En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 37 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 35 sec
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 40 sec
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Echec continental

Rebond en fanfare du secteur manufacturier de la zone euro....sauf en Grèce, ou comment l'Europe a liquidé son membre le plus fragile

Publié le 03 mars 2017
Les succès statistiques s’enchaînent au sein de la zone euro en ce début d'année 2017, entre hausse du secteur manufacturier et baisse du chômage. Pourtant, alors que la Grèce est le pays qui a fait le plus d'efforts pendant cette période de crise, Athènes continue de stagner au fond du trou.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les succès statistiques s’enchaînent au sein de la zone euro en ce début d'année 2017, entre hausse du secteur manufacturier et baisse du chômage. Pourtant, alors que la Grèce est le pays qui a fait le plus d'efforts pendant cette période de crise, Athènes continue de stagner au fond du trou.

C'est la grosse fête pour l'industrie au sein de la zone euro. Selon l'Institut Markit, c'est même un plus haut de 70 mois qui a été atteint en ce début d'année 2017. "La production et le volume global des nouvelles commandes enregistrent leurs plus forts taux de croissance depuis avril 2011. En effet, la demande intérieure reste solide dans la plupart des pays couverts par l’enquête, tandis que la dépréciation de l’euro entraîne la plus forte expansion des nouvelles commandes à l’export depuis presque 6 ans."

Parmi les grands vainqueurs de cette nouvelle donne en Europe, les "usual suspects" que sont l'Allemagne (56.8), les Pays bas (58.3), qui affichent également des plus hauts de 5 ans, ou encore l'Autriche (57.2) qui flottait déjà à ce niveau depuis le mois de janvier. Concernant les autres pays ; ceux qui composent le ventre mou de la zone euro, l'Italie progresse sensiblement (55), l'Espagne affiche un plus bas de 3 mois (54.8), tandis que la France évolue sur un rythme modéré, et en baisse (52.2). Étant entendu que tout chiffre supérieur à 50 indique une progression du niveau d'activité. Bref, l'activité manufacturière européenne va mieux. Reste un léger problème ; l'habituel dernier de la classe, la Grèce, qui continue d'afficher un résultat médiocre (47.7), indiquant que le secteur manufacturier du pays continue de creuser la tombe économique du pays.

Parce que la Grèce affiche encore des statistiques peu enthousiasmantes. Si certains se réjouissent parfois d'un taux de croissance trimestriel positif, l'enjeu est de prendre un peu de recul pour déterminer ou le pays se place depuis la crise de 2008. Depuis le deuxième trimestre 2007, l'économie grecque a vu son PIB chuter de 26.81% (au dernier trimestre 2016), c’est-à-dire à un niveau comparable à celui atteint dès la fin 2013. La trajectoire du pays s'est donc dessinée en deux étapes ; entre 2007 et 2013, une chute brutale, et depuis 2013, la stagnation. 

PIB en volume. Grèce. En millions d'euros. Source ​Hellenic Statistical Authority

Le bilan est que la Grèce aurait besoin d'une croissance de plus de 36% pour atteindre son niveau de 2007, c’est-à-dire son niveau d'il y a 10 ans. Et cela est sans compter la croissance perdue pendant ces 10 années.

Au regard du rebond actuel de l'économie de la zone euro, le cas grec pourrait être vu comme une anomalie. En effet, aucun pays n'a subi autant d'austérité et de réformes que la Grèce, aucun pays n'a dû faire les efforts entrepris par ce pays, et pourtant, il continue d'afficher la situation la plus calamiteuse du continent.  L'évolution de l'indice des salaires du pays permet de se faire une idée de ce qu'a pu subir la population ; une baisse moyenne de revenus de 25%.

Évolution de l'indice des salaires grecs. Source ​Hellenic Statistical Authority

Et malgré tout cela, le pays semble incapable de relever la tête. Sur cette base, il devient difficile de prétendre que la baisse des salaires permet un retour de la croissance. A l'inverse, le cas grec révèle une baisse simultanée des salaires et du PIB, tout en provoquant également une hausse de l'endettement du pays. Le résultat obtenu est donc l'exact opposé de ce qui était attendu. L'austérité porte bien son nom, et elle est sans retour.

Une autre problématique vient tout de même se heurter au paradoxe actuel. Comment expliquer que l'ensemble de la zone euro soit en progrès alors que la Grèce continue de présenter un encéphalogramme plat.  Et la piste à privilégier pour expliquer cet écart se révèle, par exemple, par les préoccupations de la presse grecque de ce 1er mars :

"Kathimerini comprend que la chancelière allemande Angela Merkel est prête à faire tout ce qu'il faut pour conclure la deuxième revue du troisième plan de sauvetage de la Grèce, afin que le pays puisse intégrer le programme d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne, à condition que le gouvernement accepte un ensemble de mesures - des réductions de pensions et d'un seuil d'imposition réduit - qui représentent environ 2% du PIB."

Et voilà le problème. Depuis le début de l'année 2015, la zone euro s'est lancée dans un vaste programme de relance économique par la voie monétaire, appelé assouplissement quantitatif, par le biais de la BCE. Et c'est la poursuite de ce plan qui permet à la zone euro de fanfaronner avec les chiffres de son activité manufacturière. Par contre, la Grèce, qui est méchante, a été exclue de ce programme dès le départ. La logique qui consiste à exclure d'un programme de relance le pays qui en a le plus besoin ne pourra jamais être justifiée correctement, mais le résultat est là. Et c'est ce qui explique que la zone euro avance selon une certaine trajectoire, dont la Grèce est exclue.

Cela est dramatique pour la Grèce. Et cela est également dramatique pour tous ceux qui ont cru en l'austérité, et qui se sont amusés des capacités d'une Banque centrale de relancer l'économie. Le constat final est que l'austérité a dévasté la Grèce, et que la relance monétaire est en train de sortir l'Europe de son coma économique.

Par contre, bonne nouvelle, il semblerait qu'Angela Merkel se soit rendue compte du problème. La volonté d'intégrer la Grèce au programme d'assouplissement quantitatif est le signe que la Chancelière a compris que seul le pouvoir monétaire peut apporter une réponse. Ce qui serait, enfin, un véritable désaveu pour Wolfgang Schäuble et son obscurantisme économique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 02/03/2017 - 12:13
BIZARREMENT CEUX QUI PROGRESSENT
sont les pays pour qui l'euro est sous évalué et dont la balance commercial, (9% pour l'Allemagne et 11% pour les pays bas) ne respectent pas les normes européennes......et le "ventre mou" , ceux pour qui l'euro est sur évalué.... et chaque dévaluation de l'euro par rapport au dollar de la BCE favorise ces deux pays au dépens de autres...pour rependre le post d'un lecteur de la tribune. Elisez Macron, ,"il va vous le faire , à la robin des bois, prendre aux pauvres pour donner aux riches. c'est le système de l'Europe et de Merkel !!!!!!!". Pour info, presse allemande sur un rapport sciemment caché par les "autorités" mais hélas, découvert quand même : [16 millions de pauvres, la honte ! Plus de quatre millions d’Allemands sont surendettés. Ces retraités qui ne peuvent plus se nourrir car non seulement le nombre de pauvres a augmenté depuis quatre ans, mais les inégalités se sont creusées. Le nombre de millionnaires a bondit de 30% et les plus riches se sont enrichis, quand un Allemand sur cinq ne possède rien du tout.] Allemagne ":(déc2016)].
vangog
- 02/03/2017 - 10:35
La France socialiste et macronienne
n'est pas très loin de la Grèce communiste...52,2 en baisse vont très vite passer sous la barre des cinquante, car les artifices de ce gouvernement de nases (macronien, répétons-le à la ménagère-Cougar de cinquante ans...) étaient faits pour donner le change jusqu'à février. En 2017, pour la France gauchiste, tous les indicateurs sont au rouge...même Sylvestre ose l'écrire!