En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

05.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 22 min 11 sec
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 55 min 28 sec
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 2 heures 41 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 16 heures 36 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 17 heures 11 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 31 min 27 sec
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 2 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 2 heures 52 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 16 heures 53 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 17 heures 21 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 20 heures 39 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 22 heures 30 min
© Reuters
C’est Twitter, Facebook ou Google qui décideront comment ils veulent faire de l’argent, tandis que les utilisateurs, eux, auront le choix : se retirer de ces sites ou respecter les principes énoncés dans les règlements que l’on a du mal à comprendre.
© Reuters
C’est Twitter, Facebook ou Google qui décideront comment ils veulent faire de l’argent, tandis que les utilisateurs, eux, auront le choix : se retirer de ces sites ou respecter les principes énoncés dans les règlements que l’on a du mal à comprendre.
Plus puissants que les Etats

Twitter bloque, Facebook censure, Google contrôle : les géants du Net montrent un autre visage

Publié le 06 décembre 2016
Après l’élection de Trump, récemment, Mark Zuckerberg a évoqué la possibilité de censurer les sites de "Fake News". Cette annonce amène une toute autre vision des nouveaux médias et dévoile les objectifs des géants du Web. Avec le verrouillage des comptes (généralement ceux qui s’opposent au "politiquement correct" de la gauche libérale), les questions se multiplient : Comment ça ? Est-ce possible ? Eh bien, oui, c’est possible et voici pourquoi.
Eryk Mistewicz est polonais francophone, consultant politique et conseiller en communication institutionnelle et politique en Europe de l’Est.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eryk Mistewicz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eryk Mistewicz est polonais francophone, consultant politique et conseiller en communication institutionnelle et politique en Europe de l’Est.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l’élection de Trump, récemment, Mark Zuckerberg a évoqué la possibilité de censurer les sites de "Fake News". Cette annonce amène une toute autre vision des nouveaux médias et dévoile les objectifs des géants du Web. Avec le verrouillage des comptes (généralement ceux qui s’opposent au "politiquement correct" de la gauche libérale), les questions se multiplient : Comment ça ? Est-ce possible ? Eh bien, oui, c’est possible et voici pourquoi.

Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un espace qui nous appartient. Ni à moi, ni à vous, cher lecteur, qui avez créé votre profil dans cet espace et qui croyez par la suite qu’une certaine partie de celui-ci vous appartient. Rien n'est moins sûr. On a beau nous faire croire que Facebook et Twitter, c’est un "chez-nous" dont nous devrions prendre soin et où nous devrions nous sentir à l’aise. Or nous ne possédons pas cet espace, nous n’en sommes même pas les hôtes, tout au plus les utilisateurs.

De surcroît, du fait que nous soyons de simples utilisateurs de ces sites de ces médias dits sociaux, nous ne disposons d’aucun titre légal. En vertu des règlements de ces sites, les mots ou les vidéos cessent d'être notre propriété une fois postés. Nous ne pouvons plus en disposer librement. Nos droits de propriété sont ainsi transférés à Facebook, Instagram, Twitter, Google Plus, LinkedIn, Pinterest etc. Les géants des nouveaux médias n’économisent surtout pas sur les services des cabinets d’avocats les plus renommés et les plus chers du monde. Essayez de lire et de comprendre les conditions générales d'utilisation des plateformes menées par les grands acteurs du Net. Sans ne rien remettre en question. Lisez juste pour comprendre. Il faudrait d’ailleurs que quelqu’un s’amuse à calculer le nombre d’heures qu’il faudrait pour lire l’intégralité de ces contrats, rien que pour voir.

À l’occasion de l’une des modifications apportées au règlement d’Instagram, suite notamment à l’acquisition de celui-ci par Facebook, son administrateur a décidé d’expliciter en quoi consistaient ces modifications. Par inadvertance, un jeune avocat a indiqué les modifications relatives au droit à l’image déposées sur ce site (ou pour être précis qui y sont livrées gratuitement). Un tumulte s’en est suivi. Si l’on s’était limité à communiquer que la version AECX 265 B 29 succédait à la version AECX 265 B 27, personne n’y aurait prêté attention.

L’administrateur du site peut supprimer votre compte à tout moment. Il peut enlever ce que nous avons produit et collectionné soigneusement au fil des années : mots, images, vidéos, dessins... À moins qu’ils ne soient sauvegardés ailleurs, ces contenus risquent d’être perdus en quelques secondes. Sans aucune compensation, ni même explication. "Non, parce que moi, je dis non. Je n’ai pas votre manteau, et vous me faites quoi ?", pour évoquer une scène culte du film "Ours" de Stanislaw Bareja.

Nous avons beau leur écrire. Cela ne sert à rien. Une réponse standard, rédigée par les meilleurs cabinets d’avocats, ne tardera pas à nous parvenir.

L’administrateur peut même, en cherchant son modèle économique, trahir notre confiance et vendre tout simplement l’ensemble du contenu de nos "tiroirs de mémoire", y compris nos communications que nous avons crues cacher au public, celles que nous mettons sur les messageries instantanées, telles que Direct Messages, Messages Prives, Facebook Messenger etc. Qui nous dit qu’à un moment donné, si jamais le modèle économique vient à défaillir, nos photos et nos énonciations intimes, nos secrets d’entreprise et ceux concernant nos proches, ne seront pas mis aux enchères et vendus au meilleur prix ? De même, rien n’empêche que l’administrateur, faute d’être payé, puisse rendre public toutes nos données stockées sur son serveur, sur une sous-page avec notre nom et prénom. Rien, sauf si nous payons l’abonnement qu’il nous réclame. Et non, nous ne pouvons pas effacer nos données non plus. Elles ne sont pas à nous. Vous n’étiez pas au courant ? Eh bien, nous sommes désolés. Ce n’est pas de chance.

Les activités numériques, c’est un plaisir que nous nous offrons dans notre temps libre (ou à des moments volés à nos employeurs, à nos familles, à nos enfants ...) et qui profite à ceux qui nous permettent ce loisir. Nous produisons un précieux contenu, mais nous leur livrons par la même occasion des informations sur nous-mêmes.

Il est évident que la messagerie gratuite ne nous appartient pas. Pas plus que les mots, les images, les émotions partagées en ligne. Ce n’est pas notre propriété. Assurez-vous que vos données sont toujours là où il faut. Et qu’elles sont bien sécurisées de sorte que vous soyez la seule personne y ayant accès, et que des tiers ne puissent pas les analyser, les traiter ou y toucher. Comment vous garantissez-vous ce droit exclusif ? Vous êtes-vous jamais posé cette question ? Il ne s’agit pas de changer le mot de passe, mais plutôt de nous rendre compte qu’il s’agit de nos données et que c’est nous qui en disposons de manière exclusive et absolue.

Ensuite, c’est Facebook qui décide si nous aurons ou non le message que notre correspondant a voulu nous transmettre. Si l’expéditeur est jugé peu actif sur le site, Facebook ne communiquera son message qu’a certains abonnés. La donne change lorsqu’il paie. Alors, oui, son message parviendra à tout le monde.

Les grandes entreprises de l’ère des nouveaux médias perdent leur image de jeunes pousses sympas qui ont vu le jour dans les garages de Palo Alto, conçues par les "golden boys" de la conquête numérique. L’image qu’elles s’efforcent d’entretenir à l’aide de films, de séries télévisées et de concours, pour continuer de faire figure de référence auprès de jeunes diplômés, en prend subitement un coup. Il est évident qu'elles sont tout aussi prédatrices, si pas plus, que les entreprises de l'ère du charbon et de l'acier. Plus prédatrices – peut-être en raison de la férocité du monde, la vitesse et la profondeur des changements. Changements si rapides qu’il est impossible d’y réagir.

C’est Twitter, Facebook ou Google qui décideront comment ils veulent faire de l’argent, tandis que les utilisateurs de ces sites auront le choix : se retirer de ces sites (ce n'est pas facile ; essayez de supprimer votre profil sur Facebook ou encore les données stockées dans les serveurs Google !) ou respecter entièrement les principes énoncés dans les règlements que l’on a du mal à comprendre.

On ne se fait respecter que si l’on paie. Si nous avons les données sur les serveurs qui ne nous appartiennent pas, nous n’avons rien et nous ne pouvons rien exiger. De plus, nous sommes esclaves de ceux qui accumulent des profits au moyen de nos données. Ils font des rapprochements entre nos adresses mail, les historiques de nos connexions, les sites visités, y compris ceux pour les adultes, les sujets traités dans nos mails, les photos, les détails de nos cartes bancaires et nos transactions électroniques récentes, nos rendez-vous médicaux, les résultats de nos analyse de sang, les livres commandés, nos réseaux de contact, nos grosses et petites faiblesses, nos affiliations politiques, nos projets de vacances – et – notre domicile, notre numéro de sécurité sociale et – tout cela n’a plus aucun secret vu l’inertie de l’État.

Non, vu votre âge vous n’allez plus recevoir de pubs pour couches culottes. Et si, tout à coup, vous êtes inondés d’offres de couches, de poussettes, de tire-laits et de vêtements de grossesse, parlez-en immédiatement avec votre fille - elle a peut-être quelque chose d'important à vous dire.

Enfin, nous ne pouvons rien faire. Les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) sont déjà aujourd'hui plus puissants que les États traditionnels (vous avez raté ces tableaux comparatifs situant les géants du Web par rapport aux PIB des pays, n’est-ce pas ?). Aujourd'hui, la rivalité au niveau de la légifération, de l'espace public et de l'esprit des gens, se poursuit précisément sur ce front : entre les États nationaux, pétrifiés et mous, créés au tournant du 18e et 19e siècle, et les géants des industries innovantes qui, eux, sont vifs, souples et prêts à tout. Le potentiel d’influence de ces derniers est de loin meilleur et plus efficace que celui des industries combinées des produits pharmaceutiques, du tabac et de l’armement.

Regardons les colloques les plus prestigieux dans tous les pays (peut-être à l'exception de la France dont le ministre de la Culture a déclaré publiquement qu’elle ne participerait jamais à aucune manifestation impliquant Google, celui-ci exerçant un impact destructeur sur la culture et les médias). Regardons comment les champions des nouveaux médias travaillent avec la Commission européenne et les députés européens. Regardons comment ils se posent de plus en plus en partenaires des gouvernements et se laissent aller jusqu’à l’écriture des projets de lois, y compris ceux qui prévoient la divulgation de nos données personnelles pour faire éclore des "projets innovants". Certains ministres en charge du numérique dans divers pays nous assurent alors que cela est bon pour les citoyens et pour l’Etat. Sont-ils corrompus ? Je ne le pense pas. Ils agissent plutôt par ignorance, négligence, ou parce qu’ils ont d’autres priorités.

Le premier devoir de l’État, c’est de protéger les citoyens, et non pas de permettre aux hommes d’affaires de s’enrichir. C’est à l’État de veiller à ce que les grands acteurs du Net ne soient pas capable d’associer les informations sur mes dépenses, mes maladies et mes données personnelles. C’est à l’État de veiller à ce qu’un élève de l'école primaire soit conscient des dangers relatifs à l’utilisation de l’Internet de manière insouciante. Enfin, c’est à l’État de mettre en place les mécanismes juridiques antitrust et propices à la concurrence, de sorte que ni les citoyens ni l’État ne soient pris en otage de leur ignorance, incompétence et stupidité. Avant qu’il ne soit trop tard.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

04.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

05.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

07.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 06/12/2016 - 21:03
Censure
Si les GAFA vous censurent il suffit de ne plus les utiliser. Quand ils perdront des connexions et donc des recettes publicitaires ils réfléchiront un peu. Quant à confier ses données au "cloud" sans avoir de sauvegarde locale c'est un peu de l'inconscience.
slv
- 06/12/2016 - 14:19
La différence
C'est qu'il n'y a aucune obligation d'avoir un compte Facebook, twitter ou Google.
Il n'y a pas police Apple ou Amazon qui viendra vous arrêter
Par contre l'ÉTAT lui peut vous arrêter, vous mettre en prison, ou vous faire crouler simplement sous les taxes, les impôts et les règlements. et il n'y a aucun moyen dans ce cas la de s'y soustraire puisque seul l'État a le monopole de la violence légale.
cloette
- 06/12/2016 - 09:42
On y est
Google contrôle déjà en effet, Orwell visionnaire, comme le fut Jules Verne et d'autres romanciers