En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Faire bonne figure
Première visite d’un Premier ministre japonais à Pearl Harbor : Shinzo Abe tente de se concilier les bonnes grâces de Donald Trump
Publié le 27 décembre 2016
En se rendant sur l'archipel de Pearl Harbor 75 ans après l'attaque dévastatrice du Japon sur cette base navale américaine, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ne fait pas uniquement un geste symbolique. Ce déplacement s'inscrit en effet dans une volonté du pouvoir nippon de renforcer ses liens avec les Etats-Unis et la nouvelle administration Trump, dans un contexte régional tendu.
Valérie Niquet est Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la FRS.  Elle est l'auteure du livre "La puissance chinoise en 100 questions" aux éditions Tallandier.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Niquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Niquet est Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la FRS.  Elle est l'auteure du livre "La puissance chinoise en 100 questions" aux éditions Tallandier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En se rendant sur l'archipel de Pearl Harbor 75 ans après l'attaque dévastatrice du Japon sur cette base navale américaine, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ne fait pas uniquement un geste symbolique. Ce déplacement s'inscrit en effet dans une volonté du pouvoir nippon de renforcer ses liens avec les Etats-Unis et la nouvelle administration Trump, dans un contexte régional tendu.

Atlantico : Le Premier ministre japonais Shinzo Abe se rend ce lundi et ce mardi à Pearl Harbor, une grande première pour un Premier ministre japonais 75 ans après l'attaque de 1941. Au-delà de la portée symbolique et mémorielle de ce geste qui fait écho à la récente visite de Barack Obama à Hiroshima, n'y a-t-il pas également un intérêt stratégique pour le Japon à renforcer ses liens avec les Etats-Unis, alors que Donald Trump s'était montré assez critique envers l'attitude de l'archipel nippon avec l'Amérique ?

Valérie Niquet : La visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe à Pearl Harbor, la première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a une portée hautement significative à plusieurs titres. Elle s’inscrit dans la volonté de Shinzo Abe, depuis son retour au pouvoir fin 2012 de solder pour le Japon la période d’après-guerre. Cette visite succède à l’accord obtenu avec la Corée du Sud en 2015 sur la question des "femmes de réconfort" utilisées par les troupes japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle vient également quelques semaines après celle de Vladimir Poutine dans l’archipel, qui poursuit la voie de la normalisation nippo-russe et pourrait à terme aboutir à un traité de paix ou au moins à la réactivation du partenariat stratégique avec Moscou. Et bien sûr, cette visite s’inscrit également dans le cadre des relations nippo-américaines et correspond à la volonté de Tokyo, dans une période de grande incertitude stratégique en Asie, de tout faire pour ancrer les Etats-Unis dans une zone où le système d’alliances bilatérales avec Washington, hérité de la fin de la Seconde Guerre mondiale, constitue toujours la pierre angulaire de la stabilité et de la sécurité dans la région en dépit de la fin de la Guerre froide. Enfin, si la visite de Shinzo Abe à Pearl Harbor répond à celle de Barack Obama à Hiroshima au mois de mai 2016, tout aussi symbolique, elle a également pour objectif de "donner des gages" au nouveau Président élu, Donald Trump, qui avait multiplié pendant la campagne électorale les déclarations de méfiance à l’égard du Japon accusé de "profiter des Etats-Unis". Shinzo Abe a été un des premiers dirigeants à rencontrer Donald Trump à New York au lendemain de son élection, la visite à Pearl Harbor doit aussi permettre de donner satisfaction aux vétérans américains et à un électorat populaire soucieux de symboles forts.

Au-delà du cas américain, dans quelle mesure la montée en puissance géopolitique de la Chine, notamment en mer de Chine, peut-elle pousser le Japon à renforcer son alliance avec les États-Unis ? Comment cette relation peut-elle évoluer selon vous ?

Si Shinzo Abe se rend à Pearl Harbor, c’est aussi pour contribuer à renforcer l’alliance de défense entre Tokyo et Washington. En 2015, le Premier ministre japonais a fait adopter de nouvelles lois de défense dont l’objectif principal était de faciliter la coopération militaire entre les forces d’autodéfense japonaises et les forces américaines, grâce notamment au droit de "défense collective". Le Japon, confronté à une puissance chinoise qui multiplie les actions agressives en mer de Chine, face aux Philippines ou au Vietnam en mer de Chine du Sud, ou face au Japon autour de l’archipel des Senkaku/Takeshima et en mer de Chine orientale, a besoin de "réassurance" de la part de l’allié américain. Le maintien d’un engagement fort des Etats-Unis en Asie, notamment face à la Chine mais aussi face à la Corée du Nord, constitue en effet pour Tokyo la solution la moins coûteuse - politiquement - pour assurer une défense efficace de ses intérêts et de son territoire. Un retrait américain, comme avait pu le laisser un temps entendre Donald Trump, aurait des conséquences dramatiques en termes de vide stratégique dans la région. Mais la rencontre entre Donald Trump et Shinzo Abe semble avoir eu des résultats positifs en la matière. Le Japon pourrait accepter d’accroître dans une certaine mesure sa contribution au maintien des troupes américaines sur son territoire pour "donner satisfaction" aux exigences électorales de Donald Trump. Ce dernier, de son côté, entouré de conseillers très favorables au renforcement des alliances en Asie, semble avoir également compris l’importance des enjeux d’une relation étroite avec le Japon.

Sur le plan intérieur, comment cette visite de Shinzo Abe à Pearl Harbor peut-elle être perçue par les Japonais ? Quelle réaction attendre notamment de la part de la droite nationaliste, même si le Premier ministre ne devrait visiblement pas s'excuser officiellement au nom du Japon lors de son séjour ?

Si Shinzo Abe a pu accomplir le geste fort de se rendre à Pearl Harbor, c’est aussi parce que l’opinion publique japonaise, dans sa très grande majorité, est prête à l’accepter. Si des organisations ultra-nationalistes peuvent s’en offusquer, elles sont en réalité peu représentatives dans l’opinion publique. Surtout, l’émergence d’une menace chinoise qui inquiète rend plus audibles les volontés de consolidation des liens - en dépit de l’histoire - avec les Etats-Unis mais également avec la Russie alors que la question des îles Kouriles n’est toujours pas résolue. A ce titre, la "menace chinoise" joue un rôle véritablement fédérateur entre l’archipel et ses partenaires proches ou plus lointains. Ceci d’autant plus que le risque du retour du "militarisme nippon", régulièrement brandi par Pékin ou Pyongyang, n’est absolument pas pris en compte aujourd’hui dans le reste de l’Asie où, au contraire, c’est la volonté de voir le Japon jouer un rôle de sécurité plus important qui l’emporte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires