En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© AFP
Convention d’investiture du candidat PS
Pourquoi Benoît Hamon peut compter sur l’état des finances des Verts et des communistes pour l’aider à construire un accord électoral
Publié le 10 février 2017
D'un point de vue politique et financier, Benoît Hamon pourrait construire, sans grande difficulté, un accord électoral avec les Verts et les communistes. Sur le plan des idées, les points communs programmatiques avec Jean-Luc Mélenchon peuvent lui faire espérer de récupérer une partie des électeurs de la France insoumise.
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il vient de publier sa nouvelle note, La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il vient de publier sa nouvelle note, La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'un point de vue politique et financier, Benoît Hamon pourrait construire, sans grande difficulté, un accord électoral avec les Verts et les communistes. Sur le plan des idées, les points communs programmatiques avec Jean-Luc Mélenchon peuvent lui faire espérer de récupérer une partie des électeurs de la France insoumise.

Atlantico : Dans quelle mesure l'état des finances des Verts et des communistes peut-il aider Benoît Hamon à bâtir un accord électoral ?

Sylvain Boulouque :  Tout d'abord, il convient d'aborder la porosité qui existe entre le discours de Benoît Hamon et le discours des écologistes d'une part, et des communistes d'autre part, sur des points qui sont différents : les écologistes sont sensibles à la fois aux questions sociales et bien évidemment écologiques ; quant aux communistes, ils sont assez sensibles au discours social que tient Benoît Hamon. Cependant, dans le discours communiste, il convient de faire attention car il s'agit essentiellement du discours de l'appareil du PC, et donc des élus et des cadres du Parti. Par ailleurs, dans ce qui reste du PC – 30 à 50 000 militants maximum à l'heure actuelle – environ une petite moitié sont des élus. Cette petite moitié souhaite préserver et sauver ce qu'il est possible de l'appareil communiste. L'autre moitié, qui n'est pas élue, est beaucoup plus proche de l'électorat traditionnel de Jean-Luc Mélenchon. Celle-ci pourrait donc être dans une situation de défiance dans le cadre d'un vote en faveur de Benoît Hamon. Ce dernier peut récupérer une partie de l'électorat communiste via cette alliance d'appareil à appareil. Pour ce qui est des Verts, l'état de leurs finances fait qu'ils pourraient songer à deux fois avant de s'engager dans la course à la présidentielle, surtout pour risquer un nouvel échec électoral. Les Verts ne sont pas du tout un parti qui correspond à l'élection présidentielle à la française. Ainsi, plutôt que de subir un nouvel échec électoral, il vaudrait mieux pour eux de conclure auparavant un accord qui pourrait –  peut-être –  leur permettre de conserver un groupe parlementaire et de pouvoir ainsi peser dans un hypothétique gouvernement dirigé par la gauche socialiste.

Reste une partie de la gauche qui sera exclue, de fait, de l'accord : la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, qui présente une incompatibilité complète avec Benoît Hamon. Bien qu'il puisse y avoir des points programmatiques communs, le fait que Jean-Luc Mélenchon pose des conditions préalables à toute chose constitue la marque qu'aucun accord ne sera possible. Néanmoins, il n'est pas tout à fait sûr que la base électorale de la France insoumise suive cette posture dans son ensemble. Une partie d'entre elle peut se retrouver directement dans un électorat socialiste selon l'argument du vote utile, visant à favoriser l'accès de la gauche au deuxième tour, voire mieux hypothétiquement. 

Compte tenu des points programmatiques en commun entre Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, le candidat socialiste à la présidentielle a-t-il forcément besoin d'un accord formel avec le candidat de la France insoumise en vue de capter une partie de ses électeurs ? 

Le discours de Benoît Hamon sur l'écologie, une partie de la redistribution des richesses ou les services publics s'inspire du programme commun de François Mitterrand en 1981. À partir de ce moment-là, Benoît Hamon peut rallier une grande partie de l'électorat de Jean-Luc Mélenchon dans la mesure donc où l'on trouve les mêmes éléments dans le discours de ce dernier. Encore une fois, l'électorat peut ainsi se dire que, compte tenu du fait que Benoît Hamon a plus de chance que Jean-Luc Mélenchon d'exercer le pouvoir, il est préférable d'avoir recours au vote utile. Par ailleurs, il convient de ne pas oublier qu'une partie significative de l'électorat de Jean-Luc Mélenchon sont d'anciens socialistes déçus. Ainsi, il n'est pas exclu que Benoît Hamon puisse effectivement les convaincre de regagner la maison-mère.

Toutefois, il y a toute une partie de la gauche, que l'on pourrait appeler la "gauche sociale", composée du tissu associatif et d'une partie de la gauche syndicale, qui demeure un soutien à Jean-Luc Mélenchon et qui, dans tous les cas, ne votera pas Hamon. Malgré cela, Benoît Hamon est quand même parvenu à rassembler une partie de cette gauche associative qui était dispersée dans la nature et qui paraissait jusqu'à présent abstentionniste. Or aujourd'hui, il semblerait que cette partie revienne dans le giron socialiste.

Cependant, il convient de faire attention à une chose : les anciens électeurs traditionnels de la gauche – les bastions ouvriers – sont complètement dans la nature. Quand on regarde dans le détail les votes en faveur de Benoît Hamon dans le cadre de la primaire socialiste, on constate qu'il y en a eu relativement peu dans le Nord-Pas-de-Calais, et notamment dans les zones périurbaines et les bassins houliers. On constate cela dans d'autres régions également : le vote Benoît Hamon a été un vote essentiellement urbain, de classes moyennes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 05/02/2017 - 21:56
La gauche de la gamelle
Il y a d'intéressants points dans cet article : le PCF est en fait un parti d'élus (50% !) , Hamon élu par les classes moyennes urbaine. Ce qui me stupéfie c'est la montée de Hamon et la descente de Mélanchon dès qu'il a été désigné ... cristalisation du vote utile ? L'article aurait gagné à l'évoquer. Sinon l'article souligne bien la grande idée : peu importe le théâtre des présidentielles (je ne vois pas comment il y aurait regroupement) , le PCF et ce qu'il reste du PS s'entendront sur les législatives ... sauf que Micron et ses futurs candidats auront tout de même une influence là dessus qu'on ne peut encore prédire.
vangog
- 05/02/2017 - 20:22
@Anguerrand Ouvrez les yeux et lisez...
révision constitutionnelle qui abrogera la loi NOTRE et les conseils régionaux (ceux qui ont engagé quasiment 500000 fonctionnaires territoriaux, au cours des deux derniers mandats!!!! /soit 40% des embauches de fonctionnaires territoriaux), ainsi que les intercommunalites inefficaces et nuisibles, sans même évoquer les métropoles, nouveau gouffre technocratique de l'état gauchiste...plusieurs dizaines de ME dépensées en vain! Environ une trentaine de ME. récupération des sommes versées à l'UE (vous savez! Celles qui permettent d'aller chercher les clandestins sur tous les pourtours de Mediterannee pour les parquer sous le métro parisien...)soit 6 ME! Taxe de 3% sur les importations: 2ME. Fin de l'AME: 1 ME...en attendant la fin du Sénat et la division par deux des parlementaires (et de leurs attachés...), environ 3 ME à gagner...rien qu'avec ces mesures rapides, près de 42 milliards d'euros économisés... Quant on veut, on peut!
vangog
- 05/02/2017 - 20:06
@Anguerrand je vous l'ai écrit cent fois...
sais vous faites partie de ceux qui