En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Recette
1 zeste de Macron, 1 pincée de Hamon + des kilos d'affaire Fillon = la fin de la Ve République?
Publié le 04 février 2017
L’affaire Fillon, comme l’élection d’Hamon, affaiblissent le rôle des partis et renforcent à la fois le pouvoir des sondages et des mouvements politiques anti-système qui n’aspirent qu’à détrôner les élites démocratique actuelles.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’affaire Fillon, comme l’élection d’Hamon, affaiblissent le rôle des partis et renforcent à la fois le pouvoir des sondages et des mouvements politiques anti-système qui n’aspirent qu’à détrôner les élites démocratique actuelles.

Envoyé à 250 parlementaires, selon Henri Guaino, le texte-pétition de soutien à François Fillon au titre grandiloquent mais qui fait sens dans la période : « Pour l’honneur d’un homme et l’avenir de la France », publié dans Le Figaro d’hier n’aurait retenu que « 17 signatures ». Mais il affichait tous les noms qui comptent chez Les Républicains avec le représentant de l’UDI, à l’exception de Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. 

Dans son discours à Charleville-Mézière hier après-midi, le candidat de la droite à la Présidentielle s’est montré offensif et s’est voulu constructif. Après avoir clamé son innocence, face aux « mensonges » et à « la barbouserie politique », il a fait appel à son camp et aux Français : « Mes amis je vous demande de m’aider à résister » à « l’entreprise de démolition » menée dans les « arrières cuisines des officines ». 

L’objectif était surtout de convaincre son camp à ne pas céder au pouvoir de la presse sur une opinion publique exprimée par les sondages, dont l’utilisation, désormais, tend à ruiner le sens même de notre démocratie républicaine, qui,  il est bon de rappeler, est censée s’exprimer par le Suffrage universel.

Pendant ce temps, la campagne médiatique orchestrée par la quasi unanimité de la presse, à gauche, qui du Canard Enchainé et de Charlie Hebdo pour la satyre, en passant par Le Monde, le Nouvel Observateur et le service publique, via Antenne 2, poursuivait son combat contre François Fillon, s’acharnant à le mettre hors service malgré l’onction reçue par l’élection.

La logique d’étranglement du candidat de la droite, orientée par la presse d’opinion de gauche, si caricaturale qu’elle en viendrait presque à se caricaturer elle-même, obéit sans doute à la volonté, chacun l’a compris, d’éliminer avec la victoire annoncée de la droite, le projet, porté par le candidat Fillon, d’un changement radical non seulement au plan économique mais aussi culturel. 

Il est en effet le seul candidat à allier l’offre d’une réforme économique très libérale à une vision idéologique novatrice pour son camp qui dénonce la domination intellectuelle autant que morale d’un projet de société multiculturel lequel s’est imposé à la France comme une évidence, en une trentaine d’années.

Il est possible au fond que cette offre politique,  jugée trop radicale par certains, ait fait de François Fillon l’homme à abattre. Par son originalité, cette critique autant politique que culturelle, atteint aussi bien les positions à l'intérieur de son propre camp que la gauche dans sa totalité. Elle additionne contre elle non seulement toutes les autres candidatures à la Présidentielle mais, ce faisant, elle place le candidat de la droite de gouvernement dans une situation plus que délicate en vue du rassemblement nécessaires pour obtenir une majorité de scrutins au second tour de la Présidentielle.

C’est pourquoi, à travers l’affaire Fillon, c’est aussi peut-être l’effondrement des deux grands partis de la Cinquième République qui se joue sous nos yeux. Et par là même assiste-t’on à une déstabilisation profonde de la division droite/gauche qui structure la vie politique de notre pays depuis la Révolution française.

Les nouveaux mouvements anti-système comme En Marche ou le Front National-Rassemblement Bleu Marine, en condamnant le système des partis, s’attaquent aussi aux fondements de la vie politique française, autant qu’aux moyens démocratiques de son d’expression. Enfin, il est un fait que leurs attaques ont en commun une mise en cause radicale des élite actuelles qui sont issues du fonctionnement de ces partis.

Et la victoire surprise de Benoit Hamon issu des primaires participe à ce mouvement des contempteurs de la Cinquième République formant ainsi une sorte de bloc anti-système. Leur volonté commune, avec des visées idéologiques et des programmes fort divergents, étant au fond de renverser les anciennes élites et de prendre leur place.

Les deux événement majeurs du week-end dernier, élection d’Hamon contre Manuel Valls et affaire Fillon risquent donc de déboucher ensemble sur la mise hors service des partis de gouvernement. Car à droite, quoi qu’on en dise, le candidat ayant reçu l’onction de l’élection Primaire, il est très peu probable qu’un Plan B quel qu’il soit puisse être à la hauteur d’un enjeu tel que celui d’une victoire à la Présidentielle. 

Sous condition bien sûr que, d’une part le Parti Socialiste ne parvienne pas à convaincre Benoit Hamon d’offrir les conditions d’une union aux différents courants de pensées à gauche et que  François Fillon, de son côté ne parvienne pas à renverser la tendance de l’effondrement de sa popularité dans les sondages.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 09/02/2017 - 07:52
Fillon onction démocratique???
Si j'ai voté à la primiare de la droite, c'est avant tous parce que les média ont insisté sur le fait que la présidentielle se jouait lors de cette primaire. Se sont les média qui ont donné légitimité à Fillon. Ensuite mon choix, comme la majorité des gens avec qui j'ai discuté c'est malheureusement fait par élimination: on a éliminé les escrocs, malgrès la tentative acharné des média de mettre en avant les deux plus gros escrocs que la démocratie est connu: Juppé et Sarkozy. Donc en aucun la primaire n'a donné de légitimité à Fillon. Maintenant le foutage de gueule est obscène, il nous prend vraiment pour des c... ce mec. Il veut nous faire avaler que d'embaucher ses enfants et sa femme n'était pas une arnaque. Là j'en peux plus. Il faut revenir aux bonnes vieilles méthodes antiques: il faut le crucifier ce mec, planter le poteaux à l'entrée de l'assemblé nationale et l'y clouer histoire que cela donne aspiration à la vertue aux autres parlementaire.
lemillanh
- 05/02/2017 - 04:10
QUELLE AFFAIRE FILLON ?
UNE CABALE CERTAINEMENT UNE TENTATIVE DE MISE A MORT ASSURÉMENT ORCHESTRE PAR DES GENS MAL INTENTIONNÉS DE DU CAMP ADVERSE MAIS ILS SONT DANS LEURS RÔLES MAIS BEAUCOUP PLUS GRAVE DE SON CAMP ÉGALEMENT
Leucate
- 05/02/2017 - 02:15
l'eau coule sur les plumes du canard
@Anguerrand - écoutez autour de vous, à part le fan club de Fillon, la majorité du corps électoral est scandalisé du comportement de Fillon.
Quant aux "affaires" concernant le FN, les gens s'en foutent, considérant que les pourris ne sont pas aux FN. S'il exerce le pouvoir, il y en aura forcément et il faudra donc que Marine y veille.

@ paulquiroule : De Gaulle ne voulait pas de l'Algérie parce qu'il n'imaginait pas que 10 millions d'algériens puissent devenir français. Il doit se retourner dans sa tombe aujourd'hui. Chirac et son RPR ont trahi le gaullisme de même que les successeurs UMP et LR qui sont devenus une droite molle obéissant aux injonctions du politiquement correct de gauche.