En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
François Hollande, lors d'un discours de campagne.
Docteur Jekyll et Mister libéral
"François Hollande a toujours été libéral, mais il manque de courage pour l'assumer publiquement"
Publié le 17 février 2012
Interrogé par des journalistes britanniques, le candidat PS a insisté sur le fait que la gauche française avait "libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation" pendant les 15 ans au cours desquels elle a gouverné. Ancien camarade du socialiste, passé ensuite au gouvernement, Jean-Marie Bockel dénonce la face cachée de François Hollande.
Jean-Marie Bockel est un avocat et homme politique.Nommé en 2007 Secrétaire d'Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, il devient secrétaire d'État à la Défense et aux Anciens combattants lors du remaniement ministériel de mars 2008.Beaucoup...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Bockel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Bockel est un avocat et homme politique.Nommé en 2007 Secrétaire d'Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, il devient secrétaire d'État à la Défense et aux Anciens combattants lors du remaniement ministériel de mars 2008.Beaucoup...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interrogé par des journalistes britanniques, le candidat PS a insisté sur le fait que la gauche française avait "libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation" pendant les 15 ans au cours desquels elle a gouverné. Ancien camarade du socialiste, passé ensuite au gouvernement, Jean-Marie Bockel dénonce la face cachée de François Hollande.

Atlantico : Interrogé par des journalistes britanniques, le candidat PS a insisté sur le fait que la gauche française avait "libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation" pendant les 15 ans au cours desquels elle a gouverné. Le candidat socialiste dessine-t-il ainsi en creux le constat d’une certaine partie de la gauche française dépassée ?

Jean-Marie Bockel : Oui, la gauche française telle qu’on la connait en France et telle que François Hollande la défend dans cette campagne est dépassée. Cette vision libérale, il l’a pourtant depuis une trentaine d’années. Il pensait déjà comme ça lorsqu’il était dans le club témoin de Jacques Delors où nous assumions une ligne sociale-libérale assumée.

Depuis qu’il a des responsabilités au Parti socialiste, notamment comme Premier secrétaire, il a fait table rase sur cette vision libérale. La difficulté, pour François Hollande, c’est le manque de courage dont il a fait preuve pendant toutes ces années. Il a l’intelligence pour faire évoluer le PS mais n’a jamais osé se lancer.

C’est justement parce qu’il est lucide et conscient de ce caractère invendable de cette espèce de pseudo socialisme à la Française, qu’il essaie de l’occulter. Comparé à d’autres sociales démocraties, notre modèle est une abomination. Il a simplement dit aux journalistes britanniques ce qu’il pense vraiment.

C’est aussi pour cette raison que Jean-Luc Mélanchon revient sur le devant de la scène. En étant constamment à la traine dans le discours public et en défendant une espèce de gauche à gauche de la gauche, on laisse la porte ouverte à des courants intemporels. Une pratique qui a instauré une vision de ce que doit être la gauche qui n’a plus aucun avenir. Le PS l’a laissé prospérée pendant des années.

Au cours de cette campagne, François Hollande va être de plus en plus confronté à ces contradictions. Le décalage entre ce qu’il pense réellement et le dispositif à la tête duquel il se trouve se fait de plus en plus évident. Au-delà de cet incident relayé par la presse britannique, certaines personnalités socialistes, tantôt un Michel Sapin, tantôt un Jérôme Cahuzac, se répandent dans les médias semaine après semaine pour essayer d’expliquer un programme, une vision politique, qui sont marqués par la contradiction.

Il peut être rassurant, par rapport à certains éléments complètement irréalistes du projet socialiste, de voir qu’il n’est pas parfaitement représentatif de ce que défend le candidat. Mais en même temps, il est inquiétant de voir à quel point la contradiction est forte entre ce que les électeurs pensent que fera leur candidat et ce qu’il fera réellement.

Si François Hollande ne clarifie pas son discours, il risque de s’empêtrer dans ces contradictions. Mais s’il le fait, il risque de s’éloigner de ceux qui envisagent aujourd’hui de voter pour lui.

 

Pourquoi François Hollande ne peut-il pas assumer une position plus libérale au sein du socialisme français ? Ne peut-on pas, en France, être de gauche et libéral ?

Il faut se rappeler qu’à l’époque où la gauche était au gouvernement, le socialisme faisait du libéralisme sans le dire. C’était notamment le cas sous Lionel Jospin. Tout cela a fait beaucoup de tort à l’idéal social-libéral. Tout simplement parce que le social-libéralisme assume ses positions sociales et ses positions libérales. En ne l’assumant pas, la gauche française a en réalité fait du libéralisme débridé pour compenser les dérives de lois comme celle des 35 heures qui n’ont fait que causer des dégâts.

Tout cela relève d’une politique à l’ancienne dans laquelle on ne dit pas ce que l’on fait. Ces méthodes ne fonctionnent plus aujourd’hui. Les électeurs attendent de leurs politiques d’agir avec transparence. Les dirigeants, socialistes y compris, ont multiplié les dérives et les Français ne l’acceptent plus.

En faisant référence à cette période libérale, François Hollande fait preuve d’un certain renoncement. Il abandonne une véritable politique industrielle, comme l’a fait Michel Jospin avec son fatalisme face aux fermetures d’entreprises.

 

p>

Les propos que François Hollande a tenu devant la presse britannique, pourrait-il les tenir face au public français ?

Ce discours perturberait profondément une partie de son électorat. Cela pourrait également favoriser un candidat comme Mélenchon, l’abstentionnisme ou même un vote vers un autre extrême. Il a commis une imprudence en tenant ces propos. Il a dévoilé ce qu’il pensait profondément.

C’est un mauvais début pour une campagne. Maintenant que Nicolas Sarkozy est officiellement candidat, il ne manquera pas de le débusquer, thématique par thématique. Une bonne présidentielle réclame une confrontation d’idées. Encore faut-il que les idées soient assumées. La période des sondages se termine, il va falloir entrer dans le débat. François Hollande va devoir mettre de l’ordre dans son projet : assumer ce social-libéralisme, qui était le sien il y a 15 ou 20 ans : soit il assume une vision archaïque du socialisme, soit son adversaire le fauchera sur cette duplicité.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
07.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ropib
- 19/02/2012 - 23:14
le libéralisme
Le fait que Hollande soit un libéral n'est pas vraiment une surprise. Il peut plus facilement le dire en Angleterre qui possède une certaine culture libérale justement, ou il save ce que ça veut dire (aux US c'est même carrément un synonyme de socialiste). Ce serait bien que Sarkozy assume son anti-libéralisme, la préservation des capitaux déjà installés au prix de l'affaiblissement de l'économie française, faussant la concurrence pour ses amis. Hollande n'est vraiment pas un foudre de guerre, mais enfin Sarkozy fout la trouille. Ce serait bien qu'en France on n'arrête de mal utiliser les notions politiques.
veryliberalguy
- 19/02/2012 - 13:54
A Ricouti
Pendant des années on a tenté le gaullisme, pour la droite, et le socialisme, pour la gauche. Tout cela a conduit au déclin nationale, avec une dette et un deficit qui a continué a augmenter, même sous Lionel Jospin où la croissance était forte.
Quand la croissance fut forte, c'etait uniquement parce que les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne tiraient la notre vers le haut. Structurellement, nous avons toujours été fragile.
Même en periode de prosperité, comme entre 1997 et 2005, le chômage tournait autour de 8/9%, à peine moin élevé qu'en 2012.
Les 35h ont été voté à la va-vite, les emplois-jeunes utilisés en période de croissance, et les gaullistes l'ayant abandonné en 2002, quand il fallait précisement les faire... Pleins de choses...
Le conservatisme doit cesser aussi bien à droite qu'à gauche. Nous sommes au 21ème siècle.
DEL
- 18/02/2012 - 20:23
Instructifs, les commentaires...
Et si on les lit bien, on comprend qu'Hollande et Sarkozy sont des frères siamois de l'électoralisme, tous de droite ET de gauche, répondant exactement au mot d'une journaliste défunte: en tout politique réside un ego surdimensionné qui confine à la pathologie...
Je sais pour qui je ne voterai pas.