En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 10 min 31 sec
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 1 heure 48 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 19 heures 21 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 20 heures 31 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 21 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 44 min 51 sec
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 5 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 18 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 19 heures 7 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 21 heures 2 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 22 heures 14 min
© Odd ANDERSEN / AFP
© Odd ANDERSEN / AFP
Rivers of Babylon

Pourquoi contrairement à ce qu’on dit, Poutine ne souhaite pas une alliance avec Trump

Publié le 17 février 2017
Contrairement à ce que certains peuvent penser, il n'est pas dans l'intérêt immédiat de Vladimir Poutine de créer une alliance avec Donald Trump. En effet, les Etats-Unis isolationnistes de Trump vont aider la Russie sur une échelle bien plus large et à long terme.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à ce que certains peuvent penser, il n'est pas dans l'intérêt immédiat de Vladimir Poutine de créer une alliance avec Donald Trump. En effet, les Etats-Unis isolationnistes de Trump vont aider la Russie sur une échelle bien plus large et à long terme.

Atlantico : Pourquoi contrairement à ce que certains peuvent dire ou penser Vladimir Poutine ne souhaite pas une alliance avec Donald Trump à l’heure actuelle. Que souhaite Poutine concrètement dans sa relation avec Trump et les Etats-Unis à court terme ?

Florent Parmentier : Vladimir Poutine est lucide quant à la possibilité d'un rapprochement avec les États-Unis à court terme. En effet, il sait bien que Donald Trump est probablement le candidat le mieux disposé à l'égard de la Russie depuis la guerre froide, mais cela ne peut faire oublier le fait qu’une grande partie des élites de Washington demeure extrêmement méfiante vis-à-vis de Moscou. Il y a pour ainsi dire un « Etat profond » qui résiste fortement à toute forme de changement à l’égard de la Russie, à la fois pour des raisons de sécurité légitime, mais aussi par réflexe pavlovien. Il existe en effet une coalition d'acteurs à Washington pour lequel toute politique de rapprochement vis-à-vis de la Russie semble être une hérésie : les partisans d'une alliance accrue avec l'Europe centrale dans le cadre de l’OTAN, les mouvements en faveur des droits de l'homme ainsi que les faucons partisans d'une politique américaine agressive sur le plan international.

Dès lors, les attentes de Vladimir Poutine restent assez limitées dans leurs ambitions. Il peut tout d’abord constater qu'il n'y a pas d'assouplissement de la politique américaine à l'égard de la politique russe en Ukraine : celle-ci a été rituellement condamnée à l’ONU. De même, Vladimir Poutine n'a pas exigé de son homologue américain une levée immédiate des sanctions, sachant que celle-ci ne rencontrerait pas un soutien massif au Sénat.

En fin de compte, on peut donc estimer que Vladimir Poutine entend garder des relations personnelles avec Donald Trump aussi bonnes que possible, tout en restant extrêmement lucide sur la possibilité d'un réel rapprochement entre les deux Etats à court terme. Il entrevoit néanmoins très positivement les critiques du président américain à l'égard de l'OTAN, ainsi que son dédain vis-à-vis de l’Union européenne. 

En quoi les Etats-Unis isolationnistes de Trump peuvent avantager Vladimir Poutine qui prône une politique Russe interventionniste, sur le long terme ?

Au sortir de la chute de l'URSS, lorsque le système international issu de la guerre froide a explosé, les États-Unis ont pu s'affirmer comme le seul gendarme du monde, à un moment où la Russie ne pouvait même plus assurer sa propre influence au sein de l'espace post-soviétique. Cette volonté de puissance américaine a rencontré un écho favorable à la fois au sein de mouvement néoconservateurs, mais également du côté des impérialistes-démocrates, qui souhaitaient élargir la démocratie par la force des baïonnettes.

Face à cette situation, la Russie a fait de la critique de l'interventionnisme américain un des ressorts profonds de sa politique étrangère, affirmant au contraire sa croyance dans le système international (le système onusien où elle dispose du droit de véto), tout en attachant une importance cardinale au principe de souveraineté. C’est ainsi que l'ensemble des dirigeants russes ont vécu comme une véritable blessure le bombardement de Belgrade par l'OTAN en dehors des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Un retournement de cette logique a été opéré au moment de la guerre en Géorgie  au mois d'août 2008 : c'est paradoxalement à ce moment que les Européens et les Américains, quelques mois après la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo, rappelaient leur attachement au principe de l'intangibilité des  frontières, tandis que les Russes ont mis en avant la nécessité de leur intervention à titre humanitaire.

Le pouvoir politique russe de Vladimir Poutine ne rejette pas l’interventionnisme : il est intervenu dans l'espace post-soviétique en Géorgie et en Ukraine, et a participé également au combat contre l'État islamique en Syrie à partir de l'automne 2015. Mais il faut observer dans le même temps que les Américains et les Européens sont intervenus dans le même laps de temps à plusieurs reprises sur d’autres théâtres d'opérations étrangers, de la Lybie à l’Afrique.Dans ces conditions, une politique américaine moins interventionniste permettrait de faire ressortir l’action internationale de la Russie, même si elle n’intervient pas partout.

Pouvons nous dire que Poutine obtient pour le moment exactement ce qu’il souhaite en terme de géopolitique internationale ?

Il est certain que Vladimir Poutine et Sergei Lavrov ont une connaissance aiguë des acteurs internationaux ainsi que des logiques de puissance à l’œuvre. Ils ont en tout cas pu éviter une présidence Clinton qui n'avaient pas leur faveur, pour avoir un Président certes imprévisible, mais moins considéré comme russophobe.

La position de la Russie est sans doute positive à court terme, mais toujours très incertaine à moyen terme. On voit bien comment la Russie a pu faire dérailler le processus de réformes en Ukraine en empêchant ce pays de se rapprocher de l'Union européenne, mais dans le même temps tout rapprochement entre la Russie et l'Ukraine est aujourd'hui ruiné par la politique du Kremlin qui a conduit à l'annexion de la Crimée et à la guerre dans le Donbass. L'Ukraine sera à tout le moins pour les décennies à venir moins russophile que par le passé. De la même manière, si la présence russe en Syrie a permis la reconquête du territoire avec l'armée de Bachar el-Assad, cette victoire est également lourd de dangers pour Moscou, qui voit nombre de ses ressortissants rejoindre les rangs de l'État islamique, la Russie ayant un cinquième de sa population de confession musulmane.

Aussi, Vladimir Poutine est sans doute un tacticien audacieux, mais il semble également que sa volonté de réaffirmer le statut du pays en tant que grande puissance se trouve limitée par la taille de son économie aussi bien que par les déséquilibres qui ne manquerons pas affecter sa sécurité à moyen terme. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 17/02/2017 - 17:47
Il semble
..que Zbig Brzezinski ( Le Grand Echiquier ) ne soit plus tout à fait d' accord avec lui-même et son oeuvre des années 2000 . Peut-être que cela augure d' une évolution à l' égard de la Russie ou à tout le moins sur ce fameux pivot .