En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

05.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

06.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

07.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 3 heures 3 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 10 heures 36 min
pépites > Politique
Violence
Elections municipales : la permanence de l'ancien candidat Pierre-Yves Bournazel a été vandalisée
il y a 11 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Grands moyens
Lutte contre le coronavirus : la Chine va construire un hôpital en dix jours afin de faire face à l'épidémie
il y a 12 heures 35 min
pépites > Faits divers
Enquête en cours
Plusieurs morts dans une fusillade en Allemagne à Rot am See
il y a 13 heures 27 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 19 heures 22 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 6 heures 15 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 10 heures 46 min
light > Insolite
Psychose ?
Coronavirus : le jeu vidéo "Plague Inc." rencontre un franc succès
il y a 11 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la souris fait un sourire et quand le soleil fait sa ronde : c’est l’actualité des montres garantie sans coronavirus
il y a 12 heures 52 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 19 heures 3 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 19 heures 36 min
© DR
© DR
Calexit ?

L'indépendance californienne : rêve ou réalité ?

Publié le 18 janvier 2017
Si l'idée d'une indépendance californienne peine à faire son chemin, elle pourrait connaître un nouvel essor suite aux récentes déclarations de Peter Thiel entrepreneur américain, soutien de Donald Trump et nouveau conseiller Technologique de ce dernier.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'idée d'une indépendance californienne peine à faire son chemin, elle pourrait connaître un nouvel essor suite aux récentes déclarations de Peter Thiel entrepreneur américain, soutien de Donald Trump et nouveau conseiller Technologique de ce dernier.

Atlantico : Comment expliquer la position de Peter Thiel, gros soutien de Donald Trump et nouveau conseiller technologique, favorable à la sortie Californienne des Etats-Unis ?

Jean-Eric Branaa : La question qui se pose avec Peter Thiel est celle de son positionnement politique. On relève qu’il s’implique beaucoup en politique ces derniers temps et personne ne sait réellement ce qu’il a en tête. C’est donc un milliardaire très en vue de la Silicon Valley qui s’est fortement impliqué pendant la campagne de Donald Trump, à qui il a donné plus d’un million de dollars. Aujourd’hui il fait partie intégrante de l’équipe de transition, c’est-à-dire qu’il a une voix au chapitre dans les choix qui sont opérés pour les postes fédéraux, y compris ministériels.  

Les rumeurs ne tardent pas lorsqu’il y a une telle actualité et un engagement aussi fort : on entend qu’il serait intéressé par le poste de gouverneur, alors que le mandat de l’actuel dirigeant de la Californie, Jerry Brown, s’achève l’année prochaine (en novembre 2018). La Californie est l’Etat le plus peuplé d’Amérique, avec 39 millions d’habitants, qui offrent une qualité de vie sans pareille, entre mer et montagne, une offre culturelle hors du commun et une population très jeune et dynamique : c’est notamment pour ça que la Silicon Valley s’y est développée, avec ses fleurons comme Apple, Google, Facebook et Twitter, ou encore Hollywood et l’industrie du cinéma, et qu’on y trouve beaucoup d’autres entreprises, ainsi que de grandes et prestigieuses universités telles que Sandford ou UCLA. Gouverner un tel État est une fonction très prestigieuse, qui peut aiguiser bien des appétits. Avant Thiel, Meg Whitman, PDG d’eBay, a tenté l’aventure. Mais 144 millions de dollars engloutis pour sa campagne n’ont pas suffit. Carly Fiorina, qui a dirigé Hewlett-Packard, y a également laissé des plumes lorsqu’elle a brigué un mandat de sénateur. Car comme Peter Thiel, ils sont tous les deux républicains, et ont échoué. C’est peut-être pour changer d’étiquette que Peter Thiel rejoint aujourd’hui ce mouvement qui propose la sécession, histoire de se refaire une virginité politique ou de prendre la tête d’un futur mouvement sans étiquette, un peu comme Emmanuel Macron en France, en tentant d’être plus tendance, plus dans l’air du temps.

Dans une récente interview accordée au New York Times, Peter Thiel a déclaré au sujet du calexit que ce serait "une bonne chose pour la Californie et une bonne chose pour le reste du pays". Avant d'ajouter : "Cela aiderait Mr Trump à se faire réélire en 2020". En quoi cela pourrait-il l'aider ?

Le développement d’un groupe sécessionniste est une aubaine pour Donald Trump, qui peut ainsi s’appuyer sur l’idée que les citoyens sont les seuls à décider au final, même lorsque leurs élites estiment que ces décisions sont contraires aux intérêts du pays. Or, très officiellement, les gouvernants prétendent qu’il est impossible de faire sécession : tous les Etats auraient perdu ce droit après la guerre civile de 1861-65. Et il est vrai qu’Abraham Lincoln a fait de cette interdiction la pierre angulaire de la reconstruction de son pays. Pourtant, un arrêt de la Cour Suprême rendu en 1868, Texas v. White, dit le contraire et  définit l’Union des Etats américains comme étant aussi complète, aussi perpétuelle et indissoluble que l’union entre les treize États fondateurs (…) sauf en cas de révolution ou de consentement donnés par les États ». Sur le plan du droit, c’est donc une chose possible. Il ne reste plus qu’aux citoyens à manifester cette volonté pour qu’elle devienne réelle : c’est très exactement ce qui s’est passé en Europe avec le Brexit et que Donald Trump a fortement soutenu.

Par ailleurs, et ce n’est pas négligeable, 61% des citoyens de Californie ont voté en faveur d’Hillary Clinton, dans l'État le plus peuplé du pays et qui détient le plus grand nombre des grands électeurs dans le College Electoral. Une sortie de la Californie de l’Union serait donc un formidable levier pour la réélection de Donald trump, les démocrates étant dès lors privé d’une immense réservoir de voix, tant pour le vote populaire que pour le vote au College Electoral.

L'idée de l'indépendance Californienne ne date pas d'hier, l'initiative ayant été lancée par  l'activiste politique Louis J. Marinelli en 2014 mais sans réel impact politique. L'élection de Donald Trump peut-elle faire avancer ce mouvement ?  

Il y a donc, c’est vrai, des sécessionnistes en Californie. En 2013, un entrepreneur de la Silicon Valley, Tim Draper, avait déjà lancé une initiative très similaire. Son projet était de diviser la Californie en six États indépendants. Il cherchait à séparer les quartiers riches des zones plus pauvres, afin d’augmenter l'attractivité de ces secteurs qui fonctionnent bien et attirent les investisseurs.

Les projecteurs sont aujourd’hui braqués sur un autre mouvement Yes California, qui soutient l’idée d'une rupture qui s’apparenterait au Brexit : ils l’ont surnommée le Calexit. Après l’élection de Donald Trump et le rejet immense que cela a suscité de la part des citoyens californiens, le groupe qui est à l’origine de cette idée  a pensé que la preuve de leur différence profonde avec le reste des Etats-Unis était faite et que le moment était favorable à leur cause ; ils ont donc proposé au procureur général d’organiser un référendum. A l’origine, leur mouvement avait été lancé par un groupe de gens qui payaient plus d’impôts fédéraux que l'État de Californie n’en recevait en retour de leur part, en proportion de leur contribution. Ce déséquilibre, associé au fait que les médias du pays critiquent un peu trop les Californiens à leur goût, les a conduit à s’organiser et à proposer cette sortie de l’union.

Quelle seraient les moyens mis en œuvres pour mettre en place cette indépendance ? Cette idée peut-elle peser réellement ? Est-elle réalisable ?

Yes California espère que le référendum pourra être organisé en 2019. Il faudra toutefois franchir plusieurs étapes: leur projet doit en premier lieu réunir assez de soutiens, sous la forme de signatures, 585 407 pour être précis, qui doivent être collectées dans les six mois après le dépôt de la proposition de référendum. Déjà, 13,000 bénévoles sont au travail pour les tenter de réussir ce pari. Si tout se passe bien, il faudra encore que 50% des électeurs de l’Etat se déplacent pour voter et que 55% d’entre eux soutiennent le Calexit.

Il faut tout de même rappeler que ce mouvement n’est pas nouveau ni unique : Yes California lui-même n’est que la continuité d’un précédent mouvement, Sovereign California, qui n’a pas réussi à percer. Louis Marinelli, qui était à l’origine de ce groupe a été obligé de le rebaptiser car tout le monde pensait qu’il était associé à un groupe dont le nom était très proche, Sovereign Citizens, qui est un groupe d’opposants anti-gouvernemental. La police encadrait donc tous les événements organisés par le groupe de Marinelli et le public s’en méfiait beaucoup. La personnalité de son créateur, anti-gay, qui avait enseigné l’anglais en Russie et fervent supporter du 2nd Amendement n’a pas aidé à le rendre populaire. Il a donc été décidé de changer le nom et de pousser le co-président, Marcus Ruiz Evans, sur le devant de la scène.

La viabilité de l’idée, en revanche est réelle. Si on ne peut pas en dire autant d’états comme l’Alabama ou le Montana, la Californie possède suffisamment de richesses pour s’assumer en tant d’Etat indépendant, chacun en convient. Indépendante, elle serait la sixième puissance économique mondiale, devant la France, avec un PIB de 2 460 milliards de dollars (2 420 milliards de dollars pour la France).

Mais sauter le pas est une démarche à laquelle la majorité ne souscrira certainement pas. En revanche, il ne serait pas surprenant que cela aboutisse à la création d’un parti « national » californien, ou « nationaliste, » qui pourrait avoir rapidement des élus au sein de l’Assemblée de Californie. Ils tenteraient donc de faire bouger les choses de l’intérieur. C’est une affaire à suivre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

05.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

06.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

07.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 18/01/2017 - 14:30
Phénomène marginal ?
Je ne sais pas si ça valait un article ou alors ça aurait pu être généralisé à d'autres états (le Texas ?). Une amie californienne (qui , certes, n'est pas à fond dans l'actualité politique) m'a dit qu'elle n'avait jamais entendu parler de tout ça.