En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 13 heures 3 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 15 heures 17 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 17 heures 37 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 17 heures 56 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 17 heures 20 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 18 heures 33 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 8 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Terrorisme international : comment l'Afghanistan est devenue la terre natale du djihad

Publié le 28 décembre 2016
Figure emblématique de la lutte contre le terrorisme, Jean-Louis Bruguière a vu défiler dans son bureau les principaux terroristes des trois dernières décennies. Il a été le premier observateur de l’évolution radicale du danger, du passage d’un terrorisme révolutionnaire européen à un terrorisme islamiste mondialisé, qui a conduit aux attentats du 11 septembre 2001 à New York, de 2004 et 2005 à Madrid et Londres, de 2015 à Paris et de 2016 à Bruxelles. Au travers de récits, d’expériences professionnelles et d’analyses, il explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, Daech s’inscrit dans un continuum idéologique, sans rupture stratégique.
Jean-Louis Bruguière est un ancien juge spécialisé dans la lutte anti-terrorisme.Il a instruit de nombreuses affaires, notamment celles de Lockerbie en 1988 et du DC10 d'UTA en 1989, deux attentats imputés à Kadhafi.Il est le co-auteur avec Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Bruguière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Bruguière est un ancien juge spécialisé dans la lutte anti-terrorisme.Il a instruit de nombreuses affaires, notamment celles de Lockerbie en 1988 et du DC10 d'UTA en 1989, deux attentats imputés à Kadhafi.Il est le co-auteur avec Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Figure emblématique de la lutte contre le terrorisme, Jean-Louis Bruguière a vu défiler dans son bureau les principaux terroristes des trois dernières décennies. Il a été le premier observateur de l’évolution radicale du danger, du passage d’un terrorisme révolutionnaire européen à un terrorisme islamiste mondialisé, qui a conduit aux attentats du 11 septembre 2001 à New York, de 2004 et 2005 à Madrid et Londres, de 2015 à Paris et de 2016 à Bruxelles. Au travers de récits, d’expériences professionnelles et d’analyses, il explique pourquoi, contrairement aux idées reçues, Daech s’inscrit dans un continuum idéologique, sans rupture stratégique.

Dans ce conflit afghan qui vit l’émergence de l’islamisme radical, deux hommes ont joué, chacun de leur côté, un rôle clé. En Afghanistan, Gulbuddin Hekmatyar, le chef du Hezb-i Islami Afghanistan (HIA) ; de l’autre côté de la frontière, à Peshawar au Pakistan, le cheikh Abdullah Azzam. Le premier fut un chef militaire et, dans le contexte de la guerre entre les Soviétiques et les moudjahidin afghans, il fédéra des tribus souvent antagoniques, renforcées par le flux des moudjahidin venus de l’extérieur, principalement du Moyen-orient, mais également du Maghreb. Aux dires des services de renseignement occidentaux, durant cette décennie et plus encore au cours des années 1985‑1989, plus de 20 000 moudjahidin auraient afflué en Afghanistan. Il n’est pas inutile de comparer ce chiffre à l’afflux actuel de candidats au djihad, venus eux aussi par dizaines de milliers d’Europe et du Maghreb pour combattre dans la zone syro-irakienne. Bien que les choses ne soient pas tout à fait comparables, mettre en regard ces deux mouvements de combattants permet de démontrer une fois de plus l’extraordinaire continuité entre les événements de la fin de cette décennie 1980, au moment des derniers soubresauts de la guerre froide, et ceux d’aujourd’hui en Syrie et en Irak, largement dominés par Daech.

La puissance d’attraction de l’Afghanistan pour les djihadistes du monde entier fut considérable. Gulbuddin Hekmatyar n’est pas un théoricien, mais un chef de guerre. Né en 1947 à Kunduz, à l’extrême nord du pays, c’est un Pachtoun de la tribu des Ghilzai. Il manifeste très tôt son engagement islamiste et, après avoir fréquenté brièvement l’université de Kaboul et avoir été par la suite emprisonné par le régime communiste en place, il s’enfuit au Pakistan en 1975, où il entre en contact avec l’Inter-Services Intelligence (ISI), les services secrets pakistanais. Il crée le Hezb-i Islami, puis entre rapidement en conflit avec d’autres tribus afghanes islamistes, mais moins radicales, comme les Tadjiks du commandant Massoud et la branche estudiantine du Jamiat-e Islami, parti politique islamiste pakistanais fondé à Lahore. Toutefois, l’ensemble des tribus s’unissent dans leur combat contre l’ennemi commun : l’URSS. Hekmatyar, grâce à ses contacts privilégiés avec le Pakistan, dus à son appartenance à l’ethnie pachtoune, sert d’intermédiaire avec les États-U nis. Ces derniers fournissent de l’armement sophistiqué au Pakistan, notamment des missiles Stringer de dernière génération. L’unité des tribus, assurée un moment par Hekmatyar, explose après le retrait des troupes soviétiques. Et, dès 1986, sa position extrêmement radicale et antioccidentale, qui rejoint les positions d’Abdullah Azzam, va conduire les pays occidentaux à prendre du recul à l’égard de ce personnage devenu dangereux. Cela ne l’empêche pas d’implanter des succursales à l’étranger qui ne seront pas interdites, y compris en France.

Les enquêtes menées dans le cadre d’un dossier concernant les filières afghanes ont établi que le HIA avait ainsi ouvert en 1985 une branche à Strasbourg, qui fut même enregistrée à la préfecture du Bas-R hin sous le nom de « Représentation française du Hezb-i Islami Afghanistan ». Elle fut ensuite délocalisée en 1993 à Romainville, dans la région parisienne. L’autre personnage central de cette époque qui vit l’émergence et le développement du salafisme radical et du djihadisme mondial fut le cheikh Abdullah Azzam. Ce théoricien joua un rôle déterminant dans la définition du djihad, et de la nécessité d’y recourir pour tous les musulmans. Pour lui, le djihad était incontestablement la pierre angulaire d’un engagement exigeant, une obligation individuelle et collective pour tout musulman de se battre contre les mécréants pour libérer les terres leur appartenant ou leur ayant appartenu, comme l’Andalousie et, en premier lieu, l’Afghanistan. Mais Azzam joua également un rôle opérationnel, surtout à partir de Peshawar au Pakistan, avec la création du Bureau des services, le Maktab al-Khadamat (MAK). Cette structure, active jusqu’en 1989, fut l’un des points centraux des filières afghanes qui se développèrent après la défaite soviétique et jusqu’en 2001. Abdullah Azzam est né en 1941 dans le nord de la Palestine. Dès son enfance, il se tourne vers la religion. Déterminé dans ses convictions, il rejoint très tôt les Frères musulmans. Puis il quitte la Palestine pour entrer au collège de la charia de l’université de Damas, où il décroche un diplôme en 1966. Après la guerre des Six-Jours en 1967, il émigre en Jordanie. L’intervention militaire des Israéliens en Palestine, là où il avait vécu, le marque profondément et le pousse à rallier le djihad. Il se rend alors en Égypte, où il obtient un master en charia. Il y fait la connaissance de la famille de Sayyid Qutb, le théoricien du Takfir wal Hijra (« A nathème et Exil »). Ce mouvement d’origine égyptienne fut l’une des composantes de l’islamisme radical non seulement en Algérie (via le GIA), mais également en Europe 1. En 1979, Azzam va au Pakistan, à Islamabad, afin de se rapprocher du djihad afghan.

Il crée dans un premier temps un bureau d’aide aux moudjahidin, puis part finalement combattre de l’autre côté de la frontière, en Afghanistan. De retour à Peshawar, il devient la personnalité incontournable dans la propagation du djihad telle qu’il l’a théorisée dans plusieurs écrits. Le rédacteur de la biographie d’Azzam, au début de la traduction française de Défense des terres musulmanes, écrit également : « Il fit changer les musulmans d’avis au sujet du djihad en Afghanistan et présenta le djihad tel qu’il est, une cause islamique qui concerne les musulmans du monde entier. Grâce à ses efforts, le djihad afghan fut très connu et des musulmans du monde entier vinrent s’y battre. Le djihad en Afghanistan avait fait d’Abdullah Azzam le pilier principal du mouvement du djihad des temps modernes. » De fait, le Bureau des services va jouer un rôle opérationnel important. Il va trier, identifier et diriger les djihadistes vers les différentes zones de combat après les avoir formés militairement, dans des camps de Peshawar ou vers Kwost.

1. D ans la biographie du cheikh Abdullah Azzam figurant dans la traduction française d’un de ses ouvrages les plus importants, Défense des terres musulmanes, traduction française réalisée par Oumm Assya à Londres, il est précisé qu’Azzam enseigna également à l’université King Abdulaziz de Jeddah en Arabie Saoudite.

Extrait de Les voies de la terreur, par Jean-Louis Bruguière,é dité chez Fayard

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 28/12/2016 - 16:40
Depuis le djihadistes a changé
après le manifeste d'Abou Moussad Al-Suri de fin 2004 appelant à des actions d'indépendants radicalisés par Internet et choisissant leurs cibles seuls avec les moyens du bord (comme les camions), il devient difficile de faire du dépistage
cloette
- 28/12/2016 - 11:43
Très bien expliqué.
Avec le recul on comprend mieux . Et l'Iran et sa révolution (à la même époque ) dans tout cela ? Apparemment , pas de rôle .