En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 min 39 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 min 59 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 14 heures 23 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 53 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 47 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 51 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 4 min 48 sec
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 12 min 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 14 heures 11 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 15 heures 11 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 20 heures 19 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 20 heures 57 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 21 heures 26 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 22 heures 33 min
Mépris démocratique

Comptes publics : les recommandations de la Cour des comptes superbement ignorées par le Parlement

Publié le 08 février 2017
La Cour des comptes vient de sortir son nouveau rapport annuel et nous allons avoir encore une avalanche de commentaires dans la presse. Il faut dire qu’avec 27 chapitres, 1300 pages et une centaine de recommandations, il y a de quoi faire.
Agnès Verdier-Molinié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes vient de sortir son nouveau rapport annuel et nous allons avoir encore une avalanche de commentaires dans la presse. Il faut dire qu’avec 27 chapitres, 1300 pages et une centaine de recommandations, il y a de quoi faire.

Au menu cette année ? La formation professionnelle, la gestion de la ville de Levallois-Perret… le coût prohibitif (1 milliard) de la défunte écotaxe poids-lourds. Un très bon travail, très argumenté, très fouillé mais il est à craindre que notre séquence annuelle d’énervement collectif devant la gabegie publique durera 48 heures, 3 jours au mieux… Et puis après ? Et bien plus rien !

Alors une question Monsieur le Premier président, à quoi ce rapport va-t-il servir ? On pourrait dire qu’il va servir à éclairer le débat public sur la mauvaise gestion publique et les améliorations à apporter à cette gestion publique mais quelle sanction ensuite ?

En 2016 par exemple, l’excellent rapport annuel de la Cour des comptes a proposé la suppression du Fonds de solidarité, un opérateur de l’Etat qui collecte la (très) modeste cotisation des agents publics au chômage (1%). Que s’est-il passé depuis ? Ce fonds a-t-il été supprimé ? Non, il est toujours bien en place. Dans le même rapport, la Cour des comptes proposait de supprimer l’institut français du cheval et de l'équitation (IFCE), jugé trop coûteux au regard de la faiblesse des missions de service public qu'il assure. Est-il supprimé aujourd’hui ? Point non plus.

Toujours dans le rapport 2016, la Cour des comptes pointait le manque d’ambition du gouvernement pour réduire le déficit structurel de la France…de ce côté-là non plus, pas grand-chose n’a bougé. Le déficit français frôle toujours les 70 milliards d’euros par an alors même que l’argent est plus que bon marché pour l’Etat actuellement. Dans ses vœux de début d’année, Didier Migaud, le Premier président de la Cour a rappelé qu’il fallait être particulièrement vigilant car 40% de la réduction du déficit public depuis 2011 est due uniquement à la baisse des taux d’intérêts de la dette et non à des économies liées à la rationalisation des dépenses.

Ce manque d’action est aussi le fait du manque de pouvoirs du Parlement ? C’est le seul organe de nos institutions qui ait le pouvoir de sanction sur les dépenses publiques et les recettes. Référons-nous à l’article 24 de la Constitution : « Le Parlement vote la loi. Il contrôle l'action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques. »

Le prochain quinquennat doit être le quinquennat d’un Parlement regonflé dans ses fonctions d’évaluateur. Il est, par exemple, étonnant que la reddition du rapport annuel de la Cour des comptes ne donne pas lieu systématiquement à un travail en commissions à l’Assemblée et au Sénat puis à une discussion spécifique en séance publique devant les deux chambres.

Car aujourd’hui, étrangement, notre Parlement ne contrôle pas spécifiquement les politiques publiques alors que c’est son rôle le plus important. Toutes les réformes qui ont été menées (LOLF, réforme constitutionnelle de 2008) l’ont été sans du tout pousser le Parlement à évaluer mieux les dépenses. Pourquoi l’Assemblée nationale n’a-t-elle pas, comme le Parlement britannique, une commission permanente en charge de l’évaluation ? 

Le petit (et un peu ridicule) Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques qui n’a aujourd’hui aucun pouvoir contrairement aux commissions permanentes comme le reconnaissent la plupart des députés (et même ses propres membres) produit seulement entre 4 et 6 rapports par an.

Il devra être promu au rang de commission permanente à part entière consacrée à l'examen des dépenses passées tandis que la commission des finances ne traitera plus que des dépenses à venir. Pour cela, il faut une modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale et une modification constitutionnelle (de l’article 47-2 ?) pour que cette nouvelle commission de l’évaluation des politiques publiques puisse émettre des propositions concrètes et que le gouvernement soit obligé d'y répondre sous 3 mois.

En parallèle, la Cour des comptes devrait être placée au service unique du Parlement quant à l’évaluation des politiques publiques. Cela demande de réformer l’article 47-2 de la Constitution qui place actuellement la Cour à équidistance du Gouvernement et du Parlement ce qui n’existe dans aucun autre pays.

Dans la plupart des grandes démocraties, le Parlement bénéficie de son propre organe d’audit des politiques publiques. Cela permet aux parlementaires d’avoir leurs propres chiffrages, de ne plus dépendre du ministère des Finances et de jouer un vrai rôle de contre-pouvoir vis-à-vis du gouvernement. Cela suppose la mise en place au sein de la Cour des comptes d’une muraille de Chine entre la fonction d’audit des politiques publiques pour le Parlement, la fonction de prospective macro-économique relative à l’évolution des finances publiques (Haut Conseil des finances publiques) et la fonction juridictionnelle et de contrôle qui lui sont propres.

Grâce à la suppression du Conseil économique, social et environnemental, les crédits nécessaires à la Cour pour devenir l’organe d’audit du Parlement pourront être dégagés avec 40 millions d’euros supplémentaires pour financer les fonctions d’audit du Parlement.

Bien entendu, pour que le Parlement se saisisse vraiment de son devoir de contrôle des dépenses publiques, il faudra qu’il soit avec ses propres dépenses, irréprochable, ce qui est loin d’être le cas aussi bien à l’Assemblée qu’au Sénat. Cela passe dans par une grande opération de transparence sur l’utilisation des frais de mandats, des frais de collaborateurs, la suppression de la réserve parlementaire car il est difficile de contrôler 1280 milliards de dépenses publiques quand on n’arrive pas à contrôler le budget de l’Assemblée nationale qui pèse… un demi-milliard d’euros.

Agnès Verdier-Molinié vient de publier "Ce que doit faire le (prochain) Président" chez Albin-Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 09/02/2017 - 07:29
Merci!
Super article.
Liberte5
- 08/02/2017 - 23:19
Toujours un plaisir que de lire A Verdier-Molinié
dont les analyses sérieuses et rigoureuses permettent de comprendre la situation de la France. A cela elle ajoute des propositions qui permettraient de redresser la France. Elle pourrait être ministre des réformes de l'Etat.
vangog
- 08/02/2017 - 23:12
J'ai toujours écrit qu'elle était ministrable, Agnès...
mais il faudra lui fournir une armure anti mafias syndicales et lobbies de tous ordres...beaucoup moins seyant!