En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© DR
Le fait de développer la puissance militaire et nucléaire a toujours un intérêt pour les Etats, car guerre classique et cyber guerre ne sont pas inconciliables.
Cyber guerre
Piratage informatique, guerre génétique, terrorisme ou... bon vieux conflit nucléaire : quel grand conflit risquons-nous au 21e siècle ?
Publié le 30 décembre 2016
Alors que le piratage informatique dont a été victime l'OSCE a été attribué à la Russie, de plus en plus de cyber attaques auront lieu dans les prochaines années. Moins coûteuses que les attaques conventionnelles et nécessitant avant tout des moyens techniques et intellectuels, ces offensives informatiques permettent à des petits groupes de déstabiliser en profondeur les Etats, les organisations et les entreprises.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur général associé du groupe ASK’M / KER-MEUR. Expert en cyber sécurité. Conférencier sur les menaces émergentes, spécialisé dans la sensibilisation auprès des entreprises.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Frédéric Mouffle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur général associé du groupe ASK’M / KER-MEUR. Expert en cyber sécurité. Conférencier sur les menaces émergentes, spécialisé dans la sensibilisation auprès des entreprises.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le piratage informatique dont a été victime l'OSCE a été attribué à la Russie, de plus en plus de cyber attaques auront lieu dans les prochaines années. Moins coûteuses que les attaques conventionnelles et nécessitant avant tout des moyens techniques et intellectuels, ces offensives informatiques permettent à des petits groupes de déstabiliser en profondeur les Etats, les organisations et les entreprises.

Atlantico : Alors que l’OSCE a été victime d’un piratage informatique de grande ampleur attribué à la Russie, quelle importance prendront les attaques informatiques au cours du 21ème siècle ? Entre le piratage informatique, la génétique, la technologie, le terrorisme ou le réarmement nucléaire… Quelles seront les armes et la nature du prochain grand conflit ? (conflit non conventionnel, guerre asymétrique)

François-Bernard Huyghe : Tout d’abord, ce type d’attaque est toujours anonyme par définition. Dans le cas de cette opération contre l’OSCE qui aurait été commise en octobre et dont on ne parle que maintenant, un groupe de hackers russes qui s’appellerait APT28 est désigné.

Nous n’avons ni la preuve qu’APT28 est coupable de cette attaque, ni que ce groupe est manipulé par des services d’Etat ou agit pour le compte de services d’Etat. 

Ces réserves faites, il ne me parait pas invraisemblable que la Russie cherche à espionner l’OSCE, qui est notamment responsable du contrôle des accords de Minsk, dans la mesure où Moscou y voit une organisation sous influence occidentale.

En ce qui concerne les conflits du futur, trois remarques s'imposent. Premièrement, on continuera à faire énormément d’espionnage informatique dans tous les sens, soit pour acquérir des technologies, soit pour prévoir les plans de l’adversaire, soit pour révéler au public des correspondances scandaleuses qui pourraient l’indigner.

Deuxièmement, le piratage informatique, en particulier des virus, pourront être utilisés pour saboter des systèmes, par exemple pour empêcher des avions de décoller, des missiles d’atteindre leurs cibles, des radars de donner les bonnes informations. Dans l’hypothèse de l’éclatement d’un conflit militaire ouvert, personne ne s’en privera. Il y aura forcément du cyber dans toutes formes de guerre classique à titre d’aide et d’accessoire.

Troisièmement, une guerre cyber pourrait-elle remplacer une "vraie" guerre ? C’est, à mon sens, la question la plus importante. Pour le moment, des opérations de sabotage ont fonctionné, en privant une région d’électricité, en empêchant le fonctionnement d’un système. Récemment, de nombreux sites de la côte ouest américaine n’étaient pas accessibles pendant quelques heures à la suite d’une attaque informatique sur le routeur. Ces actions énervent les citoyens, coûtent beaucoup d’argent aux entreprises, font beaucoup de bruit dans les médias, mais ça ne remplace pas une rafale de missile, une division de tanks ou la bombe atomique. Jusqu’à présent, aucun dommage monstrueux n’a été provoqué par une attaque de sabotage informatique. Le record étant à ce jour la façon dont les Etats-Unis ont retardé la nucléarisation de l’Iran de quelques mois – peut-être davantage – avec le virus Stuxnet. Pour le moment ces outils de sabotage ont gardé un rôle secondaire : des pays et des services les testent, ces tests sont peut-être accompagnés de messages politiques de menace, mais on n’a pas assisté à une vraie cyber guerre et il est encore difficile d’envisager qu’une guerre menée par ordinateur remplace une guerre classique.

Frédéric Mouffle : Ce piratage est imputé à la Russie, mais aucune preuve formelle n’existe même si on peut penser que Moscou est derrière cette attaque.

L’arme du cyber est prise très au sérieux par tous les gouvernements. En effet, tous les pays se livrent une véritable "course à l’armement" et développent des armes que l’on appellera plus tard "armes non conventionnelles" mais qui sont pour le moment utilisées à des fins d’espionnage et de collecte d’information.

Ces dernières années, certaines attaques informatiques de grande ampleur ont eu des conséquences lourdes (Sony, TV5 Monde etc.). Les armes informatiques permettent d’attaquer des satellites et de bloquer tous les systèmes de téléphone, GPS, Internet, télévision etc. Le fait que l’on puisse s’attaquer aux satellites représente selon moi la principale menace des prochains conflits. Par ailleurs, l’Internet des objets sera également visé : des attaques ont déjà été menées en piratant des webcams par exemple. Ces attaques pourront être mises en œuvre, si ce n’est facilement, avec des moyens ridicules pour un Etat.

Dans un monde interconnecté et où les attaques informatiques peuvent être commises de n’importe où et cibler n’importe qui, développer la puissance nucléaire et militaire a-t-il le même intérêt stratégique qu’au 20ème siècle pour un Etat ? Comment les Etats pourraient-ils repenser les moyens et les attributs de la puissance ?

François-Bernard Huyghe : Oui, le fait de développer la puissance militaire et nucléaire a toujours un intérêt pour les Etats car guerre classique et cyber guerre ne sont pas inconciliables. Les budgets militaires des Etats ne vont pas diminuer au profit du cyber. En revanche, tous les Etats ayant une certaine politique de puissance portent la plus grande attention à leur cyberdéfense et à la protection de leurs grands opérateurs, leurs grandes banques, leurs grands systèmes énergétiques qui pourraient subir des attaques informatiques. Aux Etats-Unis, il est question que le "cyber command" soit retiré à la NSA pour devenir une organisation militaire plus autonome. La France a un cyber officier, une Agence nationale pour la sécurité des systèmes informatiques. Par ailleurs, le cyber est considéré comme le cinquième champ de bataille et on parle d’une nouvelle armée, la "cyber armée". Cette dimension a donc pleinement été intégrée par les militaires. Chaque Etat va forcément développer ses moyens d’attaque et de défense cyber.

Un paradoxe se dessine : les Etats les plus informatisés, les plus développés économiquement ont automatiquement des faiblesses car le fait qu’ils soient informatisés les rend vulnérables à l’espionnage et aux opérations de sabotage qui créent du désordre voire du chaos dans les sociétés. Les Etats qui aspirent à la puissance doivent  s’assurer une bonne défense cyber des organisations publiques et privées. La capacité de dissuader l’autre, de le contraindre, avec des moyens offensifs cybers est un nouvel attribut de la puissance. A l’inverse des tanks qui peuvent servir dans n’importe quelle guerre, les attaques informatiques sont ciblées, préparées à l’avance et entourées de secrets.

Frédéric Mouffle : L’arme atomique est à la fois l’arme ultime et un gage de stabilité. En revanche, si on peut prévoir les dégâts causés par une bombe atomique, les attaques informatiques, en provoquant des réactions en chaîne imprévisibles peuvent causer des dégâts bien plus dramatiques. Suite à l’attaque de l’OSCE attribuée aux Russes, Obama a dit qu’il allait apporter une réponse. Il sera intéressant de voir comment cette réponse sera mesurée, cela permettra d’avoir une idée précise des futurs conflits de type cyber entre les Etats, et nous permettra de faire des prévisions sur les prochaines attaques (est-ce que ça va monter en puissance, comment cela va-t-il se passer ? etc.).

Les Etats repensent déjà la notion de puissance. Les armes cyber se développent de manière exponentielle, et d’énormes moyens sont mis de part et d’autre. Les Américains font cela depuis des décennies et ont un temps d’avance sur les autres nations (Russie, Chine). Tous ces pays ont déjà basculé vers un armement cyber et des départements, des divisions, du personnel sont consacrés aux problématiques du cyber.

Alors que la guérilla et le terrorisme étaient au 20ème siècle la réponse des faibles aux forts, quel(s) moyens d’action les "faibles" plébisciteront ils au 21ème siècle pour nuire aux "puissants" ? Comment Les Etats, les grandes entreprises, les administrations, envisagent-ils de se prémunir de ces attaques d’un nouveau genre ?

François-Bernard Huyghe : Il est évident qu’avoir des moyens offensifs informatiques, notamment un virus, faire des opérations de propagande ou de déstabilisation, répandre de l’intoxication sur les réseaux sociaux ne demande pas d’avoir un budget militaire en milliards de dollars ni des milliers de soldats. Les attaques informatiques sont une arme qui demande de l’esprit, de l’intelligence et de la technique et sont donc plus accessibles aux faibles. Dès les années 1990, des stratèges américains ou russes pensaient déjà que des Etats voyous, des groupes terroristes, des organisations à motivations idéologiques auraient grâce aux attaques cyber une forte capacité de nuisance. L’accessibilité des attaques informatiques ouvre considérablement le jeu. Néanmoins, si des actions menées par des ONG ou des groupes privés peuvent faire beaucoup de bruit, comme c’est le cas d’Anonymous ou de Wikileaks, les dégâts, en termes de spectacularité ou de réaction de la population sont inférieurs à ceux d’une guérilla ou du terrorisme classique.

Est-ce qu’une action cyber vraiment effroyable qui paralyserait un pays, provoquerait le chaos ne s’est jamais produite parce que personne n’en a les moyens techniquement ou parce que personne ne veut aller jusque-là ? Par exemple, quelles motivations pourraient pousser un groupe privé à saboter le système bancaire mondial ? Comment des groupes qui auraient un but nihiliste (provoquer l’effondrement du système) pourraient ensuite remplir des objectifs politiques, prendre le pouvoir ou amener un gouvernement favorable ? Le problème n’est pas de causer des dégâts mais de penser l’après.

Frédéric Mouffle : De petits groupes de personnes peuvent fortement nuire aux entreprises, aux organisations, aux administrations et à tout autre type d’organisation susceptible d’être la cible d’attaquants. Mais les attaques informatiques lourdes nécessitent des moyens intellectuels, financiers, et techniques qui ne sont pas à la portée de tout le monde : les "petits" ne pourront pas si facilement que cela bloquer un Etat. En revanche, avec des moyens techniques et intellectuels, il n’y a quasiment aucune limite à ce qu’il est possible de faire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
06.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 29/12/2016 - 16:19
A lasenenorita
Vos posts sont réalistes, non seulement, il faudra bien que notre civilisation soit défendue peut être bien par les armes, mais la gauche dont MLP et Philippot qui admettent maintenant l'islam " compatibles " avec nous ( la Republique ) seront, je l'espère traînés devant les tribunaux militaires pour trahison de notre pays pour avoir accepté les exigences de l'islam qui va toujours un peu plus loin, comme on l'a dernièrement vu à Noël. En voyage au Maroc, les supermarchés sont tous décorés de sapins, guirlandes, et bourré de jouets. Et en France l'islam a des exigences contre nos traditions alors qu' au Maghreb ils acceptent nos traditions, c'est le monde a l'envers, on est vraiment des cons de se laisser faire par les frères musulmans entre autres.
Spellbinder
- 29/12/2016 - 11:38
La nature n'aide pas...
Et puis avec l'énorme caldeira pres de Naples qui menace de s'effondrer entrainant avec elle l'amorcage d'eruptions multiples (bonjour l'hiver volcanique) et la fameuse météorite de 2036 dont on ne sera certain qu'á cette époque si elle évitera la Terre ou non, Yellowstone qui frémit et San Francisco dont la faille aurait du secouer son monde depuis déjá 20 ans (elle est en retard), la nature n'aide pas.
We are doomed!!!!
Spellbinder
- 29/12/2016 - 11:31
More likely
Maintenant que Poutine a fait ami -ami avec les Iraniens et leur beau pétrole les Saoudiens et les occidentaux vont se sentir menacés.