En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 4 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 14 heures 29 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 18 heures 16 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 20 heures 21 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 14 heures 34 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 20 heures 15 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 10 heures
© GENT SHKULLAKU / AFP
Rien que l'année dernière, plus de 2 millions de plants de cannabis ont été détruits. Seulement, la police ne réalise que des arrestations de routine, sans véritablement de plan pour mettre fin à cette économie parallèle.
© GENT SHKULLAKU / AFP
Rien que l'année dernière, plus de 2 millions de plants de cannabis ont été détruits. Seulement, la police ne réalise que des arrestations de routine, sans véritablement de plan pour mettre fin à cette économie parallèle.
Maritirana

Comment l'Albanie est devenue le producteur de cannabis n°1 en Europe

Publié le 09 décembre 2016
Depuis la fin des années 1990, la production de cannabis s'est fortement accélérée en Albanie. Un fléau auquel le gouvernement a déclaré la guerre. Mais entre la corruption et la pauvreté qui règne dans le pays, la bataille semble déjà perdue d'avance.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la fin des années 1990, la production de cannabis s'est fortement accélérée en Albanie. Un fléau auquel le gouvernement a déclaré la guerre. Mais entre la corruption et la pauvreté qui règne dans le pays, la bataille semble déjà perdue d'avance.

On pourrait croire, à raison, que le plancher sur lequel le journaliste de la BBC vient de poser les pieds, non loin de la capitale albanienne, Tirana, est recouvert de moquette. Il s'agit en effet de cannabis, et plus exactement de weed (herbe), c’est-à-dire de feuilles de la dite plante. "Il y a environ 20 kilos ici", estime son interlocuteur, un jeune homme en charge de la production de cette drogue, douce mais illégale dans bon nombre de pays à travers le monde, y compris l'Albanie. "Cette année, j'ai produit 350 kilos d'herbe", ajoute-t-il. Plus tard, ce même journaliste débarque dans un grenier tout de vert vêtu, situé dans la petite ville de Rrëshen, plus au nord. Les étagères, les tables et même le van garé devant l'entrée regorgent de la sulfureuse herbe. Ces quatre tonnes de cannabis, saisies par la police, vont quant à elles finir brûlées. Pour le marché italien, où l'Albanie exporte beaucoup, ce sont là 6 millions d'euros qui partent en fumée.

Il ne s'agit là que d'un extrait de l'article de la BBC publié le 1er décembre sur le sujet. Un passage qui nous donne une idée de l'ampleur du trafic de cannabis qui gangrène ce petit pays, ancienne démocratie populaire du bloc de l'Est. L'histoire d'une guerre entre les autorités albanaises et les milliers de producteurs de cannabis qui peuplent le pays. Un affrontement que personne n'est visiblement en mesure de remporter.

Du jardin mal entretenu naît la mauvaise herbe

Il est bien difficile pour le gouvernement albanais de mettre fin à la production de cannabis. Comme pour venir à bout des mauvaises herbes, on en arrache une, et il en repousse une autre plus loin. Il faut dire qu'ils sont nombreux, les paysans albanais à avoir senti le bon filon. Depuis la chute du bloc soviétique au début des années 1990 et la crise financière qu'elle a provoquée, l'Albanie a bien du mal à sortir de sa torpeur et reste encore aujourd'hui considérée comme un pays en développement, indique le site Lamota.org. Dans cette société et économie en friche, bon nombre d'habitants ont quitté les villes pour rejoindre la campagne. Là-bas, ils pouvaient ensemencer leurs sols en toute tranquillité. Et surtout gagner bien plus d'argent que la société n'en a à leur offrir.

Une vocation qui, peu à peu, a colonisé une grande part des cultures paysannes du pays. La commune de Lazarat, près de la frontière grecque, illustre bien cette tendance. Tout d'abord discrète, elle a tranquillement surpassé tous les autres pays européens et fini par devenir le véritable poumon vert de l'Europe, autrement dit la capitale européenne du cannabis. N'en déplaise à Amsterdam. Ce n'est qu'en 2012 que deux voyageurs hollandais, sûrement jaloux de cette prospérité dérobée, dénoncent ce trafic dans les colonnes de Courrier International. En 2013, la police albanaise tente de déloger les trafiquants de cette ville à l'économie cannabis-dépendante (90% des 7 000 résidents du village sont impliqués dans le trafic), qui leur répondent à coup de mitrailleuses et roquettes antichars. Aujourd'hui encore, la lutte fait rage. On donnerait sa vie pour protéger un commerce qui produit quelques 900 tonnes de cannabis et rapporte 4,5 milliards d'euros par an, soit plus du tiers du PIB national. À l'échelle nationale, ce chiffre grimpe à 5 milliards d'euros.

Le royaume du cannabis sur la route des Balkans

Il faut dire que la position géographique de l'Albanie est idéale. Un climat tempéré, des collines verdoyantes, un littoral, ainsi qu'une proximité avec le gros fumeur de cannabis qu'est l'Europe analyse le site Sensi Seeds. Pour lutter contre cette économie illégale, l'Italie veut bien prêter main forte à son voisin albanais, et mettre à disposition sa Garde des finances, la police douanière italienne. Et elle fait bien : avec le Monténégro et la Grèce, l'Italie représente un gros marché pour les cultivateurs albanais. Si un kilo de weed coûte 100 à 200 euros en Albanie, il coûte en terre italienne environ 1 500 euros. Pour vous donner une idée,  un tel paquet rapporterait en France quelque 10 000 euros à ses dealeurs.

Alors, bien sûr, le gouvernement affirme remuer ciel et terre pour mettre fin à ce trafic. C'est en tout cas ce qu'affirme à la BBC le ministre de l'Intérieur, Saimir Tahiri. "Entre 2013 et 2016, les graphiques montrent que la superficie de zones où l'on cultive du cannabis s'est réduite de 30%, indique-t-il. Ça veut dire qu'on est sur le bon chemin". Rien que l'année dernière, plus de 2 millions de plants de cannabis ont été détruits. Seulement, la police ne réalise que des arrestations de routine, sans véritable plan pour mettre fin à cette économie parallèle. D'un côté, nombre de policiers ont tout à gagner à faire durer le combat. "Bien sûr, la police a été corrompue. Depuis mon premier jour en tant que ministre (en 2013, ndlr), plus de 3 000 agents sont passés devant les tribunaux ou au conseil disciplinaire. Ils représentent 20% de la totalité de nos troupes", constate-t-il, lucide.

Lutte infinie

De quoi confirmer les dires recueillis par le journaliste de la BBC quelques heures plus tôt, quand le jeune homme rencontré affirmait payer la police à hauteur de 20% de ses recettes pour qu'on le laisse cultiver en paix. "C'est notre châtiment, avait-il expliqué. Il n'y a pas d'emploi ici. Pas d'argent pour faire pousser quoi que ce soit d'autre. Je sais que ce que je fais n'est pas bien, mais il n'y a pas d'autre solution". Un autre témoigne : "En tant que serveur, je ne gagne que le tiers de ce que je peux gagner avec le trafic de cannabis […] À quatre heures du matin, on peut déjà voir une foule se former dehors pour aller travailler dans les champs. Les rues sont bondées d'hommes, de femmes et même d'enfants". Des paysans qui sont la cible privilégiée des autorités, disent les critiques. Saimir Tahiri dément : "Nous en avons après les gros poissons. Nous enquêtons actuellement sur 1 600 criminels, et avons déjà fait 400 arrestations. Nous voulons mettre derrière les barreaux ceux qui financent, organisent et profitent de ce trafic".

Mais M. Tahiri y peut-il réellement grand-chose ? Face à la pauvreté, combien de jeunes hommes et femmes décideront de ne pas céder à la facilité de l'argent facile, disponible de l'autre côté de la rue ? Combien de policiers vont continuer à profiter crânement de ce trafic ? Il serait peut-être temps qu'une alternative se mette en place. Laquelle ? C'est toute la question. Il semblerait que la dépénalisation ne soit pas la meilleure des solutions, malgré les clameurs grandissantes en sa faveur. Que peut-on faire pour éviter les risques liés à la consommation de cannabis ? De la prévention ? Ou bien faire en sorte que plus personne n'ait de raisons de fumer ? Le mal, si l'on peut l'appeler ainsi, semble indélébile. Et le combat entre gouvernements et consommateurs de cannabis, perdu d'avance. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires