En direct
Best of
Best Of
En direct
© Rémi Mathis / CC BY-SA 3.0
Pas impossible
#RienN'estEcrit (mais quand même...) : par quels scénarios la gauche pourrait-elle remporter la présidentielle 2017 ?
Publié le 09 décembre 2016
Si la victoire de la gauche au second tour de l'élection présidentielle semble compromise, elle demeure néanmoins possible : si la gauche bénéficie de certaines conditions, elle pourrait à nouveau remporter l'Elysée et s'affranchir du bilan du dernier quinquennat.
Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d...
Voir la bio
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la victoire de la gauche au second tour de l'élection présidentielle semble compromise, elle demeure néanmoins possible : si la gauche bénéficie de certaines conditions, elle pourrait à nouveau remporter l'Elysée et s'affranchir du bilan du dernier quinquennat.

Atlantico : Depuis 1969, une majorité sortante a été réélue à plusieurs reprises à l'élection présidentielle. Ce fut notamment le cas de Valéry Giscard d'Estaing en 1974, de Mitterrand en 1988 ou de Jacques Chirac en 2002. Que traduisent ces précédents en matière de critères de réélection ? Quels succès (chômage, croissance, sécurité, prestance internationale, etc.) faut-il rencontrer pour espérer l'emporter à nouveau ? N'est-ce pas avant tout une question de personnalité, plus que de bilan ou de programme ?

Jean Petaux : Selon la formule consacrée, qu’affectionnent les candidats à toute réélection, et bien évidemment à la présidentielle : "On n’est pas réélu sur son bilan, mais enfin si celui-ci n’est pas mauvais ça ne nuit pas… !". La formule est à retenir car elle traduit bien la réalité de la pratique politique. Si l’on prend les différentes élections que vous évoquez elles présentent toutes des spécificités propres. La première, celle de 1974, est très particulière. D’abord la campagne est extrêmement courte (comme celle de 1969, cinq ans plus tôt pour l’élection de Georges Pompidou) consécutivement au décès du président en place. Celui-ci meurt le 2 avril et Giscard est élu le 19 mai. Il se passe 47 jours entre ces deux dates… Dans ce laps de temps VGE trouve le moyen d’éliminer Chaban dès le premier tour (le 5 mai) en réalisant un score supérieur de plus du double que celui du maire de Bordeaux (VGE : 32,60% et Chaban : 15,11%) et bat Mitterrand en remontant les 11 points que ce dernier avait d’avance sur lui (43,25% pour Mitterrand) au soir du 1er tour.

Là en l’espèce le bilan (qui était celui de Georges Pompidou et dont, pourtant, Giscard était le ministre des Finances depuis 5 ans) n’a pesé en rien dans le résultat de l’élection. Giscard bat Mitterrand d’une très courte tête (50,81% contre 49,19%) alors que 8,7 Français sur 10 sont allés voter. En voix il y a juste un peu plus de 400.000 voix d’écart sur 26,7 millions de votants…). Ce qui a joué principalement c’est la personnalité de Giscard d’un côté, sa jeunesse et son dynamisme revendiqué et, élément gagnant, la peur du "socialo-communisme" qui ne jouera plus en 1981.

Pour François Mitterrand réélu en 1988 (tout comme en 2002 pour Chirac dans la même situation de "président cohabitant sortant") la victoire ne se construit pas sur le bilan de Mitterrand ou de Chirac. Ils n’en ont pas, ils n’ont pas "gouverné" pendant les deux années qui ont précédé l’élection, ils ont "présidé". Si le bilan a joué, c’est celui de la droite en 1988 et de la gauche en 2002 qu’ils ont su habilement, l’un comme l’autre, retourner, tels des joueurs de judo, contre leur Premier ministre qui se présentait en challenger. En 1988, lors du débat d’entre deux tours Mitterrand "roule dans la farine" un Chirac totalement hypnotisé dans les "phares" du "véhicule présidentiel" ; en 2002, Jospin a la mauvaise idée d’attaquer le président sortant sur son âge, son état, ses capacités : il ne tarde pas à glisser sur la pente de l’élimination directe au 1er tour. Donc là encore, les personnalités vont jouer à plein mais surtout le bilan est plus un outil d’attaque que de défense.

Dernière élection que vous évoquez : 2007 et l’arrivée à l’Elysée de Nicolas Sarkozy. Là encore c’est une séquence très particulière. Sarkozy n’a cessé depuis des années (2004 en fait) de "cogner" sur l’inaction de Chirac, de se moquer de lui (souvenons-nous de la "charge" de Nicolas Sarkozy contre les combats de Sumotoris qu’apprécient beaucoup le président Chirac, immense connaisseur de la culture japonaise…). Autrement dit Sarkozy en 2007 se présente comme le candidat de la rupture. Peu importe qu’il soit ministre depuis 2002 et qu’il l’ait été encore bien avant, entre 1993 et 1995. Il ne donne presque pas le sentiment d’être de la "majorité sortante"… Pour un peu en 2007 il oserait même un "Sortez les sortants" du plus bel effet en termes de démagogie auprès de Français toujours prompts à dénoncer les propos "démagos", toujours aussi prompts à se comporter comme des "gogos" et à "marcher" à ce genre de carburant politique. Là encore ce qui va faire que Sarkozy va emporter brillamment cette élection de 2007 c’est sa personnalité, opposée à celle de sa concurrente, Ségolène Royal. Personnalité de Sarkozy construite par lui et censée favoriser un changement radical et rapide….

En 1974, Valéry Giscard d'Estaing est élu président après avoir été ministre à de multiples reprises et avoir devancé Chaban-Delmas. En 2007, Nicolas Sarkozy "tue le père" et est élu après Jacques Chirac. Dans quelle mesure Emmanuel Macron pourrait-il incarner une nouvelle fois de telles figures ?

Jean Petaux : C’est en effet une posture que pourrait prendre Macron. L’ennui avec le meurtre du père (même adoptif comme Brutus participant au meurtre collectif de César) c’est qu’il peut engendrer des dommages co-latéraux assez difficiles à maitriser et, en tout état de cause, à éviter. Giscard quand il devance Chaban ne "tue pas le père". Giscard n’a pas de "père" en politique sous la Vème République (hormis peut-être Antoine Pinay, plus figure de la IVème d’ailleurs que de la Vème). Il a participé au "meurtre collectif" de de Gaulle en 1969 en faisant voter "non" au référendum qui va causer le départ du général de l’Elysée. Il est le ministre des Finances de Pompidou depuis 1969 mais, hélas pour le président Pompidou, celui-ci est bien mort et pas seulement d’un meurtre symbolique politique. VGE n’a donc pas "à le tuer". Ce que "tue" Giscard (symboliquement s’entend encore une fois) en devançant comme il l’a fait Chaban, ce sont "les barons du gaullisme historique". Et d’ailleurs c’est bien pour cela que Chirac l’accompagne avec ses 43 parlementaires dans ce "pogrom politique à droite" : avec la défaite de Chaban c’est "l’UDR canal historique" (celle du RPF de 1946) qui est décapitée. Quant à Chirac lui non plus n’a jamais tué le père. Il a "tué" politiquement Giscard en faisant voter contre lui au second tour de la présidentielle de 1981 mais Giscard n’était pas son père. Le "père politique" de Chirac, tout le monde le connait : c’était Georges Pompidou.

Quant à Sarkozy, si tant est qu’il ait un père en politique, cela serait forcément Edouard Balladur. Mais Sarkozy est trop indépendant pour s’enfermer dans l’équation d’un seul "vecteur". Il se sert de Balladur pour ce que l’ancien Premier ministre lui apporte de "sagesse et de responsabilité"… Seulement pour cela !

Alors votre question porte sur Emmanuel Macron et sur sa relation psychologique avec son "père" Hollande. Pas certain d’une part qu'Emmanuel Macron s’inscrive dans cette "filiation politique-là". Pas certain non plus que François Hollande le reconnaisse aussi comme "son fils politique". Dans tous les cas, ce que l’on peut dire, c’est que le "fils" est plus "prodigue" que ce que ne s’attendait à trouver le père…

Au regard des précédents historiques évoqués et des données sondagières actuelles, comment la gauche pourrait-elle arriver à remporter l'Élysée une deuxième fois, en 2017 ? Quels sont les scénarios susceptibles de l'y porter à nouveau ? Avec qui, contre qui ?

Jérôme Fourquet : En se basant sur les sondages actuels, il existe effectivement des scénarios permettant à la gauche de l'emporter en 2017. Il faudrait qu'un candidat de gauche accède au second tour. Vraisemblablement, il devrait être opposé à François Fillon. 

En reprenant les dernières données, le scénario qui permet le plus aisément d'atteindre une telle situation est le suivant. D'une part, il faudrait que Marine Le Pen soit fortement concurrencée par François Fillon. Cela pourrait faire baisser son score aux alentours de 20%... ce qui est loin d'être le cas à l'heure actuelle. Elle engrange pour le moment entre 22% et 24% des intentions de vote, mais en prolongeant à l'extrême la tendance, on peut imaginer une occurrence où cela ramènerait son score suffisamment bas. Cette captation de l'électorat frontiste par François Fillon (ou, présenté autrement, le retour à la maison d'un pan entier de l'électorat de droite parti au FN) pourrait ramener le FN à un score très bas.

Dans ces conditions, qui relèvent presque de la politique fiction, un candidat de gauche pourrait être en mesure de coiffer au poteau Marine Le Pen et, par conséquent, se qualifier au second tour. À mon sens, ce candidat de gauche pourrait être Emmanuel Macron, particulièrement si François Bayrou ne se présentait pas. Cela laisserait tout un espace libre au centre-droit. Cet électorat pourrait se sentir d'autant plus orphelin que, dans l'hypothèse que nous défendons actuellement, François Fillon mènerait une candidature très à droite pour dégonfler le FN. Ce qu'il prendrait au FN, logiquement, il le laisserait dans la nature sans parvenir à le capter sur son aile gauche. Cela créerait un éventuel sas de progression pour Emmanuel Macron. Pour que l'équation soit totalement complète et crédible, on pourrait rajouter une primaire du PS qui se passe mal, dans des conditions délétères et une campagne très virulente. Idéalement pour Emmanuel Macron, un candidat comme Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon l'emporterait de peu sur Manuel Valls : cela lui permettrait de récupérer un espace sur le centre-gauche. Toute une partie de l'électorat PS serait déboussolé par le spectacle de la lutte des chefs qu'auraient donné les candidats, ainsi que par le fait qu'une ligne très à gauche l'emporte, avec comme premier objectif celui de limiter la montée de Jean-Luc Mélenchon.

Cela fait, évidemment, beaucoup de "si". Cependant, ajoutons à cela un accord passé entre Emmanuel Macron et le Parti Radical de Gauche (PRG), qui retire son candidat pour le soutenir – ainsi qu'un candidat écologiste qui ne parvient pas à récupérer les signatures nécessaires pour déposer sa candidature. Dans un tel contexte, tout un électorat central demeure flottant (des écolos à un pan des électeurs UDI-Juppé) et se retrouve orphelin. Cela pourrait créer une dynamique. Ce scénario se construit sur la base de sondages actuels, et permet, éventuellement d'envisager une victoire de la gauche en 2017.

Jean Petaux : On peut toujours "parier" sur l’improbable et "jouer la cote" comme le font les bookmakers britanniques en matière d’élection au moins dans les derniers jours de la campagne; Que faudrait-il à la gauche pour l’emporter en 2017 ? La réponse est simple : un miracle !

Plus concrètement on peut lister quelques "obligations".

D’abord que son candidat puisse se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle. Autrement dit il aura fallu battre soit François Fillon soit Marine Le Pen. La gauche ne peut espérer faire cela qu’en étant unie avant le 1er tour, de Mélenchon à Macron. Or elle ne l’est même pas de Filoche à Valls en passant par Lienemann, Hamon, Montebourg autrement dit pour la "Belle Alliance Populaire". Car il ne suffit pas de prétendre organiser des primaires pour vouloir être en "ordre de marche". Les candidats à la primaire "BAP" peuvent avoir envie de se présenter et de concourir mais il n’est pas dit que toutes et tous obtiendront les signatures nécessaires. Ensuite ce n’est pas parce que les "battus" de la primaire se rallieront au "panache blanc" (ou de Saône-et-Loire ou "catalan") du vainqueur que leurs électeurs les suivront comme des chèvres le font avec leur pasteur. Ce qui peut très bien se passer c’est que si Montebourg est battu par Valls, outre que le premier a déjà dit qu’il restera dans son jardin sans aider le second, les électeurs du premier iront majoritairement voter Mélenchon plutôt que pour ce "droitier" de Valls. Inversement si Valls est battu par Montebourg, on imagine mal les électeurs du premier à la primaire voter pour le second au 1er tour de la présidentielle. Autrement dit les électeurs de Valls à la primaire, en l’absence de leur champion dans l’offre politique du 1er tour de la présidentielle, voteront plus sûrement Macron que Montebourg. Dans les deux cas, la gauche de gouvernement sera éparpillée et à la merci de la qualification d’office du FN et de LR, de Marine Le Pen et de François Fillon, pour le second tour de la présidentielle.

Donc, à l’inverse, imaginons que la "conciliation" vallsienne soit suivie d’effets. Que les candidatures à gauche fondent comme neige au soleil, alors Manuel Valls pourrait être en mesure de "challenger" soit Marine Le Pen soit François Fillon. Pour cela il faudrait aussi que ces deux adversaires se neutralisent et s’effondrent ensemble de sorte que le seuil de qualification au second tour en 2017 soit presqu’aussi bas que celui qui a prévalu le 21 avril 2002 : 16,86% !... (score de J.M. Le Pen). L’auto-neutralisation de Fillon par Le Pen et réciproquement est la seule voie qui peut marginalement aider la gauche de gouvernement pour une éventuelle victoire. Pour faire bonne mesure il faudrait y ajouter une candidature Bayrou qui retirerait à Fillon les voix du centre-droit.

Résumons-nous : le candidat du PS sera au second tour face à Marine Le Pen SI et SEULEMENT si :

1°) L’alliance maximale se fait à gauche et concerne aussi bien Mélenchon que Macron.

2°) Le "pire" des candidats contre le FN, Francois Fillon, crée une instabilité forte pour la candidate FN et fracture ainsi le FN sur ces deux lignes, celle de Philippot contre celle de Marion Maréchal-Le Pen. 

3°) Le candidat du PS issu de la Belle Alliance Populaire parvient à mobiliser toutes les énergies pour la campagne. Autrement dit qu’il parvienne à rallier à lui dans les 4 mois qui le sépareront de la présidentielle tous ceux qui auront voté à la primaire pour quelqu’un d’autre que leur champion mais qui, toute rancœur bue, resteront fidèle au vainqueur socialiste qui l’aura emporté.

Quels sont les éléments en mesure de bousculer le jeu aujourd'hui ? Comment un nouvel attentat, une crise européenne ou un retrait de candidat pourraient-ils impacter l'élection ?

Jean Petaux : En guise d’événements d’importance qui ont déjà sérieusement bousculé la donne, ce 6 décembre 2016, il y a d’abord eu l’élimination à droite de Sarkozy et Juppé. Puis le retrait "renoncement-démission" de Hollande. On peut ajouter à cela les événements extérieurs à la France : l’élection de quelqu’un qui a toute l’apparence d’un fou furieux à la Maison Blanche ; le Brexit quelques semaines plus tôt ; la  défaite de Renzi en Italie sur son projet de révision constitutionnelle par voie référendaire. Cela fait déjà une liste assez fournie et copieuse, et nous en oublions forcément. 

Reste évidemment la survenue d’un ou de plusieurs attentats qui auront des effets redoutables sur tous les candidats de la droite et à la gauche sans omettre l’extrême-droite. Mais tous ces événements ne sont encore qu’hypothétiques pour le plus grand nombre et il faut ardemment faire en sorte qu’ils n’adviennent pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
L'identité de Jack l’Eventreur dévoilée
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/12/2016 - 15:44
Macron plus moderne... et il a un vrai programme!
«La vérité est un miroir brisé, et chacun en possède un petit morceau», chantait le poète mystique persan Rumi.

Emmanuel Macron est le seul des candidats qui a eu le courage de sortir de son positionnement historique (de gauche) pour aller puiser les meilleures solutions partout et les combiner en un programme humaniste, démocrate, très complet et crédible.
- http://vision-macron.fr/ -

Lors de son discours, il a surpris tous ceux qui le trouvaient atone en révélant un vrai talent de tribun.
Son "En Marche" est encore plus fort que le "Mangez des Pommes" de Chirac en son temps.
Il est sans aucun doute le plus moderne de tous les candidats à la présidence.
On pourrait le comparer à un John Kennedy à la française.

Grâce à tout ça, il emportera l'adhésion des Français en mai.
Il peut créer la surprise.
S’il est élu, il sera certainement le premier président appartenant vraiment au troisième millénaire.
Sa plus grosse erreur: Il ne se présente pas à la primaire de la gauche et du centre.
emem
- 07/12/2016 - 06:06
Politologues
Politologue. Un drôle de métier.
Des gens HABILITES (Par qui) à diriger des recherches en science politique
Il y en a plein à la TV et maintenant on en retrouve 2, tout aussi habilités, sur Atlantico.
cdealbuquerque
- 06/12/2016 - 21:57
Le candidat socialiste sera élu président
Fillon va être démonisé et caricaturé à l'extrème par la quasi totalité des médias. Le candidat socialiste n'aura qu'à faire des promesses rassurantes et irréalisables.
Dommage.