En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Obstacles infranchissables
Manuel Valls a-t-il d'ores et déjà perdu ?
Publié le 23 décembre 2016
S'il fait actuellement la course en tête dans les sondages pour le premier tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire, Manuel Valls pourrait néanmoins pâtir de sa personnalité et du bilan du quinquennat Hollande dans son objectif de rassembler la gauche.
Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'il fait actuellement la course en tête dans les sondages pour le premier tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire, Manuel Valls pourrait néanmoins pâtir de sa personnalité et du bilan du quinquennat Hollande dans son objectif de rassembler la gauche.

Atlantico : Alors que Manuel Valls concoure aujourd'hui à la primaire de la gauche, peut-il selon vous remporter cette primaire malgré une personnalité clivante et une image écornée à gauche (en témoigne l'incident vécu ce jeudi à Strasbourg) ? A-t-il selon vous réussi à créer l'électrochoc qu'il espérait à l'annonce de sa candidature ?

Jean Petaux : Il ne faut pas trop exagérer à mon sens l’incident vécu jeudi après-midi par Manuel Valls à Strasbourg. Encore que l’on ne peut, encore une fois, qu’être étonné par la facilité avec laquelle quelqu’un peut agir à l’égard d’une personnalité, avec des intentions négatives. Il se trouve qu’en l’espèce il s’agissait de la projection d’une bien inoffensive farine (c’est arrivé à François Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012 et cela ne l’a pas pénalisé…) mais cela aurait pu tout aussi bien être un produit dangereux voire un autre type d’acte…

Pour revenir à Manuel Valls et à sa candidature à la primaire de la BAP, il est manifeste que l’ancien Premier ministre, après avoir tactiquement très bien joué pour bloquer François Hollande en position de "PAT" sur l’échiquier politique, n’est pas du tout à son avantage dans cette nouvelle partie, celle qui consiste à emporter la bataille des primaires de la gauche gouvernementale. Disons-le clairement : Manuel Valls est à la peine. Son entrée en campagne n’a absolument pas provoqué une adhésion massive. Il n’y a pas eu plus d’électrochoc que "d’effet de blast" (pour employer un vocabulaire à la Sarko auquel ne répugne pas le "communicant" Valls) qui aurait suivi l’annonce de sa candidature. Pire que cela, on voit que le "TSV" (Tout Sauf Valls) a plutôt le vent en poupe. Peut-être, compte tenu de la "jurisprudence Juppé" est-ce la meilleure chose qui peut s’offrir à Manuel Valls : surtout ne pas apparaître comme le favori, être donné battu, etc. Certes le "modèle Fillon" crée des désirs de couleurs camouflées, d’imperméable passe-murailles et de veste matelassée bleu-nuit pour éviter d’être repéré par la patrouille des sondages… Mais quand même : Nicolas Sarkozy ne faisait pas la course en tête dans la primaire de la droite, il a quand même bien été victime d’un TSS (Tout Sauf Sarkozy) aussi scandaleux au niveau de la règle du jeu politique que redoutablement efficace pour l’éjecter sans hésitations ni murmures du second tour de la primaire. Donc Manuel Valls peut se "gauchir" (lamentable épisode que celui sur le 49.3 jusqu’à aller dire que cet article de la Constitution n’est pas démocratique… pour complaire aux démagogues et aux gauchistes incultes…) tout ce qu’il peut, il aura bien du mal à résister aux tirs en rafales du TSV. Seule une faible participation peut vraiment jouer en sa faveur. Autrement dit, un corps électoral se déplaçant à la primaire de fin janvier plutôt en phase avec les 50 000 adhérents à jour de leur cotisation (voilà où en est le PS aujourd’hui en nombre de militants), quantitativement limité et circonscrit au périmètre adhérent serait la meilleure chose pour lui. Si la gauche de la gauche se mobilise pour intervenir dans la primaire de la Belle Alliance Populaire, Manuel Valls sera irrémédiablement condamné, peut-être même, tout comme Sarkozy l’a été, dès le premier tour.

Même dans le cas où Manuel Valls venait à remporter cette primaire, pourrait-il vraiment rassembler la gauche en vue de la présidentielle ? En plus de sa personnalité, ne souffrira-t-il pas dans cet objectif du bilan du dernier quinquennat, qu'il est désormais seul à assumer suite au renoncement de François Hollande ?

Ce qui vaut pour Manuel Valls vaut pour tous les six autres candidats à la primaire. En tous les cas pour les trois autres candidats socialistes dont on peut au moins postuler qu’ils vont arriver en tête au soir du premier tour. En réalité, pas plus Montebourg, qu’Hamon, Peillon ou Valls évidemment, ne sont en mesure de rassembler qui que ce soit, à supposer que l’un d’eux emporte la primaire. La primaire génère une dynamique quand il existe une potentialité de victoire. En 2006-2007, la "fausse" primaire du PS (semi-ouverte) a permis quand même à Ségolène Royal de s’affirmer dans la compétition présidentielle. Si elle n’est pas parvenue à rallier le PS à sa cause, elle a au moins fait taire, publiquement, les deux rivaux qu’elle avait battus : Fabius et Strauss-Kahn. Mais cela n’a été rendu possible que parce que, même ténu, existait un espoir de victoire en mai 2007. Aujourd’hui, qui peut imaginer une seconde que sorte du "quarteron d’éléphanteaux socialistes" un possible président de la République ? Leur capacité de nuisance personnelle et leur aptitude à se neutraliser réciproquement sont telles qu’ils n’ont qu’une seule faculté encore intacte : celle de cultiver jusqu’à la lie le fameux axiome cher à Bon et Burnier : "Que le meilleur perde".

La question n’est même pas celle du bilan du quinquennat. Ce bilan mériterait d’être défendu tout simplement. Or, il ne le sera pas parce que pas plus Valls que d’autres ne sont à même de plaider pour lui. Comme l’heure est au bashing et à la démagogie, aucun candidat n’osera faire preuve du courage nécessaire à la défense et à l’illustration des principales réalisations du quinquennat. Mais la lâcheté de ces apparatchiks qui ont rongé leur frein depuis 2002 n’explique pas tout. On ne comprend rien à leurs relations si l’on ne prend pas en compte la détestation qu’ils se portent les uns les autres. Elle est directement liée au fait qu’ils ont été, pour trois d’entre eux (Hamon, Peillon et Montebourg) les "meilleurs amis du monde" au congrès du PS de Dijon en 2003 dans ce courant qui se voulait "refondateur" : le Nouveau Parti Socialiste et qui a été dans la minorité du PS de 2003 à 2005 face au courant majoritaire dirigé par François Hollande, premier secrétaire. Leur relation relève de la "violence symbolique mimétique". Tels Romulus et Remus qui se seraient trouvés un troisième frère de lait, ce sont les mêmes donc ils sont rivaux. Et si Valls (dans le rôle de Brutus ?) est en-dehors de cette histoire, cela ne le prédestine pas plus que les autres à recoller la porcelaine socialiste ébréchée, une fois passée la primaire de la BAP fin janvier. Il y a donc fort à parier que la primaire "socialiste et plus si affinités" soit un échec au plan de la mobilisation électorale et une mine pour ce qui est de la potentielle explosion qui suivra quand il sera manifeste qu’aucun des battus ne se ralliera vraiment au vainqueur.

Dans quelle mesure cette position difficile de Manuel Valls pourrait-elle faire les affaires d'Emmanuel Macron, son ancien grand rival au gouvernement ?

Emmanuel Macron a un avantage considérable sur le "Quarteron" : il n’est aucunement concerné par leurs querelles intestines. Le fait d’avoir délibérément placé sa candidature en-dehors du circuit des primaires lui permet de faire la course dans son couloir en faisant semblant de ne pas se préoccuper de ce que font ses potentiels rivaux. La défaite de Juppé lui ouvre des perspectives au centre-droit (la déclaration de Dominique de Villepin ce jeudi le prouve), l’incertitude que fait encore peser Bayrou pour l’heure le sert et le gauchissement de la campagne de Mélenchon le conforte dans sa position de "social-libéral centriste"… La configuration idéale pour Macron serait que Benoît Hamon remporte la primaire. On voit mal comment Manuel Valls ferait campagne pour ce dernier puisqu’il l’a viré sans ménagement du gouvernement le 25 août 2014. On imagine mal Vincent Peillon remplacé au ministère de l’Education nationale le 31 mars 2014 par… Benoît Hamon, se précipiter dans les bras de son successeur rue de Grenelle pour le soutenir… Et on imagine le courroux vexé de Monsieur Montebourg qui, forcément, se draperait dans sa vertu offensée pour rentrer sous sa tente (ou sa cabane Habitat). Hamon candidat officiel des socialistes à la présidentielle : le ridicule tiendrait lieu de liquidation pour le parti de François Mitterrand mais un boulevard politique s’ouvrirait devant Macron qui représenterait alors la seule carte crédible pour tout un pan de l’électorat social-démocrate voire social-libéral, orphelin du centre.

Si Valls l’emporte au soir du second tour de la Belle Alliance Populaire, le 29 janvier prochain, comme il n’aura pas plus le soutien de ses "frères" (pour certains...) jumeaux, ce sera forcément une victoire à la Pyrrhus, mais sa proximité idéologique avec Macron posera davantage de problèmes à ce dernier. Un phénomène de dédifférenciation se produira forcément entre l’un et l’autre, entre l’ancien Premier ministre et son ancien ministre de l’Economie. Le PS n’en sortira que plus affaibli encore au soir du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017. Et la présence d’un candidat de gauche au second tour, le 7 mai, n’en sera que plus incertaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
02.
Dick Rivers est décédé des suites d'un cancer
03.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
04.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Septentrionale
- 24/12/2016 - 11:57
Un pignouf coincé
Né en Espagne dans une riche famille franquiste. Sans mérite, il est arrivé au sommet de l'Etat grâce à un Merlinpinpin incompétent. Un affabulateur au comportement trouble. Un inconstant qui a été pro-palestinien. Un regard d'égaré qui se croise avec les oreilles. Soutenu par le pouvoir d'une gauche en désintégration. A tout perdu à être connu pour une France qui a été détériorée, abîmée, méprisée, maltraitée. Ouste.
Flamel
- 23/12/2016 - 23:31
Valls vainqueur par défaut
Il me semble fort probable que la participation sera très faible (moins d'un million), car les électeurs de gauche socialiste sont désabusés et savent déjà que leur candidat n'atteindra pas le second tour de la présidentielle. Dès lors, seuls certains militants se soucient de savoir qui gagnera la primaire. Valls aurait pu compter sur le vote d'une partie de la droite, s'il n'avait pas renié son utilisation du 49.3 et fait une très mauvaise campagne à coups de slogans "sur les fondamentaux de gauche" qui brouillent maintenant son image. Il devrait malgré tout l'emporter (mais avec un nombre de voix très faible),car il est le seul à avoir la carrure présidentielle.
Beredan
- 23/12/2016 - 19:45
Persévérare Manolum est...
Mais oui ! Il est sur la bonne voie...Peillon et Le Bouffi l'y poussent !