En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Ça va craquer...
François fragilisé : le Vatican au bord de la crise de nerfs
Publié le 07 février 2017
La pose d'affiches mettant en cause le pape le matin du 6 février dans les rues de Rome montre une nouvelle fois que les évolutions voulues et mises en place par le pape continue d'entretenir une forte tension au Vatican.
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Dickès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pose d'affiches mettant en cause le pape le matin du 6 février dans les rues de Rome montre une nouvelle fois que les évolutions voulues et mises en place par le pape continue d'entretenir une forte tension au Vatican.

Atlantico : Dans les rues de Rome au matin du 6 février, des affiches s'adressaient au souverain pontife en ces termes : "Mais où est ta miséricorde ?". En cause, l'éviction récente du Grand Maître Fra' Matthew Testing comme point d'orgue d'un jeu d'évictions et de nominations très mal vécu par une partie de l'administration vaticane. Quelle est l'ampleur et la raison des divisions et mécontentements au sein du Vatican aujourd'hui ?

Christophe Dickès : Il est vrai que depuis plusieurs mois, le Vatican a été le théâtre d’un véritable chamboulement. En octobre dernier, tous les membres de la Congrégation pour le Culte divin ont été remplacés du jour au lendemain ! Ce dicastère, qui gère les questions en matière de liturgie, sujet central dans l’Eglise, est l’équivalent de nos ministères. Seul le cardinal Sarah, qui jouit d’une popularité incontestable, a été épargné par ce que qu’il faut bien appeler une purge administrative.

Quelques semaines plus tard, parce qu’ils avaient critiqué le pape au cours d’une conversation privée, trois prêtres de la Congrégation de la Doctrine de la Foi ont été renvoyés du jour au lendemain sans autre forme de procès et sans aucune explication. Il faut souligner que, dans leur grande majorité, les employés du Vatican apprécient peu François. Par exemple, la réforme des services de communication du Saint-Siège, qui a des effets directs sur des institutions historiques (Radio Vatican, Osservatore romano), est très mal vécue de l’intérieur.

Enfin, le Vatican est aujourd’hui au centre d’une lutte sur l’interprétation de l’exhortation apostolique Amoris laetitia. Un texte écrit par le pape à la suite du synode sur la famille (2014-2015) et qui laisse entendre, sans l’affirmer clairement, que les divorcés remariés peuvent accéder à la communion. Or, quatre cardinaux ont demandé au pape François une clarification sur ce texte qu’ils estiment en opposition objective avec les écrits de Jean-Paul II et l’enseignement de l’Eglise sur le mariage. Ils ne sont pas les seuls à faire cette analyse : des évêques, des théologiens et des canonistes sont montés au créneau sur cette question en évoquant entre autres le trouble des fidèles. A ce jour, le pape a offert comme seule réponse un silence que beaucoup estiment hautain, en désaccord avec la fonction pontificale dont le rôle est précisément d’arbitrer les conflits.

La division s'est ressentie jusqu'en France au sein de la communauté catholique avec l' "affrontement" sur la question des migrants de Laurent Dandrieu et d'Erwan Le Morhedec. Cette escarmouche révèle-t-elle des failles dans la gestion de l'Eglise aujourd'hui, ou une rupture plus profonde et durable ? N'y accole-t-on pas trop rapidement le clivage gauche-droite ?

Dans les faits, les motifs d’insatisfaction sont différents selon les cas et selon les pays. Ainsi, les employés du Vatican ont du mal à accepter la réforme de la curie, pourtant indispensable dans le processus de modernisation du Saint-Siège. Ce ressentiment a été net dès après l’élection du cardinal Bergoglio, qui a refusé de verser une prime exceptionnelle aux employés, alors qu’il s’agissait d’une tradition à chaque changement de pontificat. 

De l’autre côté de l’Atlantique, les conservateurs américains restent très sceptiques à l’égard d’un pape qui ne cesse de critiquer le libéralisme et semble, à la différence de Jean-Paul II, moins préoccupé par la thématique de la Vie (avortement, euthanasie), symbole d’une Eglise sur la défensive face au relativisme des sociétés modernes. Or cette question a été un des enjeux majeurs de l’élection présidentielle aux Etats-Unis. En France, c’est évidemment l’accueil des migrants qui a cristallisé plusieurs critiques contre le pape dans le contexte que l’on sait, comme l’a montré la polémique entre Laurent Dandrieu et Erwan Le Morhedec. 

Mais il existe aussi une critique venant de l’aile progressiste de l’Eglise: par exemple, cette dernière minimise les discours du pape sur la nécessité du sacrement de pénitence. La réconciliation avec les catholiques traditionalistes de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X est aussi considérée d’un très mauvais œil par l’aile gauche.

Peut-on dire que le pape a un problème de gouvernance ?

Le pape a un programme visant à réformer l’Eglise dans ses structures de gouvernement et dans sa façon d’agir dans le monde. Mais paradoxalement, il souhaite mettre fin à la structure monarchique de l’Église tout en exerçant un pouvoir de façon monarchique ! Si bien qu’aujourd’hui, plusieurs vaticanistes (Marco Tosatti, Sandro Magister, Edward Pentin) n’hésitent plus à utiliser les termes d’autocratie ou de discipline de fer à propos de son règne. 

Dans les faits, François est un homme seul dont le regard tendu ne trouve de repos qu’au moment de ses rencontres avec les fidèles le jour des audiences ou à l’occasion des célébrations place Saint-Pierre. Cette solitude du pouvoir ne lui fait pas peur. Il a toujours affirmé prendre ses responsabilités à ce sujet. Mais comme l’a souligné le grand canoniste italien Carlo Fantappiè dans le dernier livre de Virginie Riva (Ce pape qui dérange), le pape n’a pas obtenu une légitimation du changement. Or toute réforme a besoin de cette légitimation pour s’inscrire dans le temps.

Le Vatican n'est-il pas malgré tout une institution difficile et lente à réformer ? Les papes réformateurs n'ont-ils pas tous connus la levée de boucliers que connait François aujourd'hui ?

Oui, vous avez raison. François n’est absolument pas le premier pape à rencontrer des oppositions dans l’enceinte de l’Etat de la Cité du Vatican. Saint Pie X, qui a réformé la curie en 1907 de façon bien plus drastique que le pape argentin, a rencontré de très nombreuses oppositions. Jean-Paul II, dans un tout autre registre, a lutté contre une curie qui ne croyait absolument pas à la possibilité de la fin du communisme. Quand il y eut la tentative d’assassinat en 1981, beaucoup de cardinaux se sont dit que le pape Wojtyla allait abandonner sa "chimère". Il n’en fut rien. Jean-Paul II se releva afin de reprendre le "combat" comme avant. Et que dire de Benoit XVI ? Nicolas Diat montre très bien dans son livre L’homme qui ne voulait pas être pape (Albin Michel, 2014) que dès les premières heures du pontificat, une opposition se forme contre lui afin de scruter le moindre de ses faux pas. Bref, les tensions internes au Vatican ne sont pas une nouveauté. Ce n’est pas pour autant qu’il faut les minimiser. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 09/02/2017 - 16:48
La chretienté est amour et c'est notre civilisation
Ceux qui critiquent ne se rendent pas compte qu'il sont en train de dérouler le tapis rouge, je devrait dire vert à l'islam. Pour gardez notre civilisation c'est à l'islam a qu'il faut s'en prendre. L'islam est une religion beaucoup plus stricte et de plus guerrière alors ne vous trompez pas de cible. Le pape est dans son rôle de defendre le dogme, même si les chrétiens en prennent à leurs aises avec le dogme ce qui absolument interdit dans l'islam. Ce qui est faux c'est d'affirmer que le catholicisme est en recul, sauf en Europe mais en forte progression en Asie.
Flamel
- 09/02/2017 - 01:27
Une autre planète
Que l'on en soit encore, au Vatican, à discuter de savoir si les divorcés peuvent aller communier, montre que les dirigeants de cette Eglise vivent sur une autre planète que l'essentiel de la population du monde de culture chrétienne.
Olivier62
- 07/02/2017 - 22:32
Le naufrage de l'église continue...
Ca a commençé avec Vatican 2. Et ce n'est monsieur Bergoglio qui aura fait quoi que ce soit pour l'empêcher, bien au contraire : toujours à la remorque du politiquement correct, du mondialisme et des médias du système, il regarde d'un air indifférent les églises et les séminaires vides, et les dérives sociétales inouïes qui détruisent chaque fois plus l'occident. Les évêques de France, bureaucrates en mitres mielleux et soumis l'accompagnent dans ce mouvement. La hiérarchie de l'église fait figure de syndic de faillite du catholicisme.