En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 31 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 9 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 10 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 53 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 47 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 31 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 17 heures 1 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 52 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 56 min
© Stephane Mahe / Reuters
© Stephane Mahe / Reuters
Entretien

Frédéric Charpier: “La seule réelle constance dans le parcours politique d’Arnaud Montebourg semble être son aspiration à devenir un jour président de la République.”

Publié le 23 décembre 2016
A l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage "Arnaud Montebourg, l'homme girouette", Frédéric Charpier revient pour Atlantico sur les contradictions politiques du candidat à la primaire de la gauche.
Frédéric Charpier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Charpier, né en 1955, auteur de films documentaires, a écrit plusieurs ouvrages sur les affaires, les services de renseignement et l’extrême droite, notamment, au Seuil : Génération Occident. De l’extrême droite à la droite Madelin (2005) et La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage "Arnaud Montebourg, l'homme girouette", Frédéric Charpier revient pour Atlantico sur les contradictions politiques du candidat à la primaire de la gauche.

Atlantico : Dans votre dernier ouvrage, Arnaud Montebourg, l'homme girouette, vous montrez en quoi celui qui est aujourd'hui à la tête des frondeurs n'aurait en réalité aucun point d'ancrage, aucune filiation à un courant politique. Quels ont été les virages politiques opérés par Arnaud Montebourg ?

Frédéric Charpier : Arnaud Montebourg a fait ses classes dans le courant Fabius qu’il a rejoint via Thierry Mandon, aujourd‘hui ministre des Universités et de la Recherche, alors (au milieu des années 1980) chef de bande et mentor à Science Po d’un petit groupe de jeunes étudiants auquel appartenait Montebourg. En 2005, des mois durant, ce dernier faisait encore l’éloge de Laurent Fabius.

Montebourg ne relèvera jamais par la suite d’un courant particulier hormis le sien, le Nouveau parti socialiste, qu’il crée avec notamment Vincent Peillon après la défaite de Lionel Jospin, en 2002. Trois ans plus tard, il est proprement dépossédé de son parti lors du congrès du Mans où Montebourg a refusé la synthèse, se retrouvant isolé et exclu des organes dirigeants du PS.

Commence alors une période de louvoiement. Montebourg passe par la case DSK, la case Ségolène,; puis Martine Aubry - qu’il ne ménage pourtant pas - le remet en selle et le charge de rénover le parti. Elle fait même de lui, ou encore de Benoit Hamon, un "éléphant".

Dès lors, Montebourg joue plus que jamais perso

A la primaire, il campe à gauche, endosse le vert des écolos, "démondialise" par le verbe puis, nommé ministre, il tourne le dos à la plupart de ceux qui ont fait campagne à la primaire pour lui, parce que désormais sans doute trop typés à gauche - c’est du moins ce qu’ils prétendront.

La seule réelle constance dans son parcours politique semble être son ambition personnelle, son aspiration à devenir un jour président de la République. Il a longtemps fait preuve également d’une constante et sincère réprobation de la corruption.

Quand on dit que la plupart des frondeurs l’ont rejoint, il suffit de faire les comptes pour s’apercevoir qu’il n’en est rien et que cette affirmation est abusive. Hormis ses amis de toujours, Laurent Baumel et Christian Paul, et Aurélie Filippetti sa compagne, très peu se sont en fait ralliés à lui.

François Hollande, Nicolas Sarkozy pour ne citer qu'eux, n'ont jamais eu de véritable ligne politique… Le fait qu'Arnaud Montebourg ne soit rattaché à aucun courant est-il réellement sa principale faiblesse ? Que lui reproche-t-on au Parti socialiste ?

Au sein du PS, la plupart de ses adversaires - et ils sont nombreux - lui reprochent une démarche solitaire qui ne s’inscrit pas dans un collectif. Ils l’accusent d’avoir souvent tiré contre son camp, d’avoir mis Lionel Jospin en difficulté quand ce dernier était Premier ministre en menant campagne pour la mise en accusation devant la Haute cour de justice de Jacques Chirac, alors que juridiquement et techniquement, la chose paraissait quasiment irréaliste.

Autre grief à son encontre: celui d’avoir, au sein du gouvernement de François Hollande, défendu une ligne politique personnelle qu’il a cherchée à imposer comme si lui seul avait raison contre tous, et surtout d’avoir exprimé médiatiquement ses désaccords avec pour effet l’affaiblissement de son camp.

 

Aller au bout des idées d'Arnaud Montebourg en termes de programme économique notamment impliquerait-il de quitter la zone euro ? La France est-elle prête à un tel risque selon vous ? Peut-on penser qu'un Arnaud Montebourg au pouvoir fasse machine arrière sur cette question ?

C’est la limite du verbalisme politique d’Arnaud Montebourg, son "programme économique" car parler n’est pas agir.

Qui connaît les règles de fonctionnement de l’Union européenne sait que certaines déclarations ne sont que des vœux pieux, de l’esbroufe ou de l’agit-prop.

Rappelons qu’en 2005, Montebourg n’a pas été, lors du référendum sur la nouvelle Constitution européenne, un boutefeu dans le camp du non. Il s’est, dirons-nous, plutôt sagement opposé.

Peut-être Montebourg est-il plus européen qu’on ne le croit. Il l’est certainement davantage que Jean-Pierre Chevènement auquel il se réfère souvent. Ses relations apparemment nombreuses dans le milieu des affaires semblent confirmer cet anti-européisme modéré. Aucun parti de gauche ne dit d’ailleurs clairement aujourd’hui qu’il souhaite quitter l’Union européenne. Dans ce registre, il est aussi plus facile de dire que de faire.

Vous décrivez Arnaud Montebourg comme un homme rôdé aux techniques de communication et maitrisant parfaitement l'art du story-telling : comment expliquer que sa campagne dans le cadre de la primaire de la Belle Alliance populaire n'imprime pas ? Que lui manque-t-il pour rallier à lui un nombre important d'électeurs ? 

Je crois qu’Arnaud Montebourg a usé trop de bonnes volontés. Il a énormément déçu. Il est en conséquence de plus en plus seul. De surcroît, son image s’est écornée, beaucoup de gens ne le prennent pas au sérieux après son vrai faux abandon de la politique.

Peut-être est-il aussi passé de mode, à la fois victime du double effet Macron-Mélenchon et entraîné par la spirale d’un Parti socialiste au seuil d’une possible déflagration dont il aura lui-même été un des artisans sans doute involontaire. Cependant la confrontation de la primaire n’a pas encore vraiment commencé…Montebourg en sera sans doute une des têtes d’affiche.

Cette science du story-telling et cette connaissance du monde des médias peuvent-elles permettre à Arnaud Montebourg de prendre le dessus sur Benoît Hamon, alors que les deux candidats à la primaire de la droite partagent tous les deux, malgré des différences, une ligne de gauche assumée en opposition à Manuel Valls ?

Montebourg a perdu de sa superbe face aux médias. Il est moins dominant et a aussi face à lui des candidats tout autant affutés que lui dans le domaine de la communication. Hamon lui-même ne manque pas d’inspiration, y compris dans son entourage direct; Valls est lui-même un expert entouré d’experts; quant à Peillon, il profitera des compétences cumulées, en ce domaine, du large front qui le soutient… et de sa propre expérience.

Ce n’est donc pas dans ce domaine que Montebourg fera la différence, si tant est qu’il puisse la faire. Je ne suis pas sûr non plus que Montebourg se classe naturellement à gauche comme on le dit, à moins qu’il ne s’agisse d’une gauche particulièrement confusionniste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lapalatine
- 19/12/2016 - 05:51
Méfiance...
On appelle çà des "tribuns"...ça cause...ça en met plein les yeux...ça a de l'allure mais ça ne pense qu'à soi: danger!!!
jurgio
- 19/12/2016 - 00:10
Tous ces verbeux semblent faire campagne
pour Hollande qui risque de revenir en sauveur.