En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Depuis Spoutnik 1 en 1957, l’homme a placé plus de 6 000 satellites en orbite au-dessus de sa tête.
Le ciel va-t-il nous tomber sur la tête?
Mission ménage de l'espace : le satellite éboueur du ciel
Publié le 17 février 2012
Depuis le Spoutnik russe de 1957 jusqu'à aujourd'hui, l'homme a envoyé plus de 6 000 engins à durée de vie limitée qui transforment le ciel en une dangereuse poubelle.
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le Spoutnik russe de 1957 jusqu'à aujourd'hui, l'homme a envoyé plus de 6 000 engins à durée de vie limitée qui transforment le ciel en une dangereuse poubelle.

Depuis que l’union Soviétique a envoyé le premier satellite  artificiel dans l’espace, le célèbre Spoutnik, en 1957, plusieurs milliers d’autres ont été lancés depuis, sans compter tous ceux qui se sont désintégrés en plus ou moins gros morceaux. L’espace est devenu une dangereuse poubelle volante dans laquelle les risques de collision augmentent chaque jour, sans compter les retombées vers la terre qui peuvent menacer des régions abritées.

« Depuis Spoutnik 1 en 1957, l’homme a placé plus de 6 000 satellites en orbite au-dessus de sa tête. Mais seuls quelque 800 sont encore opérationnels aujourd’hui, 200 ont explosé en vol et on en lance une centaine de nouveaux chaque année. » écrit SwissInfo.

« En réalité, il y a plus de 600 000 débris spatiaux autour de la Terre, la plupart orbitant entre 300 et 900 kilomètres d’altitude. Ce sont des morceaux d’étages de fusées, des satellites abandonnés, des cellules solaires, des éclats de peinture et même du carburant solidifié par le froid interplanétaire. » estime SwissInfo.

Le nombre de débris croit de manière exponentielle écrivait le Guardian à la rentrée 2011. Et "En 2007, la Chine a également créé 2 000 nouveaux débris en testant un système anti-missile sur un de ses propres satellites. Plus récemment, une collision entre deux satellites russes et américains en a produit encore plus." soulignait Fluctuat.

« Pendant longtemps, les acteurs du domaine spatial ont considéré que l'immensité de l'espace autorisait d'y abandonner sans précaution des objets comme les étages supérieurs, les satellites en fin de vie, et des objets divers tels que des boucliers, boulons.... Les évaluations récentes comptabilisent ainsi environ 13 000 objets d'une taille supérieure à 10 cm qui sont suivis régulièrement par des capteurs, 200 000 objets d'une taille comprise entre 1 et 10 cm, et 35 000 000 d'objets d'une taille comprise entre 0.1 et 1 cm. Les particules d'une taille inférieure à 0.1 cm sont bien sûr encore plus nombreuses. » explique le site web du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) sur les débris spatiaux.

En septembre dernier, un satellite de la NASA pesant six tonnes était entré dans l’atmosphère au dessus du Pacifique, signalait l'agence spatiale américaine sans préciser où il était tombé notait The Blaze. On attendait qu’une vingtaine de morceaux s’écrasent sur la terre, le plus gros devant peser pas plus de 150 kg, ce qui est déjà beaucoup s’il tombe sur une ville !

Bien sûr, les Etats Unis ne sont pas les seuls à s’intéresser à la question. Les agences spatiales allemande, russe, européenne (ESA) travaillent également sur le sujet. Sans oublier de plus petits pays comme la Suisse, avec l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) qui souligne "La périphérie de la Terre est encombrée de débris de toutes sortes, anciens engins hors service ou fragments de fusées et de satellites, qui tournoient à des vitesses inouïes. La NASA suit à la trace pas moins de 16 000 objets de plus de 10 cm. Le risque de collisions est avéré. Elles provoquent des dégâts considérables, voire la destruction complète de satellites, – ce qui génère à chaque fois des milliers de nouveaux débris."

L'EPFL vient de présenter CleanSpace One, un petit satellite « qui pourrait être le premier à s’atteler à la tâche. (…) Lorsqu’il arrivera tout près du débris à ramasser, lancé à 28 000 km/h à 600 ou 700 km de la surface de la Terre, CleanSpace One devra arriver à l’attraper et à le stabiliser. Pour cela, les chercheurs vont développer un mécanisme de tentacules robotiques. »

Un projet étonnant qui repose sur des petites structures : "Nous voulons créer une nouvelle gamme de satellites, pouvant être produits par des PME en Suisse, qui permettent de récupérer les débris que nous avons mis dans l’espace. D’une part, de les désorbiter, et d’autre part peut-être même de les ramener sur Terre», explique Volker Gass, directeur du Swiss Space Center.

Mais attention, "Entre le lancement de CleanSpace One et sa destruction, le processus complet devrait durer six mois." Si l'on se souvient qu'il y a des milliers d'engins qui trainent là-haut (sans compter les petits débris, 19 000 de plus de 10 cm selon des chiffres de la NASA de juillet 2009), le nettoyage risque d'être long et coûteux...

Si le sujet vous intéresse vraiment, il ne vous reste plus qu'à lire les 180 pages du rapport sorti par la NASA en 2011 : Limiting Future Collision Risk to Spacecraft: An Assessment of NASA's Meteoroid and Orbital Debris Programs. Bref, le métier d'astronaute éboueur a peut-être de l'avenir devant lui...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
07.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 18/02/2012 - 03:04
Ok! Soyons quand même plus gentils !
merci LeditGaga. Soyons tout de même charitables !
La seconde a choisi une reconversion comme grand-mère attentionnée : alors je lui souhaite d'être heureuse avec ses petits enfants !
Pour la première, de manière tout à fait intéressée, je lui souhaite un très bon score, mais, de manière tout aussi intéressée, qu'après elle jouisse de joies toutes champêtres ( et familiales)dans son château de Bois-y-Sans-Elec, ou celui de Acqua- sur-Ventum
LeditGaga
- 17/02/2012 - 23:18
@Le gorille
Distance moyenne entre Eva Joly et Roseline Bachelot : environ 50 km !
Le gorille
- 17/02/2012 - 09:50
Bon courage !
Bon courage à l'Ecole Polytechnique de Suisse.
Son robot fera lui-même des petits, qui petit à petit clarifieront notre "proche banlieue".
Au fait, quelle est la distance moyenne statistique entre deux débris ?