En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 40 min 34 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 2 heures 36 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 3 heures 36 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 4 heures 39 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 6 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 18 heures 22 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 1 heure 5 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 3 heures 16 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 3 heures 57 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 5 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 6 heures 11 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 18 heures 40 min
Faire bonne figure

Première visite d’un Premier ministre japonais à Pearl Harbor : Shinzo Abe tente de se concilier les bonnes grâces de Donald Trump

Publié le 27 décembre 2016
En se rendant sur l'archipel de Pearl Harbor 75 ans après l'attaque dévastatrice du Japon sur cette base navale américaine, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ne fait pas uniquement un geste symbolique. Ce déplacement s'inscrit en effet dans une volonté du pouvoir nippon de renforcer ses liens avec les Etats-Unis et la nouvelle administration Trump, dans un contexte régional tendu.
Valérie Niquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Niquet est Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la FRS.  Elle est l'auteure du livre "La puissance chinoise en 100 questions" aux éditions Tallandier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En se rendant sur l'archipel de Pearl Harbor 75 ans après l'attaque dévastatrice du Japon sur cette base navale américaine, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ne fait pas uniquement un geste symbolique. Ce déplacement s'inscrit en effet dans une volonté du pouvoir nippon de renforcer ses liens avec les Etats-Unis et la nouvelle administration Trump, dans un contexte régional tendu.

Atlantico : Le Premier ministre japonais Shinzo Abe se rend ce lundi et ce mardi à Pearl Harbor, une grande première pour un Premier ministre japonais 75 ans après l'attaque de 1941. Au-delà de la portée symbolique et mémorielle de ce geste qui fait écho à la récente visite de Barack Obama à Hiroshima, n'y a-t-il pas également un intérêt stratégique pour le Japon à renforcer ses liens avec les Etats-Unis, alors que Donald Trump s'était montré assez critique envers l'attitude de l'archipel nippon avec l'Amérique ?

Valérie Niquet : La visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe à Pearl Harbor, la première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a une portée hautement significative à plusieurs titres. Elle s’inscrit dans la volonté de Shinzo Abe, depuis son retour au pouvoir fin 2012 de solder pour le Japon la période d’après-guerre. Cette visite succède à l’accord obtenu avec la Corée du Sud en 2015 sur la question des "femmes de réconfort" utilisées par les troupes japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle vient également quelques semaines après celle de Vladimir Poutine dans l’archipel, qui poursuit la voie de la normalisation nippo-russe et pourrait à terme aboutir à un traité de paix ou au moins à la réactivation du partenariat stratégique avec Moscou. Et bien sûr, cette visite s’inscrit également dans le cadre des relations nippo-américaines et correspond à la volonté de Tokyo, dans une période de grande incertitude stratégique en Asie, de tout faire pour ancrer les Etats-Unis dans une zone où le système d’alliances bilatérales avec Washington, hérité de la fin de la Seconde Guerre mondiale, constitue toujours la pierre angulaire de la stabilité et de la sécurité dans la région en dépit de la fin de la Guerre froide. Enfin, si la visite de Shinzo Abe à Pearl Harbor répond à celle de Barack Obama à Hiroshima au mois de mai 2016, tout aussi symbolique, elle a également pour objectif de "donner des gages" au nouveau Président élu, Donald Trump, qui avait multiplié pendant la campagne électorale les déclarations de méfiance à l’égard du Japon accusé de "profiter des Etats-Unis". Shinzo Abe a été un des premiers dirigeants à rencontrer Donald Trump à New York au lendemain de son élection, la visite à Pearl Harbor doit aussi permettre de donner satisfaction aux vétérans américains et à un électorat populaire soucieux de symboles forts.

Au-delà du cas américain, dans quelle mesure la montée en puissance géopolitique de la Chine, notamment en mer de Chine, peut-elle pousser le Japon à renforcer son alliance avec les États-Unis ? Comment cette relation peut-elle évoluer selon vous ?

Si Shinzo Abe se rend à Pearl Harbor, c’est aussi pour contribuer à renforcer l’alliance de défense entre Tokyo et Washington. En 2015, le Premier ministre japonais a fait adopter de nouvelles lois de défense dont l’objectif principal était de faciliter la coopération militaire entre les forces d’autodéfense japonaises et les forces américaines, grâce notamment au droit de "défense collective". Le Japon, confronté à une puissance chinoise qui multiplie les actions agressives en mer de Chine, face aux Philippines ou au Vietnam en mer de Chine du Sud, ou face au Japon autour de l’archipel des Senkaku/Takeshima et en mer de Chine orientale, a besoin de "réassurance" de la part de l’allié américain. Le maintien d’un engagement fort des Etats-Unis en Asie, notamment face à la Chine mais aussi face à la Corée du Nord, constitue en effet pour Tokyo la solution la moins coûteuse - politiquement - pour assurer une défense efficace de ses intérêts et de son territoire. Un retrait américain, comme avait pu le laisser un temps entendre Donald Trump, aurait des conséquences dramatiques en termes de vide stratégique dans la région. Mais la rencontre entre Donald Trump et Shinzo Abe semble avoir eu des résultats positifs en la matière. Le Japon pourrait accepter d’accroître dans une certaine mesure sa contribution au maintien des troupes américaines sur son territoire pour "donner satisfaction" aux exigences électorales de Donald Trump. Ce dernier, de son côté, entouré de conseillers très favorables au renforcement des alliances en Asie, semble avoir également compris l’importance des enjeux d’une relation étroite avec le Japon.

Sur le plan intérieur, comment cette visite de Shinzo Abe à Pearl Harbor peut-elle être perçue par les Japonais ? Quelle réaction attendre notamment de la part de la droite nationaliste, même si le Premier ministre ne devrait visiblement pas s'excuser officiellement au nom du Japon lors de son séjour ?

Si Shinzo Abe a pu accomplir le geste fort de se rendre à Pearl Harbor, c’est aussi parce que l’opinion publique japonaise, dans sa très grande majorité, est prête à l’accepter. Si des organisations ultra-nationalistes peuvent s’en offusquer, elles sont en réalité peu représentatives dans l’opinion publique. Surtout, l’émergence d’une menace chinoise qui inquiète rend plus audibles les volontés de consolidation des liens - en dépit de l’histoire - avec les Etats-Unis mais également avec la Russie alors que la question des îles Kouriles n’est toujours pas résolue. A ce titre, la "menace chinoise" joue un rôle véritablement fédérateur entre l’archipel et ses partenaires proches ou plus lointains. Ceci d’autant plus que le risque du retour du "militarisme nippon", régulièrement brandi par Pékin ou Pyongyang, n’est absolument pas pris en compte aujourd’hui dans le reste de l’Asie où, au contraire, c’est la volonté de voir le Japon jouer un rôle de sécurité plus important qui l’emporte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires