En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 6 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 8 heures 24 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 11 heures 13 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 12 heures 58 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 14 heures 29 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 15 heures 21 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 17 heures 8 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 33 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 9 heures 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 10 heures 58 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 11 heures 39 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 13 heures 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 14 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 18 heures 33 min
Auf wiedersehen

La levée de bouclier allemande face au potentiel rachat d’Opel par PSA révèle-t-elle l’angoisse de Berlin quant à la viabilité de son modèle de développement économique ?

Publié le 17 février 2017
Le mardi 14 février, le constructeur français PSA déclarait envisager une "acquisition potentielle" de son concurrent Opel, propriété de General Motors. Suite au communiqué, les réactions allemandes ont été vives, entre indignation face au secret des négociations et inquiétudes sur le front de l'emploi, Opel employant 20.000 personnes sur le territoire allemand.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mardi 14 février, le constructeur français PSA déclarait envisager une "acquisition potentielle" de son concurrent Opel, propriété de General Motors. Suite au communiqué, les réactions allemandes ont été vives, entre indignation face au secret des négociations et inquiétudes sur le front de l'emploi, Opel employant 20.000 personnes sur le territoire allemand.

Atlantico : Alors que l'Allemagne est souvent présentée comme le premier promoteur d'une vision industrielle à vocation exportatrice, qu'elle souhaite voir se développer en Europe, ne peut-on pas voir un paradoxe dans une telle levée de boucliers suite au cas PSA-OPEL ?

Nicolas Goetzmann : Il y a bien un paradoxe. Au cours des dernières semaines, alors que Donald Trump symbolisait le retour à un néoprotectionnisme tout en dénonçant les excédents commerciaux allemands vis-à-vis des États Unis, la Chine et l'Allemagne ont fait un pas l'un vers l'autre pour représenter la défense du libre-échange. Il s'agit là d'une vision venant "d'en haut", des dirigeants politiques et industriels. Le cas PSA-Opel a un enjeu politique plus concret pour la population, avec une inquiétude légitime qui pèse sur les salariés du constructeur convoité par PSA. Cette confrontation permet de mettre en évidence le conflit intérieur de la mondialisation, entre ses gagnants et ses perdants, et ce n'est pas si fréquent pour l'Allemagne. D'autant plus que cette année 2017 est marquée par de lourds enjeux électoraux, avec une Angela Merkel qui n'est plus aussi dominatrice qu'elle ne l'était. Pour les partenaires européens de l'Allemagne, cela peut également provoquer une gêne. Puisque l'Allemagne a des excédents commerciaux qui représentent une valeur équivalente à près de 9% de son PIB, cela signifie que l'Allemagne produit bien plus qu'elle ne consomme. Et cette "surproduction" est consommée ailleurs. Les autres pays pourraient donc considérer, à raison, que l'Allemagne devrait soutenir sa consommation et ses investissements, justement pour équilibrer ses comptes. Parce qu'évidemment le problème n'est pas que l'Allemagne produit trop, le problème est qu'elle n'en distribue pas les fruits à sa population, qui se trouve en incapacité d'absorber ce qu'elle produit. Le résultat, c'est que cette "demande" manquante plombe l'économie européenne. Le cas PSA-OPEL permet simplement de révéler à l'Allemagne que cette forme de développement économique peut faire des dégâts. Des dégâts qui ont été subis par les économies du sud de l'Europe depuis une dizaine d'années.

Comment expliquer ce qui semble révéler d'une forme de double discours ? En quoi cette situation peut-elle également mettre à jour une forme d'inquiétude allemande quant au devenir de son potentiel industriel dans une économie mondiale en profonde mutation ?

Les États-Unis et le Royaume Uni sont entrés en dissidence. Ils ne veulent plus voir de "cavaliers solitaires", c’est-à-dire des pays qui assument ce modèle de développement ancrés dans une sous consommation, et dont le succès repose sur la croissance de ses partenaires. Les cibles privilégiées sont la Chine et l'Allemagne. Il y a donc une inquiétude légitime en Allemagne à ce sujet. De plus, l'évolution de l'économie mondiale révèle de plus en plus des phénomènes de changements rapides, notamment dans le numérique. Or, ce n'est pas vraiment le fort de l'Allemagne. D'autant plus que le pays a un taux d'investissement faible, inférieur à celui de la France. L'investissement public est également un handicap dans le pays. Ce qui met l'Allemagne dans une situation de vulnérabilité réelle. Il faut également noter que le pays affiche le plein emploi alors que la BCE continue de soutenir l'activité économie européenne, ce qui conduira mécaniquement l'Allemagne à rehausser ses salaires, et donc à perdre en "compétitivité" par rapport à ses partenaires. Depuis l'année 2015, et le cas des réfugiés syriens qui correspondaient également à un besoin de l'industrie allemande, la "technique" du recours aux immigrés pour éviter de voir le coût du travail progresser bat de l'aile. Elle ne pourra plus être reproduite dans les mêmes proportions. L'Allemagne est sans doute capable de se réinventer, mais elle est aujourd'hui confrontée à de réels défis. Cela peut être une opportunité, pour les européens, de redéfinir le modèle de développement du continent.

Faut-il y voir un signe de la nécessité de changement de modèle économique ? En quoi une telle vision reposant sur le "tout exportateur" pourrait ne plus être à l'ordre du jour dans un contexte politique marqué par le protectionnisme de Donald Trump ou la décision britannique de sortie de l'Union européenne ?

L'Union européenne a totalement changé de dynamique. Au cours des années 2000, l'Union s'est incarnée dans son développement territorial, absorbant des pays un à un. Depuis, les choses ont changé. Les Russes ont posé une limite à l'Est, la Turquie s'éloigne de jour en jour, et le Royaume Uni va sortir de l'ensemble. D'une phase d'expansion, l'Union est passée à une période de stagnation voire de régression. Elle est donc sérieusement menacée. Pour faire face à cette régression, l'Union européenne pourrait s'appuyer sur ses forces. L'Union européenne dispose d'un marché intérieur gigantesque, en excluant le Royaume Uni, la barrière des 500 millions d'habitants reste proche. Or, ce marché intérieur est ravagé par un chômage de masse qui sévit depuis près de 10 ans sur le continent. C'est donc en soutenant ce marché, en recréant des emplois, c’est-à-dire en abandonnant ce modèle mercantiliste allemand, que l'Europe peut retrouver des forces, aussi bien en termes économiques qu'en termes politiques. En poussant le continent à un niveau d'activité conforme à son plein potentiel, les investisseurs seront présents, ce qui permettra de soutenir l'innovation, la recherche, c’est-à-dire toutes les composantes de la croissance à long terme. Cette discussion doit avoir lieu, il s'agit d'ailleurs du seul réel enjeu de ces prochaines années pour l'Union européenne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 17/02/2017 - 20:08
La France a raison
de défendre son dernier gros chantier de construction navale, quand on sait que l'italien, Fincantierri va apprendre aux chinois comment construire des navires de croisières, les derniers types de navires qu'ils ne savent pas construire économiquement dans des délais raisonnables. Fin des chantiers de l'atlantique = 6 à 7000 chômeurs ! L'Allemagne devrait comprendre que les prises de participations ne vont pas que dans un sens unique. Quand Sarkozy a fait cadeau d'une part d'Airbus industrie pour que les deux pays soient à égalité dans cette entreprise, Angela n’a pas refusé et depuis, l’Allemagne s’est largement servi dans le potentiel industriel de EADS, sans que nos journalistes à la noix ne relèvent l’événement. Coté pillage, la France est surtout victime de son manque d’enthousiasme pour une industrie florissante.
Danper
- 17/02/2017 - 14:15
Français, de quoi vous plaignez-vous?
Les entreprises françaises ont racheté en Europe un tas d'entreprises avec l'argent de l'Etat français qui en général s'oppose à tout achat d'entreprise française par l'étranger. Dernier exemple les chantiers navals... Il est vrai que les Français ont le même réflexe que les Allemands surtout si l'acheteur est Italien donc peu digne de respect. Les Allemands se comportent évidemment de la même façon arrogante vis-à-vis des Français. C'est ça l'Europe, surtout avec des états tricheurs et abusant de leur force.
ikaris
- 17/02/2017 - 13:18
L'article s'éloigne un peu du titre
On aurait aimé un peu plus de sources pour parler des ces cris d'Orfraie pour pouvoir rapprocher un peu plus les donneurs de leçon des plaignants. C'est amusant de constater qu'en plus GM Europe n'est même pas allemande et assez paneuropéenne pour le coup ... qu'est ce que ça serait si PSA voulait racheter BMW ! Sinon, la thèse de l'Allemagne "passager clandestin de l'Europe" est connue ... et un peu contestée.