En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© France 2
Trop tard

Cinq arguments économiques implacables que Manuel Valls aurait dû répliquer à Benoît Hamon

Publié le 03 février 2017
Quels sont les 5 arguments que Manuel Valls aurait pu opposer à Benoît Hamon pendant les débats au cours de la primaire citoyenne ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quels sont les 5 arguments que Manuel Valls aurait pu opposer à Benoît Hamon pendant les débats au cours de la primaire citoyenne ?

Sur la nécessité de mettre en place une semaine de 32 heures

Erreur grave et dangereuse. Le travail augmente et surtout change, avec la démographie, la montée de la richesse et celle des besoins. Réduire ici le temps de travail est une erreur de fond, car c’est réduire « le temps de notre travail ». Il y a de plus en plus d’hommes et de femmes sur cette terre, notamment dans le continent africain qui n’a pas encore abordé sa transition démographique. En même temps, partout, le niveau de vie monte et conduit à mieux exploiter de nouvelles richesses et à offrir de nouveaux biens et surtout de nouveaux services. Le contenu du travail change : il ne se mesure plus en heures de travail agricole, industriel ou de services simples. Il s’enrichit et se complexifie, profitant notamment de la révolution de l’information et de la communication. C’est seulement le travail « routinisable » qui disparaît, comme toujours. Les autres montent, mais en changeant, mais en formant.

« Le travail augmenté en services », que nous voyons se développer,  implique partout de contrôler, surveiller, piloter, outre les fonctions de conseil sous toutes leurs formes, qui vont partout croître, comme celles d’innovations, grandes et petites. Ici, ce « travail augmenté », parce qu’il est plus cher, permettra d’offrir des prestations à plus haute valeur ajoutée, et de moins en moins aux seuls territoires national ou européen d’ailleurs.

Donc non, il ne faut pas réduire le temps de travail, mais laisser s’épanouir les temps des travaux, sous contrainte bien sûr des normes européennes et en liaison avec les discussions dans les entreprises. C’est ainsi que nous aurons plus de croissance et moins de chômage, en mettant plus de capital humain, dans toujours plus de travaux différenciés et enrichis, avec plus d’échanges.

Sur la nécessité de taxer les robots

Les erreurs se suivent. Taxer le robot, c’est le faire partir. Notre compétitivité, dans un pays de travail cher comme le nôtre, c’est au contraire d’industrialiser, de robotiser, de mieux faire varier les produits, de créer des écosystèmes plus efficaces, de façon à faire baisser l’avantage des pays à bas salaire. Vendre demain, et donc croître et embaucher en formant, c’est offrir le produit le mieux adapté aux besoins, dont, maintenant, la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise. La RSE est un facteur de montée des compétences en entreprise et de compétitivité. L’entreprise qui a plus de robots produit mieux et moins cher. Elle s’étend donc, soit par rapport à ses concurrents, soit en faisant croître son propre marché. Mais ces robots doivent être dessinés, programmés, surveillés, entretenus, améliorés… autant de travaux à plus haute valeur ajoutée, dans l’entreprise et à sa périphérie. C’est ainsi que s’améliorent les chaînes de production en amont et en aval, avec une distribution plus efficace, et notamment plus écologique. Le robot n’est pas seulement l’industrie du futur, mais aussi le commerce du futur, la sécurité du futur, la santé du futur… Taxer ce qui nous fera gagner, notamment humainement, paraît étrange.

Sur le financement du revenu universel

Erreur dans l’erreur. En supposant que le revenu universel soit la solution, point qui sera vu plus loin, l’explication donnée par Benoît Hamon recélait une contradiction que son ami Manuel Valls n’a pas (voulu) soulignée(er). Partant des milliards engagés dans le processus, Benoît Hamon explique que ces jeunes vont travailler parce qu’ils auront moins de contraintes financières, pourront travailler plus leurs examens… Ils auront alors un travail, des revenus, et pourront même, eux-mêmes, mettre la machine en marche. C’est donc que le travail n’est pas appelé à disparaître, puisque de nouveaux emplois vont financer ce nouveau revenu, qu’il aura lui-même suscités ! Ce n’est pas le revenu qui crée le travail, mais le travail qui crée le travail !

En fait, le revenu universel est un remake de la « relance par la consommation » de 1981, inspirée des effets supposés de la hausse des salaires de 1968, qui avait quand même conduit (entre autres) à trois dévaluations du Franc.  Taxer les robots pour produire moins et plus cher, distribuer un revenu universel qui ne pourra pas inciter à risquer et à innover, voilà moins de croissance et d’emploi, plus de dette. La taxe sur les robots est contradictoire d’avec le revenu universel.

Sur la nécessité de mettre en place un revenu universel pour faire face à la disparition des emplois provoquée par l'automatisation

Ce Revenu va frapper la Gauche d’inutilité. D’abord, le fondement de ce revenu, hors celui d’un regroupement des minima sociaux qui fait sens, me paraît étrange. En effet, le revenu universel n’est pas un engagement social, au contraire. C’est une démission sociale : je n’ai pas à aider, former, soutenir… puisque j’ai payé. C’est une monétisation des rapports sociaux. « L’homme aux écus de Marx », le capitaliste, se trouve rejoint par tout le peuple, par tous ceux qui vont se plaindre de la montée des impôts pour financer les chômeurs, mais avec cette fois la conscience sereine ! Avec le Revenu universel, plus besoin de revendiquer, ni de syndicats : il faut s’en prendre à soi-même ! On passe « des eaux glacées du calcul égoïste » de Marx, aux eaux aussi froides, mais surtout hypocrites, « du calcul socialiste » ! Faisons que ceci n’ait pas lieu.

Sur la nécessité de procéder à un effacement de la dette 

Une dette ne s’efface pas. Ce sont « les autres » qui perdent leur épargne, autres ouvriers et autres retraités étrangers, plus ceux de l’intérieur. Et ceci ne vas pas « s’effacer » de leur mémoire. La richesse des riches se trouve en actions et obligations internationales, et ils auront bien vite fait de la protéger si le risque d’un défaut souverain menace. Ce sont ceux qui ne peuvent pas sortir, en France ou ailleurs, qui paieront. Déjà, ceci a commencé. La France a désormais une dette à 1,05% pour le 10 ans, au-dessus de l’hypothèse du budget (0,9%), de l’inflation (0,6% pour l’Insee, 0,7% pour la BCE) et à 63 point de base au-dessus du bund allemand. La crainte monte et se fait payer.

Et ce n’est pas fini : répudier sa dette, c’est faire éclater l’euro et la zone euro, couper la France des marchés financiers mondiaux. Or chaque jour, pour « tourner », le Trésor emprunte 800 millions d’euros dont 250 viennent de notre épargne et le reste de nos amis Chinois, Japonais…, qui détiennent 60% de notre dette. Ils ne vont pas aimer. Et comment fait-on pour payer les soins de santé, l’armée, la police ? Répudier la dette, c’est plonger la France dans une récession profonde, au milieu d’une Europe dévastée.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Semper Fi
- 31/01/2017 - 00:14
@edac44
Le revenu universel pour étudiants afin qu'ils puissent étudier ???? Cela porte un nom : la bourse au mérite... révocable en cas de résultats insuffisants... qui permettrait justement de payer (en partie au moins) loyer et alimentation puisqu'une bonne partie des frais de scolarités sont gratuits y compris dans les filières prestigieuses : CPGE et Ecoles d'Ingénieur !
vangog
- 30/01/2017 - 12:13
Populiste, non?
Répudier la dette francaise et empêcher la France d'emprunter sur les marchés que la loi Giscard a privilégié, est plus populiste que populiste, non?
lafronde
- 30/01/2017 - 11:46
Une universelle obligation de travailler !
Il va de soi qu'une obligation universelle de travailler doit être votée en France, dès lors que le travail au noir et le marché noir sont "blanchis" au moyen de taxes minimales : 5%¨ou le vingtième. Cette obligation doit être stipulée en premier lieu à l'immigration, trop souvent à charge de nos jours (pour un budget de cent Mds d'€ !). Travailler correspond mieux à la culture des migrants primo-arrivants.(aujourd'hui comme dans les années 1960). L'apprentissage doit être la voie principale, doit passer sous tutelle patronale. L'éducation nationale doit être mise en concurrence pour y structurer la responsabilité, affermir la discipline et remonter le niveau. Localement elle doit pouvoir être privatisée. Tous les élèves irrespectueux ou violents doivent être renvoyés. (fin du droit-créance à l'éducation) Les élèves islamistes (prosélytes) renvoyés en pays d'Islam ! (paix au musulman de l'islam domestique)