En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

Oser la vérité !

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 51 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 57 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 52 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 24 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 5 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 49 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 4 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
World War III

Expansionnisme chinois et nervosité japonaise ou coréenne : une guerre en Asie deviendrait-elle nécessairement une guerre mondiale ?

Publié le 30 décembre 2016
En Mer de Chine, les tensions persistent. Face à l'expansionnisme affiché de la Chine, le Japon a décidé de recentrer son budget sur un programme de remilitarisation. Or, les jeux d'alliances sont tels qu'un conflit en Asie impliquerait quasi systématiquement l'Occident.
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Mer de Chine, les tensions persistent. Face à l'expansionnisme affiché de la Chine, le Japon a décidé de recentrer son budget sur un programme de remilitarisation. Or, les jeux d'alliances sont tels qu'un conflit en Asie impliquerait quasi systématiquement l'Occident.

Atlantico : Le japon a récemment approuvé un programme de remilitarisation et de rééquilibrage de ses dépenses militaires, à l'aulne des tensions avec la Chine. Dans quelle mesure un conflit en Asie pourrait-il prendre une ampleur mondiale ?

Jean-Vincent Brisset : Il est important de réaliser, dans un premier temps, que des alliances existent. Or, en Asie la Chine n'a aucun alliés. Elle a des rapports militaires avec le Pakistan, ainsi qu'un traité d'alliance sans réalité pratique avec la Corée du Nord. À côté de ces deux éléments il n'existe pas d'alliance militaire chinoise.

En face, le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis sont liés par de vrais traités d'alliance. Cela sous-entend non seulement des interactions militaires, mais également des capacités de coopération ainsi qu'une réaction automatique en cas d'agression d'un des partenaires. D'autre part, les États-Unis et Taïwan partagent le Taïwan relation act, toujours en vigueur aujourd'hui. Ce traité, qui n'a pas l'air d'être remis en question, engagent les États-Unis à garantir la sécurité de Taïwan le cas échéant. Par conséquent, il est indéniable que les États-Unis sont très impliqués à un niveau législatif et presque constitutionnel avec un certain nombre de pays d'Asie susceptibles de se retrouver en situation de conflit avec la Chine.

À défaut de dimension proprement mondiale, un conflit opposant la Chine à l'un des pays cité impliquera donc naturellement les États-Unis. Cette implication ne sera pas forcément la même pour tous les pays concernés : si le Japon ou la Corée du Sud entrent en guerre avec la Chine, on peut s'attendre à ce que Washington agisse de façon très directe. En revanche, si le conflit ne concerne que Taïwan, il est probable que cette action soit moins visible. Les pressions seront nombreuses, néanmoins. En outre, tout ce qui est lié à la conception que peuvent avoir les États-Unis de certaines libertés mondiales (respect des traités, dont certains ont été signés par la Chine) entrent également en jeu. Leur violation pourrait les amener à intervenir, particulièrement s'il se passe quelque chose en Mer de Chine du sud ou en Mer de Chine de l'est.

A l'heure actuelle, il me semble très difficile de définir correctement ce qui constitue un conflit mondial. Est-ce que ce qui se passe en Syrie, où la quasi-totalité des grands pays d'Occident et du monde ex-soviétique sont impliqués, est un conflit mondial ? Il me semble que le terme est probablement un peu galvaudé. La question c'est celle de la définition du conflit "mondial" : est-ce qu'avoir plus de trois pays issus de trois continents sur un seul conflit le mondialise-t-il ? À mon sens, il s'agit surtout d'un terme journalistique : on assiste pas à une guerre opposant une moitié du monde à l'autre.

Quelles seraient les conséquences d'un conflit armé en mer de Chine ? Qui impliquerait-il sur le plan direct et comment impacterait-il les acteurs plus indirects ?

La Mer de Chine de l'ouest constitue la principale route d'approvisionnement énergétique de la Corée du Sud, du Japon et de la Chine. Ces trois pays sont déficitaires sur le plan énergétique. Il passe aussi de nombreuses autres choses : un conflit aurait donc des conséquences directes sur le fonctionnement quotidien, au jour-le-jour, de ces trois nations.

Il est très difficile de dire quel pays souffrirait le plus d'un conflit en Asie. Comme pour les pans de l'économie, qui ne s'effondreraient pas de façon unie mais qui s'égrèneraient petit à petit, il est probable que le conflit ne soit pas total et brutal immédiatement. Il devrait monter en puissance et toucher certains pans mais pas d'autres. Naturellement, on trouvera des perdants et des gagnants à l'intérieur de chaque nation.

À partir du moment où le conflit bloque la Chine, ce conflit touchera naturellement le reste du monde. La Chine est désormais l'usine du monde. Si celle-ci s'arrête, cela signifie mécaniquement que tout ce qui est produit exclusivement par la Chine ne sera plus approvisionné. Ça n'est évidemment pas sans impact sur nos économies. L'interdépendance implique qu'un effondrement de l'économie chinoise – et il n'y a pas vraiment besoin de conflit pour que cela arrive – frapperait sévèrement les nôtres. Il y a 30 ans cela n'avait aucune importance puisque le commerce extérieur chinois était comparable au commerce extérieur belge. Nous n'en sommes plus du tout là. Les répercussions, si elles sont difficiles à quantifier, seront ressentie dans le monde entier.

Quels sont aujourd'hui les obstacles à un tel conflit ? Sur quels garde-fous peut-on encore compter ?

Le premier des garde-fous qui fait obstacle à l'émergence d'un tel conflit, c'est clairement la crainte que la Chine éprouve à l'idée d'une de l'ensemble de la communauté internationale. Elle ne souhaite absolument pas que des mesures de rétorsions soient prises à son encontre. La Chine est comme un château bâti sur des fondations peu solides et elle en a conscience. Si les fondations en venaient à se briser, et ce pour des raisons internes comme le craint le régime, ou pour des raisons externes, le château finirait mécaniquement par s'effondrer. Or, il le ferait avant tout sur lui-même et sur ses occupants. Pas tellement en éclaboussant les côtés.

D'autres garde-fous existent aussi. On peut largement souligner la montée (ou la remontée) en puissance d'autres pays asiatiques, comme c'est le cas du Japon par exemple. Tout évolue très vite là-bas et les relations fluctue. Duterte, par exemple, qui affiche une antipathie prononcée à l'égard des Etats-Unis et une attirance pour la Chine fait sans cesse machine arrière par l'intermédiaire de ses ministres. D'autres pays, comme le Vietnam ou la Malaisie hésitent encore quand il s'agit de se positionner. Tout peut bouger très vite et est fait de nombreuses nuances.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 25/12/2016 - 23:24
guerre avec la Chine
Vietnam , 67.108 square miles and 20 million population.
China, 1 milliard 300 million citizens and 3.705 million SM.
let's be serious. Looking around me at the mall all I see is bunch of lard ass who can barely haul their butts out of their car.
Deneziere
- 25/12/2016 - 22:04
" à l'AULNE des tensions avec la Chine"
C'est l'arbre qui cache la forêt ?
ikaris
- 25/12/2016 - 14:19
Intéressante interview
et je loue en premier lieu la charge de l'interviewé contre l'expression "guerre mondiale". Par contre c'est dommage qu'on ne nous expose pas plus les affrontements limités qui pourraient se développer là bas : agressions navales sur des navires des pays en froids