En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Voyage au Caire et à Tunis

Comment Angela Merkel s’occupe seule de la question migratoire qui concerne toute l’Europe

Publié le 03 mars 2017
Angela Merkel va cette semaine rencontrer les présidents égyptien et tunisien pour discuter de différents sujets dont la question migratoire. La chancelière Allemande veut de cette façon reprendre la main concernant un sujet sur lequel elle reste très critiquée.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Angela Merkel va cette semaine rencontrer les présidents égyptien et tunisien pour discuter de différents sujets dont la question migratoire. La chancelière Allemande veut de cette façon reprendre la main concernant un sujet sur lequel elle reste très critiquée.

Atlantico : Angela Merkel a entamé une visite de deux jours en Tunisie et en Egypte, dont l'enjeu serait d'endiguer les flux migratoires à destination du continent européen. Dans quelle mesure faut il voir le voyage d'Angela Merkel comme le traitement d'un enjeu national allemand, au regard des prochaines échéances électorales ? Comment expliquer l'apparent silence de ses homologues européens, François Hollande en tête, sur ces questions ?

Laurent Chalard : Angela Merkel est fortement contestée au sein de la population allemande pour sa gestion, perçue, probablement à raison, comme catastrophique, de la crise des migrants syriens. En effet, le gouvernement allemand a paru totalement débordé par l’ampleur de l’afflux de migrants, qu’il avait fortement sous-estimé, d’où une certaine anarchie, qui choque le peuple allemand, habitué à un certain ordre. Il faut garder en tête que le peuple allemand n’est pas tant opposé, sur le principe, à l’accueil de réfugiés, que sidéré de la manière chaotique dont cela s’est déroulé. En conséquence, Angela Merkel tente de se racheter auprès de son électorat conservateur, en essayant de montrer qu’elle s’attaque à la racine du mal, à travers ses visites en Afrique du Nord pour tenter de limiter les flux de départ. Elle espère récupérer les bénéfices électoraux d’éventuels accords qui conduiraient à une tarissement des flux de départ. D’une certaine manière, bien qu’elle s’en défende, elle fait « machine arrière », typique de l’opportuniste qu’elle est depuis le commencement de sa carrière politique.

Depuis le début de la crise des migrants, l’Allemagne semble jouer en solo, décidant unilatéralement de la politique migratoire de l’Union à la place des autres peuples européens. Si l’absence de réaction, ou, tout du moins, le manque d’influence de certains pays sur la prise de décision s’explique assez facilement par leur faiblesse économique et/ou démographique par rapport à l’Allemagne, par contre, ce qui est surprenant est l’absence de réaction depuis le début des dirigeants français, censés être le principal partenaire des allemands. Le silence français face à des décisions, qui ont fortement affaibli l’image de l’Europe dans le monde et menacent sa cohésion interne, relève principalement, au mieux, de la lâcheté ou de l’incompétence, l’un allant, en règle générale, avec l’autre, de ses dirigeants, au pire, de leur connivence inavouée avec la chancelière allemande, ce qui n’est pas en leur honneur. 
 

Pourtant, dans le même temps, la Commission européenne semble bien avoir pris cette question au sérieux, celle ci ayant proposé un catalogue d'actions à mettre en oeuvre, notamment sur la question du retour ? Existe t il un double agenda européen sur ces questions ?

 Effectivement, la Commission Européenne semble prendre au sérieux cette question car elle comprend bien qu’il en va de sa survie, en tant qu’institution. En effet, un bon nombre de commentateurs s’accordent pour considérer que l’incapacité des dirigeants européens à gérer la crise des migrants est à l’origine du vote des britanniques pour le Brexit et de la montée généralisée du populisme. En conséquence, les dirigeants européens se sentent obligés d’agir. 

Cependant, les intérêts des différents pays membres étant divergents et les tensions de plus en plus fortes entre eux sur la politique migratoire à mener à long terme, il n’est pas surprenant de voir Angela Merkel outrepasser l’action de la Commission Européenne et jouer en solo. Il semble que depuis la crise financière de 2008, la solidarité européenne n’existe plus et que chaque pays fait avancer prioritairement ses propres intérêts, les plus forts, dont l’Allemagne, imposant leurs vues aux plus faibles, les pays d’Europe méridionale et orientale. Ce mode de fonctionnement donne l’impression d’une Union Européenne à bout de souffle, qui rappelle étrangement la situation de l’URSS dans ses derniers instants. 

Alors qu'Emmanuel Macron avait souhaité voir la France et l'Algérie intensifier leurs relations, notamment sur le plan migratoire, Angela Merkel semble avoir un autre agenda sur cette même question. Au delà de ce cas particulier,  France et Allemagne peuvent elles afficher des intérêts communs sur cette question ?

Si les propos d’Emmanuel Macron avaient probablement, avant tout, une visée électoraliste vis-à-vis des français d’origine maghrébine, en règle générale, plutôt favorables à la poursuite de l’immigration en provenance de leurs pays d’origine (mais pas forcément des autres), il n’en demeure pas moins que les intérêts des deux pays concernant la question migratoire sont difficilement conciliables du fait de situations démographique et économique dissemblables. En effet, l’Allemagne a un besoin de main d’œuvre relativement important, du fait de sa faible natalité depuis près de cinquante ans dans un contexte de relatif dynamisme du marché de l’emploi, alors que les besoins français sont beaucoup plus limités, car la dénatalité y a été moins forte et le marché de l’emploi est peu dynamique. En conséquence, la France ne ressent pas la nécessité d’une ouverture massive de ses frontières à des populations étrangères, contrairement à l’Allemagne. Il apparaît donc difficile à ces deux pays d’afficher une position commune sur la question, comme sur d’autres sujets par ailleurs, comme la politique économique, les structures d’activité étant totalement différentes ! Plus le temps passe et plus on se rend compte que les promoteurs de l’intégration européenne ont grandement sous-estimé les différences entre les pays membres et ont voulu aller trop vite dans l’intégration économique. A nouveau, le précédent de l’URSS, qui reposait aussi sur une intégration politique, il est vrai, vient à l’esprit.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hermet
- 04/03/2017 - 10:19
vite la fin de l horreur
ue = horreur sans fin, vite la fin peu importe le prix
Djib
- 04/03/2017 - 09:48
La messe est dite
Les mesurettes ridicules prises par les eunnuques eurocrates n'arrêteront pas la vague migratoire qui est en train de se lever (1,8 milliards d'habitants en Afrique en 2050). Les ravis de la crèche qui crient "welcome to refugees" me rappellent cette scène du film "independance day" dans laquelle on voit les habitants de New York qui crient leur amour aux nouveaux arrivants sous leur vaisseau spatial être les premiers à se faire cramer.
vangog
- 03/03/2017 - 14:05
Le Caire et Tunis sont en guerre??????
eh ho, les médias! faites le boulot pour lequel vous paient vos lecteurs, et dites-nous si l’Égypte et la Tunisie sont rentrés en guerre? Faute de quoi, La Führerin Merkel se livre bien à un pompage sans scrupules des forces vives du tiers-monde, pour payer les retraites de ses vieux et offrir des bas salaires à ses industriels...un massacre européen et tiers-mondiste!