En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

02.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 51 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 7 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 39 sec
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 44 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 4 heures 36 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 19 heures 57 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 3 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 18 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 1 heure 39 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 20 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 20 heures 36 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 21 heures 51 min
Faire bonne figure

Première visite d’un Premier ministre japonais à Pearl Harbor : Shinzo Abe tente de se concilier les bonnes grâces de Donald Trump

Publié le 27 décembre 2016
En se rendant sur l'archipel de Pearl Harbor 75 ans après l'attaque dévastatrice du Japon sur cette base navale américaine, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ne fait pas uniquement un geste symbolique. Ce déplacement s'inscrit en effet dans une volonté du pouvoir nippon de renforcer ses liens avec les Etats-Unis et la nouvelle administration Trump, dans un contexte régional tendu.
Valérie Niquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Niquet est Maître de recherche et responsable du pôle Asie à la FRS.  Elle est l'auteure du livre "La puissance chinoise en 100 questions" aux éditions Tallandier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En se rendant sur l'archipel de Pearl Harbor 75 ans après l'attaque dévastatrice du Japon sur cette base navale américaine, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ne fait pas uniquement un geste symbolique. Ce déplacement s'inscrit en effet dans une volonté du pouvoir nippon de renforcer ses liens avec les Etats-Unis et la nouvelle administration Trump, dans un contexte régional tendu.

Atlantico : Le Premier ministre japonais Shinzo Abe se rend ce lundi et ce mardi à Pearl Harbor, une grande première pour un Premier ministre japonais 75 ans après l'attaque de 1941. Au-delà de la portée symbolique et mémorielle de ce geste qui fait écho à la récente visite de Barack Obama à Hiroshima, n'y a-t-il pas également un intérêt stratégique pour le Japon à renforcer ses liens avec les Etats-Unis, alors que Donald Trump s'était montré assez critique envers l'attitude de l'archipel nippon avec l'Amérique ?

Valérie Niquet : La visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe à Pearl Harbor, la première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a une portée hautement significative à plusieurs titres. Elle s’inscrit dans la volonté de Shinzo Abe, depuis son retour au pouvoir fin 2012 de solder pour le Japon la période d’après-guerre. Cette visite succède à l’accord obtenu avec la Corée du Sud en 2015 sur la question des "femmes de réconfort" utilisées par les troupes japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle vient également quelques semaines après celle de Vladimir Poutine dans l’archipel, qui poursuit la voie de la normalisation nippo-russe et pourrait à terme aboutir à un traité de paix ou au moins à la réactivation du partenariat stratégique avec Moscou. Et bien sûr, cette visite s’inscrit également dans le cadre des relations nippo-américaines et correspond à la volonté de Tokyo, dans une période de grande incertitude stratégique en Asie, de tout faire pour ancrer les Etats-Unis dans une zone où le système d’alliances bilatérales avec Washington, hérité de la fin de la Seconde Guerre mondiale, constitue toujours la pierre angulaire de la stabilité et de la sécurité dans la région en dépit de la fin de la Guerre froide. Enfin, si la visite de Shinzo Abe à Pearl Harbor répond à celle de Barack Obama à Hiroshima au mois de mai 2016, tout aussi symbolique, elle a également pour objectif de "donner des gages" au nouveau Président élu, Donald Trump, qui avait multiplié pendant la campagne électorale les déclarations de méfiance à l’égard du Japon accusé de "profiter des Etats-Unis". Shinzo Abe a été un des premiers dirigeants à rencontrer Donald Trump à New York au lendemain de son élection, la visite à Pearl Harbor doit aussi permettre de donner satisfaction aux vétérans américains et à un électorat populaire soucieux de symboles forts.

Au-delà du cas américain, dans quelle mesure la montée en puissance géopolitique de la Chine, notamment en mer de Chine, peut-elle pousser le Japon à renforcer son alliance avec les États-Unis ? Comment cette relation peut-elle évoluer selon vous ?

Si Shinzo Abe se rend à Pearl Harbor, c’est aussi pour contribuer à renforcer l’alliance de défense entre Tokyo et Washington. En 2015, le Premier ministre japonais a fait adopter de nouvelles lois de défense dont l’objectif principal était de faciliter la coopération militaire entre les forces d’autodéfense japonaises et les forces américaines, grâce notamment au droit de "défense collective". Le Japon, confronté à une puissance chinoise qui multiplie les actions agressives en mer de Chine, face aux Philippines ou au Vietnam en mer de Chine du Sud, ou face au Japon autour de l’archipel des Senkaku/Takeshima et en mer de Chine orientale, a besoin de "réassurance" de la part de l’allié américain. Le maintien d’un engagement fort des Etats-Unis en Asie, notamment face à la Chine mais aussi face à la Corée du Nord, constitue en effet pour Tokyo la solution la moins coûteuse - politiquement - pour assurer une défense efficace de ses intérêts et de son territoire. Un retrait américain, comme avait pu le laisser un temps entendre Donald Trump, aurait des conséquences dramatiques en termes de vide stratégique dans la région. Mais la rencontre entre Donald Trump et Shinzo Abe semble avoir eu des résultats positifs en la matière. Le Japon pourrait accepter d’accroître dans une certaine mesure sa contribution au maintien des troupes américaines sur son territoire pour "donner satisfaction" aux exigences électorales de Donald Trump. Ce dernier, de son côté, entouré de conseillers très favorables au renforcement des alliances en Asie, semble avoir également compris l’importance des enjeux d’une relation étroite avec le Japon.

Sur le plan intérieur, comment cette visite de Shinzo Abe à Pearl Harbor peut-elle être perçue par les Japonais ? Quelle réaction attendre notamment de la part de la droite nationaliste, même si le Premier ministre ne devrait visiblement pas s'excuser officiellement au nom du Japon lors de son séjour ?

Si Shinzo Abe a pu accomplir le geste fort de se rendre à Pearl Harbor, c’est aussi parce que l’opinion publique japonaise, dans sa très grande majorité, est prête à l’accepter. Si des organisations ultra-nationalistes peuvent s’en offusquer, elles sont en réalité peu représentatives dans l’opinion publique. Surtout, l’émergence d’une menace chinoise qui inquiète rend plus audibles les volontés de consolidation des liens - en dépit de l’histoire - avec les Etats-Unis mais également avec la Russie alors que la question des îles Kouriles n’est toujours pas résolue. A ce titre, la "menace chinoise" joue un rôle véritablement fédérateur entre l’archipel et ses partenaires proches ou plus lointains. Ceci d’autant plus que le risque du retour du "militarisme nippon", régulièrement brandi par Pékin ou Pyongyang, n’est absolument pas pris en compte aujourd’hui dans le reste de l’Asie où, au contraire, c’est la volonté de voir le Japon jouer un rôle de sécurité plus important qui l’emporte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires