En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Droit de réponse
Déradicalisation : la réponse indignée de Dounia Bouzar au rapport d'Esther Benbassa
Publié le 22 février 2017
"Madame Benbassa, si vous m’aviez auditionnée, voilà ce que je vous aurais expliqué..."
Dounia Bouzar est docteur en anthropologie du fait religieux.Elle fonde en 2008 son propre cabinet d’études et d’analyses : le cabinet Cultes et Cultures. Un cabinet « mère & fille » spécialisé sur l’application de la laïcité et la gestion de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dounia Bouzar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dounia Bouzar est docteur en anthropologie du fait religieux.Elle fonde en 2008 son propre cabinet d’études et d’analyses : le cabinet Cultes et Cultures. Un cabinet « mère & fille » spécialisé sur l’application de la laïcité et la gestion de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Madame Benbassa, si vous m’aviez auditionnée, voilà ce que je vous aurais expliqué..."

Madame la Sénatrice,

Les Français doivent savoir que vous rendez un rapport où vous prétendez effectuer un audit sur la déradicalisation en France alors que vous n’avez ni auditionné l’équipe du CPDSI en tant que première équipe mobile d’intervention mandatée par le ministère de l’Intérieur sur toute la France et les DOM-TOM (1134 saisines de familles et 43 d’équipes de préfectures), ni auditionné ma personne pour le résultat de mes premières conclusions de recherche-action avec les parents et les professionnels.

Comment osez-vous associer mon nom, mon travail, mon expertise que vous méconnaissez, aux résultats de votre rapport ?

Pourtant, vous citez mon nom et le CPDSI dans ce rapport et dans les médias. Vous prétendez donc m’avoir auditionnée ? Présentez alors le rapport d’audition sur lequel vous affirmez vous baser. Rapport d’audition absolument fictif, madame la Sénatrice…

Y a-t-il d’autres dispositifs que vous n’avez pas réellement audités que vous comptez délégitimer ? Sur combien de chercheurs et d’associations qui essayent de lutter face à un péril grave vis à vis de la jeunesse allez-vous taper gratuitement pour avoir une heure de gloire ? Fournissez les PV d’audition des gens que vous prétendez avoir rencontrés et évalués. Ou avouez que vous ne vous basez que sur des articles de presse et sur les réseaux sociaux... La politique vous a-t-elle fait perdre toute méthodologie d’universitaire ? Toute éthique minimale ?

Car oui, Madame Benbessa, la déradicalisation, ou plutôt  le désengagement, est un sujet sérieux :les parents ont besoin de soutien ; les professionnels ont besoin d’accompagnement et de supervision, quand il y a des réussites comme quand il y a des échecs. Toutes personnes alliant la théorie et la pratique savent que les échecs permettent d’avancer car ils forcent à se repositionner et permettent d’avoir des réussites, car il y a de nombreuses et grandes réussites que vous n’avez pas souhaité auditionner et valoriser.

En traitant le sujet avec si peu de scientificité, vous faites effectivement de la déradicalisation une tartuferie et vous faîtes mal à la France et à sa jeunesse.

Si vous m’aviez auditionnée, je vous aurais donc raconté que les retours d’expérience avec les radicalisés, leurs familles et les professionnels qui les accompagnent, démontrent  que :

- la déradicalisation n’est pas une déprogrammation, ni un lavage de cerveau ;

- la déradicalisation n’est pas non plus un simple désendoctrinement, et sur ce point nos travaux nous ont menés à évoluer ;

- la déradicalisation doit être individualisée, car les motifs d’engagement dans le djihad sont tous différents ;

- la déradicalisation n’est pas un terme approprié, car les idéaux poursuivis par les jeunes de manière radicale doivent être entendus et reconnus, c’est leur engagement qu’ils doivent réajuster ;

- la déradicalisation ne peut s’opérer qu’avec des alliances et des travaux communs avec les familles, des policiers, des psychologues, des éducateurs et des imams ;

- la prévention et la détection n’en sont qu’à leurs balbutiements ;

-les acteurs de droit commun (éducateurs, animateurs, médiateurs, psychologues, imams, associations de terrain...) sont les plus compétents et légitimes pour suivre les jeunes qui n’ont plus confiance dans les institutions ;

- la déradicalisation n’est jamais le produit d’un seul acteur mais toujours celui d’une chaîne d’acteurs qui agit de manière cohérente et complémentaire (reprise du lien de confiance avec le jeune, soutien de la famille, accompagnement psychologique, approche théologique, déconstruction de la relation au groupe radical et à l’utopie radicale, etc.)

- tout dispositif menant à mettre ensemble des radicalisés était voué à l’échec (centre fermé), cependant, il s’agit d’un des nœuds à régler pour construire une politique de prise en charge des jeunes radicalisés dans les 30 ans à revenir.

- la déradicalisation ne peut être politisée.

Quand les jeunes qui sont français sortiront de 10 ans de prison et qu’ils auront 30 ans, qu’allons nous faire ? Qu’allons nous faire des centaines d’enfants de djihadistes français ? Construire une approche efficace de cette problématique doit supplanter les querelles politiciennes..Ce défi de société ira bien au-delà de votre mandat et des prochaines décennies. Les professionnels de terrain qui prennent des risques ont besoin du soutien des politiques et du grand public.

Vous faites de la lutte contre la radicalisation du divertissement et de la fiction. Grand bien vous fasse. D’autres comme nous travaillent pour l’intérêt général et continueront, par sens du devoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
07.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 23/02/2017 - 23:30
@ adroitetoutemaintenant
Je conteste le choix du calibre 5,56, c'est celui de l'Otan et faut un fusil d'assaut type " .223 Remington" pour s'en servir !... C'est un peu trop encombrant !... Donc, un bon vieux S&W, calibre 357, voire un 44 magnum sont largement suffisants pour déradicaliser "définitivement" n'importe quel salopard d'intégriste islamique.
Beredan
- 23/02/2017 - 11:19
La pompe à fric s'enraye...
Mme Bouzar qui faisait ses choux gras de la deradicalisation va devoir se recycler...
O.Coutrot
- 23/02/2017 - 10:13
Esther Benbassa
Il suffit d'écouter Mme Benbassa ânoner ses interventions au Sénat pour apprécier le niveau de cette élue. Pitoyable !