En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 10 heures 22 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 11 heures 46 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 13 heures 57 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 16 heures 10 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 16 heures 42 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 17 heures 50 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 18 heures 42 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 11 heures 32 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 12 heures 29 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 16 heures 13 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 16 heures 12 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 17 heures 45 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 18 heures 1 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 18 heures 21 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 18 heures 48 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Fracture

​Commerce mondial : mais comment expliquer la tentative de rapprochement entre Chine et Allemagne face aux attaques de Donald T​r​ump ?

Publié le 03 février 2017
Tandis que Donald Trump continue de brandir ses menaces protectionnistes en accusant ses principaux partenaires commerciaux, Berlin et Pékin semblent bien vouloir s'allier pour promouvoir un libre échange à leur bénéfice exclusif.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis que Donald Trump continue de brandir ses menaces protectionnistes en accusant ses principaux partenaires commerciaux, Berlin et Pékin semblent bien vouloir s'allier pour promouvoir un libre échange à leur bénéfice exclusif.

Atlantico : Entre l'administration de Donald Trump qui tire à boulets rouges sur les pratiques économiques de la Chine, du Japon, du Mexique, et maintenant de l'Allemagne, et une Chine qui tente elle-même un rapprochement avec Berlin pour la défense du système commercial mondial, quels sont les lignes de fracture ?

Nicolas Goetzmann : Entre Trump et la Chine, le Japon, l'Allemagne ou le Mexique, la ligne de fracture est celle des échanges commerciaux. Les États Unis sont largement déficitaires contre l'ensemble de ces pays. Pour les 11 premiers mois de l'année 2016, le déficit américain vis-à-vis de la Chine est de 319 milliards de dollars, 62.4 milliards pour le Japon, 59.6 milliards pour l'Allemagne et 58.8 milliards pour le Mexique, qui forment ce fameux quatuor. Donald Trump cherche à mettre la pression sur ses pays pour permettre à la balance commerciale de s'équilibrer, et c'est ce qui explique son discours protectionniste. De l'autre côté de la barrière, la nouveauté est effectivement cet appel lancé par le premier ministre chinois, Li Keqiang, à Angela Merkel "La Chine et l'Allemagne devraient envoyer des signaux de stabilité aux marchés mondiaux et sauvegarder ensemble le système international existant grâce à la libéralisation des échanges commerciaux et des investissements". L'alliance de la Chine et de l'Allemagne renvoie à ce que ces deux pays ont de commun, c’est-à-dire des excédents commerciaux gigantesques vis-à-vis du reste du monde. Les deux pays ont donc des intérêts communs ; une libéralisation maximale des échanges pour permettre à leurs produits de trouver des débouchés. Et si les États Unis ne veulent plus participer à ce jeu, il va falloir se tourner vers d'autres victimes. Nous assistons donc à une polarisation de la situation, entre le protectionnisme d'une part, et la poursuite d'une stratégie commerciale agressive de la part de la Chine et de l'Allemagne. Aucune de ces ceux deux situations ne semblent satisfaisantes. Et la France est au milieu du guet, car elle partage en partie la situation américaine, avec une balance commerciale lourdement négative au profit de la Chine et de l'Allemagne. Malgré des intérêts communs avec la situation américaine, la France est évidemment un partenaire privilégié de l'Allemagne au sein de la zone euro. Pour la France, se rallier au protectionnisme américain n'aurait pas de sens, mais il n'y en aurait pas plus à soutenir la stratégie de cavalier solitaire menée par l'Allemagne et la Chine, dont la France supporte largement le coût depuis 15 ans. Quand l'administration Trump parle d'une Allemagne qui "exploite" les Etats Unis et ses partenaires européens, il ne faut pas oublier qu'il y a bien une part de réalité. 

Quelle est l'origine de cette situation ? Comment la mondialisation des années 2000 en est-elle arrivée à produire de telles tensions ?

Il suffit de comprendre comment Chine et Allemagne en sont arrivés à de tels excédents commerciaux. En 2001, la Chine présentait un surplus de 22 milliards de $; en 2015, le chiffre était de 600 milliards. Concernant l'Allemagne, le surplus est passé de 59 milliards d'euros en 2000 à 244 milliards en 2015. Traditionnellement, ce type de résultats est associé à la capacité de ces pays à faire de bons produits "que les gens veulent acheter". Mais cela est vrai d'autres pays, comme les États Unis, ou la France. La différence est que l'Allemagne et la Chine maintiennent leurs salaires excessivement bas, ce qui empêche la population de pouvoir absorber la quantité de biens et de services qu'elle produit. L'Allemagne fait de très bons produits, cela est indiscutable, mais si les entreprises allemandes distribuaient les fruits de ces succès à ces salariés, ceux-ci consommeraient plus, notamment des biens étrangers, et la balance commerciale s'équilibrerait. C'est la même chose en Chine. En résumé, Chine et Allemagne créent leurs excédents en profitant de la croissance d'autres pays tout en réprimant leur propre demande intérieure. C'est ce qu'on appelle la stratégie du cavalier solitaire.

Cette situation a été dénoncée de nombreuses fois au cours de ces dernières années, Chine et Allemagne étaient visées directement lors des G20 et autres rencontres internationales, le FMI s'alarme régulièrement de cette situation, l'ancien patron de la FED, Ben Bernanke, avait publié un arrticle intitulé "le surplus commercial allemand est un problème" mais les deux pays sont restés sourds à ces demandes. Le résultat, c'est qu'après une phase diplomatique classique courtoise, les États Unis sont passés à l'offensive radicale avec Trump, non plus pour demander une relance de la demande intérieure de la Chine et de l'Allemagne, mais en voulant instaurer des barrières de protection. Face à cela, et au lieu de manifester une volonté de rétablir l'équilibre pour calmer le jeu avec les États Unis, la Chine et l'Allemagne se positionnent en victimes, tout en se présentant comme les défenseurs d'une mondialisation heureuse et équitable. Le débat polarisé entre deux solutions insatisfaisantes.

Quels sont les effets de cette "polarisation" du discours, entre protectionnisme d'une part, et défense du système actuel ? Existe-t-il tout de même une réelle alternative ?

En suivant la logique actuelle, avec un protectionnisme qui se met en place aux États Unis et des pays en excédents qui ne veulent rien céder, le résultat sera que d'autres pays devront absorber les surplus chinois et allemands, ce qui provoquera de nouvelles crises.

Comme cela est évoqué plus haut, la France aurait tout intérêt à se mettre au milieu du jeu, ce qu'elle peut faire étant donné son poids au sein de la zone euro. Parce qu'une réorientation européenne, guidée par la France, vers le modèle américain d'une économie soutenue par son marché intérieur produira cet équilibre acceptable par les uns et les autres. Mais il faudra que l'Allemagne cesse de voir sa balance commerciale comme l'alpha et l'oméga de sa politique économique. Ce qui ne va pas être évident. Concernant la Chine, le problème est le même, mais il est d'ores et déjà, partiellement, intégré par Pékin, parce que la taille de l'économie chinoise est devenue telle que le pouvoir a quand même compris que la planète ne sera bientôt plus suffisante pour absorber ses excédents. C'est donc un redéploiement vers la demande intérieure qui doit être la priorité. Une pression conjointe des États Unis et de l'Europe ne sera pas inutile pour inciter la Chine à aller dans cette direction.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Danper
- 03/02/2017 - 10:17
Fin proche de l'Europe allemande
L'Allemagne à conquis l'Europe sans tirer un coup de fusil. Elle bride la croissance de pays comme la France et l'Italie en contrôlant le secteur bancaire européen et en déprimant son marché intérieur ce qui crée le déséquilibre entre les différents pays. Si elle ne jette pas un peu de lest l'Italie se retirera de l'Euro et fera indirectement exploser la monnaie unique qui n'est en fait qu'un mark déguisé. Aux Allemands de démontrer qu'ils sont vraiment européens pas seulement Allemands. Faisons seulement remarquer que France, Italie, Espagne, Portugal, Belgique, etc. ne sont pas innocents dans cette affaire. Leur refus de faire des réformes et d'équilibrer les comptes publics sont criminels et démagogiques, typiques de politiciens faibles et nuls.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 02/02/2017 - 23:00
les 2 usines du monde
(ceux qui fabriquent ,construisent, font ...) ont tout interêt au "libre échange" qui leur permet d'accumuler des emplois et partant de la richesse au détriment des gogos aux solides acquits sociaux et aux patrons délocalisants ! Enfin je le vois comme çà !
vangog
- 02/02/2017 - 12:35
Merkel est le Shihuahua du mondialisme délocalisateur!
alliée aux écolo-trotskystes favorables aux centrales à charbon, à 'intérieur, et alliée aux socialistes chinois, manipulateurs d'économie, de monnaie, et du cerveau de leur peuple, à l'extérieur...