En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 45 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 25 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 9 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 29 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 10 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 21 heures 53 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 28 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 35 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 33 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 22 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 17 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 22 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Effet boomerang

​“Le TGV de la mondialisation est en panne et il en va de la responsabilité morale de l’Occident de travailler avec les pays en voie de développement” : mais qu’attendent vraiment les Chinois de nous ?

Publié le 20 janvier 2017
Alors que certains pays occidentaux semblent s'engager sur la voie du protectionnisme, la Chine participera cette année au Forum Economique Mondial de Davos afin de promouvoir une "mondialisation inclusive".
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que certains pays occidentaux semblent s'engager sur la voie du protectionnisme, la Chine participera cette année au Forum Economique Mondial de Davos afin de promouvoir une "mondialisation inclusive".

Atlantico : Pour la Première fois, les représentants officiels chinois seront présent au Forum économique mondial de Davos, dans un climat pour le moins défavorable à la mondialisation. Les officiels chinois, conscients que la Chine a largement bénéficié de la dernière vague de mondialisation, indiquent que le monde développé aurait une obligation morale de continuer à travailler avec les pays émergents. Finalement, les pays émergents sont ils les pays qui auraient le plus à perdre d'une vague de protectionnisme ?

Jean-Marc Siroën : Les pays développés ne peuvent pas à la fois proclamer leur adhésion et leur soutien aux objectifs de développement durable (ODD) et, en même temps, priver les pays émergents des moyens nécessaires pour les réaliser. De même, on ne peut pas tenir le discours assez consensuel du « développement comme meilleure alternative possible à l’immigration » et mener en même temps des politiques commerciales qui auraient l’effet exactement inverse ! Si les Etats-Unis désinvestissent au Mexique, un mur n’empêchera pas l’afflux de migrants « fired » par les firmes américaines, ou sous-traitantes, qui les employaient. Il n’y a pas de murs dans la mer !

La croissance accélérée de la Chine, due, en partie, à son insertion dans la mondialisation, a finalement profité à tous. Elle a contribué à faire monter le prix des matières premières au plus grand bénéfice des pays producteurs comme la Russie ou le Brésil. Cette propagation de la croissance a suscité une forte demande des émergents ce qui a permis aux pays développés d’exporter davantage et de créer des emplois. La Chine a donc joué un rôle de « locomotive » autrefois dévolu aux Etats-Unis, au Japon ou à l’Allemagne. Sa bonne résistance a limité les dégâts de la crise de 2008. Si la Chine et les pays émergents s’étaient alors écroulés, comme beaucoup s’y attendaient, la France aurait connu un chômage bien plus massif.

Les pays émergents auraient certes beaucoup à perdre d’un protectionnisme généralisé, mais les pays développés aussi. L’augmentation du prix des biens de consommation ne serait ni la seule, ni la pire conséquence. La chute de la croissance de pays émergents se diffuserait aux pays développés qui perdraient leurs marchés d’exportation les plus dynamiques. Les probables représailles amplifieraient ce recul.  Il ne faut pas non plus négliger les pertes que subiraient les firmes multinationales implantées à l’étranger, et qui sont les réels exportateurs des pays émergents (environ la moitié du commerce mondial est un commerce qui se réalise entre filiales). Certains pourraient se réjouir du revers des firmes multinationales rendues impopulaires par leurs choix de délocaliser une partie de leur production. Mais celui-ci aurait aussi inévitablement des conséquences négatives sur l’emploi et la stabilité financière.  

 

En cherchant à promouvoir une mondialisation "inclusive" permettant de bénéficier également aux classes moyennes occidentales, les représentants chinois semblent vouloir colmater les brèches d'une situation qui pourrait s'avérer dangereuse pour elle même. Cependant, la Chine a t elle les moyens de rendre cette mondialisation plus "inclusive" ? Par quels moyens ?

Ce concept de croissance et de mondialisation « inclusive » très à la mode, n’en reste pas moins flou. Je ne vois pas très bien de quels moyens la Chine disposerait pour rendre la globalisation plus inclusive …. chez les autres. Par contre, la politique de Monsieur Xi pourrait avoir pour objectif de la rendre plus inclusive … en Chine. Les conditions de travail restent mauvaises et mal contrôlées. La pauvreté s’est considérablement réduite, sans pour autant disparaître, notamment dans les campagnes. L’accès aux biens publics doit être amélioré.

Du fait de l’agitation sociale et d’une certaine rareté de la main d’œuvre, les salaires ont fortement augmenté dans l’industrie. Malgré la hausse du dollar –plus que la dépréciation du yuan- la compétitivité chinoise est remise en cause ce qui, indépendamment des pressions occidentales, a obligé de toute façon la Chine à revoir son modèle.

Les officiels chinois semblent également en avoir assez d'un discours basé sur des pays émergents qui "voleraient" des emplois aux classes moyennes occidentales, notamment en pointant les bienfaits de la mondialisation pour les pays riches. Comment faire la part des choses entre ces deux discours ? 

Il ne faut perdre de vue que dans les années de croissance « folle », en Chine et dans les émergents, c’est-à-dire entre 2000 et 2008, la France a gagné  deux millions d’emplois, soit une augmentation de presque 10%. Aux Etats-Unis, c’était presque 8 millions ! En France, le taux de chômage est passé d’environ 11% en 1997 à moins de 7,5% en 2008. On pourrait donc soutenir la thèse, non sans quelques arguments, que la stagnation de l’emploi et la croissance du chômage depuis 2008 serait due au ralentissement de la croissance des émergents !

Pourtant c’est le sentiment inverse qui domine aujourd’hui dans les pays occidentaux pour deux raisons. La première est que, même si l’emploi a globalement augmenté, la concurrence des pays émergents en a effectivement détruit dans un certain nombre de secteurs industriels. Beaucoup de travailleurs n’ont pu retrouver du travail aux mêmes conditions. Mêmes ceux qui disposent d’emplois, peut-être d’ailleurs grâce aux exportations vers les émergents, se sentent menacés par la mondialisation. La seconde raison est la montée des inégalités qui a notamment frappé les classes moyennes. Certes, la mondialisation commerciale n’est pas la seule responsable de ces évolutions anxiogènes. Mais elle est un bouc émissaire facile. 

En quoi l'excédent commercial chinois peut il également traduire un comportement non coopératif au sein du commerce mondial ? N'est ce pas également le cas de l'Allemagne ? Ces deux pays ont ils les moyens de sortir d'une telle spirale ?

Aujourd’hui, la Chine et l’Allemagne accumulent les excédents commerciaux, un peu réduits, il est vrai, par des déficits dans les services. Puisque les exportations d’un pays sont les importations des autres, les excédents des uns, sont aussi les déficits des autres. Arithmétiquement, comme le disaient les mercantilistes, ce que gagnent les uns est perdu par les autres. On ne peut donc pas analyser l’excédent germano-chinois indépendamment du déficit américain (britannique, français,…). Les excédents sont généralement considérés comme la conséquence d’une plus grande compétitivité qui, autrefois, dans un régime d’étalon-or, aurait été sanctionnée par une hausse des prix qui aurait rétabli l’équilibre. Dans les systèmes de change actuel, on attend plutôt l’appréciation de la monnaie. C’est l’inverse que l’on constate aujourd’hui : l’euro et le yuan se déprécient alors que le dollar s’envole… Il n’y a plus de mécanismes correcteurs automatiques, ni même dirigés.

En fait, l’Allemagne, comme la Chine, épargnent trop et ne dépensent pas assez, ils se privent ainsi d’importations qui doperaient la croissance et donc la croissance mondiale. De ce point de vue, on peut effectivement parler de jeu non coopératif. Comme le préconise d’ailleurs le FMI, l’Allemagne pourrait jouer un rôle de locomotive par un budget plus accommodant ou des investissements plus importants dans la zone euro. Le cas de la Chine est plus complexe car son excédent commercial ne compense plus les sorties de capitaux.  Ces trois dernières années, les réserves chinoises ont fondu de plus de 20%. Il n’en reste pas moins que les taux d’épargne extraordinaires de la Chine s’expliquent par un besoin de sécurité couvert par une épargne de précaution à laquelle pourrait se substituer un système d’assurance sociale plus développé. Si des pressions devaient être exercées sur la Chine, c’est plutôt sur ces questions qu’elles devraient l’être plutôt que sur des menaces protectionnistes qui, si elles devaient se réaliser, auraient toutes les chances d’aggraver la situation de l’économie mondiale.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
theodorum
- 17/01/2017 - 18:51
Le Progrès nous olige à être généreux chez nous !
Extrait d'une lettre à Pascal Lamy de Juin 2013 :
Nous retrouvons le même phénomène avec la mondialisation et les délocalisations exploitant la misère du Monde – comme on le voit au Bangladesh en ce moment . Il y a confiscation d'une grosse partie de la plus value par les intermédiaires au détriment du pouvoir d'achat des nouveaux producteurs et donc évaporation d'une grande partie de la demande ancienne, qui passe par les paradis fiscaux et aboutit à la spéculation financière, au détriment de l' économie réelle. D'où la perte de croissance réelle, la croissance apparente résultant de celle des déficits  ou croissance à crédit! 2000 milliards de dette publique ! Il est intéressant de remarquer que le phénomène physique de gravité semble s'appliquer à l' Economie, à tel point d'ailleurs que certains ont pu parler du trou noir de la finance ! C'est là que doit intervenir le spirituel qui dépasse la seule intelligence, laquelle doit être à son service , pour montrer que nous sommes plus que de la matière , même grise !
La Planète ne peut pas supporter le modèle occidental actuel et l'augmentation des dettes publiques est au bout du rouleau.
Il serait temps de penser à nos successeurs
theodorum
- 17/01/2017 - 18:03
Le Progrès nous olige à être généreux chez nous !
Extrait d'une lettre Pascal Lamy de 2013 :
Nous retrouvons le même phénomène avec la mondialisation et les délocalisations exploitant la misère du Monde – comme on le voit au Bangladesh en ce moment . Il y a confiscation d'une grosse partie de la plus value par les intermédiaires au détriment du pouvoir d'achat des nouveaux producteurs et donc évaporation d'une grande partie de la demande ancienne, qui passe par les paradis fiscaux et aboutit à la spéculation financière, au détriment de l' économie réelle. D'où la perte de croissance réelle, la croissance apparente résultant de celle des déficits  ou croissance à crédit! 2000 milliards de dette publique ! Il est intéressant de remarquer que le phénomène physique de gravité semble s'appliquer à l' Economie, à tel point d'ailleurs que certains ont pu parler du trou noir de la finance ! C'est là que doit intervenir le spirituel qui dépasse la seule intelligence, laquelle doit être à son service , pour montrer que nous sommes plus que de la matière , même grise !
La Planète ne peut pas supporter le modèle occidental actuel et l'augmentation des dettes publiques est au bout du rouleau.
Il serait temps de penser à nos successeurs !
Citoyen Ordinaire
- 17/01/2017 - 14:21
Lol
Comment parler de TGV quand depuis la création de l'Europe le chômage de masse règne ?