En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 25 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 3 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 29 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 16 heures 43 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 17 heures 42 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 1 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 49 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 27 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 6 heures 45 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 16 heures 55 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 20 heures 58 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 22 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Bois : le juteux pillage mondial de la Chine

Publié le 11 février 2017
Voici un portrait détonnant de la Chine, de son impressionnante montée en puissance, mais aussi d’un désastre écologique majeur, de fragilités sociales préoccupantes, d’une fuite en avant économique de plus en plus problématique, d’un nationalisme dangereusement attisé par un Parti qui l’utilise comme recette pour sa pérennité. Vivant et inspiré, sans langue de bois, ce livre fourmille de surprenantes histoires vraies. Il se lit comme un roman. (2/2, "La Chine conquérante : enquête sur une étrange superpuissance", de Jacques Gravereau, aux Editions Eyrolles).
Jacques Gravereau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Gravereau, fondateur et directeur de l'Institut HEC Eurasia, professeur à HEC, est l'un des grands experts européens des développements de l'Asie et de la mondialisation, auteur entre autres du Japon au XXe siècle et de L'Asie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voici un portrait détonnant de la Chine, de son impressionnante montée en puissance, mais aussi d’un désastre écologique majeur, de fragilités sociales préoccupantes, d’une fuite en avant économique de plus en plus problématique, d’un nationalisme dangereusement attisé par un Parti qui l’utilise comme recette pour sa pérennité. Vivant et inspiré, sans langue de bois, ce livre fourmille de surprenantes histoires vraies. Il se lit comme un roman. (2/2, "La Chine conquérante : enquête sur une étrange superpuissance", de Jacques Gravereau, aux Editions Eyrolles).

La Chine a entrepris depuis quelques années de pomper systématiquement les ressources en bois et en poisson de la planète dans la plus grande opacité. Elle n’est certes pas la première ni la seule puissance prédatrice. Le Japon, la Corée-du-Sud, la Russie, dans un passé pas si lointain, plusieurs pays occidentaux aussi, ont pratiqué depuis longtemps l’exploitation illégale et outrancière des forêts et des océans mondiaux. Mais la taille même de la Chine et sa voracité croissante posent la question de la finitude des ressources naturelles de la terre, rien de moins, et accessoirement celle de la pertinence des règles du jeu internationales. La Chine construit à tout va. Elle consomme en proportion des quantités ahurissantes de bois d’oeuvre. Elle fabrique également des meubles pour ses nouveaux appartements et pour ses bureaux, et pas seulement de qualité standard. Les nouveaux riches chinois apprécient en effet les copies de meubles traditionnels d’essences rares, pour lesquelles la demande a explosé. Au surplus, la Chine est également le premier exportateur du monde de meubles, de lames de plancher ou de contreplaqués, que l’on trouve dans tous nos magasins à des prix défiant toute concurrence.

Or, le pays n’a presque plus de bois. Pour la bonne raison qu’il a coupé pratiquement tous ses arbres exploitables à la grande période triomphante de l’économie de gaspillage socialiste, qui n’épargne pas les successeurs de Mao. Bien entendu, le sacrifice massif des forêts chinoises a provoqué des catastrophes. Au nord du pays, la progression du désert de Gobi n’est plus enrayée, la sécheresse devient dramatique, les « vents jaunes » de sable balayent Pékin au printemps avec une fréquence qui a triplé. À l’ouest, les montagnes boisées retenaient autrefois une bonne partie de l’eau du ciel et des rivières et contribuaient à la régulation des grands fleuves en aval, dans le grenier des grandes plaines agricoles. La révélation a eu lieu en 1998. De gravissimes inondations sont survenues sur une superficie égale à celle de la France, affectant plus de 200 millions de personnes, dont un grand nombre a dû être déplacé. Les autorités ont réagi à ce moment-là en bannissant la coupe des arbres sur 42 millions d’hectares, tout en lançant un programme massif de plantation de nouvelles espèces en y investissant des sommes folles. Mais on se doute que les résultats d’une telle politique ne peuvent se mesurer qu’en dizaines d’années, si jamais elle fonctionne, car les sols asséchés aux marches du Gobi sont devenus définitivement stériles.

La Chine va donc se servir ailleurs. Depuis la déclaration de Bali de 2001, fondatrice d’un nouvel ordre forestier mondial, la communauté internationale a tenté de mettre de l’ordre dans ce marché ténébreux et foisonnant. Elle a recensé les pratiques et dressé une liste de 36 pays à haut risque, où la suspicion de coupes sauvages était généralisée, bien entendu dans un environnement corrompu. On a mis depuis lors beaucoup de moyens pour en savoir plus. Interpol estime que 30 % de la filière bois mondiale est douteuse et que 50 à 80 % des coupes dans certains pays tropicaux sont illégales, pour des montants qui peuvent atteindre 100 milliards de dollars. Toutes les deux secondes, la surface d’un terrain de football disparaît. Sur une année, cela fait 5 millions d’hectares de forêts non renouvelables, car on n’y replante pas.

De vastes enquêtes menées en Indonésie, en Birmanie, en Russie, au Laos, au Mozambique, à Madagascar, confirment ces évaluations, même si l’on parle plus souvent de la forêt amazonienne. La Chine s’est jointe au mouvement général vertueux, pour soigner son image, mais sur le papier seulement. Elle a bien signé des mémorandums avec l’Indonésie en 2002 ou avec la Birmanie en 2006, mais seulement sous la forme de papiers juridiquement peu contraignants. En réalité, la Chine est devenue – de loin – le principal utilisateur de bois mondial illégal. Les quantités sont ahurissantes. Pour les experts, la magnitude est de l’ordre de 120 millions de mètres cubes, provenant des 36 pays classifiés « à haut risque », et représente plus de la moitié des énormes importations chinoises.

Le bois illégalement acquis provient de la planète entière. De Sibérie, d’abord, où le trafic nocturne de camions transfrontaliers fait rage, en graissant la patte aux douaniers de part et d’autre, mais également de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Îles Salomon, de Birmanie, du Congo, de Guinée équatoriale, du Mozambique, de la Tanzanie, du Liberia, de Sierra Leone, du Pérou, d’Indonésie, de la Thaïlande ou de la Malaisie. Ce ne sont pas des élucubrations mais les résultats d’investigations fort sérieuses de chercheurs britanniques scrupuleux, indépendants et vérifiables. Ces pratiques frauduleuses sont-elles le fait d’un foisonnement de trafiquants hors de contrôle ? Il n’en est rien ! La moitié des achats chinois de bois illégal dans les pays tropicaux est réalisée par de grandes entreprises d’État – donc théoriquement sous contrôle public – le plus souvent dépendantes des provinces les plus consommatrices, au premier rang desquelles Shanghai. La forme adoptée fait également l’objet d’une politique définie tout à fait officiellement au niveau national. Le système de taxation local mis en place privilégie en effet lourdement les achats de matière brute (grumes, madriers) de faible valeur, afin de créer de la valeur ajoutée en Chine pour mieux exporter des produits finis (contreplaqués, meubles, etc.).

On avait déjà assisté il y a trente ans à une « guerre du contreplaqué » entre le Japon et l’Indonésie, pour les mêmes raisons, qui avait mis des années à se résorber. Mais le poids de la Chine est tel que les pays les plus faibles ne peuvent tout simplement pas l’envisager. Malgré l’interdiction officielle pure et simple d’exportation des bois douteux par certains grands pays, la mise en oeuvre laisse encore à désirer, c’est une litote. Que se passe-t-il réellement dans les profondeurs d’une forêt indonésienne ou congolaise ? Le trafic des très précieux bois de rose et de santal, si demandés, a pris des proportions dramatiques aux portes même de la Chine : en Thaïlande, au Vietnam, en Birmanie, au Cambodge.

Que faire ? Va-t-on assister, pour le bois destiné à la Chine, au même déni que les pêcheurs de baleines japonais jettent année après année à la face de la communauté internationale ? Le problème – mais aussi l’avantage – du commerce international, est qu’aucun pays ne peut se réfugier derrière « l’ingérence dans les affaires intérieures », car l’accumulation de preuves dans les nombreux pays producteurs rend la défense des intérêts particuliers ou « stratégiques » de plus en plus artificielle. Un ordre international du bois est en train de se mettre en place cahin-caha. L’étau se resserre. Mais combien de temps cela prendra-t-il ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 11/02/2017 - 18:45
Poudre de perlinpinpin de panda ? Soyez maudits !
Pêche, déforestation, braconnage (éléphants, rhinocéros, tigres, lions, ours, hirondelles, requins, cœlacanthes...massacrés par centaines pour faire bander quelques superstitieux mandarins gâteux à la bite molle) la Chine est un prédatrice mondiale à la cupidité insatiable et à la volonté de nuire au monde évidente ! Pas la seule mais la plus dangereuses par sa taille et son immoralité d'état. Comme le japon pour les baleines. Ils ne se respectent pas pourquoi respecteraient-ils les autres ? L'inhumanité me dégoute ! L'homme me dégoute ! Ségolène Royal me dégoute ! Giscard d'Estaing me dégoute ! Les fils Trump me dégoutent !
vangog
- 11/02/2017 - 17:28
A quoi a servi la COP 21?????
Si elle n'a pas servi à mettre au ban des nations, la Chine socialiste, pour son pillage consciencieux de la planète, c'est qu'elle n'a servi à rien....Ah si! Elle a servi à imposer des taxes et normes draconiennes aux industriels occidentaux, afin de les forcer à se fournir en Chine...