En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 8 heures 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 16 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 12 heures 45 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 24 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 15 heures 42 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 heures 37 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 10 heures 53 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 11 heures 46 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 13 heures 51 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 14 heures 47 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 20 heures 13 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 22 heures 12 min
© Flickr / Marmotte73
© Flickr / Marmotte73
Le sprint final

Primaire de la gauche : les candidats face aux mille dangers d'une campagne express

Publié le 06 janvier 2017
Les candidats à la primaire de la gauche ont moins d'un mois devant eux. Un mois déterminant pour l'avenir de la gauche. Les débats télévisés devraient être le moment-clé de cette campagne atypique.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les candidats à la primaire de la gauche ont moins d'un mois devant eux. Un mois déterminant pour l'avenir de la gauche. Les débats télévisés devraient être le moment-clé de cette campagne atypique.

Moins d'un mois pour serrer le plus de mains possible. Tenir un maximum de meetings. Trois débats presque coup sur coup, les 12, 15 et 19 janvier. La primaire de la gauche se tiendra, fin janvier, à l'issue d'une campagne express. Rien à voir avec celle de 2011 qui avait commencé avant l'été pour se finir par la victoire de François Hollande en décembre. Rien à voir avec la campagne de droite qui a quasiment durée une année. Rien à voir avec rien. La campagne qui s'ouvre est inédite. Mais elle risque, pourtant, de marquer un tournant pour la gauche.

 

C'est la première fois, en effet, que le PS part, à ce point, divisé idéologiquement. En 2011, si Martine Aubry incarnait bien l’aile gauche du PS et François Hollande une position plus centrale, la campagne s'est faite sur des questions de personnalités plus que de programme. On se souvient du célèbre : "quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup", adressé par la Première secrétaire du PS au futur président de la République.

 

Cette fois, même si Manuel Valls, le favori, tente de minimiser ses différences idéologiques, il a du mal à les gommer d'autant que ses concurrents n'ont de cesse de se démarquer de lui. Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, parce qu'ils souhaitent prendre leur distance d'un quinquennat jugé trop droitier. Vincent Peillon, au contraire, qui souhaite défendre l’œuvre de François Hollande, entend se démarquer de l'ancien Premier ministre afin de rappeler l'importance d'occuper une position centrale, ni trop à gauche ni trop... à droite. Bref, même si elle est courte, cette campagne pourrait bien voir s'agrandir la fracture entre deux gauches que Manuel Valls avait, lui-même, qualifié "irréconciliables".

 

Deux grandes lignes de fracture se dessinent : l'une économique, entre une gauche qui s'est totalement adaptée aux marchés et ne cherche presque plus à en gommer les défauts et une autre qui se veut plus régulatrice. L'autre clivage se situe autour des questions d'identité et de laïcité. Manuel Valls se posant comme le tenant d'une ligne dure qui rejoint parfois les positions de la droite, les autres candidats, fidèles aux valeurs traditionnelles de la gauche, s'affichant plus tolérants.

 

En 2011, les électeurs ont écarté Martine Aubry, qui semblait pourtant idéologiquement plus proche d'eux, pour lui préférer François Hollande qui paraissait plus efficace électoralement. Que choisiront-ils de faire en 2017 ? Il est possible qu'ayant intégré l'inévitable défaite à la présidentielle, ils fassent un choix moins politicien qu'en 2011, et vote pour un candidat qui défende leurs convictions profondes : Arnaud Montebourg ou Benoit Hamon. Mais que ce soit le cas ou pas, le PS risque de sortir de cette épreuve profondément divisé. Les électeurs de Manuel Valls auront, en effet, bien du mal à soutenir un représentant de l'aile gauche du parti à la présidentielle. Idem pour l'aile gauche. Si Manuel Valls était désigné, à l'issue de la primaire, une partie des électeurs déçus pourraient se reporter sur Jean-Luc Mélenchon.

 

L'enjeu de la participation va aussi être un critère important. En effet, si la primaire rassemble un nombre réduit d'électeurs, le candidat désigné aura du mal à s'imposer face à Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon, alors que s’il est élu par plus de 2,5 millions d’électeurs, il aura toute légitimité pour dire : "je suis le candidat désigné par le peuple de gauche, vous devez vous effacer car la victoire à la présidentielle en dépend". Mais la faible durée de la campagne, qui avait été taillée pour François Hollande, ne va pas dans le sens d'une forte participation. D'autant que la plupart des candidats ont fait un très mauvais départ.

 

 

Manuel Valls a du mal à modifier son image très clivante. Que ce soit sur la suppression du 49-3, l'union de la gauche, ou le refus de stigmatiser la minorité musulmane, il a surtout suscité l'incrédulité, voire le sarcasme. Arnaud Montebourg a raté son émission politique, ses meetings ne suscitent pas d'enthousiasme, et on ne le sent pas, lui-même, débordant d'envie de gagner. Quant à Vincent Peillon, sa candidature, bricolée à la dernière minute, suscite plus d'interrogations que d'adhésion. Le seul à avoir fait un bon début de campagne, c'est Benoît Hamon, qui a multiplié les soutiens après son intervention sur France 2 et qui se voit déjà en Fillon de gauche.

 

Car s'il ne reste qu’un mois de campagne, tout peut encore basculer. Un mois avant le premier tour de la primaire de droite, François Fillon, qui frôlait à peine les 10%, était au coude à coude avec Bruno Le Maire. Ce sont les débats qui ont changé la donne. Les candidats de gauche, qui ont bien observé la primaire de droite, comptent donc énormément sur ces trois émissions au risque d'en oublier un peu la campagne classique : les déplacements, les meetings, les interviews qui sont pourtant des éléments importants.

 

Mais si cette campagne s'apparente plus à un sprint qu'au marathon couru par les candidats de droite, elle n'en sera pas moins déterminante. Le PS en sortira différent. Moribon si les électeurs ne se déplacent pas. Tiraillé s'ils donnent l'avantage à Manuel Valls. Explosé, s'ils préfèrent les candidats de la gauche du parti. Une chose est certaine, dans un mois rien ne sera plus jamais comme avant.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires