En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 1 heure 49 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 2 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 11 heures 10 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 18 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 21 heures 17 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 23 heures 40 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 2 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 11 heures 29 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 23 heures 27 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 23 heures 41 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Mais qu'est-ce qui se passe là-haut ?

Dans la tête des électeurs de François Fillon : soutien franc, malgré tout ou rejet... Les clés psychologiques pour anticiper leur réaction

Publié le 10 février 2017
En dépit du PenelopeGate, François Fillon demeure aux yeux de ses électeurs un candidat qui ne mélange pas idéalisation moralisante et politique.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit du PenelopeGate, François Fillon demeure aux yeux de ses électeurs un candidat qui ne mélange pas idéalisation moralisante et politique.

Atlantico : Quels peuvent-être les réactions psychologiques des électeurs de François Fillon ?

Jean-Paul Mialet : Faire le choix de François Fillon, c’était opter pour un candidat réaliste, qui ne berçait pas ses électeurs dans des illusions, qui portait sur la situation économique du pays un regard objectif sans en dissimuler les faiblesses, qui sur le plan de la politique extérieure, revenait à une realpolitik en s’écartant d’une politique moralisante, et qui, enfin, osait assumer son identité. Il a conquis un large électorat qui se trouvait dans l’attente d’un tel réalisme. Les autres candidats expriment soit un consensus dans lequel beaucoup d’électeurs de droite ne se reconnaissent plus, soit une protestation anti-système aventureuse. Les électeurs de François Fillon étaient donc accablés de voir s’effondrer celui qui leur avait donné tant d’espoir et qui n’est pas interchangeable : c’est précisément parce qu’il a osé affirmer sa spécificité, sans viser à "ratisser le plus large possible" et sans verser non plus dans des provocations, qu’il a été élu.

Les enquêtes d'opinion montrent que ceux qui soutiennent François Fillon peuvent pour autant ne pas croire à sa défense. Sur Twitter, plusieurs réactions du type "il n'est pas le seul à avoir employé sa famille !", voire même qui acceptaient ce qui était reproché à l'ancien Premier ministre, ont été observées. Comment analyser les ressorts psychologiques qui justifient de telles positions ? Qu'est-ce qui est en jeu pour ces électeurs, et qu'est-ce que cela révèle d'eux ?

Comme je viens de le dire, c’est son réalisme qui a séduit. On peut donc penser que les électeurs de François Fillon sont eux mêmes réalistes et qu’ils savent bien qu’un homme politique ne se prive pas de jouir des privilèges qu’il peut avoir, et parfois même d’en abuser. Et ceci, quel que soit le côté de leur camp, droite ou gauche. Tout est une question de degré. Ils n’idéalisent pas leur candidat. On a pu dire que beaucoup avaient voté Fillon parce qu’il se présentait comme le candidat de la rigueur morale, et que son image de Chevalier Blanc ne résisterait pas à de telles révélations. Je pense qu’il a été élu plutôt parce qu’il se présentait comme le candidat capable d’affronter la rigueur de la réalité.  En somme, on ne l’a pas tant élu parce qu’il avait des valeurs chrétiennes que parce qu’il osait l’affirmer, et l’on sait bien qu’il n’est pas l’abbé Pierre. On sait aussi que les "valeurs chrétienne" ne sont pas une garantie de moralité, mais plutôt un simple indicateur de choix moraux.

Comment devrait-il gérer ces réactions psychologiques ? La conférence de presse qu'il a donnée ce lundi vous semble-t-elle avoir répondu aux ressorts psychologiques dont il est question ?

Il était important qu’il montre qu’il avait l’étoffe d’un chef. On lui a suffisamment reproché d’avoir toujours été un second. C’est probablement cette vertu-là qui faisait le plus douter ses électeurs. Il a démontré dans cette épreuve qu’il savait résister à des assauts très violents et reprendre brillamment en main son équipe. C’est un point considérable. Il s’est, d’autre part, excusé d’avoir commis une faute : cette façon d’accepter de se remettre en cause ne fait que renforcer son autorité ; il n’a pas besoin d’être totalitaire, il est capable de faire son autocritique, tout en restant le patron. Enfin, il rappelle qu’il n’est pas parfait – ce qui ne surprend pas ses électeurs : le contraire les aurait inquiété. Au total, la réaction de Fillon face au Penelopegate aura sans doute renforcé la conviction de ses électeurs qu’ils ont fait le bon choix : enfin un candidat qui ne mélange pas idéalisation moralisante et politique. Et qui ne se laisse pas facilement abattre, ni intimider, tout en reconnaissant ses limites. Naturellement, s’il était par la suite découvert des abus justifiant des sanctions pénales, l’électorat de Fillon ne le soutiendrait plus de la même façon… Mais tant que la condamnation n’est que celle de la presse, Fillon n’a pas à craindre la perte de confiance de ses électeurs, aujourd’hui encore moins qu’hier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
joseph jean
- 12/02/2017 - 17:12
strategie
je pense qu'il n'iras pas , ce seras Juppé qui a jusqu'au 31 mars pour se déclarer . En attendant Fillon tiens la barre et fais gagner du temps a Juppé ca le protège des attaques pour etre exposé le moins possible aux médias et autres . Fillon serais fou d'aller jusqu'au bout , suicidaire
Anouman
- 08/02/2017 - 13:02
Fillon
Malgré la polémique je ne me fais pas de soucis pour les électeurs de Fillon. D'abord cette affaire Pénélope n'est pas bien grave, c'est une pratique courante. Ensuite ils n'ont pas trop le choix puisqu'ils ne voteront pas pour Le Pen et pas pour Macron. Ce qui est plus inquiétant pour Fillon ce sont les 3 ou 4% d'indécis qui vont décider qui de Macron ou Fillon passera au second tour. Celui qui sera au deuxième tour face à Le Pen est presque certain d'être élu. C'est d'ailleurs fort dommage,
CyrJup
- 07/02/2017 - 19:26
Quoi, déjà mort? @Ganesha
Après m'être pincé, je constate que, bien que continuant à soutenir F Fillon, je ne suis pas encore au cimetière, que mon cerveau n'est pas cramé, que je ne suis pas plus rapace qu'un autre; je me définis comme agnostique (et pas homophobe, ni raciste, etc); dois-je mettre fin à mes jours? bravo @Flamel, au passage...