En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 12 heures 1 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 13 heures 38 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 15 heures 8 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 17 heures 17 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 21 heures 6 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 7 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 12 heures 45 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 14 heures 25 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 15 heures 33 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 21 heures 16 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 7 heures
info atlantico
© Flickr / Marmotte73
© Flickr / Marmotte73
Surprises...

2017, année des élections de tous les dangers : sondage exclusif sur ce que veulent les Européens 8 ans après la crise

Publié le 13 janvier 2017
Ce nouveau baromètre Ifop pour Atlantico révèle notamment que 36% des Français considèrent comme excessif le montant des impôts et des taxes, contre 16% d'Allemands. La palme d'or revient aux Italiens, avec un score de 92%.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce nouveau baromètre Ifop pour Atlantico révèle notamment que 36% des Français considèrent comme excessif le montant des impôts et des taxes, contre 16% d'Allemands. La palme d'or revient aux Italiens, avec un score de 92%.

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements que l'on peut tirer de ces résultats ? 

Jérôme Fourquet : Il convient de rappeler que l’une des vocations de l’enquête est de mesurer rétrospectivement, dans plusieurs pays occidentaux, l’impact de la grande crise économique qui a débuté en 2008 et qui, dans certains pays, n’en finit pas de finir, afin de voir si les effets ont été les mêmes dans tous les pays ou si la crise a fait davantage sentir ses effets dans certains pays que dans d’autres, et si certains sont en voie de rémission définitive. Cette grande enquête a été menée dans plusieurs pays, avec des points de comparaison sur des enquêtes précédentes, et notamment une réalisée en 2011, au moment du pic de la crise économique. 

Quand on regarde dans le détail l'item relatif à la pression fiscale, les écarts sont tout à fait significatifs ; ils se sont même creusés entre certains pays. Si l’on prend toujours comme point de comparaison l’enquête de février 2011, au début de la crise de l’euro, 78% des Français estimaient la pression fiscale trop importante, 73% pour les Allemands, 79% pour les Espagnols, 87% pour les Italiens, tandis que les pays anglo-saxons étaient dans des positions intermédiaires. Si l’on se concentre sur l’Europe continentale et si l’on regarde les trajectoires de la France et de l’Allemagne, on remarque un gain de cinq points chez les Français qui estiment que la pression fiscale est trop importante, alors qu’on en perd cinq en Allemagne ; l’écart est donc de quinze points désormais entre ces deux pays. 36% des Français estiment le montant des impôts et des taxes excessif contre 16% en Allemagne. En Espagne, ce chiffre est plutôt stable. En Italie, l’aversion à l’impôt s’est encore accrue : 92% des Italiens estiment que le montant des impôts et des taxes est élevé. Là aussi, on peut mettre cela en lien avec la montée du Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo et avec  –en partie–  l’échec de Matteo Renzi au référendum. Ceci signifie qu’il y a une colère tout à fait massive de la part des Italiens contre la pression fiscale. Qui dit pression fiscale, dit rapport à l’Etat et au pouvoir politique qui s’est considérablement durci ces dernières années.

Si l’on s’arrête sur le cas de la France, on constate un véritable bond depuis février 2011 –sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy et au début de l’annonce de l’augmentation de la pression fiscale par l’équipe Fillon entrée en application au début du quinquennat Hollande marqué lui aussi par des hausses d’impôts. – et 2013, avec les hausses d’impôts décidées par François Hollande, mais aussi les hausses d’impôts décidées à la fin du quinquennat Sarkozy qui entrent en application à cette époque-là (on parlait alors du matraquage, du ras-le-bol fiscal, expression d’ailleurs utilisée par le ministre des Finances de l’époque, Pierre Moscovici). On passe ainsi de 27 à 45% de la population qui estime que le montant de l’impôt est excessif. Depuis lors, cette exaspération a décru : on a perdu quasiment dix points par rapport au pic de cette époque ; néanmoins, on est encore dix points en moins par rapport à 2011.

Pour ce qui est des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, 6 ressortissants de ces pays sur 10 estiment que le montant de la fiscalité est trop important. Il y a d’ailleurs aujourd’hui tout un débat dans le cadre du Brexit sur la fiscalité, le moyen de redonner de la compétitivité aux entreprises, etc. Il y a donc encore un peu de jeu possible dans ces pays, à la différence notamment de la France, de l’Espagne ou de l’Italie. En filigrane, quand on parle de la panne dans laquelle est l’Union européenne qui pâtit du manque d’un projet fédérateur, cela s’explique aussi par une extrême diversité des situations économiques et sociales entre les différents Etats membres. Ainsi, avoir une politique fiscale commune avec des Italiens qui affirment massivement être écrasés par l’impôt alors que cela est beaucoup moins le cas en Allemagne est très compliqué. La crise économique a fait diverger encore davantage ces différences de ressenti d’un pays européen à l’autre.

Ce que l'on remarque également dans ce baromètre, c'est que parmi les Français qui disent avoir du mal à s’en sortir avec leur salaire, 73% seraient prêts à travailler plus pour gagner plus ; ils sont 50% chez ceux qui s’en sortent avec leur salaire. Ainsi, un discours qui viserait à remettre au goût du jour la défiscalisation des heures supplémentaires pourrait plaire à ce type d’électorat. 

A lire aussi sur notre site : "Vague de sondages contradictoires : mais que veulent vraiment les Français de François Fillon ?"

Si l’on considère maintenant la partie du baromètre consacrée au modèle social et que l’on aborde cela sous un angle un peu franco-français, la question à poser concerne notamment l’avenir de ce modèle, d’autant plus si l’on considère l’échéance électorale de 2017. On a alors les moyens de comparer le regard que portent les Français sur ce modèle social avec les autres grandes démocraties occidentales. Un point important : notre système de protection sociale est jugé satisfaisant par 63% des Français. Là-dessus, les Français ont une pleine conscience de notre caractère spécifique, quinze points devant les Allemands notamment. Quand certains à gauche, il y a quelques années, parlaient de purge économique et sociale infligée à notre pays, on peut penser que ce qui était infligé à la France en termes d’effort sur le modèle économique et social n’a rien avoir avec ce qui a pu être appliqué en Espagne ou en Italie. La preuve en est : les scores dans ces deux pays sont deux à deux fois et demi plus faibles qu’en France. Pour autant, nos concitoyens se distinguent aussi par le plus haut score sur le fait qu’il y a trop d’assistanat et qu’un certain nombre d’individus abusent des aides sociales, ce qui est un peu le pendant de l’autre item : on est bien couverts et en même temps, il y en a qui tirent un peu trop la couverture à eux (79%). Le discours anti-assistanat est très répandu en Occident : 72% en Grande-Bretagne, 73% aux Etats-Unis, 71% en Italie, 68% en Allemagne et 62% en Espagne. Si l’on prend le cas de l’Italie, 71% d’Italiens pensent qu’il y a trop d’assistanat et en même temps, ils sont 25% seulement à juger le système de protection sociale satisfaisant : l’état psychologique apparaît comme particulier dans ce cas. En France, la dénonciation de l’assistanat, un peu plus élevée qu’ailleurs, s’accompagne d’un jugement positif sur la qualité de la couverture ; cela n’est pas le cas dans les autres pays.

Autant il y a un certain chauvinisme sur notre système de protection sociale, autant sur l’éducation et la santé –peut être aurions-nous dû séparer les deux items–, nous ne sommes pas ceux qui affichons les résultats les plus élevés. Je crois que la crise de l’école républicaine, les mauvais résultats dans les classements internationaux, etc. finissent par infuser dans la population, ce qui donne de mauvais résultats. Sur le modèle d’éducation et de santé, regardons ce qui s’est passé en Allemagne entre 2011 et 2016 : on est passé de 27 % à 46 %. Il y a eu tout un ensemble d’articles parus dans le pays, il y a quelques années, sur ce qui a été appelé "le choc Pisa", l’Allemagne ayant été, à un moment, très mal classée dans ce classement ; ils ont alors revu entièrement leur système éducatif. Dans aucun autre pays, on ne constate ce gain de vingt points.

 

Sur la question des retraites, la France rappelle souvent que son modèle est plus généreux que les autres, ce qui ne se traduit pas nécessairement dans les chiffres. Ce sont dans les pays anglo-saxons, où les retraites par capitalisation sont la règle, que les personnes sont les plus optimistes (aux alentours de 40%) ; toutefois il y aussi une angoisse sur la soutenabilité du modèle à terme. Là encore, on voit que les Espagnols ont été durement éprouvés : seulement 15% se disent optimistes. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 10/01/2017 - 19:13
" Le Modèle Social "
Locution Novlangue . Ce Trou Noir en expansion constante qui siphonne jusqu' à l' idée même de créer de la richesse ?. Moins d' impôts mais plus de Social ? . Antagoniste .
cloette
- 10/01/2017 - 16:46
Les Français sont inquiets
Ils sortent d'un quinquennat éprouvant, ils ne savent pas ce qui va sortir des urnes , ils ne croient plus en L'Europe, la sinistrose est palpable , personne ne rigole plus .
bern4243
- 10/01/2017 - 13:02
ce que je ne veux pas en europe (tgv chinois acheté en tchequie
On a appris, le 23 décembre 2016, que la République tchèque a décidé de rejeter l’offre française de TGV d’Alstom et de lui préférer l’offre chinoise de TGV (largement copiée sur le TGV français, d’ailleurs).
Un accord a été signé pour la fourniture de trois trains à grande vitesse EMU (Electrical Multiple Units) par la société chinoise CRRC Zhuzhou Locomotive Co à l’opérateur ferroviaire tchèque privé Leo Express. Le contrat comprend également des services de formations et la vente de pièces détachées.
. L’opérateur privé tchèque a indiqué qu’il pourrait acheter jusqu’à 30 trains EMU dans les 3 prochaines années.
Ce contrat est l’occasion de rappeler quelques points essentiels aux Français naïfs qui croient encore à la propagande dont ils sont abreuvés depuis des années.
Depuis 12 ans, la France a versé quelque 6 milliards d’euros aux Tchèques, sans que ni les Français ni les Tchèques le sachent