays d’Asie centrale. Le dernier litige a été réglé il y a une dizaine d’années par la cession à la Chine de quelques ilôts du fleuve Amour près de Khabarovsk. Cette coopération entre les deux géants en matière militaire et de sécurité permet à chacun d’eux de pouvoir régler ses problèmes prioritaires ; la Russie en concentrant une grande partie de ses forces militaires à l’ouest pour pouvoir les utiliser d’une manière ou d’une autre dans le Caucase, en Crimée et Ukraine, en Syrie ; la Chine en faisant de même dans ses provinces turcophones de l’ouest et au Tibet (qui sont, par ailleurs, l’objet d’une politique visant à renforcer les Hans au sein des populations) et en concentrant l’essentiel des moyens militaires dans l’est du pays, face aux Etats-Unis, à Taiwan et au Japon ; le programme naval et aéro-naval de la Chine en mer de Chine du sud est considérable : sa finalité n’est pas seulement économique, elle est aussi militaire pour permettre aux nouveaux sous-marins capables d’évoluer en eaux très profondes de quitter leur base de Hainan sans être repérés….

Il y a toutefois des revendications implicites liées à l’Histoire. Déjà, au temps de la rupture entre l’Union soviétique "révisionniste" et la Chine, Pékin réclamait la rétrocession de territoires d’une superficie de 2 millions de km2. Actuellement, il y a dans la province du Heilongkiang des musées destinés à sensibiliser et à "éduquer" la population sur les "traités inégaux" et l’impérialisme des puissances européennes ; dans toutes les écoles et universités de Chine, on peut trouver en bonne place des affiches montrant la carte "historique" d’une grande Chine au XVIIe siècle : cette grande Chine comprend la totalité de la Mongolie, toute la partie sud (la plus utile) des provinces russes d’extrême-orient et de Sibérie (de l’ordre de 5 millions de km2), enfin un tiers du territoire du Kazakhstan et un petit bout du Khirghizstan.

La pénétration chinoise, dans les trois pays du nord (Russie, Mongolie, Kazkhstan), se fait par des moyens économiques et démographiques, légaux ou non.

En Mongolie, en dehors des implantations d’entreprises chinoises et des achats de terres, l’élément qui apparait le plus dangereux à terme pour de nombreux responsables est d’ordre démographique ; résultat du déficit en femmes de la population chinoise, de nombreux hommes s’expatrient, notamment en Mongolie où ils épousent des Mongoles et se sédentarisent en montant souvent de petites affaires ; toutefois, les enfants qui naissent de ces unions en Mongolie, sont d’abord et avant tout "chinois" !

Au Kazakhstan, pays doté de très grandes ressources, le processus de colonisation économique est largement entamé : achats en tout ou partie d’entreprises kazakhes (en particulier dans le secteur de l’énergie), implantations d’entreprises chinoises, notamment avec un grandiose projet de zone franche près de la frontière avec la Chine, énorme projet d’achat d’un million d’hectares de terres agricoles qui seraient mises en valeur par des travailleurs….chinois, projet en stand by car il a suscité une grande émotion dans le pays. La politique d’Union eurasiatique de Poutine et Nazarbaiev constitue un contre-feu à cette pénétration chinoise.

En Russie, la pénétration chinoise est multiforme. De nombreux Chinois s’installent, souvent illégalement (les autorités baissent parfois les yeux) dans les régions situées à proximité de la Chine ; ils montent souvent des commerces et épousent des femmes russes…..On trouve désormais dans les grandes villes des marchés chinois, prélude à la constitution de "villes chinoises". Beaucoup d’entreprises chinoises s’installent dans la région de Vladivostok ; il y a même un projet d’une location à la Chine, par un bail de longue durée, d’une partie de la ville et du port. Alors que la population globale de ces régions stagne, la population russe semble encore en léger déclin mais la population chinoise, qui est encore relativement modeste, est en pleine expansion ; Moscou semble avoir pris conscience du danger à terme que tout cela représente et prend diverses mesures destinées à favoriser le développement d’activités utilisant des ressources humaines russes, notamment dans le domaine de la petite agriculture. Enfin il y a de grands contrats de coopération négociés par les Etats et les très grandes firmes des deux pays dans les domaines de l’énergie, des transports, de l’exploitation des ressources naturelles de la Sibérie ; là encore, il arrive que les négociations achoppent sur ce point : la partie chinoise veut bien apporter, avec ses entreprises, capitaux, savoir-faire et débouchés, mais aussi - là est le problème - la main d’œuvre !

Le Kremlin est conscient du danger à long terme que représente la Chine : l’alliance de fait entre les deux géants de l’Eurasie ne peut être que provisoire.

Il est difficile de prédire ce qui serait la prochaine "proie" territoriale de la Chine au cas - probable mais pas certain - où elle contrôlerait la mer de Chine du sud : mer de Chine de l’est avec Taïwan ou bien la Mongolie ou le Kazakhstan ? Pour ces deux pays, la Russie ne pourra pas laisser la Chine aller dans sa pénétration au-delà d’un certain point, sauf à renoncer de fait à sa souveraineté sur une partie de son propre territoire, ce qui serait alors très grave pour elle.



[1] Voir, de A. Brunet et J.P. Guichard, La visée hégémonique de la Chine, l’impérialisme économique, 2011 et de J.P. Guichard, L’Etat-Parti Chinois et les multinationales, l’inquiétante alliance, 2014.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

06.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 27/03/2017 - 14:34
tiens!
je n'avais aucune ide des conflits territoriaux qui dechirerent la Chine et la Russie pendant 200 ans. Par contre j'ai lu au sujet du traffic d'opium par les anglais au 19e et de la colonisation de la mandchourie par les Japonais au 20e. Revision historique cet article?
Pourquoi-pas31
- 07/03/2017 - 19:57
Et on ne parle pas
du Laos et du Cambodge ou la procédure type Tibet est en route. Populations importées, achats de terres et exploitation si ce n'est pillage des ressources naturelles.
padam
- 07/03/2017 - 19:09
La mondialisation heureuse??
Les Russes ont les Chinois, nous on a les Islamistes. A chacun sa m....