En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 46 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 11 heures 36 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 15 heures 20 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 16 heures 14 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 51 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 22 heures 37 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 35 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 55 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 21 heures 1 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 22 heures 20 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 8 heures
© Flickr
© Flickr
Minimum vieillesse

Pourquoi l'espoir suscité par l'annonce d'une hausse de l'espérance de vie masque la question cruciale du nombre d'années gagnées en bonne santé

Publié le 24 février 2017
Selon la dernière étude sur la hausse de l'espérance de vie publiée ce mercredi, nous pourrons atteindre l'âge de 90 ans si l'on naît en 2030. La prise en charge de ces personnes en situation de dépendance ou de fragilité devra être repensée et améliorée pour que les conditions de vie soient les meilleures.
Jean-Marie Robine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Robine est directeur de recherche à l’Inserm et directeur d’Etude à l’EPHE. Au sein du laboratoire MMND de l’Université de Montpellier, il dirige l’équipe Longévité & vitalité.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la dernière étude sur la hausse de l'espérance de vie publiée ce mercredi, nous pourrons atteindre l'âge de 90 ans si l'on naît en 2030. La prise en charge de ces personnes en situation de dépendance ou de fragilité devra être repensée et améliorée pour que les conditions de vie soient les meilleures.

Atlantico : La revue médicale Britannique The Lancet a publié une étude réalisée par des chercheurs sur l'espérance de vie à l'horizon 2030. Elle devrait s'allonger dans les années à venir. Mais qu'en est-il de l’espérance de vie en bonne santé ? Est-il possible de vivre longtemps et en bonne santé aujourd'hui ? 

Jean-Marie Robine : Dans les pays très avancés comme le Japon ou la France, l'augmentation de l'espérance de vie se fait grâce à une réduction de la mortalité autour de l'âge le plus fréquent au décès. Cet âge le plus fréquent au décès est plus élevé que celui de l'espérance de vie qui est une moyenne basse. Dans le calcul, on compte la mortalité infantile et la mortalité prématurée. Si on ne s'intéresse qu'à la mortalité des adultes, on a une valeur plus élevée, qui correspond à l'âge le plus fréquent au décès. L'âge du décès chez la femme correspond en France à 91-92 ans. Les décès surviennent à plus ou moins cinq ans autour de cet âge, ce qui correspond à 86 ou 96 ans. La mortalité diminue à ces âges-là, ce qui entraine un rallongement de l'espérance de vie. Des mois de vie sont sauvés à cette période de la vie humaine. Tout dépend de l'état de santé fonctionnel et cognitif de ces personnes-là. 

Nous avons à faire de plus en plus à de grands vieillards fragiles comme le dit la gériatrie. Ce sont des gens qui ne sont pas forcément malades, qui n'ont pas forcément une incapacité très sévère. On ne dira pas que ces personnes ont perdu leur autonomie, mais elles ne se déplacent plus au supermarché par exemple. Elles vivent chez elles. Ce sont des personnes tiers qui font les courses pour elles ou alors elles se font livrer à manger par des sociétés spécialisées qui livrent des repas tous prêts. 

Il est probable que l'espérance de vie sans incapacités ou en bonne santé progresse mais cela ne s'observe pas. La part des années vécues en mauvaise santé est stable. Quand l'espérance de vie totale augmente, l'espérance de vie en bonne santé augmente également et la part de l'espérance de vie en mauvaise santé augmente proportionnellement. C'est ce que l'on observe avec les données françaises. Les données françaises montrent qu'il y a une légère progression de l'espérance de vie sans incapacités. Quand on fait le rapport des deux indicateurs, espérance de vie sans incapacités divisée par l'espérance de vie totale, on trouve un ratio qui est tout le temps le même. 

Combien cela coûte pour un individu de vivre longtemps en bonne santé ? De quels chiffres disposons-nous à ce sujet ? 

Il faut compter des frais. Cela s'explique par le fait que l'aide qui est apportée est essentiellement humaine. Il faut donc prendre en compte les salaires qui, eux, sont extrêmement élevés. Une bonne partie n'est pas comptabilisée parce que c'est la famille qui aide ses personnes dépendantes. Il faudrait se procurer les chiffres. Bien plus de la moitié de l'aide qui est apportée aux personnes âgées dépendantes ou fragiles est apportée gratuitement par les familles, les conjoints ou enfants. Si on comptabilise l'ensemble, on peut penser que plus on va aller vers le futur, plus les personnes vont être âgées et moins les familles vont être volontaires pour le faire. La part de l'aide va être transférée vers une aide qui sera socialisée qu'il faudra payer. Cette aide va être très chère parce que cela consistera en du service à la personne avec les salaires qui vont avec, même si les personnes qui interviennent ne sont pas très bien payées.

Dans ce domaine, des entreprises françaises ont mis au point des petits robots qui pourraient prendre en charge ces personnes âgées. Ces robots, quand ils seront mis sur le marché, vont couter 5 000 euros. Une aide à la personne, même mal payée, coûte 50.000 euros entre son salaire et les charges. Le robot vaut dix fois moins. Vous l'achetez une fois, même s'il faut le changer tous les trois à cinq ans. Il y a d'énormes gains qui peuvent être faits en termes de coûts de la prise en charge des personnes dépendantes qui peuvent s'effondrer. Les services seront de qualité. Les robots seront programmés pour être sympathiques avec les humains. Leur interaction est testée, ainsi que la capacité des personnes âgées à s'y attacher. Les premiers résultats de ces tests montrent que l'attachement est fort. Ils ont su séduire les personnes âgées par leur gentillesse, leur humour, leur tendresse et ils sont prévenants. Pour beaucoup de monde, les robots apportent un service de qualité quand les humains peuvent être fatigués, de mauvaise humeur et peuvent se lasser. 

Quels sont les investissements nécessaires de la part de l'Etat ou des institutions pour permettre aux Français de mieux vivre plus longtemps ?

Il faudrait que la France prenne en charge la dépendance des personnes âgées. Tous les gouvernements depuis Alain Juppé sous la présidence Chirac en 1995 ont promis de prendre en charge ce dossier mais sans succès. De très nombreux rapports ont été réalisés mais tous les gouvernements ont calé. Ils ont tous promis de mettre en place un cinquième risque qui correspond à la prise en charge de la dépendance et de la perte d'autonomie. A la mise en place de la Sécurité sociale en 1945, les Français avaient beaucoup moins de moyens, c'était moins cher, il n'y avait pas beaucoup de médicaments. La Sécurité sociale a grandi avec notre richesse. C'est la même chose pour les retraites et d'autres services. Il ne faut pas forcement tout rembourser ou assurer beaucoup d'aides mais il faut le faire. Les choses vont se développer en même temps que notre société. L'Etat doit organiser ce secteur. Il faut définir ce qu'est la dépendance et la perte d'autonomie pour savoir qui fait quoi. On manque de définitions structurantes en France. Le rôle des assureurs est aussi à définir. L'Allemagne a pris de l'avance sur ces questions. Le cinquième risque est pris en charge, chacun sait ce qu'il paye, qu'est-ce qui correspond à quoi et ce qu'il a faire pour accompagner les personnes âgées. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/02/2017 - 15:30
Des robots pour éviter aux personnes âgées
de s'effondrer???? C'est le modèle Robocop?...
Cervières
- 23/02/2017 - 10:51
Une étude danois de 2003 et 2013
montre que deux populations comparables statistiquement de nonagénaires (90 ans et +) l'une enregistrée en 2003, l'autre en 2013, connaissait une amélioration significative de leur état de santé au cours de ces dix années.