En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 25 min 38 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 3 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 22 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 32 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 34 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 49 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 46 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 11 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 43 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 6 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 20 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 19 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 27 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 22 heures 3 min
© DON EMMERT / AFP
© DON EMMERT / AFP
Consensus

Normalisation : la nomination du Général McMaster marque-t-elle un tournant de la stratégie de Donald Trump ?

Publié le 22 février 2017
En nommant le général McMaster nouveau conseiller à la sécurité nationale, Donald Trump a ainsi conservé les apparences, avec le respect de sa promesse de nommer des généraux aux postes sensibles pour la sécurité nationale, tout en cédant à la pression des faucons du Sénat et du Parti républicain.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En nommant le général McMaster nouveau conseiller à la sécurité nationale, Donald Trump a ainsi conservé les apparences, avec le respect de sa promesse de nommer des généraux aux postes sensibles pour la sécurité nationale, tout en cédant à la pression des faucons du Sénat et du Parti républicain.

Atlantico : Donald Trump vient de nommer le général McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale. L'une de ses principales caractéristiques réside dans le fait qu'il ne fait pas partie du cercle rapproché de Donald Trump. Dans quelle mesure cela pourrait-il participer d'une rupture dans la stratégie de Donald Trump, un mois après son entrée en fonction ? 

Jean-Eric Branaa : La première constatation qui peut être faite est que le choix du général Herbert Raymond McMaster est salué par tous : il a une bonne expérience au combat, son encadrement des troupes a toujours donné satisfaction, et il a dirigé avec succès le 3e régiment de cavalerie blindé dans son déploiement en Irak, notamment en pacifiant Tell Afar, à l'ouest de Mossoul.

Donald Trump a donc fait un bon choix avec le général McMaster et l’a qualifié d' "homme de formidable talent et de formidable expérience".

Cet avis est très largement partagé par les politiciens les plus en vue sur les questions de défense, qui tiennent McMaster en haute estime. On sait qu’il a bénéficié, en particulier, du soutien actif de Tom Cotton, le sénateur de l'Arkansas et un ancien combattant de l'Armée de terre : Tom Cotton a même servi sous les ordres du général. Le sénateur John McCain, de l'Arizona, a également fait campagne en faveur de ce choix, tout comme le ministre de la Défense en personne, Jim Mattis, qui a travaillé à plusieurs reprises avec McMaster, et le connaît bien.

Cette unanimité était importante pour effacer l’humiliation subie par Mike Pence avec le général Flynn. En mentant au vice-président à propos de ses conversations avec les Russes, Michael Flynn avait clairement commis un crime de lèse-majesté. Pour sauver le front d’unité au sein du couple présidentiel Trump-Pence, l’homme à sélectionner pour effacer l’affront devait donc être au-dessus de tout soupçons. 

Donald Trump s’en est bien sorti : il a même fait d’une pierre deux coups avec cette nomination, en conservant les apparences, avec le respect de sa promesse de nommer des généraux aux postes sensibles pour la sécurité nationale, tout en cédant à la pression des faucons du Sénat et du Parti républicain. Il a ainsi rassuré les hommes politiques les plus puissants de Washington et tout son entourage "politicien", tout en montrant à ses supporters que sa ligne était respectée : ils ont eu un général pour la sécurité nationale, comme il le clamait pendant sa campagne : "je trouverai l’homme le plus compétent pour chaque poste", précisant presque à chaque fois que les questions de sécurité ne seraient pas confiées à des civils.

Ce qui est intéressant, c’est que, contrairement à M. Flynn, qui avait été très impliqué comme conseiller de campagne l'année dernière, le général McMaster n'a aucun lien avec Donald Trump et n'est pas considéré comme aussi idéologique que l'homme qu'il remplacera. Les rapports entre les deux hommes seront donc purement professionnels, ce qui ne veut pas dire que cela ne fonctionnera pas.

Le général McMaster est largement respecté par ses pairs en tant que théoricien militaire. Quel rôle a pu jouer dans cette nomination le caractère "respectable" du général McMaster, compte tenu des nombreuses critiques dont font l'objet un certain nombre de conseillers de Donald Trump ? 

En réalité, tout n’est pas si rose dans la carrière du général McMaster non plus. Il s'est d'abord fait un nom en 1997 avec la publication de sa thèse de doctorat obtenue à l'Université de Caroline du Nord. Le livre, Abandon du Devoir (Dereliction of Duty), a d’ailleurs connu un certain succès. Il y critiquait sévèrement les hauts fonctionnaires du milieu des années 1960 pour n'avoir pas contesté le secrétaire de la Défense Robert McNamara et le président Lyndon B. Johnson sur leur stratégie au Vietnam, même s'ils savaient que la stratégie mise en œuvre ne pouvait pas marcher. 

Après avoir gagné une étoile d'argent pendant la guerre du Golfe de 1991, McMaster a acquis une notoriété au milieu des années 2000 pour avoir lui-même contesté les positions du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld et de l'administration Bush, qui refusaient de reconnaître l'insurrection croissante en Irak. Parce qu’il a mis en œuvre sa propre théorie du droit de retrait, McMaster a été freiné dans sa promotion, notamment en 2006 et 2007, alors que sa réputation était pourtant déjà faite, notamment pour avoir élaboré une stratégie de contre-insurrection qui a mené à la victoire dans la bataille de Tal Afar. Plus tard, il a travaillé aux côtés du général David Petraeus sur d’autres opérations de contre-insurrection et cela aurait dû suffire à le propulser au sommet.  Mais ce n’est qu’en 2008 qu’il a finalement été nommé général.

Tout cela cependant a consolidé sa réputation d’un homme franc, solide et de conviction, des qualités qui seront nécessaires dans son nouveau poste, mais qui amènent aussi à se demander comment cet homme connu pour contester l'autorité se comportera face à une Maison-Blanche peu ouverte à la critique.

Quel impact peut avoir le fait que le général McMaster n'ait pas d'expérience politique à proprement parler ? 

En cela, on pourrait dire qu’il est quasiment dans le même moule que les autres nominés par le président aux différents postes : car le manque d’expérience politique est presque la marque de fabrique de Donald Trump et de son gouvernement. Pendant la campagne, il n’a cessé de répéter qu’il voulait "nettoyer le bourbier" que représente Washington DC. A ses yeux, pour gouverner, il faut avoir fait une carrière ailleurs avant de prendre en charge les affaires collectives et être en capacité de prendre en charge une administration et de hautes destinées sans aucun état d’âme. On s’aperçoit d’ailleurs que les hommes qui ont été choisis ne sont pas des débutants, notamment dans la gestion collective ou dans la capacité à prendre des décisions : le général McMaster est un général reconnu. Il est même considéré comme l'un des officiers les plus indépendants de l'armée. C’est vrai, toutefois, qu’il a peu de connaissances en politique et que cela pourrait constituer un défi pour lui dans son nouveau rôle.

Sa tâche consiste maintenant à prendre le contrôle d'un appareil complexe et sensible, le Conseil de sécurité nationale.  Ce n’est pas une tâche simple car il devrait très vite entrer en concurrence avec les plus idéologues des conseillers du président, dont Steve Bannon et Steven Miller, qui ont des idées très arrêtées en ce qui concerne la politique internationale et la sécurité du pays. Une question est d’ailleurs déjà sur la table et n’a pas encore trouvé de réponse : qui aura la responsabilité de la nomination des hommes qui travailleront au plus près du nouveau conseiller à la sécurité nationale ? Ce n’est pas une mince affaire et il se dit que le vice-amiral Robert Harward, qui s’était vu proposé le poste avec McMaster, l’a refusé pour n’avoir pas obtenu de réponses claires et satisfaisantes. Or, avec un homme de la trempe de McMaster, il n’est pas dit que les choses se passent tranquillement : la valse des fauteuils n’est peut-être pas terminée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 22/02/2017 - 14:04
D. Trump avance, les chiens des médias aboient.......
D'ici deux mois l'équipe sera complète et alors commencera la vraie politique que D.Trump va mettre en œuvre. Même si déjà beaucoup a été fait.
ikaris
- 22/02/2017 - 13:26
bon article de M. Branaa
qui nous livre à chaque fois des analyses factuelles et non partisanes de la situation aux USA. On va voir si sa prédiction de valse des fauteuils se réalise ...
adroitetoutemaintenant
- 22/02/2017 - 11:44
Bon article
Il faut toutefois rajouter un paramètre ultra important. Trump est un animal politique qui a sauté de la case départ à la case Président des EU sans passer par le marécage. Il déteste la critique en place publique mais il adore celle en privé. Quand Obama, l’ennemi des EU, lui a parlé en privé, rien de ce qu’ils se sont dit n’a filtré en dehors des banalités habituelles. Trump n’a jamais nommé des potiches et c’est pour cela que son Vice-Président est aussi important. Cela ne s’était jamais vu auparavant ! Que Mike Pence parle à l’Otan et à l’Europe, et pas seulement pour des banalités, c’est une révolution. Trump veut des avis divers mais il veut aussi que la pyramide soit respectée. Et puis il l’a bien dit : je n’hésiterai pas à renvoyer celui ou celle qui ne rend pas satisfaction.