En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 8 heures 17 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 9 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 18 heures 40 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 20 heures 40 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 22 heures 28 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 8 heures 46 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 17 heures 51 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 21 heures 59 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 10 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 11 heures
© Pixabay
© Pixabay
am stram gram

​Si, la mondialisation - et non la robotisation - est bien le coupable principal de la désindustrialisation dans les pays occidentaux

Publié le 20 janvier 2017
Selon une étude publiée par Natixis, l'automatisation et la robotisation seraient responsables de 75% des destructions d'emplois dans le secteur manufacturier, alors que la mondialisation porterait une responsabilité de 25%. Pourtant, les arguments avancés pour justifier cette hypothèse avaient déjà été invalidés par d'autres recherches, constatant pour leur part la brutalité de l'effet mondialisation au cours des 15 dernières années.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude publiée par Natixis, l'automatisation et la robotisation seraient responsables de 75% des destructions d'emplois dans le secteur manufacturier, alors que la mondialisation porterait une responsabilité de 25%. Pourtant, les arguments avancés pour justifier cette hypothèse avaient déjà été invalidés par d'autres recherches, constatant pour leur part la brutalité de l'effet mondialisation au cours des 15 dernières années.

Atlantico : Selon une étude réalisée par Natixis, l'effet de la désindustrialisation subi aux États Unis au cours de ces dernières années serait le fait, non pas de la mondialisation, mais de la robotisation. Cette analyse est-elle fondée ? 

Nicolas Goetzmann : Cette question fait débat depuis plusieurs années aux États Unis, et Natixis reprend une argumentation bien connue. Celle-ci repose sur une double analyse. D'une part, le poids de l'industrie manufacturière est resté plutôt stable aux États Unis au cours de ces dernières années, passant de 12% à 11.6% de la valeur ajoutée, alors que les emplois manufacturiers ont subi une forte chute depuis le début des années 2000, passant de 16% à 8% de l'emploi total. Ce qui signifie que le secteur manufacturier est parvenu, en 25 ans, à afficher le même rythme de croissance que le PIB, et ce, avec une portion toujours plus réduite d'emplois. Ce sont donc les gains de productivité du secteur qui auraient ravagé l'emploi manufacturier américain, et non la mondialisation.

Mais une telle analyse avait déjà trouvé ses contre arguments, notamment dans un rapport datant de 2013, réactualisé en 2015, qui indiquait comment une approche trop globale pouvait masquer une autre réalité. En effet, selon les économistes Houseman, Bartik et Sturgeon, il existe une autre explication que celle de la robotisation à ce phénomène de hausse de la productivité concomitante à la baisse du nombre d'emplois.

Selon les auteurs, la hausse de productivité du secteur manufacturier s'explique largement par l'explosion à la hausse d'un seul sous-secteur ; l'informatique et les semi-conducteurs. 

Tous les autres sous-secteurs manufacturiers voient leur productivité baisser ou augmenter de façon médiocre. Or ce sous-secteur informatique ne pèse que 13% du total de la valeur ajoutée manufacturière. Ainsi, et en excluant ce sous-secteur de l'ensemble manufacturier, il apparaît que la productivité est à peine plus élevée aujourdhui qu'elle ne l'était 25 ans auparavant. Ce qui signifie qu'un phénomène particulier est à l'oeuvre concernant ce seul secteur informatique :

"La croissance extraordinaire du PIB réel dans les industries liées à l'informatique reflète des prix de semi-conducteurs, qui, lorsqu'ils sont ajustés de l'amélioration qualitative des produits, chutent lourdement." (…) "Bien que les industries informatiques aient entraîné la croissance du secteur manufacturier, la production s'est déplacée vers l'Asie et le déficit commercial des États-Unis s'est envolé depuis les années 1990 pour ces produits. L'effet démesuré de l'industries informatique sur les statistiques manufacturières pourrait fausser les relations économiques dans les données et ainsi aboutir à des résultats de recherche pervertis"

En résumé : "La croissance rapide de cette industrie n'implique pas nécessairement que les usines américaines produisent beaucoup plus d'ordinateurs et de produits liés, elles pourraient même en produire moins. Cela signifie plutôt que la qualité des produits est meilleure que dans le passé.". De cette façon, l'argumentation liée à la hausse de la productivité, qui est un trompe l'oeil, masque une réalité bien plus morose pour l'ensemble du secteur manufacturier américain. 

Dès lors, quels sont les éléments permettant de soutenir l'idée que la mondialisation est la principale cause du phénomène de désindustrialisation ? 

En fait les deux causes sont valables, mais à des degrés différents. L'automatisation et la robotisation expliquent davantage une tendance lourde amorcée dès les années 50, tandis que la mondialisation a eu un impact beaucoup plus brutal depuis le début des années 2000, soit une perte de 30% des emplois manufacturiers entre 2000 et 2015. Selon les auteurs précités, il existerait également un phénomène d'entrainement entre automatisation et mondialisation. Il suffit de prendre exemple sur deux entreprises concurrentes, dont une délocalise sa production à l'étranger pour bénéficier de coûts moins élevés. Dans un tel cas, et pour éviter de perdre ses marchés, l'autre entreprise peut faire le choix de suivre la même décision en délocalisant à son tour, ou de passer à l'automatisation des tâches en installant des robots. Finalement, le résultat est le même, les emplois manufacturiers les plus routiniers disparaissent sous les coups conjoints de la mondialisation et de l'automatisation. Il faut simplement faire la distinction entre une tendance de fond sur l'automatisation des tâches, et la brutalité de la mondialisation constatée au cours des 15 dernières années, c’est-à-dire depuis l'entrée de la Chine dans l'OMC en décembre 2001.

Robotisation, mondialisation, quelles sont les risques de mener des politiques bâties sur une erreur de diagnostic ?

On ne peut pas voir la mondialisation et la robotisation qu'en termes négatifs. De nombreux emplois ont été créés au sein des pays émergents, ce qui a permis une forte baisse du nombre de pauvres dans ces pays, soit 1 milliards de personnes lors des 15 dernières années, (principalement en Chine). De plus, les consommateurs européens ont largement alimenté ce courant, en achetant des produits toujours moins chers au détriment des produits locaux. Ils en ont bénéficié. Enfin, la destruction des emplois manufacturiers, des emplois routiniers a été compensée en partie par des créations d'emplois plus qualifiés.

Vouloir en finir avec la mondialisation en croyant permettre des nouvelles créations d'emplois sur le sol national contribuerait sans doute à un échec, en constatant une amplification de l'automatisation des tâches. En effet, lorsque Donald Trump menace l'industrie automobile de tarifs douaniers prohibitifs, le rapatriement des activités sur le sol américain a plus de chance de se produire sous l'angle de la robotisation que de l'embauche de salariés peu qualifiés. D'autant plus que les bienfaits de la mondialisation, entre prix contenus, et créations d'emplois qualifiés, seraient perdus.

Au lieu de vouloir revenir en arrière, il pourrait être plus pertinent d'identifier clairement le problème : la mondialisation et l'automatisation mettent principalement en danger les emplois de faible ou de moyenne qualification. En France, le taux de chômage des ouvriers non qualifiés était de 20.3% en 2015. Lorsque l'on regarde le niveau de chômage à l'aune du niveau de qualification, on se rend compte les diplômés du supérieur subissent un taux de chômage de 6.2%, puis, 6.3% pour les BAC+2, 10.1% pour les BAC ou brevet professionnel, 10.8% pour les CAP ou BEP, 14.1% pour ceux ayant le brevet des collèges et 18% pour les personnes n'ayant aucun diplôme (année 2015/ INSEE). Il existe donc une forte gradualisation du taux de chômage en fonction du niveau diplôme. Or, si la France parvient à améliorer sensiblement ses scores pour les diplômés du supérieur, il apparaît que le taux de scolarisation des 15- 19 ans a baissé de 5 points lors des 20 dernières années, passant de 89% à 84% entre 1995 et 2009. Ce qui provoque un effet ciseau entre l'augmentation du nombre de non qualifiés et une probabilité toujours plus forte pour ces personnes d'être au chômage.

À partir de constat, deux solutions peuvent être mises en œuvre pour répondre à la problématique posée. D'une part, mettre en place une véritable politique de plein emploi en Europe au travers une modification du mandat de la BCE, ce qui permettra de lutter contre le chômage de façon globale. Cette solution aura en plus l'avantage de voir les entreprises être de plus en plus attirées par un accroissement de la demande sur le sol européen, ce qui peut conduire à une augmentation de la production locale.

D'autre part, il faut lutter contre la surreprésentation des moins qualifiés dans les chiffres du chômage, en mettant des moyens plus importants en termes d'éducation et de formation pour éviter qu'une part croissance de la jeunesse française ne se retrouve sans aucun bagage éducatif, et donc promise à la précarité. Au final, la réorientation de la mission de la BCE permettra la création de millions d'emplois en Europe, pour tous les niveaux de diplômes, et l'élévation du niveau de qualification permettra aux populations les plus exposées de réintégrer une économie de plus en plus en demande de profils qualifiés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
theodorum
- 21/01/2017 - 09:36
La robotisation, une réaction à la mondialisation !
Également coupables ! "Le Progrès nous oblige à être généreux" écrivais-je au journal Le Monde le 16 Avril 1984 au sujet de la crise de la sidérurgie en Lorraine.
Jacques Duboin dénonçait déjà l'orthodoxie en 1936 et annonçait la misère dans l'abondance.
La guerre a créé une pause dénommée les 30 glorieuses, beaucoup de bras n'étant plus là et beaucoup de travail nécessaire pour reconstruire.
En fait c'est de demande que nous manquons, et les robots produisent beaucoup, détruisent beaucoup d'emplois, donc de cotisations et d'assistance, effet double de la ruine de l' ÉTAT. C'est une réponse malheureuse à un problème de compétitivité: on s'enfonce dans une impasse, confirmant la prédiction de Jacques Duboin, ex-industriel, ex-banquier et ex-sous-secrétaire d' ÉTAT au Trésor, la meilleure tête de l' Assemblée d'après Pointcarré, président de la République.
79 ans après Jacques Duboin, jour pour jour, Alain Minc dans "C'est politique" sur la 5 nous recommandait d'imiter les pays nordiques qui avaient plus de robots que nous !
La meilleure preuve que c'est de demande que nous manquons, c'est l'envahissement de la publicité, déjà très présente le 7 Juin 1936 d'après "L'illustration" !
clint
- 19/01/2017 - 19:28
C'est vrai qu'en France on n'a pas de chance !
On a même la mondialisation du terrorisme !