En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
La salade aux pesticides : un aller simple vers l'anxiété, l'inattention... voire la démence
Publié le 25 décembre 2016
Des découvertes récentes démontrent scientifiquement que notre mode alimentaire est déterminant pour notre bien-être émotionnel, mais aussi, plus globalement, pour la santé mentale de tous, car la biologie de notre cerveau est fonction de nos apports alimentaires. Cela ouvre de nouvelles perspectives, aussi bien pour les enfants que pour les adultes, à l’heure où les psychothérapies montrent leurs limites et où les médicaments qui agissent sur notre cerveau sont remis en cause pour leurs effets secondaires. Extrait de "Bien dans son assiette, bien dans sa tête", de Stéphane Clerget (2/2) aux Editions Fayard.
Stéphane Clerget est médecin pédopsychiatre. Il partage son activité entre les consultations et la recherche clinique. Ses champs d’étude concernent notamment l’adolescence, les troubles émotionnels et les questions d’identité. Il a mis en place à l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Clerget
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Clerget est médecin pédopsychiatre. Il partage son activité entre les consultations et la recherche clinique. Ses champs d’étude concernent notamment l’adolescence, les troubles émotionnels et les questions d’identité. Il a mis en place à l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des découvertes récentes démontrent scientifiquement que notre mode alimentaire est déterminant pour notre bien-être émotionnel, mais aussi, plus globalement, pour la santé mentale de tous, car la biologie de notre cerveau est fonction de nos apports alimentaires. Cela ouvre de nouvelles perspectives, aussi bien pour les enfants que pour les adultes, à l’heure où les psychothérapies montrent leurs limites et où les médicaments qui agissent sur notre cerveau sont remis en cause pour leurs effets secondaires. Extrait de "Bien dans son assiette, bien dans sa tête", de Stéphane Clerget (2/2) aux Editions Fayard.

Génération future est lune des associations qui veillent notamment à mesurer les taux de pesticides présents sur les légumes que nous achetons dans les commerces en France. En 2015, elle a fait analyser 31 échantillons de salades achetées dans des supermarchés de l'Oise et de la Somme (Picardie) entre le 28 mai et le 21 juillet 2015 et originaires de France, d'Espagne et d'Italie.

Ce nombre d'échantillons est supérieur au seuil de représentativité de 30 habituellement utilisé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Sur les 31 échantillons analyses, 80,65 % contiennent au moins un résidu de pesticide. Les salades testées contiennent en moyenne presque 4 résidus de pesticides chacune.

Près de 120 résidus différents ont été trouvés, soit 4 en moyenne par salade, dont 65 sont des perturbateurs endocriniens. Parmi les 10 matières actives les plus fréquemment retrouvées, 7 sont suspectées d'être des perturbateurs endocriniens. En moyenne, les échantillons testés contiennent chacun plus de 2 résidus de pesticides perturbateurs endocriniens ! Au total, près de 68 % des échantillons contenaient au moins un résidu de pesticide perturbateur endocrinien potentiel. Par ailleurs, cinq échantillons contenaient une ou plusieurs substances actives d'usage interdit.

Si le gouvernement français légifère et contrôle l'usage des pesticides, il n'en est pas de même d’autres pays d'Europe ou d'ailleurs. Aussi avalons-nous ces perturbateurs avec différents légumes et fruits. Des études remontant aux trente dernières années ont démontré que les expositions aux pesticides, intervenant au cours des périodes prénatale et périnatale ainsi qu'au cours de la petite enfance, semblent être particulièrement à risque pour le développement de l'enfant. Les conséquences néfastes des pesticides sur la santé, pesticides que l'on retrouve notamment dans l'alimentation, commencent a être bien connues. Elles sont nombreuses, favorisant en particulier un certain nombre de cancers comme le lymphome. L'INSERM, parmi d'autres centres d'études, a pu établir la preuve de leurs dangers sur la santé publique.

Je m'intéresserai ici aux impacts sur le psychisme de ces composants chimiques que l'on avale sans le savoir avec nos aliments. La maladie d'Alzheimer fait partie des conséquences possibles. Cette atrophie cérébrale est la cause la plus fréquente de démence chez le sujet âgé. Certes, il existe des facteurs familiaux parmi les causes, mais les contributions des facteurs de l’environnement, à l’instar des pesticides s'affirment (sont cités aussi le plomb, l'aluminium, les solvants). Une dizaine d'études ont été menées et les résultats viennent corroborer ce lien.

Ainsi, chez les personnes intoxiquées par des organophosphores, un composant de pesticides, les tests montraient un abaissement des performances de l'attention visuelle, de la mémoire et des capacités d'abstraction. Autant d'altérations qui peuvent être aussi provoquées par des troubles de l'humeur. 

Extrait de "Bien dans son assiette, bien dans sa tête", de Stéphane Clerget aux Editions Fayard. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 25/12/2016 - 17:44
Conflit d'intéret même pas dissimulé.
Allez y les catastrophistes, foutez la trouille aux gogos. Des résidus de pesticides on en trouve partout, les méthodes modernes permettent de détecter des quantités infinitésimales. Ce qui compte c'est le dosage, or il n'en est nullement question dans cet article. Pour information l'agriculture bio qui interdit les pesticides non naturels (???) permet pour la vigne la bouillie bordelaise. Les résidus de cuivre ne sont pas particulièrement bons pour la santé et ils ont la mauvaise habitude de se cumuler (ils ne disparaissent pas). Bonne chance pour votre bouquin Mr clerget, s'il ne marche pas ce ne sera pas la faute a pas de pub. Je recommande la lecture du livre de Jean de Kervasdoué "la peur est au dessus de nos moyens" en contrepoison du vôtre.
LEVENT THIERRY
- 25/12/2016 - 11:40
TL
Conseil de lecture pour Clerget:
http://www.contrepoints.org/2016/11/04/270620-lintox-bio-pesticides
Le bio état une "vache sacrée médiatique", n'importe-qui peut écrire n'importe quoi sur ce sujet.
Encore de la littérature bobo.
pierre marie
- 25/12/2016 - 10:59
Stéphane Clerget joue sur la peur pour vendre son bouquin.
- Si les "perturbateurs endocriniens" sont si dangereux que cela, interdisons demain le café, le chocolat et la pilule.

Ben oui, il y en a plein dedans, des "perturbateurs endocriniens", beaucoup plus que dans les légumes produits par les méchants maraîchers non bio !

- Au fait, savez vous que les producteurs de pommes bio utilise à tour de bras de l'huile essentiel de neem.
Cette huile qui contient un célèbre perturbateur endocrinien : l'azadirachtine !

Allez vous pour cela cessez de manger des pommes bio ?

- Quand aux "pesticides dans la salade", à la dose où on les trouve, je m'en fiche complètement. Au milliardième, on trouve n'importe quoi.

Vous ne me croyez pas ? Vous ne pensez pas que c'est la dose qui fait le poison ?

Alors surtout, ne mangez pas un pépin de pomme... il y a des traces de cyanure dedans.

Des traces bien plus importantes que celles de pesticides dans la laitue que j'ai mangé hier.

Ouf... je suis pas encore mort. la salade pas bio et le pépin bio ne m'ont pas tué.

CONCLUSION : Stéphane Clerget est un marchand de peur qui brasse des mots terrifiants (perturbateur endocrinien, Alzheimer, pesticides, etc.) pour vendre son bouquin.