En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 10 heures 10 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 12 heures 13 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 13 heures 11 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 14 heures 54 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 16 heures 11 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 17 heures 9 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 19 heures 11 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 10 heures 57 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 12 heures 45 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 14 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 15 heures 7 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 16 heures 54 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 19 heures 34 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 8 heures
© REUTERS/Michael Kooren
© REUTERS/Michael Kooren
Pays-Bas

Pays-Bas : l'Europe face à la possibilité de victoire de Geert Wilders sur sa promesse de désislamiser le pays

Publié le 16 février 2017
Le 15 mars prochain, les électeurs néerlandais auront le choix de porter au pouvoir le candidatd'extrême droite Geert Wilders. Après sa récente montée dans les sondages, la question se pose : est-il à craindre ?
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 15 mars prochain, les électeurs néerlandais auront le choix de porter au pouvoir le candidatd'extrême droite Geert Wilders. Après sa récente montée dans les sondages, la question se pose : est-il à craindre ?

Le 15 mars prochain, les électeurs néerlandais se déplaceront pour désigner leur prochain gouvernement. Favori des sondages, Geert Wilders fait la promesse de "désislamiser" les Pays Bas". Quelles sont les particularités du parti de Geert Wilders et les raisons de son succès auprès des électeurs ? quelles sont ses différences idéologiques avec le Front National ? 

Christophe de Voogd : Le parti de Wilders , le PVV, a des points communs avec le Front National, version Marine Le Pen: durcissement de toutes les politiques régaliennes (immigration, justice, police, armée etc.) et mesures sociales de type Etat-providence. Mais dans le premier domaine, Wilders va beaucoup plus loin que Marine Le Pen : arrêt total de l'asile, arrêt total de l'immigration musulmane, fermeture des mosquées et interdiction du Coran! Il veut en effet "désislamiser " les Pays-Bas alors que le Front National ne condamne que l'islamisme. Inversement dans le domaine social, il est bien plus modéré que le FN : retour à la retraite ... à 65 ans, amélioration du système de santé (sujet central aux Pays-Bas) mais pour un coût budgétaire présenté comme nul, compte tenu des économies proposées par ailleurs. Sur un point essentiel, Wilders a devancé Marine Le Pen,avec sa volonté de quitter l'Europe et l'euro dès les élections de 2012.

Wilders surfe en fait sur la grande vague amorcée aux Pays-Bas avec le discours de Pim Fortuyn, l'assassinat de celui-ci en 2002 (par un écologiste illuminé) et de Theo Van Gogh en 2004 ( par un islamiste né aux Pays-Bas). Depuis l'an 2000, il y a clairement un sentiment anti-musulman (et pas seulement anti-islamiste) qui se répand et s'exprime bien plus fort qu'en France.  Par ailleurs la politique d'immigration et d'intégration a été à maintes reprises durcie depuis 15 ans et le consensus est large sur ces restrictions, y compris à gauche. Le SP, parti populiste de gauche, assez proche de Mélenchon rejoint le PVV sur plusieurs points (tout comme en France, le Front de gauche par rapport au Front National) en matière de politique sociale et d'hostilité à l'Europe ( notamment à l'euro et aux travailleurs détachés).

Ce lundi 13 février, le professeur (néerlandais) Ruud Koopmanns mettait en garde l'Union européenne, en indiquant que 50 millions de musulmans à travers le monde étaient prêts à accepter la violence pour défendre leur religion. Quelle est la spécificité du discours politique relatif à l'Islam aux Pays bas ? Quelle est son importance au sein de l'élection, et quelle place tient il dans la société néerlandaise ?

En fait, il s'agit d'une affaire qui remonte à début janvier avec un article de Koopmans dans l'Algemeen Dagblad qui a provoqué une polémique aux Pays-Bas; mais justement on mesure la différence avec le cas français: imagine-t-on un sociologue oser dire cela en France? Et, plus encore, les "Factcheckers" du NRC, l'équivalent néerlandais des "Décodeurs" du Monde lui donner raison?

Il est clair que les Pays-Bas sont un pas plus avant que la France dans la déconstruction du "politiquement correct" ou dans "l'islamophobie", selon le biais d'opinion que l'on choisit. Tout en sachant que l'Islam est numériquement plus faible aux Pays-Bas qu'en France et que, bien sûr, le pays ne connaît pas la vague d'attentats que nous avons connue. Mais encore une fois les assassinats de Fortuyn et de Van Gogh ont heurté le tabou absolu de la violence politique dans cette société, libérant les peurs et la revendication identitaire, dans un pays où, rappelons-le, les statistiques ethniques sont pratiquées dans tous les domaines.   

En cas de victoire de Geert Wilders, quelle serait sa capacité de réalisation de son programme ? En quoi les institutions néerlandaises devraient l'obliger à composer avec l'opposition ? Quels sont les sujets sur lesquels il pourrait former une majorité ? Quelles pourraient êtres les conséquences en Europe ? 

Malgré son succès probable, les chances de Wilders de gouverner restent minces en raison de la proportionnelle intégrale. Curieusement ce même système qui lui assuré une représentation au Parlement peut aussi le bloquer dans l'étape décisive. C'est la situation inverse du FN en France, pour lequel toutes les planètes s'alignent en ce moment. Par ailleurs la très bonne situation économique du pays (faibles chômage et déficits, forte croissance) retire un important facteur de mécontentement et de désir de tout chambouler. Le parti qui dirige la coalition actuelle, le VVD libéral reste fort dans les sondages, à la grande différence de la France. Les partis favorables au maintien dans l'Europe et dans l'euro restent majoritaires, tout comme l'opinion, mais avec un agenda plus "eurosceptique" qu'en France, à l'exception du très europhile D66, très "macronien" de style et de programme. Le scénario d'une coalition des deux grands partis, le PVV de Wilders et les libéraux du VVD, a été exclu catégoriquement par le premier ministre Rutte. L'hypothèse la plus probable est celle d'une coalition introuvable en raison de l'éclatement du spectre politique de la multiplication des nouveaux partis, notamment catégoriels. Ce qui conduirait rapidement à de nouvelles élections, solution que le pays a connu à plusieurs reprises dans le passé. Dans tous les cas, il faut s'attendre à un durcissement de la politique européenne néerlandaise, notamment vis à vis des pays laxistes, comme la Grèce ou... la France. Les libéraux du VVD, qui seront le pivot de toute coalition à venir, proposent par exemple une subsidiarité très stricte, le respect absolu des critères de Maastricht et l'arrêt de la politique d'asile européenne.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 17/02/2017 - 07:50
Trop fort la monarchie hollandaise
si elle déclare l'Islam incompatible avec sa "Chose publique-Res publica". Royal mais peu probable, car comme en France la cause internationale du triptyque Fric, arc-en-ciel, vert islam verrouille les médias et le "phare progressiste" du joint pour tous qu'est Amsterdam veille au grain. Les hétéros-populistes-blancs ne passeront pas!
vangog
- 17/02/2017 - 00:20
Comment l'UE en est-elle arrivée à ce massacre?
La gouvernance PPE-PSE a été une véritable plaie pour l'Europe, faisant rentrer très profondément le cheval de Troie de l'islamisme, plombant la croissance et l'emploi...les Pays-Bas s'en sortent plutôt bien (chômage 4%, croissance 2,1%), excepté pour la perte d'identité et la menace islamiste. Voilà pourquoi ils choisiront une voie médiane, car ils profitent autant que l'Allemagne de la désindustrialisation du reste de l'UE.
Deudeuche
- 16/02/2017 - 20:48
Comme quoi il y a Hollande et ....Hollande
L'Islam ne serait pas compatible avec une république, celle des Pays Bas. Dank U.