En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

06.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

07.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 7 heures 29 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 9 heures 54 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 11 heures 8 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 13 heures 45 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 14 heures 43 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 15 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 15 heures 59 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 16 heures 23 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 16 heures 58 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 10 heures 19 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 12 heures 20 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 14 heures 28 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 15 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 15 heures 44 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 16 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Paroles, paroles, paroles...

Comment notre vocabulaire varie cycliquement tous les 14 ans

Publié le 29 décembre 2016
À partir d'une gigantesque base de données, des scientifiques ont pu analyser la manière dont varie notre vocabulaire. Les mots que nous utilisons ont une durée de vie d'environ 14 ans avant que nous les délaissions pour d'autres, puis inversement.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À partir d'une gigantesque base de données, des scientifiques ont pu analyser la manière dont varie notre vocabulaire. Les mots que nous utilisons ont une durée de vie d'environ 14 ans avant que nous les délaissions pour d'autres, puis inversement.

Le vocabulaire que vous utilisez aujourd'hui ne sera probablement pas le même d'ici 14 ans. Certains mots que vous prononcez pour désigner telle ou telle chose seront sûrement jetés aux oubliettes au profit de synonymes, avant que ne vous vous lassiez de ces mots-là, et que vous en choisissiez d'autres, et ainsi de suite. C'est en tout cas ce que laisse penser cette étude publiée dans la revue scientifique Palgrave Communications et rapportée par le site Science Alert.

Oscillations

Pour en arriver à cette conclusion, les deux chercheurs Marcelo Montemurro et Damián Zanette ont étudié quelques 5 630 noms communs au travers de plus de 4,5 millions de livres, édités entre l'an 1700 à aujourd'hui. Grâce au service Google Ngram Viewer (que vous pouvez utiliser librement), ils ont pu comparer l'utilisation des différents mots et champs lexicaux au fil du temps, et ont constaté que les courbes représentatives de ces noms communs avaient tendance à osciller. Une période d'oscillation de 14 ans en moyenne.

Et le phénomène n'est pas visible que dans la langue de Shakespeare. En comparant avec des noms communs français, allemands, espagnols, italiens et russes, on pouvait observer les mêmes courbes, oscillant de bas en haut. Pour Marcelo Montermurro, cela ne peut pas être un hasard : "Il est très difficile d'imaginer qu'il s'agit là d'un phénomène aléatoire", estime-t-il dans les colonnes de New Scientist. Pour lui, ces courbes reflètent là "des dynamiques culturelles" qui, il l'espère, "permettront une meilleure compréhension de la manière dont nous choisissons nos sujets de conversation et discutons".

Seuil de rupture

Parmi les exemples les plus parlants, Montemurro et son collègue ont pointé du doigt celui du champ lexical de la royauté, à savoir les mots "roi", "reine", "prince", "princesse", "duc", "duchesse" et "empereur", qui semble connaître un pic actuellement à en croire ce graphique. À partir du constat que les mots d'un même champ lexical ont tendance à voir leur usage fluctuer de la même manière, il ne serait ainsi pas étonnant que cet ensemble de mots ne connaisse très bientôt une forte baisse dans leur utilisation. En revanche, un bon nombre de termes scientifiques tels que "astronome", "mathématicien" ou "éclipse, ne devraient pas tarder à faire leur retour sur le devant de la scène, alors que, comme en témoigne ce deuxième graphique, leur usage semble en chute libre depuis le début des années 2000,

Ces courbes font d'ailleurs étrangement penser à celles des cours boursiers. Il faut dire que le principe est le même : des mots voient leur usage grimper alors qu'ils bénéficient d'un certain effet de mode, jusqu'à ce que, lassées, les personnes qui les emploient les délaisse au profil d'autres synonymes. Un phénomène particulièrement visible chez les écrivains, qui ont tendance à vouloir se démarquer des autres en utilisantdes mots plus frappants, parce que moins répandus. Venu le seuil de saturation, les noms communs sont délaissés, jusqu'à ce qu'ils reviennent en état de grâce des années plus tard. "Nous pensons que ces phénomènes sont dus aux changements qui surviennent dans notre environnement culturel et influent les auteurs dans les thématiques qu'ils vont aborder", expliquent Montemurro et Zanette dans leur étude.

Pour finir, les deux scientifiques ont remarqué que ces oscillations avaient tendance à se rallonger d'un an ou deux ces dernières années. Phénomène étrange, quand on voit la rapidité avec laquelle les médias font naître des sujets et en enterrent d'autres... 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires