En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Chats volés mis en vente sur Internet

02.

BP encore loin de couler

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 28 min 51 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 1 heure 45 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 2 heures 17 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 4 heures 46 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 58 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 57 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 3 heures 11 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 5 heures 31 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 6 heures 32 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 7 heures 18 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 13 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Der des der

Eurogroupe contre la Grèce : pourquoi la prochaine “réunion de la dernière chance” dévoilera surtout les tensions entre le FMI et les européens

Publié le 16 février 2017
La réunion qui doit se tenir le 20 février mettra en question la politique d'austérité entreprise par la Grèce depuis des années. Il s'agira de savoir si le remède a fonctionné et s'il faut continuer ou non le traitement. Mais certains "docteurs" semblent déjà avoir leur petite idée sur le diagnostic et la posologie...
Maxime Sbaihi est économiste, directeur général du think-tank GenerationLibre.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Sbaihi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Sbaihi est économiste, directeur général du think-tank GenerationLibre.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réunion qui doit se tenir le 20 février mettra en question la politique d'austérité entreprise par la Grèce depuis des années. Il s'agira de savoir si le remède a fonctionné et s'il faut continuer ou non le traitement. Mais certains "docteurs" semblent déjà avoir leur petite idée sur le diagnostic et la posologie...

Le 20 février prochain, l'Eurogroupe se réunira à nouveau pour décider une nouvelle fois du sort de la Grèce, notamment sur la question de la poursuite des politiques d'austérité et de la restructuration de la dette du pays. Quels sont les réels enjeux de cette nouvelle "réunion de la dernière chance" ?

Maxime Sbaihi : C'est la nième "réunion de la dernière chance". J'ai arrêté de compter. Il faut remettre les choses dans leur contexte: on est très loin de l'urgence de l'été 2015 lorsqu'il fallait négocier un tout nouveau programme et que la Grèce risquait de faire défaut sur ses créanciers, notamment le FMI. Aujourd'hui le programme est en place et la Grèce peut faire face à ses échéances de paiement grâce a des rentrées fiscales meilleures que prévues. Le problème de 2017 c'est que les créditeurs européens et le FMI ne sont plus sur la même ligne. Les premiers demandent davantage d'efforts budgétaires, les derniers plus de reformes structurelles. La Grèce est prise dans le tir croisé. Ce désaccord fait hésiter le FMI a participer au programme actuel. Pour les allemands, le cachet du FMI est une condition sine qua non. Wolfgang Schaeuble l'a fait comprendre en déclarant que sans le FMI le programme actuel prendrait tout simplement fin. Il y a aussi ici une dimension politique dans la date du 20 février. Dès le mois de mars, la zone euro rentre dans un intense cycle d'élections qui s'ouvre aux Pays-Bas à la mi-avril, passe par la France et se termine en septembre en Allemagne. Difficile alors pour ces pays de faire des concessions sur la Grèce au beau milieu de campagnes électorales. La réunion de la semaine prochaine n'est donc pas celle de la dernière chance mais bien la dernière fenêtre d'opportunité avant plusieurs mois.

Selon un document du FMI, dévoilé le 14 février, le chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, avait prévenu les autorités des dangers que représentaient les politiques d'austérité, pour la Grèce. Comment expliquer la stratégie européenne, quelle en est la rationalité ? 

En 2010 et 2012, au cœur de la crise, l'idée centrale des créanciers, européens et autres, était d'assainir au plus vite les finances publiques grecques pour corriger la trajectoire explosive de la dette. Beaucoup d'économistes et de politiques croyaient alors encore que la croissance pouvait être relancée parallèlement à une consolidation budgétaire ("expansionary austerity") grâce à un effet confiance positif. Cela a été démenti de manière criante par la réalité. La science économique a depuis progressé et revu à la hausse les multiplicateurs budgétaires. Même le FMI a fait son mea culpa. La dette publique est calculée en fonction du PIB: s'il se contracte la dette peut continuer d'augmenter en dépit d'efforts budgétaires considérables. C'est ce qui s'est passé en Grèce ou le PIB a chuté de plus de 25% depuis 2007. Les coupes budgétaires, même les plus indispensables, n'ont fait qu'empirer. Mauvaises proportions, mauvais timing. Aujourd'hui, les créanciers européens ont fait des gestes pour alléger la charge de la dette mais continuent de demander des surplus budgétaires significatifs au cours des prochaines années. Le FMI les juge lui non-réalistes et demande un allègement plus conséquent de la dette. Le problème c'est qu'il s'agit ici d'argent public des contribuables voisins. Certains prêts faits à la Grèce sont par exemple bilatéraux. Toute restructuration sérieuse de la dette grecque obligerait les autres états membres à accepter de prendre des pertes. Difficile à vendre auprès des contribuables qui sont aussi des électeurs. Sans parler des objections juridiques levées par l'Allemagne. Tout ceci explique la situation bloquée dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui.

A plus long terme, quelles sont les issues les plus probables pour la Grèce ? Entre sortie de la zone euro et poursuite des politiques d'austérité, existe t il une alternative sérieuse pour le pays ? Une telle alternative est elle réalisable politiquement parlant ?
 

Cela fait maintenant 8 ans qu'on parle de Grexit, sans qu'il n'ait jamais eu lieu. On est passé très proche en 2015, quand le gouvernement d'Alexis Tsipras y a sérieusement songé avant de faire demi-tour à la dernière minute. La victoire de Tsipras qui s'en est suivi rappelle un fait primordial: les grecs ne veulent pas quitter l'euro. Ils l'ont montré dans les urnes et le montrent encore dans les sondages. Le parti d'opposition Nouvelle Démocratie s'est depuis doté d'un nouveau dirigeant qui l'a remis en tête des sondages. Lui non n'envisage pas de quitter l'euro. Bien sur les choses peuvent changer mais dans l'état actuel il y a politiquement peu de pression en Grèce pour sortir de l'euro. Il faut le rappeler. Le plus gros des efforts budgétaires a déjà été fait en Grèce mais la liste de reformes reste longue. Dans un monde idéal, la dette publique grecque est restructurée de manière ordonnée, redonnant de l'oxygène budgétaire à la Grèce. Comme déjà évoqué, il y a malheureusement dans la réalité de fortes contraintes politiques, institutionnelles et peut-être juridiques à cela. Néanmoins, l'idée d'instaurer un véritable mécanisme européen de restructuration ordonnée des dettes publiques fait son chemin, en Allemagne et ailleurs. Si la zone euro parvenait à s'en doter, ce serait la une avancée majeure pour sa stabilité. Et son utilité ne serait pas limitée qu'à la Grèce…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Chats volés mis en vente sur Internet

02.

BP encore loin de couler

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 17/02/2017 - 09:12
Ne vous voilez pas la face
Faire des dettes pour financer le fonctionnement d'une myriade de structures plus ou moins utiles , plus ou mois efficaces , est non seulement intenable financièrement , mais injuste . Le privé qui crée la richesse qui est partagée après, souffre de plus en plus et se paupérise . Alors que la sphère de l'Etat est de plus en plus avantageuse pour ses agents et ruineuse pour un pays . Nous en reparlerons .
Citoyen Ordinaire
- 16/02/2017 - 13:27
Foutons leur la paix !
Quelle honte de lire que certains voudraient que des gens soient virés ? Qu'avons nous fait de nos cœurs ? Qui peut souhaiter du mal aux habitants d'un pays.
La Grèce, c'est nous dans quelques années...
Ce ne sont pas aux populations de payer pour les erreurs des gouvernements et des banques dont Goldman Sachs qui a permis de truquer les comptes pour entrer dans l'UE, ce sont à eux de payer la dette, pas aux populations.
Ganesha
- 16/02/2017 - 10:58
Exceptionnellement
Exceptionnellement, un commentaire de Vangog qui est clair, compréhensible, et qui décrit exactement la réalité... Je sais que je ne suis pas sensé vous adresser la parole, mais je fais cette petite entorse à la routine !